Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 17:40

 

 

 

La guerre de succession est lancée en Allemagne et la puissante chancelière chrétienne démocrate Angela Merkel se présente pour un troisième mandat. Une nouvelle victoire est loin d’être certaine. Merkel est incontestablement affaiblie par la crise des migrants et aussi – on en parle moins – par la montée du chômage et de la pauvreté dans une Allemagne réputée avoir l’économie la plus forte de l’Union européenne. Berlin a perdu de sa superbe, non seulement suite à l’abominable carnage du marché de Noël mais à cause d’une instabilité économique et sociale qui prend d’inquiétantes proportions.

 

 

Le nouveau parti raciste ARD menace la droite de la toute puissante CDU-CSU et peut rogner sur l’électorat du tout aussi important SPD. Les deux principaux candidats en lice, Angela Merkel et Martin Schultz, pour occuper le siège de la chancellerie auront du fil à retordre et bien malin qui peut affirmer qui sera le vainqueur.

 

 

 

 

Angela Merkel et Martin Schultz. L'un des deux sera le prochain chancelier. Sera-t-il (elle) un second Nixon ?

Angela Merkel et Martin Schultz. L'un des deux sera le prochain chancelier. Sera-t-il (elle) un second Nixon ?

 

 

 

 

Mais quel que soit le ou la prochain(e) chancelier(e), la question économique et monétaire sera prioritaire et il faudra poser la question de l’avenir de la monnaie dite unique, l’Euro.

 

 

Pour bien comprendre, il faut remonter l’histoire jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale. Le déséquilibre économique inquiétant entre les vainqueurs occidentaux menaçait l’existence de la nouvelle Alliance atlantique. Le Canada et les Etats-Unis qui n’avaient quasi pas subi les affres de la guerre sur leurs territoires respectifs étaient sortis enrichis de la guerre, alors que la Grande Bretagne et tous les pays d’Europe occidentale étaient exsangues.

 

 

Le déséquilibre entre les deux continents constituait une menace sérieuse au projet atlantique.

 

 

Il a fallu établir un accord monétaire. Ce fut l’objet de la conférence de Bretton-Woods. Celle-ci se termina par un accord en réalité imposé par les Etatsuniens, le 22 juillet 1944.

 

 

Deux thèses étaient en présence. Celle de John Maynard Keynes qui avait élaboré son système dès 1941 et celle Harry Dexter White, le Secrétaire d’Etat aux finances de Roosevelt.

 

 

 

 

 

Harry Dexter White, Secrétaire d'Etat américain aux finances et John Maynard Keynes à Bretton Woods

Harry Dexter White, Secrétaire d'Etat américain aux finances et John Maynard Keynes à Bretton Woods

 

 

 

Keynes que le grand public connaît comme étant l’économiste qui préconise des investissements publics pour redresser les économies en crise – ce qui n’est que partiellement exact – avait une vision internationaliste de l’économie. Il souhaitait fonder un système international fondé sur les échanges égalitaires entre nations « relations susceptibles d’être rééquilibrées chaque année par la réévaluation ou la dévaluation des monnaies nationales, et disposant d’une monnaie de compte commune, le bancor. » (Voir Paul Jorion, Le dernier qui s’en va éteint la lumière, Fayard, 2016, p. 90, et Paul Jorion, Penser tout haut l’économie avec Keynes, pp. 259 et sq, Odile Jacob, 2015).

 

 

La thèse américaine voulait que tous les pays prennent le dollar comme monnaie de référence basée sur une valeur fixe de l’or (35 dollars par once d’or). Ce système fonctionna tant que les USA étaient en excédent commercial. Mais, les dépenses relatives à la course aux armements, à la conquête spatiale, à la guerre du Vietnam, du Laos et du Cambodge finirent par endetter considérablement les Etats-Unis.

 

 

« Il s’avéra que « défendre le monde libre » - la sphère d’influence des Etats-Unis dans le cadre de la guerre froide – était de plus en plus coûteux. Nixon dénonça l’accord de Bretton Woods en 1971. »

 

 

Cela fit l’effet d’une bombe. C’était la fin de la relative stabilité monétaire occidentale. Et puis, trois ans après, ce fut le premier choc pétrolier qui frappa durement l’Europe.

 

 

 

 

 

 

 

Richard Nixon annonça la rupture unilatérale des accords de Bretton Woods. Aucun pays occidental n'osa faire de représailles

Richard Nixon annonça la rupture unilatérale des accords de Bretton Woods. Aucun pays occidental n'osa faire de représailles

 

 

 

Le système de Bretton Woods était vicié au départ.

 

 

Mais, le système de Bretton Woods était vicié au départ. Robert Triffin (1911 – 1993), un économiste belge et professeur à l’Université catholique de Louvain, fit observer qu’une monnaie ne peut représenter deux monnaies distinctes, en l’occurrence celle des Etats-Unis et celles utilisant le dollar comme monnaie de référence à l’extérieur du territoire. En effet, les différences des paramètres économiques de chaque pays sont telles que des déséquilibres devaient apparaître. Ce ne fut pas le cas étant donné la période de croissance que l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale connurent jusqu’à la fin des années 1960.

 

 

 

 

 

Robert Triffin, économiste et professeur à l'UCL, nota le paradoxe du système monétaire international de Bretton Woods et qui s'applique aussi à l'Euro.

Robert Triffin, économiste et professeur à l'UCL, nota le paradoxe du système monétaire international de Bretton Woods et qui s'applique aussi à l'Euro.

 

 

 

Après le diktat de Nixon, la Communauté économique européenne inventa ce qu’on appela le « serpent monétaire ». Pour assurer la stabilité des économies européennes, les monnaies des Etats-membres pouvaient fluctuer entre une limite basse et une limite hausse qui, elles, fluctuaient avec le dollar. Ce système ne fonctionna guère. Il n’y avait pas d’organisme de contrôle et les monnaies de certains pays dépassèrent les limites du « serpent ».

 

 

En 1979, constatant que le « serpent » ne fonctionne pas, après de dures négociations, le système monétaire européen (SME) fut adopté. Il consiste à établir un cadre de fluctuation des monnaies autour d’un cours monétaire, l’ECU, qui fait office de pivot de référence. Ce n’est pas une monnaie de référence, mais un outil virtuel déduit quotidiennement selon le cours des changes des monnaies des Etats-membres.

 

 

Le SME plus efficace, disposant d’un instrument de contrôle, fonctionna plus ou moins bien jusqu’à la mise sur pied de l’Euro.

 

 

Cependant, on se trouve devant le même problème posé par Robert Triffin avec l’Euro né du traité de Maastricht de 1992 et définitivement mis en route en 2002.

 

 

En effet, l’Euro n’est pas une réelle monnaie comme le dollar. Il n’y a aucune autorité politique qui le gère. C’est d’ailleurs la principale critique que l’on peut émettre à l’égard de la soi-disant « monnaie unique ». Même, le père du néolibéralisme, Milton Friedman critiqua la conception de l’Euro dans ce sens.

 

 

L’Euro n’est pas une vraie monnaie.

 

 

L’Euro est comme pour le SME un panier des monnaies des Etats-membres avec une unité de référence, même s’il a remplacé les monnaies nationales. C’est la raison pour laquelle, le traité de Maastricht a fixé les fameux critères de convergence.

 

 

Ces critères avec entre autres les fameux 3 % de déficit public par rapport au PIB d’un Etat membre, ont été fixés sur la base des canons de l’ordolibéralisme germanique qui s’est imposé à tous les pays de la zone Euro.

 

 

Et c’est ici que l’on retrouve le fameux dilemme de Triffin. Au niveau de l’Euro, l’équilibre est fixé sur la base du respect des critères de convergence. Or, chaque Etat est obligé de respecter les mêmes critères qui se sont durcis avec le Pacte de stabilité et le traité budgétaire. Si un pays n’y parvient pas, ou dérive par rapport aux critères, sa position dans la zone Euro devient intenable, d’autant plus qu’il est sanctionné comme c’est le cas avec la Grèce.

 

 

C’est l’Allemagne qui mène le jeu dans la zone Euro. Elle est la principale force économique du continent, disposant de la plus grande richesse tout en bénéficiant des marchés et des bas salaires de l’Est européen. Remarquons au passage qu’elle n’a pas toujours respecté les fameux critères, notamment en matière de déficit.

 

 

Sur le plan monétaire, elle est la maîtresse absolue de l’Euro, car parler de monnaie unique est un mensonge. On a voulu faire une unité monétaire commune, une sorte de Bretton Woods à l’européenne. Cela a abouti à la domination de l’économie européenne par l’Allemagne. Il n’y a en outre aucun équilibre au sein de l’Eurozone puisque l’Allemagne a un excédent de sa balance commerciale qui n’est en rien compensé pour donner de l’oxygène aux pays déficitaires ou même en équilibre.

 

 

Or, le paradoxe de Triffin fait remarquer que le pays possédant la monnaie de référence internationale doit forcément connaitre un déficit dans ses paiements avec le reste du monde, ce qui tend paradoxalement à affaiblir son économie et la confiance dans sa monnaie, aboutissant à faire de la monnaie de référence une monnaie moins attractive et donc de moins en moins de référence.

 

Ce n’est pas encore le cas. L’Allemagne continue avec ses excédents entretenant ainsi le déséquilibre au sein de la zone Euro. Cependant, elle montre des signes d’essoufflement.

 

Aussi, de nombreux économistes se rappellent aujourd’hui le programme de John Maynard Keynes : créer une monnaie de référence internationale qui ne soit pas en même temps une monnaie nationale. Ce qui équivaudrait à réformer fondamentalement l’Euro en mutualisant les dettes souveraines et en procédant à un audit de celles-ci pour savoir quelles sont les dettes légitimes et les dettes « odieuses » pour reprendre l’expression d’Eric Toussaint du CADTM. Cela nécessiterait aussi une harmonie fiscale au sein de la zone Euro et un système de rééquilibrage des excédents et des déficits des différents Etats-membres. C’est tout cela qui constitue les bases d’une réforme fondamentale de l’Euro.

 

Abandonner l’Euro comme le préconisent certains, serait catastrophique. On en reviendrait à des monnaies nationales dévaluées et avec des différences de change qui, à terme, généreraient une crise sans précédent. Et, paradoxalement, on le voit avec l’Euro.

 

La baisse du dollar depuis la crise de 2008 – 2009 a eu des conséquences différentes d’un Etat membre à l’autre de l’Union européenne. Ainsi, la France en a beaucoup souffert puisque son industrie de haute technologie (Airbus, par exemple) pâtit d’un Euro fort par rapport au dollar. C’est sans doute la raison de la délocalisation d’Airbus vers les USA. Par contre, c’est tout bénéfice pour l’Allemagne : son secteur BTP, gros consommateur d’énergie et importateur de matériaux, est avantagé par la baisse de la monnaie américaine.

 

Un Nixon allemand ?

 

Mais ce qui pourrait arriver, ce serait l’abandon de l’Euro par l’Allemagne. Le chancelier qui sera élu en 2017 agirait comme Nixon en 1971. Il pourrait très bien décider d’en revenir au Deutsche Mark ou à une forme d’Euro propre à l’Allemagne, car son actuelle politique de tutelle de l’Eurozone avec des mesures drastiques et injustes finira par rendre la situation impossible aux autres pays de la zone. Il pourrait y avoir plusieurs Grèce et, politiquement comme sur les plans sociaux et économiques, ce serait intenable.

 

Cela aurait évidemment des conséquences catastrophiques. Aussi, la réforme de l’Euro est urgente. Mais, beaucoup diront que c’est un vœu pieux. Quel chef d’Etat ou de gouvernement de l’Union européenne est à même de tenir tête à la chancelière allemande ? Pourrait-il y avoir un accord suffisamment solide pour cette réforme ?

 

En clair, une Europe politique est-elle possible ? Les peuples auront-ils encore quelque-chose à dire ? Cela n’est pas impossible. On l’a vu avec la contestation du CETA par le gouvernement de la petite Wallonie sous la direction de Paul Magnette. Mais, ce sera long, dur et difficile. Et il faut essayer.

 

En effet, sans Europe politique et dans le seul cadre d’un marché unique géré par une monnaie hybride, on agit dès lors dans le plus grand intérêt des entreprises transnationales qui maintiendront le vieux continent sous une chape de plomb.

 

 

Va-t-on l’accepter ou envisage-t-on une riposte, ou mieux une alternative ?

 

 

 

 

 

Pierre Verhas

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires