Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 09:06

 

 

 

Non, Monsieur Di Rupo, non, Madame Onkelinx, vous n’êtes plus les maîtres d’un vieux parti que vous avez contribué à démolir par votre soif inextinguible de pouvoir et ainsi, vous avez flétri l’idée même de socialisme.

 

 

Le bourgmestre de Bruxelles, le socialiste Yvan Mayeur et la présidente du CPAS (Centre publique d’aide sociale), Pascale Peraïta, respectivement administrateur et présidente du Samusocial ont touché des jetons de présences substantiels pour des réunions du Conseil d’administration dont on soupçonne que certaines étaient fictives. Les émoluments des administrateurs représentent 36 000 Euros sur un budget de 58 000 Euros ! Gros scandale, évidemment. Ces mandats devraient être gratuits et tout l’argent provenant de subventions devrait être redistribué à l’aide aux sans-abris. En plus, des soupçons de malversations dans la gestion sont émis par des experts.

 

 

 

Le trio Peraïta, Mayeur, Onkelinx sonne l'hallali pour le PS ! (montage La Libre Belgique)

Le trio Peraïta, Mayeur, Onkelinx sonne l'hallali pour le PS ! (montage La Libre Belgique)

 

 

 

Se rend-on compte de l’état d’esprit des maraudeurs du Samusocial qui ne touchent pratiquement rien et qui s’épuisent et prennent des risques en s’occupant durant la nuit des SDF ? Que doivent-ils penser de la conduite de leurs patrons alors que leur vocation est d’aider les gens se trouvant dans la pire détresse ?

 

 

 

L’affaire du Samusocial de Bruxelles est la lame de fond qui a déclenché le raz de marée. Prendre l’argent destiné à aider ceux qui sont dans la pire détresse est inqualifiable ! Par-dessus le marché, l’avocat du Samu social, une collaboratrice de Me Uyttendaele, ci-devant époux de Laurette Onkelinx, se permet de faire pression sur le gouvernement bruxellois et sur le président du Parlement bruxellois, le socialiste Charles Picqué, pour qu’il n’y ait pas de commission d’enquête parlementaire ! Le grand Charles a vu rouge et, en réaction, a fait voter la constitution d’une commission d’enquête sur le Samu social. C’est à l’unanimité que le Parlement de la Région de Bruxelles capitale a approuvé ! De son côté, dans une émission à la radio flamande, Laurette Onkelinx plaidait pour le maximum de transparence ! Le double langage est vraiment son image de marque.

 

 

 

 

 

Charles Picqué, le président socialiste du Parlement bruxellois, ne s'en est pas laissé conter !

Charles Picqué, le président socialiste du Parlement bruxellois, ne s'en est pas laissé conter !

 

 

 

Le lendemain matin, le 8 juin, à la RTBF, le ministre- président Vervoort conseille à Yvan Mayeur de démissionner. De toutes parts, les invitations à opérer un retrait sont envoyées au bourgmestre de Bruxelles et à Pascale Peraïta. Le soir même, c’est chose faite.

 

 

 

Et on soupçonne déjà une nouvelle combine : alors que le mayorat devrait logiquement revenir à l’échevin socialiste, Philippe Close, il semblerait que la Fédération bruxelloise du PS, c’est-à-dire Laurette Onkelinx, pencherait pour la députée échevine socialiste Karine Lalieux. Cela permettrait à Yvan Mayeur de récupérer un siège de député, puisque Lalieux devrait démissionner de ce poste si elle ceint l’écharpe mayorale. Ainsi, le pauvre petit n’émargerait pas au chômage ! D’après les dernières nouvelles – la ficelle était vraiment trop grosse – on s’orienterait vers une autre solution. Mais Philippe Close sera finalement nommé au grand dam des combinards qui en seront pour leurs frais.

 

 

 

 

 

 

Yvan Mayeur annonce sa démission au Conseil communal de Bruxelles-Ville.

Yvan Mayeur annonce sa démission au Conseil communal de Bruxelles-Ville.

 

 

 

Le partenaire SPa, les Socialistes flamands, dégoûté, a claqué la porte de ses négociations et ne fera sans doute pas partie de la coalition qui désignera le successeur d’Yvan Mayeur. Cela peut avoir de sérieuses conséquences politiques : cela risque de séparer les francophones et les flamands de Bruxelles qui vivent jusqu’à présent en très bonne entente. On mesure ainsi les conséquences de ces combines d’appareil et l’inconscience des dirigeants !

 

 

 

En effet, les caciques socialistes francophones belges ne veulent rien comprendre ! Et ils ne comprennent rien ! Laurette Onkelinx, son mari, le célèbre avocat Uyttendaele, le président du PS, Elio Di Rupo ont montré en cette affaire une duplicité sans nom tout en n’ayant aucun sens de l’évolution des choses.

 

 

 

 

L'avocat Marc Uyttendaele, mari de Laurette Onkelinx, risque de perdre de sa superbe !

L'avocat Marc Uyttendaele, mari de Laurette Onkelinx, risque de perdre de sa superbe !

 

 

 

Après l’affaire Publifin à Liège, celle de l’ISPPC à Charleroi et maintenant le Samusocial à Bruxelles, le PS est désormais à terre. Nul ne voit comment il peut se redresser, surtout après la mascarade du samedi 3 juin à Bruxelles.

 

 

 

Sentant un vent de fronde chez les militants du PS, le président Di Rupo les a réunis le 3 juin à la salle de la Madeleine à Bruxelles pour proposer d’importantes réformes dans la « gouvernance » du Parti. Il s’agissait d’un catalogue de banalités et de vœux pieux, des os à ronger, quoi, sauf qu’une proposition fut difficile à avaler : le décumul intégral des mandats n’interviendrait… qu’en 2024 ! C’est-à-dire à la fin de la prochaine législature… Tollé chez les militants qui l’ont rejetée à 63 % des voix ! Elio Di Rupo a réagi par après avec sa coutumière langue de bois.

 

 

 

 

 

Yvan Mayeur et Elio Di Rupo du temps de leur gloire...

Yvan Mayeur et Elio Di Rupo du temps de leur gloire...

 

 

Trop, c’est trop ! Trop is te veel !

 

 

Lorsqu’il était Premier ministre, Elio Di Rupo a cédé aux demandes les plus antisociales des libéraux, comme l’exclusion des jeunes chômeurs de longue durée. Quand il a quitté le gouvernement, il s’est fait réélire Président du PS alors que son mandat n’était pas terminé ; cela, bien sûr, pour éviter un éventuel concurrent. On n’est jamais trop prudent !

 

 

Arrivent les attentats terroristes du 22 mars 2016, les regards se tournent vers Molenbeek qui a été dirigée pendant dix-huit ans par Philippe Moureaux, alors tout puissant président de la Fédération bruxelloise du PS. On « découvre » qu’il s’est laissé manipuler par les « mosquées » où il allait pêcher son électorat. Résultat : les cellules djihadistes étaient bien implantées à Molenbeek.

 

 

Laurette Onkelinx succède à Moureaux à la présidence de la Fédération bruxelloise du PS qu’elle contribue à cadenasser avec son staff issu des cabinets ministériels. Elle doit cependant se débarrasser de son fidèle second, Goldstein, pour des raisons qui sont restées obscures.

 

 

Eclate à Liège l’affaire Publifin qui révèle des arrangements illégaux et d’énormes conflits d’intérêts. Comme ce n’est pas assez, c’est à Charleroi qu’une nouvelle « affaire » est révélée : celle de l’ISPPC, un hôpital public géré par les Socialistes. Enfin, c’est le Samusocial à Bruxelles !

 

 

Cette accumulation d’affaires en quelques semaines montre que le Parti est gangréné. A cela, il y a des causes.

 

L’une d’elles est mise en évidence par Henri Goldman qui écrit sur son blog repris par « Mediapart » :

 

 

« Le chemin qu’il [Yvan Mayeur] a parcouru depuis est banalement classique. Sa « dérive » n’a pas pour cause une infirmité morale particulière. Elle n'est que le produit naturel des conditions courantes de l’exercice de la fonction politique en Belgique. Tant de militants naguère désintéressés y ont succombé, par glissements successifs. Se dessine alors une curieuse « échelle de Richter » de la dégradation des mœurs qu’il est tentant d’appliquer à tous ceux qui ont décidé de faire de la politique leur profession. ».

 

 

Après 27 années de pouvoir au « fédéral » sans discontinuer et encore plus à la Région wallonne et dans une moindre mesure à la Région bruxelloise, le militantisme s’est mué en carriérisme. Le PS a perdu son âme, c’est-à-dire sa force de contestation. Comment faire preuve d’esprit critique lorsque sa carrière dépend du bon vouloir des dirigeants du Parti ?

 

 

Une autre cause est idéologique : le PS belge francophone comme le PS français a pris le tournant néolibéral, même si les « communicateurs » du PS belge usent de propos plus radicaux… Encore une fois, le double langage.

 

 

Et, on le voit par les derniers scandales, le PS a voulu jouer dans la « cour des grands ». Mal lui en prit, même si l’impact réel des « affaires » du PS en terme de finances, il n’arrive pas à la cheville du Kazakhgate qui éclabousse la droite libérale.

 

 

Un parti comme le PS se doit d’être irréprochable sur le plan éthique. C’est son ADN. Manifestement, il est perdu…

 

 

Ainsi, le PS termine sa longue descente aux enfers qui a commencé par l’assassinat d’André Cools à Liège le 18 juillet 1991 et qui, sans doute, s’achève au Samusocial à Bruxelles, le 8 juin 2017.

 

 

 

 

L'assassinat d'André Cools à Cointe le 18 juillet 1991 marque le début de la descente aux enfers du PS.

L'assassinat d'André Cools à Cointe le 18 juillet 1991 marque le début de la descente aux enfers du PS.

 

 

 

C’est un cataclysme politique qui s’annonce : la gauche est amputée de sa principale formation politique. Il reste le PTB qui a le vent en poupe, mais qui traîne derrière lui son passé de parti maoïste qui lui colle à la peau, même si, manifestement, il a évolué. Il a l’énorme avantage d’être présent sur le terrain : dans les maisons médicales, dans les entreprises, via les délégations syndicales, dans le mouvement associatif.

 

 

Y a-t-il donc un espoir ?

 

 

 

 

Robert Vertenueil, le nouveau secrétaire général de la FGTB fait une analyse lucide de la situation de la gauche en Belgique.

Robert Vertenueil, le nouveau secrétaire général de la FGTB fait une analyse lucide de la situation de la gauche en Belgique.

 

 

 

Le nouveau secrétaire général de la FGTB Robert Vertenueil prône un rapprochement PS PTB afin de reconstituer une vraie gauche. Il a raison. Mais ce rapprochement doit impérativement se faire par la base et non par les appareils qui sont définitivement grippés.

 

 

 

 

Pierre Verhas

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

jean hubae 09/06/2017 11:30

C'est toute la classe politique qui est pourrie, les "affaires" recentes ne sont que la partie visible de l'iceberg. Un grand nettoyage s'impose, mais qui pourrait s'en charger.