Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 10:44

 

Les Assises de l’Interculturalité viennent de s’achever sur un compromis boiteux, véritable bricolage, style « ni ni ». Cette initiative de Joëlle Milquet, présidente du CDH et Ministre compétente pour l’égalité des chances, a plus consacré les rapports entre les religions que les relations entre les communautés issues de l’immigration et les communautés autochtones, c’est-à-dire les Wallons, les Bruxellois et les Flamands dits « de souche ».

 

Ce bavardage de quelque six mois ne fait que compliquer les choses et risque, s’il est pris en compte, d’aggraver les tensions au lieu de les aplanir. Le rapport issu de ces Assises rédigé par un « Comité de pilotage » composé des représentants des religions et du Centre d’action laïque, d’universitaires, du MRAX, du Centre pour l’égalité des chances et d’associations interculturelles  doit être vite enterré et il est plus que temps que les vrais acteurs (éducateurs sociaux, fonctionnaires locaux, enseignants, politiques, syndicalistes, etc.) prennent les choses en main avec la participation tous les immigrés sans distinction de religion, de sexe, ou d’origine. Un acteur important, le Centre d’égalité des chances, a rédigé une note de minorité, ce qui est révélateur du poids excessif des « religieux »

 

Le volet social pourtant le plus important, car c’est la disparité entre la situation sociale des communautés immigrées et celle de la population « aisée » qui crée la discrimination, est à peine mentionné dans le rapport et aucune solution n’est proposée.  Ce petit extrait est édifiant : « Si nous ne traitons pas directement de problèmes socio-économiques dans ce rapport, c’est que cela nous ferait déborder de notre sujet (sic). Mais nous partageons l’inquiétude de ceux et celles qui mettent en garde contre l’aggravation des problèmes liés au « vivre ensemble » et à la lutte contre les discriminations… ». Exit le social, donc !

Suit une discussion sur la dénomination de ces communautés : immigrés ? Non. Allochtones ? Non plus. Minorités culturelles ? Pas assez complet. On est arrivé à : « minorités ethniques, culturelles et/ou religieuses » Et voilà ! « religieuses » ! Le ver est dans le fruit.

 

Ainsi, pour l’enseignement, au lieu d’analyser la situation des écoles dans les quartiers et de proposer des solutions concrètes tant pour les enseignants que pour les élèves, on recommande qu’il n’y ait aucune dérogation au programme scolaire pour des motifs religieux (par exemple en biologie, en histoire, le maintien de la mixité dans les cours de gym, etc.).  Il n’aurait plus manqué que cela ! Quelle est l’utilité de cette recommandation ? Voudrait-on envisager de remettre en question le principe fondamental d’égalité, qu’on n’agirait pas autrement !

 

Pour le voile islamique (appelé pudiquement « signe convictionnel » - ce qualificatif ne figure pas au dictionnaire…), il est recommandé d’en interdire le port jusque l’âge de quinze ans et de le permettre après. Compromis alambiqué et future source de conflits ! Ou bien on l’interdit, ou bien on l’autorise mais pas un « entre deux » ! ([1]) Concernant l’emploi, les Assises proposent d’instaurer un système de quotas d’embauche, le CV anonyme, etc. Rien de bien neuf, donc.

 

Et on en vient aux fameux « accommodements raisonnables ». On invite les autorités à étendre le champ d’application de la loi de 2007 dite « d’aménagements raisonnables » obligeant d’aménager des immeubles et des lieux publics pour un meilleur accès aux handicapés, aux « situations, notamment celles liées à la conviction religieuse ou philosophique ». Une fois de plus, le particularisme religieux que l’on mêle allégrement avec les mesures en faveur des handicapés ( !), est un facteur de discrimination ! Viennent après les recommandations sur les jours fériés à caractère religieux. On souhaite six jours fériés « flottants » à prendre en fonction des convictions religieuses et philosophiques du travailleur, avec l’accord préalable de l’employeur. C’est la porte ouverte à la réduction de fait du nombre de jours fériés légaux ! En outre, cela contraindra le travailleur à se « dévoiler » auprès de son patron…

 

Le reste du rapport contient, dans des domaines fondamentaux comme le logement, par exemple, un catalogue de généralités et de bonnes intentions. Les prix prohibitifs des loyers sont déplorés, mais il n’est pas demandé de réinstaurer la loi de blocage des loyers qui était un frein efficace à la spéculation immobilière et à la discrimination en matière de logements.

 

D’un côté, les travaux de ces Assises n’aboutissent à aucun plan concret. C’est un saupoudrage de recommandations diverses, fruit de compromis qui cachent mal les divergences fondamentales entre les différentes parties. De l’autre, l’introduction du religieux dans les rapports sociaux qui aboutiraient à des situations encore plus discriminatoires, sans compter une atteinte grave au principe de laïcité. Ces Assises n’ont rien apporté à l’interculturalité, c’est-à-dire à une vie commune plus harmonieuse dans un esprit citoyen accessible à toutes et à tous quelles que soient leurs origines. L’interculturalité est devenue l’interreligiosité !

 

À enterrer, et vite !

 

Pierre Verhas



[1] L’auteur de ces lignes a toujours été opposé à l’interdiction du port du voile dans les écoles car c’est une mesure vexatoire, discriminatoire et inefficace et, au risque de se faire traiter « d’islamo-gauchiste », inspirée pour quelques-uns par une xénophobie honteuse (voyez « Riposte laïque » ou « extrême-centre » en France). Ce n’est pas par des interdits que la laïcité progressera ! De plus, l’enseignement confessionnel autorisant le port du voile, il attire de nombreuses élèves au détriment de l’enseignement public.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires