Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 22:42

 

Florence Hartmann, journaliste au « Monde » et ex porte-parole du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, était une collaboratrice zélée de l’ex-procureur Carla Del Ponte qui a fait les dégâts que l’on sait.

 

La journaliste française est aujourd'hui assise sur le banc des accusés, devant ce Tribunal qu'elle a défendu avec tant de vigueur pendant sept ans, jusqu'en 2006. Accusée d'outrage au Tribunal parce qu'elle aurait révélé des informations secrètes, elle risque une forte amende ou une peine de sept ans de prison, voire les deux. Dans Paix et Châtiment, son livre paru en 2007, elle a dévoilé le contenu de deux décisions confidentielles rendues par des juges d'appel le 20 septembre 2005 et le 6 avril 2006, tout en soulignant justement leur caractère secret. Ces informations auraient porté sur le traitement réservé par le Tribunal à certains documents, dont les minutes de certaines réunions du Conseil suprême de la défense de Serbie (SDC) pendant les guerres en ex-Yougoslavie dans les années 1990. Ces documents recèleraient des données cruciales quant à l'implication de Belgrade dans ces conflits.

Si Florence Hartmann n'est pas la première journaliste à être accusée d'outrage au Tribunal par la cour, elle est la première ancienne employée du TPIY à se retrouver dans cette position. En tant que porte-parole de l'ancien procureur Carla Del Ponte, il est évident qu'elle avait accès aux documents sensibles et confidentiels que détenait la cour. Tout tribunal, y compris celui de La Haye, doit disposer de moyens pour éviter de telles fuites. Cela est normal si ces moyens sont utilisés à bon escient. Or, devant l'inculpation de Florence Hartmann, on peut se demander ce que le Tribunal cherche vraiment à protéger dans cette affaire.

 

Ce livre est mauvais. Il pêche par omission. Il soutient une seule thèse : Milosevic est le seul responsable du conflit et des génocides qui en suivirent. Elle dresse un portrait dithyrambique de Carla Del Ponte. Ce fut une Justice guère sereine, c’est le moins qu’on puisse dire.

 

Il n’empêche, comme disent souvent les journalistes, Florence Hartmann risque sept ans de prison au TPIY. On peut se poser deux questions : cette peine n’est-elle pas excessive ? D’autre part, il ne s’agit pas d’un crime de guerre, n’est-ce pas à un tribunal hollandais ordinaire de juger le comportement de Florence Hartmann.
 

De plus, les journalistes devraient savoir qu’ils jouent un jeu dangereux en acceptant ce genre de mission de porte-parole d’un pouvoir quelconque. C’est une confusion des genres qui peut porter sérieusement préjudice à la liberté de la presse et à sa crédibilité.

 

Ce n’est pas une raison pour accepter une injustice notoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires