Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 21:19

En juin prochain, le lycée d'aujourd'hui aura vécu.


Poussé par l'Elysée», le ministre Darcos va annoncer officiellement très prochainement trois révolutions jamais vues :

1 - Une réduction importante des horaires en lycée : 27 heures hebdomadaires au lieu de 28 à 35 (Ne dites pas que c'est pour accompagner les suppressions de postes de profs, ça ferait de la peine à TF1.)

2 - Une formule compliquée d'options (« modules exploratoires » ou d' « accompagnement ») qui aura l'originalité d'être à rythme semestriel, soit deux demi-années scolaires au lieu d'une, et donc la fin du groupe classe comme facteur de socialisation et de solidarité. C'est selon le propre aveu de Darcos le « lycée à la carte ». Il ne fera pas bon pour un professeur de s'être montré exigeant et trop peu démagogique au premier semestre, s'il veut retrouver des élèves candidats au module du seconde semestre... Autant faire noter les profs tout de suite par les élèves et les payer selon les résultats.

3 - Et pour finir, cette nouvelle inouïe. La suppression pure et simple de l'histoire-géographie du « tronc commun » obligatoire en première et en terminale. Certes, ce sera aussi le cas des maths, mais ceux-ci n'en souffriront pas, restant matière dominante à sélection pour la filière Scientifique, hypocritement rebaptisée « dominante sciences » pour les futurs cadres de la société, tandis que la filière L deviendra « Humanité et arts ». (Au fait, pourquoi pas d's à « humanités » ? Une faute de frappe du Journal du Dimanche ? Mystère.)

Supprimer l'histoire géographie pour tous et toutes à partir de l'âge de 15 ans constitue une rupture majeure avec tous les siècles précédents d'humanisme scolaire, de l'Ancien régime jusqu'à nos jours. Cette suppression pourrait permettre un jour à un gouvernement populiste et vichysto-compatible de...
... Célébrer Guy Môquet tout en faisant ignorer pourquoi est-il mort ;
... Réunir les ministres européens à Vichy (en novembre prochain ! Une première ! Une idée d'Hortefeu ! Les ministres européens en charge de... l'Immigration ! ) pour en finir enfin avec
l'antifascisme culturel, avec le tabou vichyste et vichyssois, et faire oublier de quoi cette ville fut la capitale et le symbole ;
... Mieux faire admirer le colonialisme, le paternalisme et le cléricalisme d'antan tout en jetant pudiquement aux oubliettes des siècles de patients combats émancipateurs pour les droits
humains, sociaux, démocratiques, féministes, etc ;
... Épargner aux sarkoboys l'apprentissage de tant de dates funestes et qui portent malheur : 1789, 1830, 1848, 1936, 1944, 1945...
... Esquiver trop de questions gênantes des géographes sur l'habitat humain, le climat, l'écologie, et le remodelage des paysages et de la planète par les flux financiers et mafieux ;
... Flatter les mémoires particulières et communautaristes pour mieux ruiner définitivement la culture historique commune, base de citoyenneté et du Vivre ensemble ;

Bref, il est quand même flatteur de comprendre que Sarkozy veut personnellement prendre soin de nos enfants.

Que, malgré tout, malgré l'intensif bourrage de crânes des médias aux ordres, Sarkozy nous trouve encore trop intelligents et cultivés, encore trop peu obscurantistes, encore trop peu oublieux des leçons de notre Histoire. Mais heureusement, Darcos est là.

Mais, voilà ! Face à la fronde lycéenne qu’on craint se transformer en contestation à la grecque, Darcos a bien dû faire un pas en arrière. Cependant, personne n’est dupe. Son plan réapparaîtra au printemps. Souvenirs de 68 ? Attention, les godasses sont prêtes...

 

Ce sera aussi la fin de l’esprit critique. La culture se limitera à « Plus belle la vie » ou à d’autres feuilletons débiles. La fin de l’esprit critique, cela veut dire la fin de la vraie démocratie, celle de la pression du peuple sur le cours des choses.

 

La fin d’une présidence en grandes pompes

 

Voilà donc un journaliste irakien qui gaspille sa paire de chaussures en les lançant à la tête de Georges W Bush ! Le journaliste visait bien, malheureusement « W » esquivait bien aussi. Dommage !

 

Bah, à défaut d’un coup de pied au postérieur, Bush aura eu un accueil en grandes pompes du peuple irakien représenté par ce journaliste.

 

Au lieu de le torturer, il aurait eu le bras cassé par les sbires collabos irakiens, c’est un devoir  de  libérer ce journaliste pour avoir eu le courage d’exprimer tout haut ce que pense l’immense majorité du peuple irakien et de l’opinion publique mondiale. Ce sont des millions de godasses virtuelles qui ont volé à la tête du sinistre Bush.


La fin d'une autre présidence en grandes pompes 

Voilà donc Sarkozy dit Pétain-le-petit qui termine sa présidence de l'Union européenne. Il en est fier le petit ! Qu'a-t-il obtenu ? Pas grand-chose. Il n'a pas réussi à avoir un accord avec l'Allemagne qui est indispensable si l'on veut que l'Europe sorte de la crise. Les Russes l'ont manipulé dans la crise géorgienne et ont obtenu ce qu'ils voulaient. Son "G20" a été un cirage de pompes (encore un !) de G.W. Bush. L'Union méditerranéenne, une belle idée pourtant, est mort-née. Mais pour le show, là le nabot de Neuilly est tout fort.

Enfin, il a réussi le tour de force de se faire applaudir par les conservateurs et les socialistes à Strasbourg. Seul Daniel Cohn Bendit, tout aussi grande gueule que Sarko, y est allé de sa ritournelle de contestataire sur le retour d'âge. Comme lui a rappelé un  député de droite : "Au début, les flics te couraient après, aujourd'hui, c'est toi qui les suit dans les escortes officielles. Les temps changent."

 

Mais non, les temps n'ont pas changé. Simplement, même en les cirant, les godasses de ces messieurs ont perdu leur lustre depuis longtemps.


Les godillots de Carolis

 

C’est à  la frimousse de de Carolis, le patron de France-Télévision que l’on aurait dû lancer la godasse d’or pour avoir obéi à Sarkozy en supprimant la pub’ sur les chaînes de France Télévision après 20 heures, alors que la loi n’est pas encore votée à l’Assemblée. Un patron qui accepte de supprimer sans sourciller 30 % des recettes de son entreprise, mérite le coup de godasse de l’âne.

 

Si de Carolis croit qu’ainsi il maintiendra sa place à la tête de France Télévisions, il se met le doigt dans l’œil jusqu’à ses écrases merde.

 

La fin des rentiers

 

Le bras de fer qui oppose le gouvernement aux 2000 « petits » actionnaires de Fortis, signifie la fin du système d’économie de rentier belgicain. En effet, depuis la fin de la guerre, une grande partie de la bourgeoisie vivait (très bien, même) des rentes sous forme d’actions du holding Société générale qui avait son petit matelas en or de l’ex-colonie congolaise et comptait sur l’Etat pour reprendre les canards boiteux comme la sidérurgie. Toutes les bonnes choses ont une fin. Fortis qui représentait la dernière belle rente, s’est écroulée. Nos « élites » seront-elles capables de refaire de l’économie avec ce qu’il reste ? On verra car, là aussi, il y a des godasses qui risquent de se perdre.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires