Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 11:03

À plusieurs reprises, le blog « Uranopole » a fait part de son inquiétude face à la montée d’un fascisme larvé à travers les pays de l’Union européenne. Un aspect est quasi passé sous silence par la presse : la répression contre les militants syndicalistes est de plus en plus forte, se généralise et mène progressivement à une criminalisation de toute action de grève et du mouvement ouvrier en général. Il faut dire qu’elle est aidée par des campagnes médiatiques contre les grévistes qui « paralysent » l’économie du pays et qui prennent les usagers en « otages », sans compter la verve de certain(e)s éditorialistes.

 

L’objectif est clair : éliminer toute entrave à l’offensive ultralibérale de l’Union européenne au prix de la destruction des libertés fondamentales.

 

 

 

En 2010, le gouvernement socialiste espagnol de Zapatero avait élaboré une réforme du marché du travail. Le 29 septembre 2010, les deux principales centrales espagnoles, la CC.OO (Comisiones Obreras) et l’UGT (Unión General de Trabajadores), appelaient à la grève générale pour manifester leur opposition aux politiques en matière de travail mises en place par le gouvernement national qui représentaient une diminution significative des droits des travailleurs.

 

Ce mouvement est largement suivi. Devant les principales entreprises et administrations, partout en Espagne, les travailleurs montent dès le petit matin des piquets de grève. Le pays, ce jour-là, tourne au ralenti. Les seuls à travailler sont les huissiers qui viennent constater les « empêchements de travailler », un délit passible de la prison en vertu de l’article 315.3 du Code Pénal espagnol, et la police, qui charge violemment certains cordons ouvriers.

 

Les choses changèrent dès l’arrivée du gouvernement de Mariano Rajoy, leader du parti post-franquiste, le Parti populaire. Alfon, un jeune militant madrilène fut condamné à quatre ans de prison pour sa participation à la grève du 14 novembre 2012.

 

 

66 années de prison pour les « huit d’Airbus » ?

 

 

Cependant, une affaire encore plus grave secoue le pays de Cervantès, ce sont les « huit d’Airbus ». Lors de la grève générale du 29 septembre 2010, A Getafe, ville située au Sud de Madrid, où se trouve l’usine CASA (Construcionnes Aeronauticas SA) qui dépend d’EADS plus connu sous le nom de groupe Airbus et qui emploie 7.500 travailleurs, plusieurs centaines d’ouvriers se sont rassemblés à l’entrée du site pour exprimer leur soutien à la grève.

 

 

Les huit travailleurs d'Airbus risquent en tout 66 années de prison !

Les huit travailleurs d'Airbus risquent en tout 66 années de prison !

 

 

La présence de nombreuses unités de la police antiémeute aux portes de l’usine et leur attitude envers les travailleurs n’ont fait qu’accroître les tensions. Le comportement des forces de sécurité fut tel que plusieurs incidents sérieux se sont déroulés et ont conduit la police antiémeute à faire usage de ses armes et à tirer à au moins sept reprises.

 

Suite à ces incidents, le Tribunal de première instance a ouvert une audience concernant les allégations du ministère public à l’encontre de 8 syndicalistes de la CC.OO et de l’UGT qui ont été inculpés. Le ministère public a requis des peines d’emprisonnement de huit ans et trois mois pour chacun d’entre eux, qui font un total de soixante-six ans de prison, et une amende de 31.059,52 € pour laquelle les prévenus seraient conjointement et solidairement responsables. Le jugement devrait être rendu entre le 9 et le 12 février.

 

Pour les Commissions Ouvrières (CC.OO), le syndicat auquel appartiennent les militants d’Airbus, l’instruction de l’affaire a été émaillée de vices de procédures, le dossier reposant, lui, sur des « preuves » montées de toutes pièces. Dans toute l’Espagne, les deux principales centrales syndicales, les CC.OO et l’UGT ont lancé une campagne en défense des « huit de Airbus » et pour le droit de grève. Le hashtag créé pour l’occasion, #HuelgaNoEsDelito, « la grève n’est pas un délit », est des plus populaires sur tweeter.

 

Rajoy, en définitive, s’est placé dans la lignée du gouvernement précédent, celui des socialistes de Zapatero, sous qui les affaires pour violation de l’article 315.3 lors de la grève générale de septembre 2010 ont commencé à être instruites et qui n’ont été que des initiateurs en termes d’offensive en règle contre un Code du travail qu’a continué à attaquer à la pioche Rajoy, ces dernières années. Que va faire le nouveau gouvernement de gauche ? On attend ! En tout cas, cette affaire est un défi fondamental pour sa crédibilité. La pression est mise : à Getafe, la majorité municipale PSOE-Gauche Unie-Podemos a fait voter une motion exigeant l’arrêt des poursuites contre « les huit » et l’abrogation des lois de répression.

 

Affaire à suivre, comme on dit. Et l’enjeu est fondamental : c’est l’avenir de la branche politique du mouvement ouvrier qui est en cause !

 

 

Prison ferme pour les « huit de Good Year »

 

 

En France, quasi au même moment, mardi 12 janvier, le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné huit syndicalistes de l’usine Good Year d’Amiens-Nord, chacun à deux ans de prison, dont neuf mois fermes et cinq ans de mise à l’épreuve.

 

Le mouvement à « Good Year » fut très dur. L’entreprise menaçait de fermer en jetant à la rue ses 1.143 salariés. La direction fit la sourde oreille aux interrogations des travailleurs, ce qui accrut la tension. Une rencontre tendue eut lieu entre le directeur des ressources humaines accompagné de celui de la production avec les salariés réunis en assemblée générale. Devant leur mutisme et l’absence de réponses aux questions des travailleurs, les deux cadres furent séquestrés dans un bureau pendant une trentaine d’heures. Ils furent alimentés, étaient autorisés à prendre contact avec leurs proches. Ils furent libérés sans aucune violence et renoncèrent à déposer plainte.

 

Malgré cela, le Parquet décida de poursuivre et parvint ainsi à faire condamner à de la prison ferme les huit militants.

 

L’affaire est en instance d’appel. Ce jugement a déclenché un tollé de protestations dans toute la France. C’est la première fois qu’une condamnation aussi sévère est prononcée à l’égard de syndicalistes. L’un d’eux a d’ailleurs estimé que sa condamnation était liée à l’arrachage de la chemise du DRH d’Air France.

 

Pour Fiodor Rilov, l’avocat des huit condamnés et de la CGT, ce jugement est  manifestement le résultat d’une opération politique.

 

« Je ne crois pas un seul instant que le procureur d’Amiens ait décidé seul de requérir des peines de prison. On veut faire passer un message à ceux qui se battent contre la fermeture de leur entreprise, contre les délocalisations, pour leur emploi, leur dire ce qu’ils risquent. »

 

Pour l’avocat, les personnes condamnées l’ont été « du fait de leur statut de syndicalistes. On ne peut pas dissocier ce jugement du recul sans pareil des acquis sociaux décidés par le gouvernement. Et désormais, dans toutes les luttes sociales, il y aura le jugement d’Amiens en toile fond. »

 

 

Du baby-sitting

 

 

Xavier Mathieu, l’ex-syndicaliste de Continental, devenu comédien, a exprimé sa révolte : « Ceux qui ferment illégalement les entreprises, comme cela a été le cas pour Continental en 2009. Ceux qui sont responsables d’accidents mortels de salariés par manque de sécurité. Pas plus que les hommes politiques qui piquent dans la caisse. Eux ne font jamais de prison. Les responsables de Conti qui ont fermé illégalement l’usine, sans motifs économiques, ont eu, pour toute condamnation, une amende financière. Au total, ils ont dû débourser quelques dizaines de millions d’euros. Mais qu’est-ce que c’est par rapport aux milliards de bénéfices qu’ils ont empochés ? Ils auraient dû être obligés de payer les salariés mis à la porte jusqu’à ce qu’ils retrouvent un boulot ou qu’ils atteignent l’âge de la retraite. Mais non, ils ont juste versé de quoi les faire vivre un an ou deux.

 

 

Xavier Mathieu, l'ancien de Continental, n'a pas perdu son énergie militante.

Xavier Mathieu, l'ancien de Continental, n'a pas perdu son énergie militante.

 

«C’est révoltant. Qu’ont fait les mecs de Goodyear ? Ils se sont juste révoltés contre une injustice. Ils ont juste gardé des cadres parce qu’ils n’obtenaient pas de réponses à leur question. On est loin des séquestrations qu’on a pu connaître par le passé dans la métallurgie. Les types ont pu boire de l’eau, appeler leur proche. C’était plus du baby-sitting qu’autre chose. La violence, elle n’est pas de leur côté. Ce sont les fermetures d’usine qui sont violentes. Celles qui mettent les gens dans la merde, qui les poussent vers le suicide, l’alcoolisme, la drogue, la dépression, le RSA. »

 

 

Et la Belgique !

 

 

La Belgique n’est pas en reste. Suite aux grèves des cheminots de janvier 2016, un militant de la CGSP (Centrale Générale des Services Publics) cheminots s’est vu condamné à une astreinte de 1.686,89 € pour non-respect d’une ordonnance de justice lors de la première des 2 journées de grève sur le rail des 6 et 7 janvier. Il avait en effet participé le 6 janvier au piquet de grève rue de France à Bruxelles où se trouve le siège d’Infrabel (la société qui est chargée de l’infrastructure des chemins de fer et de la gestion du rail).

 

Ce mouvement devant durer cinq jours consécutifs ayant été annoncé par les organisations syndicales, début décembre 2015, le gouvernement nationaliste-libéral de Charles Michel a déclenché une campagne médiatique de dénonciation de cette grève. Les syndicats ont fait un geste en étalant les cinq jours (deux les 6 et 7 janvier et les trois autres plus tard en attendant le résultat des négociations avec la direction). . Le 21 décembre, le gestionnaire du rail avait obtenu un jugement du tribunal civil de Bruxelles interdisant tout piquet de grève devant les cabines de signalisation du réseau ferroviaire.

 

 

 

Cheminots en grève le 6 janvier à la gare du Midi à Bruxelles

Cheminots en grève le 6 janvier à la gare du Midi à Bruxelles

 

 

Selon Infrabel, cité par le journal financier L’Echo, l’huissier aurait constaté que le cheminot incriminé et d’autres grévistes empêchaient les agents d’Infrabel, dont un directeur, d’accéder au bâtiment du «trafic control» à Bruxelles. Le cheminot aurait bousculé le directeur et aurait eu un comportement violent à l’égard d’une femme enceinte, conduisant l’huissier à signifier l’ordonnance et à dresser le constat. Il faut préciser qu’aucun procès verbal n’a été dressé par la police et qu’aucune plainte n’a été déposée. C’est donc la version des faits établie par l’huissier qui est la cause de cette astreinte. Précisons en outre que le siège d’Infrabel, même s’il s’appelle « trafic control », n’est pas une cabine de signalisation…

 

Tout cela fait dire au secrétaire régional de la CGSP, Philippe Dubois : « Ce qui est interpellant dans ce "commandement" à charge de notre représentant, c'est que l'astreinte ne lui a effectivement jamais été assignée au piquet de grève, rue de France. Aucun officier de police n'a relevé son identité. Cela pourrait signifier que, lors des futures grèves, des huissiers assignent des participants aux piquets, dès lors que leurs noms sont connus.

 

ll s’agit d’une attaque frontale contre le droit de grève. J’ai peur pour notre démocratie ! »

 

Le militant impliqué n’est d’ailleurs pas n’importe qui. Jordan Croeisaerdt est accompagnateur de train et délégué syndicat à la CGSP Cheminot, a 32 ans, du bagout, une envie de changer le monde. C’est un militant au MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) et à la JOC. Il soutient en outre les mouvements féministes.

 

 

Un beau costume cravate

 

 

Fils d’un ouvrier cheminot, Jordan a grandi dans les logements mis à disposition du personnel, rue de France justement. Après avoir travaillé comme livreur pour un garage, multiplié les petits boulots dans l’Horeca et travaillé deux fois aux vendanges, ses parents ont voulu qu’il se stabilise. « Deviens accompagnateur de train, tu auras un beau costume cravate ! », m’a dit mon père, sourit Jordan. « J’ai passé toutes mes formations. On nous disait alors : vous allez avoir un statut en or. Aujourd’hui, après 12 ans de service, j’ai franchement peur pour mon emploi : la SNCB veut supprimer les accompagnateurs de train. Mais ce qui m’effraie le plus, c’est que nos chemins de fer ne tombent en faillite. Je lutterai jusqu’au bout contre la privatisation de ce service public ».

 

 

Jordan Croeisaerdt n'a certes pas le profil de mouton requis pour la direction ultralibérale d'Infrabel.

Jordan Croeisaerdt n'a certes pas le profil de mouton requis pour la direction ultralibérale d'Infrabel.

 

 

En définitive, ne serait-ce pas lui personnellement, qui a été visé ? Le parcours de Jordan ne doit pas être tout à fait conforme à ce que la direction ultralibérale d’Infrabel attend d’un travailleur docile !

 

 

Vers l’unité syndicale ?

 

 

La FGTB (l’organisation syndicale dont fait partie la CGSP) a déposé un recours contre cette astreinte. Ainsi, tout le mouvement syndical manifeste sa solidarité à l’égard des travailleurs du chemin de fer.

 

Il était temps que renaisse l’unité syndicale !

 

Celle-ci s’est d’ailleurs manifestée par une initiative de jeunes militant(e)s de la CGSP enseignement. Ils ont lancé un appel à la solidarité pour Jordan Croeisardt que nous reproduisons intégralement.

 

 

 

En Belgique comme ailleurs: NON à la répression des mouvements sociaux !

 

 

Nous, syndicalistes, travailleurs, chômeurs, jeunes, pensionnés,… tenons à affirmer notre soutien aux syndicalistes menacés par des politiques répressives et antidémocratiques, tant en Belgique que partout ailleurs.

 

Dans ce contexte, nous affirmons pleinement notre soutien au camarade cheminot Jordan Croeisaerdt, accompagnateur de train et vice-président de la CGSP- Cheminot dans la région bruxelloise. Dans la foulée des dernières grèves des cheminots en janvier 2016, ce dernier s’est vu infliger une astreinte de près de 1700€ pour participation à un piquet de grève. La méthode employée est scandaleuse (aucun huissier ne lui a remis de document au piquet ; il a reçu l’astreinte à son domicile, après que la direction a vraisemblablement communiqué son nom et son adresse aux huissiers) et les accusations portées contre lui dans les médias sont mensongères.

 

Il s’agit en réalité d’une tentative nette d’intimidation s’inscrivant dans un contexte général de répression accrue des mouvements sociaux tandis que l’austérité imposée est, elle, de plus en plus violente. Nous nous inquiétons et dénonçons fermement cette criminalisation généralisée.

 

Tout ceci n’est pas sans rappeler : en France, les peines de prison écopées par les syndicalistes de Goodyear luttant pour leur emploi ou le licenciement abusif des salariés d’Air France; en Espagne, les poursuites judiciaires contre 300 travailleurs et les tirs de flash-ball sur les mineurs en grève.

 

De même, en Belgique, la violence à laquelle ont été confrontés les ouvriers d’Arcelor Mittal n’était que les prémisses d’une violence qui se généralise à l’encontre de la contestation et le recours systématique aux huissiers lors des grèves instaure un climat de peur et exacerbe les tensions.

 

Tout ceci n’a que trop duré, une attaque contre l’un d’entre nous est une attaque contre tous! Il est évident que le gouvernement réactionnaire a déclaré une guerre sociale en s’attaquant de front à nos acquis sociaux, à nos services publics, à nos conditions de travail et de salaires. Et face à la colère grandissante de la population, il s’en prend aujourd’hui à nos droits syndicaux et à nos libertés fondamentales. Cette politique contraste avec l’impunité totale dont jouissent les grands fraudeurs fiscaux, les patrons voyous et certaines multinationales sans scrupule.

 

Face à de telles dérives, nous nous devons urgemment de nous unir et de réagir collectivement. C’est pourquoi, nous nous engageons à participer à toute initiative allant dans ce sens.

 

Ainsi, nous nous opposons et disons :

 

• STOP à toute forme de répression du mouvement social ;

 

• STOP à l’instrumentalisation médiatique visant à criminaliser systématiquement le mouvement syndical dans son ensemble ;

 

• STOP à la privatisation progressive de nos services publics ;

 

• STOP à la destruction de nos acquis sociaux !

 

Nous défendons et sommes :

 

• POUR un soutien total à Jordan Croeisaerdt, pour que cesse immédiatement toute poursuite à son encontre ;

 

• POUR un rail fort, de qualité, gratuit et public, nécessaire dans le contexte de transition énergétique à mener dans les années à venir ;

 

• POUR un investissement massif dans tous les services publics ;

 

• POUR une mobilisation large et conséquente pour défendre ces droits et nos acquis !

 

Nous appelons à organiser:

 

• Une conférence de presse : pour contrecarrer les mensonges médiatiques ;

 

• Un meeting public en front commun : pour fédérer et mobiliser contre ces attaques ;

 

• Des assemblées générales dans tous les secteurs : afin d’affirmer une position claire et préparer la riposte ;

 

• Des actions et une mobilisation massive: pour défendre le cas de Jordan et, à travers lui, le droit à l’action collective.

 

N’hésitez pas à soutenir le camarade Jordan, en signant la pétition!

 

Un bel exemple de solidarité interprofessionnelle ! La jeune génération militante a retenu par elle-même les leçons de leurs aïeux : la flamme de la Résistance ne s’éteindra jamais. C’est à un niveau européen qu’elle doit éclairer les luttes. Et la solidarité doit exister entre toutes et tous.

 

Qui a dit que l’histoire ne repasse jamais les plats ?

 

 

 

Pierre Verhas

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires