Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 15:06


La RTBF et RTL-TVI ont annoncé ce samedi 29 août dans leurs JT de 13 h00 que le vol AF 348 d’Air France faisant la liaison Paris Mexico a été détourné mardi 19 août par les autorités américaines qui lui interdirent de survoler le territoire étatsunien.











Un vol qui aura coûté bien cher à Air - France, pour rien !

Motif de ce détour qui a coûté bien cher à la compagnie en combustible et aux passagers qui ont raté leur correspondance : la présence à bord de Paul-Émile Dupret, juriste belge, conseiller du groupe GUE-GVN du Parlement européen, militant altermondialiste et des droits de l’homme, qui se rendait a l’assemblée du Forum de Sao Paolo avec une délégation parlementaire. Le groupe GUE (Gauche unitaire européenne) compte 33 élus dont 4 élus tchèques, 1 Danois, 9 Allemands,1 Irlandais, 3 Grecs, 1 Espagnol, 2 Cypriotes, 2 Néerlandais, 1 Finlandais, 5 Portugais,  1 Suédois et 1 élu d’Irlande du Nord et 2 Français du Front des Gauches. Il s’agit d’élus qui ses situent idéologiquement à la gauche des Socialistes européens. Le Suédois est le représentant défendant le téléchargement illégal sur Internet (voir l’article « l’anti-pirate flibustier » du mardi 4 août 2009 sur le blog) et les deux Irlandais sont des indépendantistes du Sinn Fein.


C’est la deuxième fois que Washington décide d’une telle mesure. Il y a quelque mois, un autre appareil empruntant cet itinéraire a également été détourné de sa route habituelle à cause de la présence à son bord du journaliste colombien Hernando Calvo. Cette fois-là l’appareil, ne disposant pas du carburant nécessaire pour contourner les États-Unis, avait dû faire une escale dans les Caraïbes.


Paul-Émile Dupret a été informé par Air France qu’il ne pourra pas prendre le vol direct de retour du Mexique vers Paris et qu’il devra donc faire une escale dans un pays d’Amérique centrale. Selon le juriste, il existe entre son propre cas et celui de Hernando Calvo des similitudes intéressantes. Tous deux ont dénoncé par des voies pacifiques les politiques agressives de certaines transnationales des États-Unis dans le monde et les méthodes violentes utilisées par ce pays pour les imposer ; tous deux ont dénoncé le plan Colombie et la loi Helms-Burton ; tous deux ont salué, notamment par des articles dans le Monde diplomatique, le fait que surgissent des alternatives prometteuses dans des pays comme le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, entre autres…


Paul-Émile Dupret qui n’ignore pas qu’il figure sur une liste noire, estime que les autorités US savent très bien qu’il n’est lié à aucune armée, qu’il ne fait pas de prosélytisme de la lutte armée et que, au contraire, il a toujours plaidé en faveur d’issues pacifiques aux conflits que connaissent des pays tels que la Colombie, la Palestine ou plus récemment le Honduras. Ce type de comportement des États-Unis qui prohibent une partie de leur territoire à plus de 10 000 mètres d’altitude, n’aura, souligne encore Paul-Émile Dupret, pas l’effet escompté d’intimidation de ceux et de celles qui s’opposent aux agissements et aux privilèges des transnationales et à la militarisation néolibérale.

Sans doute, est-ce lié au conflit actuel entre la Colombie soutenue par les USA et le Venezuela de Chavez.

Il est clair, en l’occurrence, qu’il ne s’agit pas de terroristes mais d’intellectuels radicaux qui défendent le courant progressiste personnalisé par des Hugo Chavez (Venezuela), des Evo Morales (Bolivie). Au-delà du caractère hallucinant et liberticide de la décision de Washington et du flicage international, c’est la soumission de la France et de l’Union européenne à ce type d’agissements qui interpelle. Quand on sait combien de véritables tortionnaires de la CIA  ont pu voyager en toute quiétude et liberté sur le territoire européen.

Il est évident qu’il faut avoir le courage d’interpeller le gouvernement US pour qu’il supprime cette liste, qu’il en démontre l’utilité et la nécessité pour la sécurité des Etats-Unis. Il serait important de savoir quels sont les critères de fichage d’une personne sur cette liste. Il est fondamental qu’il y ait des recours possibles pour être éventuellement rayé de cette liste. Enfin, et c’est le plus important, il est fondamental de fixer les limites des mesures de sécurité afin qu’elles ne portent atteinte aux droits fondamentaux.

On peut d’ailleurs sincèrement se poser la question de savoir si ces mesures n’ont pas justement pour objectif réel et caché de limiter les libertés fondamentales. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

En attendant, entamons notre liste noire : George W Bush, Dick Cheney, Donald Rumsfeld…


A vous de compléter. Vous avez du pain sur la planche.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires