Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 14:31
Les cons, ça ose tout...

 

La terrible image du cadavre du bébé kurde syrien qui se prénommait Aylan, retrouvé sur le rivage de la côte turque de la mer Egée a suscité une terrible émotion parfaitement compréhensible.

 

Mais nous avons montré hier l'indécence de BHL plastronnant avec les combattantes kurdes qui luttent contre Daech. Notre autoproclamé philosophe germanopratin remet ça dans ses commentaires sur la tragédie de cet enfant.

 

La France compte heureusement d'authentiques philosophes comme Michel Onfray qui remet BHL à sa place lors d'une interview à BFM TV (vidéo ci-dessus)  en commençant par citer la célébre phrase de Michel Audiard : « Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît ! »

 

Et comme les cons détestent Michel Onfray, eh bien ! j'aime Michel Onfray !

 

 

 

 

 

Et il y a aussi ce dessin significatif de Manuel Escala Gonçalves basé sur le terrible cliché du petit Aylan noyé entouré des vains bavardages de tous les « décideurs » et autres « vedettes » médiatiques.

 

Même Daniel Cohn Bendit qui a été mieux inspiré dans le temps, s'y met en espérant que l'image d'Aylan fasse progresser l'idée européenne. Quand on vous disait que les cons, ça ose tout...

 

 

 

 

 

Dessin de Manuel Escala Gonçalves

Dessin de Manuel Escala Gonçalves

 

Pierre Verhas

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires