Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 13:16

Il règne une sale ambiance en Europe, ces derniers temps, particulièrement en France, en Italie et en… Belgique.

 

Décembre 2010, janvier 2011, c’est la révolution tunisienne, puis l’égyptienne. Enthousiasme dans les milieux démocrates, dans certains médias, dans l’opinion en général qui perçoit une autre image du monde arabe. Ce ne sont pas des terroristes animés par un obscurantisme moyenâgeux, mais des peuples qui, comme tous les autres, aspirent à vivre libres. Les valeurs universelles reprennent des couleurs. Le communautarisme s’étiole. Alléluia !

 

Mais, ces sympathiques révolutions provoquent des dégâts collatéraux. Les dictateurs ne se laissent plus faire, après avoir vu la déconfiture de leurs collègues tunisien et égyptien. C’est la guerre en Libye, en Syrie, au Yémen, à Bahreïn. Sarkozy et Cameron malmenés par leurs opinions publiques y voient une opportunité de choix. On intervient militairement en Libye, après tout le cirque BHélien promu, pour la circonstance, Lawrence de Benghazi. Et puis, le « kleiner man » de l’Elysée reluque sur la manne pétrolière de son ex-ami tripolitain. Cela contribuerait au redressement économique de la douce France. L’ONU calme le jeu, elle pond une résolution prônant une zone d’exclusion aérienne et des interventions ciblées pour prévenir d’éventuels massacres. Un Srebrenica bis, cela ferait mauvais genre ! Mais surtout, n’en faites pas trop…

 

Le Napoléon de Neuilly ne l’entend pas ainsi. Il veut tuer l’infâme, c’est-à-dire son ex-copain qu'il invita au camping à l’Elysée, voici déjà quatre ans. Comme le temps passe !  Au début, les Américains tentent de calmer le jeu, puis décident de laisser les Européens s’enferrer. Ils sentent l’enlisement : l’Irak et l’Afghanistan, cela suffit à leur bonheur. Et ils avaient vu juste : c’est devenu un cloaque. Il n’y a plus que Sarkozy, Cameron et le dévot Leterme pour y croire encore.

 

Et puis, on a oublié autre chose. Il y a une constante dans chaque révolution : une forte émigration de ceux pour qui elle n’est pas leur tasse de thé. Les révolutions arabes n’y échappent pas. La petite île de Lampedusa voit venir 5.000, puis 10.000, puis 25.000 Tunisiens désireux de respirer un air un peu plus calme et aussi… plus rentable. Panique à Rome, à Paris, à Bruxelles ! C’est le « camp des saints » ! Attila est de retour ! Vous pensez : 25.000 Tunisiens sur 500 millions d'Européns, c'est insupportable ! Le partouzeur romain ne sait plus quoi faire. Et puis, Euréka ! Il amène tous ces Tunisiens sur le continent, leur fait donner des titres de séjour « Schengen » et qu’ils aillent se faire avoir ailleurs, c’est-à-dire en France et en Belgique. Et puis, c’est si jouissif de faire une petite vacherie à son copain Sarko qui, aussitôt, ferme la porte à Vintimille. Le très chrétien ministre belge Wathelet, quant à lui, ne donnera pas la charité à ces gens, s’ils ont la mauvaise idée de se pointer dans la patrie des affaires courantes.

 

C'est cependant ennuyeux. « Schengen » existe pour assurer la libre circulation des hommes (et des femmes) dans 25 pays d’Europe, pas pour rétablir les contrôles aux frontières ! Tant pis, nécessité fait loi ! Au boulot, les douaniers ! Le mot d’ordre : casse-toi, pauvre Tunisien ! le super-flic Guéant « oublie » qu’avec cet « arrivage », le quota d’immigrants tunisiens, prévu par d’anciens accords diplomatiques, n’est même pas atteint ! On s'en tape : la priorité number one, c’est barrer la route à la Marine qui risquerait de compliquer le renouvellement du bail de son patron à l’Elysée. Enfin, le courageux Barroso accorde sa bénédiction urbi et orbi à la fermeture des frontières de l’Union. L’Europe est en marche !

 

Et puis, notre époque, c’est les quotas ! Les quotas d’handicapés dans les entreprises, de femmes sur les listes électorales, dans les conseils d'administration - à travail égal, salaire égal, pas sérieux, c'est pas un quota -,  de blacks au foot !  

 

Le foot ! Après les marchés aux esclaves où on allait dégoter de jeunes footballeurs Africains talentueux contre une bouchée de manioc, pour les faire jouer deux à trois ans  dans les grands clubs européens qui empochaient de l’or en barre, en leur laissant les miettes et, une fois usés, les éjecter, voici que le patron du foot français, Laurent Blanc – il porte bien son nom, celui-là ! – décide « en secret » de fixer des quotas de « non blancs » dans les clubs français. Les temps changent, je vous disais ! Ce n’est plus black blanc beur, c’est black out !

 

Racisme officiel, racisme honteux, « choc des civilisations », machisme, extrême-droite se portent bien, merci pour eux ! Qui trinque ? Le peuple, voyons !

 

Ambiance !

 

Pierre Verhas

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires