Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 17:17

Vers un nouveau choc pétrolier ?

 

Selon le quotidien en ligne « Le Contrarien » de l’économiste, ancien de BNP Paribas, Charles Sannat – donc plutôt un néolibéral et non un altermondialiste le couteau entre les dents, mais qui a son franc parler et qui n’élude pas les questions, nous allons vers une nouvelle crise pétrolière, car… le prix du baril est trop bas !

 

Citons-le :

 

« Le 11 septembre pétrolier !

 

Comme vous l’avez constaté, les prix du pétrole sont en forte, très forte baisse depuis quelques jours et cela cache de très grandes manœuvres, avec à la barre l’Arabie Saoudite qui s’est en réalité lancée dans une guerre à l’égard de ses concurrents en utilisant l’arme du pétrole.

 

Et cette fois-ci, l’Arabie Saoudite ne fait pas « augmenter » les prix mais les fait baisser et le prix du pétrole à la hausse comme à la baisse est une arme de destruction massive des économies de certains pays.

 

Reprenons rapidement les fondamentaux économiques. Croissance mondiale anémique et reprise économique illusoire font qu’effectivement les prix pétroliers subissent des pressions plutôt baissières. Logique. Logique également que les prix du baril baissent lorsque le dollar reprend du poil de la bête et voit son cours monter dans les autres devises y compris en euro.

 

Ces éléments purement économiques expliquent une part de la baisse des prix du pétrole mais pas la totalité, loin de là.

 

Normalement, pour contrôler les prix, l’OPEP se réunit, décide de réduire un peu les capacités de production pour s’adapter à la baisse de la demande et maintenir de cette façon-là des niveaux de prix relativement importants.

 

Le pays qui est en mesure d’être le plus réactif à la hausse ou à la baisse pour sa production c’est l’Arabie Saoudite, or cette dernière a décidé de ne rien faire et de continuer à vendre toujours autant de pétrole. »

L'arme du pétrole est la seule et la plus redoutable utilisée par la féodalité wahhabite d'Arabie Saoudite.

L'arme du pétrole est la seule et la plus redoutable utilisée par la féodalité wahhabite d'Arabie Saoudite.

Pourquoi les Saoudiens agissent-ils ainsi ? D’abord pour déstabiliser les marchés pétroliers de l’Iran, de la Syrie et de la Russie. Ensuite, les Américains seraient contrariés dans leur exploitation massive du gaz de schiste. En outre, les bons féodaux wahhabites saoudiens voient d’un très mauvais œil l’amélioration des relations entre les USA, l’Iran et la Syrie, dans le cadre de la guerre contre Daesh. Alors, ils usent de l’arme dont ils disposent : le pétrole. Cela ne les empêche pas de faire partie de la « coalition » contre l’Etat islamique…

L'engouement pour le gaz de schiste pourrait bien être ralenti.

L'engouement pour le gaz de schiste pourrait bien être ralenti.

 

Et Charles Sannat de conclure : on pourrait voir le prix du baril de pétrole brut baisser à 60 dollars.

 

C’est peut-être réjouissant pour l’automobiliste et l’industrie, mais c’est une vue à court terme.

 

Le plus grand danger actuel est la déflation qui pourrait paralyser l’économie européenne et provoquer un séisme social. Aussi, un pétrole trop bas dans le système économique actuel ne pourrait qu’accentuer la crise.

 

Un premier signe, d’ailleurs : la Bourse dévisse depuis une semaine et cette question du pétrole en est certainement une cause, avec en plus la récession en Allemagne.

 

Il va certainement se passer quelque-chose, même Jacques Attali le dit. Et pour une fois, il a sans doute raison.

 

PV

 

L’autocar, nouveau moteur du socialisme

 

Le nouveau ministre de l’économie français, le banquier Emmanuel Macron qui a remplacé Arnaud Montebourg au gouvernement de Manuel Valls a présenté un projet pour guérir les « maladies » de la France. Rien que ça !

 

Tiens ! On ne savait pas que le jeune premier de l’élite technocratique hexagonale était président de la France. En principe, c’est au chef de l’Etat à dicter les grandes lignes de la politique. Il est vrai qu’avec François Hollande…

 

Le projet Macron est un catalogue de mesures de dérégulations ultralibérales allant du travail dominical, jusqu’au musellement des prud’hommes en passant par une mesure phare : la libéralisation des transports en autocar.

Emmanuel Macron sert la main de François Hollande sous le regard de Michel Sapin. Qui est le vrai patron ?

Emmanuel Macron sert la main de François Hollande sous le regard de Michel Sapin. Qui est le vrai patron ?

L’autocar serait le moyen de transport idéal pour les « pauvres ». Ainsi, on crée une discrimination sociale dans le transport : les cars pour les « sans dents », le train pour la classe moyenne et l’avion pour l’élite.

 

Et ces gens osent prétendre que la lutte des classes n’existe plus !

Les autocars de la compagnie "eurolines" : moyen de transport idéal pour les "sans dents"

Les autocars de la compagnie "eurolines" : moyen de transport idéal pour les "sans dents"

Mgr Léonard n’aime pas l’éthique onusienne.

 

Le primat archevêque de Belgique, Mgr Mutien Marie Léonard, participe au très controversé Synode des familles organisé par le Pape François. Voici quelques-unes de ses impressions qu’il a livrées au site catho.be.

 

« Avec une liberté d’expression qu’on trouve rarement en Occident, beaucoup d’épiscopats africains, certains épiscopats latino-américains et même océaniens, dénoncent les agences liées à l’ONU qui veulent leur imposer, par une sorte de dictature idéologique, des pratiques contraires à leur culture et à leurs convictions morales (contraception systématique, avortement, « mariage » homosexuel, etc.), en conditionnant l’aide économique à la promotion de ces pratiques. Réaction typique d’un évêque africain: « Gardez votre argent et nous garderons nos valeurs! » Réaction assortie d’un appel aux évêques occidentaux pour soutenir leurs confrères dans leur résistance à la pensée unique. »

Mutien Marie Léonard, Primat de Belgique, fidèle à la tradition de l'église repliée sur ses dogmes

Mutien Marie Léonard, Primat de Belgique, fidèle à la tradition de l'église repliée sur ses dogmes

Résistance à la « pensée unique » non catholique ne signifie pas qu’il n’y ait pas une pensée unique « léonardienne » qui veut à tout prix revenir en arrière sur les questions éthiques.

 

Et comme on sait que l’église africaine est particulièrement conservatrice, notre archevêque n’hésite pas à s’y référer et à attaquer les institutions démocratiques internationales.

 

Il oublie que le problème n° 1 en Afrique et dans plusieurs pays du Tiers-monde est la surpopulation. Dès lors, la contraception est des seuls moyens efficaces pour enrayer cette surpopulation. Et plusieurs prêtres et missionnaires sur le terrain sont parfaitement d’accord là-dessus. Mais la haute hiérarchie catholique n’en veut pas. Vade retro !

 

On pourrait aussi rétorquer à ces dignes hauts hiérarques de l’Eglise catholique apostolique romaine qu’encourager la surpopulation – « croissez et multipliez », cela ne vous rappelle rien ? – est constitutif de crime contre l’humanité !

 

PV

 

Bien dit, Monsieur le Juge : et cela ne m’étonne pas non plus !

 

Dans sa chronique à la « Libre Belgique », le juge-romancier Michel Claise s’attaque à la question de la dignité en politique écrit à propos des ministres ayant des relations suivies avec les milieux néo-nazis. Il conclut sa contribution par ses mots qui sonnent juste :

 

Michel Claise : un juge, un romancier, un homme engagé

Michel Claise : un juge, un romancier, un homme engagé

 

« Un étrange sentiment m’étreint, celui de ne pas être étonné. La dignité est un miroir dans lequel on se regarde. C’est aussi le regard des autres et leur désapprobation s’est largement exprimée. Mais le Premier ministre n’a pas le choix. Il est condamné à la fidélité à des accords qui ont précédé l’union des partis majoritaires. Et il y a de quoi frémir quand le manteau du pouvoir qu’il a endossé est peut-être imbibé du poison du centaure. »

 

J’ajoute pour ma part que les tenants du capital qui ont imposé ces accords, ne sont guère dérangés par ces gens qui bafouent les principes fondamentaux. Sans doute, dans leurs calculs, ils estiment qu’ils peuvent efficacement les servir.

 

 

Pierre Verhas

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires