Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 10:01

 

Prêtres et Imams intégristes : même combat !

 

 

Voici les propos ahurissants sur la boucherie du 13 novembre au « Bataclan » écrits par un curé français de la mouvance « Mgr Lefebvre » dénommé Hervé Benoît, parus dans une feuille appelée « Riposte catholique » - sans doute une réplique à la tout aussi facho « Riposte laïque »

 

 

« Je vais aller plus loin. Tant pis pour les lecteurs sensibles. Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, « jeunes, festifs, ouverts, cosmopolites… » comme dit le “quotidien de révérence”. Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… Les uns se gavaient de valeurs chrétiennes devenues folles : tolérance, relativisme, universalisme, hédonisme… Les autres, de valeurs musulmanes devenues encore plus folles au contact de la modernité : intolérance, dogmatisme, cosmopolitisme de la haine… Les uns portent le maillot du PSG – « Fly Emirates » en effaçant le berceau de Louis XIV, et les autres profitent du même argent pour se faire offrir un costume en bombes. Une minute avant leur mort, les uns et les autres étaient penchés sur leurs smartphones, comme accrochés au sein de leur nourrice. Ce n’est pas le retour du Moyen Âge, contrairement à ce que disent les crétins, c’est la postmodernité dans toute son absurdité. Le drame de l’humanisme athée, qui aime le diable, la mort, la violence, et qui le dit… et qui en meurt ! Le signe de la mort et du chaos ne flotte pas que sur les rues de Paris, un vendredi soir maudit. 130 morts, c’est affreux ! Et 600 morts, c’est quoi ? C’est le chiffre des avortements en France le même jour (Ministère de la Santé – merci Orwell !). Où est l’horreur, la vraie ? »

 

 

Le concert rock au "Bataclan" au moment même où les assassins entament leur "travail"...

Le concert rock au "Bataclan" au moment même où les assassins entament leur "travail"...

 

Ce brûlot est intitulé : « Les aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! » - tout un programme ! L’évêque de son diocèse a réagi, mais on attend de voir si ce « fou de Dieu » catho va être viré de la Sainte mère l’Eglise…

 

En tout cas, la différence entre un cureton à la sauce Benoît et les imams de garage qui « radicalisent » les jeunes musulmans des banlieues et « quartiers » est loin d’être évidente !

 

Les maires Podemos d’Espagne se rebiffent.

 

Les maires de Barcelone, Cadix, Saragosse, La Corogne et autres personnalités espagnoles ont lancé un appel contre la guerre :

 

« Le terrorisme fanatique de Daesh est fonctionnel, il rétroalimente le raciste fanatique en Europe. Dans le même temps, nos gouvernements réduisent les droits sociaux et les libertés fondamentales, alimentent la xénophobie institutionnelle et bombardent aveuglement – bombardements qui se sont révélés inefficaces. Nous nous refusons à participer à ce marchandage entre droits et sécurité. Ici à Paris, en Irak ou en Syrie ce sont les peuples qui payent le prix alors que d’autres font du trafic d’armes sous fond d’intérêts géostratégiques. La haine fanatique de certains ne peut pas justifier de nouvelles haines. Nous nous refusons à être les otages de la haine, de la terreur y de l’intolérance. Ce serait rendre les armes devant le terrorisme. »

 

Ces messieurs dames nous réconcilient avec la politique.

 

Le flegmatique Times n’est pas content.

 

Le très conservateur journal britannique « The Times » n’est pas content de voir Bruxelles en état de siège. Il faut bien avouer que cela tourne au cirque. De samedi 21 au jeudi 26 novembre, l’alerte attentat est au niveau 4 – le plus élevé – ce qui implique la fermeture des lieux publics, des commerces, du métro, etc. avec présence massive de policiers et des militaires dans les rues. Mercredi 25, tout au restant au niveau 4, les écoles et le métro sont partiellement rouverts. Jeudi 26, on passe au niveau 3, mais la police et l’armée restent dans les rues.

 

Les militaires dans Bruxelles. Ils ne peuvent tirer qu'en cas de légitime défense ! Voilà leur seule mission !

Les militaires dans Bruxelles. Ils ne peuvent tirer qu'en cas de légitime défense ! Voilà leur seule mission !

 

Le journaliste du Times écrit ceci le 25 novembre :

 

« C’est très choquant. Et très triste. Un couvre-feu dans le centre d’une de vos villes pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale alors qu’aucune bombe n’a explosé, qu’aucune rafale n’a été tirée, cela abîme vraiment la vitalité du peuple belge. Cela sape le désir des gens de ne pas avoir peur et de continuer à vivre le plus normalement possible. Cette réaction exagérée du gouvernement belge est due à sa volonté de montrer au monde que la Belgique n’est pas un Etat faible. C’est une erreur. C’est disproportionné et cela entache la réputation de la Belgique. »

 

Mais, c’est tout bénéfice pour ceux qui cherchent à restreindre les libertés.

 

L’austérité contre la sécurité

 

Au journal télévisé de 13 heures de la RTBF, le délégué syndical du personnel roulant des chemins de fer est interrogé sur les mesures de sécurité prises pour ses affiliés. Dans la foulée, le syndicaliste révèle que le métro a été fermé parce que les unités de police qui y sont affectées ont été mobilisées pour assurer la sécurité en surface, faute d’effectifs suffisants.

 

D’autre part, aussi bien l’état-major que les syndicats s’inquiètent du maintien de l’alerte maximum, car étant donné ce manque d’effectifs, il est impossible d’assurer la relève. Cela représente un sérieux danger pour les personnels comme pour le public.

 

Austérité et sécurité ne font pas bon ménage. D’ailleurs, avec qui l’austérité pourrait-elle s’accorder ?

 

 

La sécurité contre la liberté

 

 

Dans ce climat d’hystérie sécuritaire, le MR (les libéraux francophones du gouvernement Michel) a déposé le 20 novembre au Parlement une proposition de loi interdisant les piquets de grèves et les barrages sur les routes pendant un mouvement de grève.

 

 

Autant profiter des circonstances pour tenter de faire passer ce brûlot législatif. Nous doutons cependant que les chrétiens flamands de la majorité votent cette proposition telle quelle.

 

 

Il n’empêche : le droit de grève est écorné.

 

 

Une leçon de démocratie

 

 

Dans une tribune à « Libération » du 26 novembre, Dominique de Villepin, l’ancien ministre chiraquien des Affaires étrangères français que nous citions souvent, écrit ceci :

 

 

Dominique de Villepin remet une fois de plus les montres à l'heure.

Dominique de Villepin remet une fois de plus les montres à l'heure.

 

 

« En nous lançant à corps perdu dans la restriction des libertés individuelles ou dans la suspicion généralisée envers l’islam à travers une laïcité de combat traquant barbes et voiles, nous leur donnerions le choix des armes.

 

 

Notre force, c’est notre Etat de droit et c’est la fidélité à nos principes, c’est l’équilibre et la mesure, en utilisant avec fermeté tous les moyens d’enquête et de poursuite de notre Etat, en mobilisant ses forces de sécurité et de défense.

 

Qu’il faille des mesures exceptionnelles pour faire face à l’urgence, je le crois. Mais méfions-nous de l’état d’urgence permanent et de la surenchère sécuritaire qui, je le crains, va dominer notre vie politique pour plusieurs années. On voudra toujours plus de fermeté vis-à-vis des étrangers et on n’obtiendra que le ressentiment. On voudra, de façon préventive, une lutte de plus en plus dure contre la délinquance, notamment dans les banlieues, et on obtiendra la criminalisation d’une frange de la société et l’incitation à la radicalisation. On voudra le contrôle accru de l’expression des religions et on n’obtiendra que la radicalisation de l’islam des caves. Bref, nous serons un pas plus proche de la guerre civile. Et nous aurons renié les libertés mêmes que les terroristes ont voulu attaquer. »

 

Ajoutons qu’on voudra une lutte plus dure contre les mouvements sociaux et on obtiendra la révolte du monde du travail…

 

 

Ce texte vient à point au moment où le gouvernement français informe officiellement le Conseil de l'Europe que, dorénavant, il ne respectera plus tous les termes de la Convention européenne des Droits de l'Homme. 

 

 

 

 

Pierre Verhas

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

Michel VH 01/12/2015 18:12

Il aura fallu un "gouvernement socialiste" pour voir ça....mais bon souvenons-nous de la SFIO et de l'Algérie! En passant, salut cher ex-collègue et félicitations pour ton blog

Dufrasne Paul 01/12/2015 16:17

Bonjour Pierre,
Je suis bien d'accord avec toi , il y a un risque très important de limité les droit individuel , et il faut absolument y prendre garde.
Par contre le droit de gréve écorné, j'ai plus de mal, je tournerai cela dans l'autre sens, limité le droit de travail donc limité le droit individuel via une poignée d’irresponsables, est acceptable ? je ne le crois pas

Paul