Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 11:11

Nous publions ici un article sur la crise géorgienne du polémiste français Malakine qui tient un très intéressant blog appelé « horizons ». Il y dénonce l’occidentalisme qui mène droit à l’impasse.

 

Sans doute est-ce le signe d’un revirement de l’opinion qui en a assez des politiques ultralibérales qui mènent à la précarité et de ces guerres non voulues et non comprises qui font de « l’Occident » un agresseur permanent du reste du monde. 

 

Cependant, cette opinion doit s’inscrire dans une opposition structurée et forte. Ce n’est pas la social-démocratie actuelle qui en est capable. Il suffit de voir les ridicules batailles des « chefs » au PS français et les tergiversations du PS francophone belge qui s’agrippe au pouvoir car c’est sa seule raison d’être.

 

Le combat aura besoin d’hommes et de femmes bien plus forts et d’une structure politique populaire et efficace. Et ce n’est que dans le peuple que se trouve ce réservoir qui n’attend qu’une occasion pour s’exprimer.

 

La faiblesse de l’ultralibéralisme est de ne pas tenir compte du peuple. C’est son talon d’Achille.

Ce curieux besoin de s'inventer des ennemis


Les diplomaties occidentales, avec leurs cris de vierges effarouchées, n'auront fait que précipiter l'inéluctable issue de la crise géorgienne. Très logiquement, la Russie a reconnu l'indépendance des provinces sécessionnistes d'Ossétie du sud et d'Abkahzie. En dépit de toute rationalité comme de ses propres intérêts, la communauté internationale s'insurge depuis contre « cet acte irresponsable qui bafoue le sacro-saint principe d'intégrité territoriale », relayé en cela par un appareil de presse hystérique qui n'hésite plus à présenter la Russie comme la nouvelle grande menace géopolitique de ce siècle.

L'affaire géorgienne n'est pourtant qu'une réplique light du Kossovo où il est bien difficile de reprocher grand chose à la Russie. Contrairement au Kossovo, les provinces étaient déjà, de fait, indépendantes depuis une quinzaine d'années. Contrairement à l'OTAN en 1999, la Russie n'a pas inventé de toute pièce une menace contre les populations civiles pour intervenir. Elle n'a pas provoqué de nettoyage ethnique ni bombardé la capitale de l'ennemi, ni même destitué le responsable de l'agression. La Géorgie est toujours un état souverain. Saakachvili est toujours au pouvoir. Le pays n'est pas occupé militairement. Et les territoires séparatistes ne sont pas moins géorgiens aujourd'hui qu'ils ne l'étaient hier.
La Russie n'a même pas renié sa parole. Sa position sur cette affaire a toujours été d'une extrême clarté et d'une parfaire constance. En Mai dernier j'indiquais déjà que « Le message de la Russie à l'égard de ses voisins est très clair. L'adhésion à l'alliance atlantique ne pourra s'envisager qu'au prix d'un éclatement de ces pays. La Géorgie devra faire son deuil de l'Abkhazie et de l'Ossetie du sud ». Et au moment de la négociation du plan de paix par Sarkozy je n'avais pas manqué de souligner que « Quand Sarkozy insistait sur la souveraineté de la Géorgie, Medvedev en appelait à l'auto-détermination des républiques séparatistes, faisant explicitement référence au précédent du Kossovo ».

La reconnaissance de l'indépendance des deux républiques n'est une surprise que pour ceux qui cultivent la pire mauvaise foi ou pour ceux qui n'ont rien suivi de cette affaire. La France a d'ailleurs particulièrement tort de s'en offusquer. En renonçant à intégrer le principe d'intégrité territoriale dans les 6 points du plan de paix, elle a de fait accepté l'indépendance des régions séparatistes. Medevev a beau jeu d'affirmer aujourd'hui qu'il a respecté les principes du plan de paix négocié par Sarkozy.

