Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 21:16

 

Le shopping du soldat

 

Nos vaillants bidasses nous protègent depuis les attentats de Paris et l’aussi funeste que grotesque week-end d’alerte dite de « niveau 4 » des 21 et 22 novembre à Bruxelles. Après un char à la Grand Place sans doute pour protéger le mayeur Yvan Mayeur de la colère des riverains du boulevard désormais piétonnier, voici la patrouille qui fait ses emplettes pour les fêtes. Un soldat a été photographié tenant un sac rempli d’emplettes, sans doute pour les cadeaux de fin d’année à sa famille.

 

Les bidasses font leurs emplettes !

Les bidasses font leurs emplettes !

 

 

Scrogneugneu ! Cela ne va pas se passer ainsi ! hurle-t-on à l’état-major. Le soldat-client a été sanctionné ! Pendant la patrouille, on ne se laisse pas distraire en faisant du shopping ! Il faut laisser cela aux pékins et surtout au pékines.

 

Plusieurs internautes et « facebookers » trouvent la sanction excessive et estiment que ce brave troufion avait bien le droit de profiter de sa patrouille dans les galeries commerciales pour améliorer son ordinaire.

 

Oui mais, si on voit les choses ainsi, cela signifie qu’on ne prend plus la menace au sérieux et qu’elle n’est pas aussi grave qu’on nous le chante en haut lieu. Dès lors, un militaire a bien le droit de se distraire quelques instants de sa mission…

 

Alors, franchement. A quoi sert-il de faire patrouiller nos clinquants militaires dans nos rues ? Ah oui ! Le gouvernement a trouvé la solution : la moitié des soldats iront désormais gonfler les effectifs de la police. Et cela, notre petit doigt nous dit, que cela ne vise pas uniquement la menace terroriste…

 

P.V.

 

 

Et une petite saloperie solférinienne, une !

 

Pour faire plaisir à ses copains assureurs, un de ses frères au premier chef (dirigeant de Malakoff Médéric et viré depuis), mais aussi pour affaiblir encore plus le système de santé républicain, Sarkozy avait lancé le projet de mutuelles d’entreprises. Privées, donc. Les Solfériniens lui ont naturellement emboité le pas et ont parachevé l'esquisse.

 

Le 1er janvier 2016, une couverture complémentaire santé collective obligatoire (mutuelle d’entreprise) doit être proposée par l’employeur du secteur privé à tous les salariés, n’en disposant pas déjà, en complément des garanties de la Sécurité sociale. Cette couverture doit être négociée avec les « partenaires sociaux ». Si les négociations échouent, l’employeur installe, par décision unilatérale, une couverture santé, après mise en concurrence des assureurs.

 

 

Morceaux d’humeur du 24 décembre 2015

 

 

La participation de l’employeur doit être au moins égale à 50%. Donc, celle des employés doit être d’environ 50%. Le contrat doit proposer un panier de soins minimum. Là où cela se corse, c’est que ces mutuelles de groupe protègeront avec des garanties « adaptées » aux spécificités des employés. Elles varieront donc d’une entreprise à une autre, d’une branche professionnelle à une autre. Toujours diviser, au nom d’une prétendue équité, la classe salariale pour mieux régner. Les cadres et les non-cadres ne seront pas forcément protégés de la même manière.

 

La touche finale de cette saloperie, c’est que, jusqu’ici, le montant de la cotisation était déduit du revenu imposable du salarié. La loi de finances de 2014 est revenu sur ce principe : la part payée par l’employeur sera désormais imposable car considérée comme un avantage en argent à déclarer à l’administration fiscale.

 

Bernard Gensane

 

 

Où l’on reparle du voile.

 

 

Décidément, la question du voile n’arrêtera pas de défrayer la chronique ! Actiris (l’ANPE bruxelloise) a perdu son procès sur le voile. Désormais, ses fonctionnaires pourront le porter à leur guise. Tollé, évidemment ! Encore une victoire des islamistes !

 

 

Les différentes catégories de voiles musulmans

Les différentes catégories de voiles musulmans

 

 

Islamistes ? Le voile n’est pourtant pas un monopole musulman. Ce sont les chrétiens qui ont commencé. Témoins ces extraits de l’épitre aux Corinthiens de Saint – Paul :

 

« Toute femme qui prie ou parle sous l'inspiration de Dieu sans voile sur la tête, commet une faute identique, comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu'elle se tonde; ou plutôt, qu'elle mette un voile, puisque c'est une faute pour une femme d'avoir les cheveux tondus ou rasés »

 

Et aussi :

 

« L'homme, lui, ne doit pas se voiler la tête: il est l'image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l'homme. Car ce n'est pas l'homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l'homme, et l'homme n'a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l'homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance. »

 

Les religions dites du Livre sont en définitive bien d’accord entre elles lorsqu’elles évoquent le statut de la femme. Inférieure et dépendante de l’homme !

 

C’est au « Livre » qu’il faudrait mettre un voile, non ?...

 

P.V.

 

 

Les biens des réfugiés

 

 

Le gouvernement conservateur – populiste danois veut confisquer les diamants et les biens précieux des réfugiés qui viennent demander asile. Tollé – parfaitement justifié – dans toute l’Europe ! Sauf – tiens, tiens – au niveau de la Commission européenne… Cette disposition rappelle la spoliation des biens des Juifs par les nazis pendant la guerre.

 

Ce qui est le plus inattendu est la réaction de la police danoise. Elle a fait savoir qu’elle n’exécutera pas cette mesure.

 

 

 

Un policier danois jouant avec une jeune réfugiée

Un policier danois jouant avec une jeune réfugiée

 

 

On accuse toujours les flics d’être des fachos en puissance. Ici, il est évident que les pandores danois ont parfaitement compris que les droits fondamentaux l’emportent sur des lois abjectes.

 

« Il ne faut jamais obéir à des ordres absurdes ! » disait le général Leclerc à ses hommes de la 2e DB en 1944. La tradition se perpétue jusqu’au Danemark.

 

P.V.

 

 

A l’incompétence économique, le gouvernement ajoute l’infamie !

 

Ainsi s’exprime l’économiste Thomas Piketty après l’annonce par le gouvernement Valls d’un projet de loi instaurant la déchéance de la nationalité française pour les binationaux nés en France.

 

Nous avions déjà écrit que le gouvernement Hollande – Valls prenait prétexte du carnage de Paris le 13 novembre pour instaurer un régime autoritaire. Après quelques hésitations tactiques destinées à endormir ceux qui restent attachés envers et contre tout aux principes fondamentaux, Valls a confirmé lors du Conseil des ministres de ce mercredi que la Constitution serait révisée et qu’une loi sera votée instaurant la déchéance de nationalité.

 

C’est l’infamie ! C’est le retour à Vichy !

 

Edwy Plenel rappelle dans « Mediapart » les heures sombres des débuts du pétainisme : « A peine renversée la République et instauré l’Etat français, les 10 et 11 juillet 1940, le premier geste du régime de Vichy ne fut-il pas de promulguer, le 16 juillet, une loi « relative à la procédure de déchéance de la qualité de Français ». Dans la foulée, le 17 juillet, les naturalisés furent exclus de toute la fonction publique, puis, successivement, dès l’année 1940, des professions suivantes: médecins, dentistes, pharmaciens, avocats, vétérinaires, architectes. Le 22 juillet, une nouvelle « loi » – en fait, l'acte autoritaire d'un pouvoir dictatorial, le maréchal Pétain exerçant seul le pouvoir législatif – instaura une procédure expéditive de révision des naturalisations. Enfin, le 23 juillet 1940, était promulguée la « loi relative à la déchéance de la nationalité à l’égard des Français qui ont quitté la France », dont furent notamment victimes Charles de Gaulle et Pierre Mendès France.

 

Quand elle est ainsi élargie et renforcée, la déchéance nationale devient une pathologie du droit de la nationalité : elle ouvre une brèche dans laquelle peuvent s’engouffrer les fantasmes de communauté nationale épurée, avec des hiérarchies de loyauté. En visant explicitement des citoyens nés Français, et non pas des personnes nées étrangères ayant ensuite acquis la nationalité française, qui plus est des Français n’ayant aucun lien de citoyenneté avec le pays dont ils ont l’autre nationalité par héritage familial, le projet de loi constitutionnelle ouvre grand la porte aux pires arrière-pensées : sous la binationalité, c’est l’origine qui est disqualifiée, qu’elle soit culturelle, ethnique ou religieuse. De fait, tous nos compatriotes issus de la communauté juive d’Algérie se souviennent de l’abrogation par Vichy, dès octobre 1940, du décret Crémieux qui faisait d’eux des citoyens français à part entière. Soudain, tous, sans distinction, furent déchus de leur nationalité, à raison de leur origine. »

 

Anne Hidalgo, maire PS de Paris, a exprimé sa totale réprobation à l’égard de ce projet. D’autres ont suivi.

 

Mais, c’est un homme de droite, un gaulliste, Jacques Toubon, ancien ministre de la Justice RPR, nommé Défenseur des Droits par François Hollande, qui donne une leçon de démocratie au Président « socialiste » : « Si cette déchéance était votée, je pense que nous passerions d’une république indivisible à une république divisible, et nous passerions d’une citoyenneté indivisible à une citoyenneté divisible. Ces principes figurent dans notre constitution. Cela veut dire qu’il y aurait deux sortes de nationalités. L’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 garantit ce droit acquis dès l’instant de la naissance en France. Si le cas échéant, l’expulsion se fait vers un régime dictatorial ? Cette mesure n’est pas juridiquement et symboliquement une bonne mesure. »

 

 

Jacques Toubon, ancien Garde des Sceaux, gaulliste pur et dur, fait la leçon à la "gauche".

Jacques Toubon, ancien Garde des Sceaux, gaulliste pur et dur, fait la leçon à la "gauche".

 

 

Laissons la conclusion au syndicat de la magistrature : « Le gouvernement doit sortir de l’état de sidération qui le conduit à brader l’Etat de droit : introduire l’état d’urgence dans la constitution, c’est assurément « saper les fondements de la démocratie » au prétexte de la défendre et oublier l’avertissement donné, dès le 6 septembre 1978, par la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui enjoignait les États à ne « pas prendre, au nom de la lutte contre...le terrorisme, n’importe quelle mesure jugée par eux appropriée »

 

Une question : quand va-t-on rouvrir les camps ?

 

 

P.V.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

lombet 25/12/2015 09:49

Bonjour, je voudrais commenter l'article relatif au voile. Conformément aux valeurs de tolérance ,d'humanisme et de multiculturalisme développées régulièrement sur ce blog je ne serais pas opposé au port du voile d'autant plus que dans ces cas là on ne les voit plus.
Bonne journée et meilleurs vœux pour l'année à venir.