Les commentateurs évoquent le risque de contagion, mais de quoi parle t-on exactement ? Ce risque est un pur fantasme. Il n'y a qu'un cas similaire dans toute l'ancienne URSS de région autonome ouvertement pro-russe, c'est le cas de la Transnistrie aux frontières de la Moldavie. Mais le président Moldave ne sera jamais assez fou pour lancer ses chars à la reconquête de ce territoire perdu depuis 15 ans ! Tout le monde n'est pas aussi mentalement dérangé que le président géorgien.
L'autre cas c'est bien évidemment l'Ukraine avec le cas de la Crimée, mais il n'y a pas ici d'autonomie que le pouvoir central pourrait chercher à reconquérir par la force. Et d'ailleurs, le rapport de forces en Ukraine a bien changé depuis la révolution orange. Le président Youchenko, ami personnel de Saakachvili et aussi américanophile que lui, est totalement marginalisé. La premier ministre, l'ancienne égérie de la révolution, Yulia Timochenko s'est montré beaucoup plus prudente dans cette affaire, au point de s'être fait accuser de haute trahison.
Il y a fort à parier que cette affaire aura mis un terme définitif au tropisme occidental de l'Ukraine. Les Ukrainiens, tout autant que les Russes, sont nostalgiques de la grandeur passée de l'Union soviétique. Il suffit que la Russie retrouve son rang et elle retrouvera sa force d'attraction à l'égard de ses voisins, d'autant plus sûrement dans le même temps l'Europe s'enfoncera dans la récession.

En réalité, malgré les menaces réciproques et les propos martiaux des dirigeants, la situation de crispation actuelle satisfait tout le monde.
Le Kremlin a pu montrer à l'opinion publique mondiale qu'il était capable de tenir tête, avec une détermination impressionnante, aux pressions de ceux qui n'ont eu de cesse que de l'humilier et de l'affaiblir depuis quinze ans. En agissant de manière aussi unilatérale que les Américains, la Russie s'est hissée à leur niveau, retrouvant ainsi son rang perdu de superpuissance.

De leur coté, les occidentaux ont également atteint leur objectif : s'inventer un nouvel ennemi pour recréer de toute pièce un manichéisme rassurant opposant des gentils et des méchants. Car aujourd'hui la nervosité est essentiellement de leur coté. En Europe, l'Occident s'évertue à restaurer un climat de guerre froide avec la Russie. Au Moyen Orient, il s'amuse à livrer des guerres de nature coloniale sous prétexte de lutter contre le terrorisme et pour la défense de la démocratie et les droits de l'homme.

Réinvestir le terrain des valeurs

L'Occident est confronté à une crise profonde qui le laisse désemparé. Son système économique produit toujours plus d'inégalités, sans plus créer de richesses. Le niveau de vie se dégrade. La crise systémique menace, sans que quiconque puisse l'éviter faute d'être en mesure d'imaginer des solutions alternatives. L'Horizon est bouché et le déclin est inexorable.

C'est pourquoi l'occident panique. Les gouvernants cherchent par-dessus tout à éviter le tête à tête avec leur opinion publique, qui pourrait les conduire devant le tribunal de l'histoire. Pour cela, rien de mieux que de s'inventer des ennemis et de livrer des guerres. Plus symboliques d'ailleurs que militaires car l'Ouest n'a plus les moyens de ses ambitions et plus guère de moyens de pressions sur ses nouveaux ennemis. La mondialisation qu'il a mis en place pour ses multinationales, fonctionne désormais au bénéfice exclusif des pays à bas coûts de main d'œuvre et des exportateurs d'hydrocarbures. Aujourd'hui, c'est eux qui ont l'argent. L'occident n'a plus que des dettes et des besoins non satisfaits.

Puisque la guerre économique est perdue et qu'elle fera des dégâts que l'on fera tout pour cacher, il faut réinvestir le terrain des valeurs, le seul qui puisse encore accréditer l'idée de la supériorité intrinsèque de l'Occident. Le clash des civilisations, voilà la solution pour demeurer, dans l'esprit de tous, le camp du progrès, de la liberté, des droits de l'homme et de la démocratie.

Medevdev n'y trompe pas lorsqu'il appelle les américains à s'occuper d'avantage de leur économie et moins de politique internationale « parce que l'économie américaine est au cœur de très nombreux problèmes »
En attendant, la figure de l'odieux taliban, terroriste international et barbare sanguinaire, comme celui de l'ours russe, mal élevé, imprévisible et brutal sont deux bénédictions pour les dirigeants occidentaux.

Retrouvez le blog de Malakine.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires