Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 11:48

L’ordinateur qui vous permet de lire les textes de ce blog, de recevoir et d’envoyer vos courriels, la chaudière qui chauffe et éclaire votre logement – quand vous en avez les moyens – la voiture, le train et l’avion qui vous transportent rapidement d’un point à l’autre du Globe, l’appareil sophistiqué dans un hôpital qui élimine une tumeur et vous sauve la vie, n’existeraient pas si, quelque part au Moyen Orient, durant le haut Moyen âge, un Arabe n’avait inventé le zéro. Savez-vous que Copernic a découvert sa théorie héliocentrique qui révolutionna le monde, grâce à sa connaissance des travaux d’un astronome persan et qu’à l’époque, les rares astronomes européens se référaient aux travaux de leurs nombreux prédécesseurs arabes, car ils furent les seuls avec les Chinois à étudier cette science ?

 

Pendant ce temps-là, l’Europe croupissait dans l’ignorance, la misère. La société était divisée en fiefs tenus par des chefs de bandes qu’on a appelé des « seigneurs » qui maintenaient la population dans l’esclavage et la terreur. La cohérence de ce système était assurée par une église prêchant une religion qui était un fatras de croyances superstitieuses qu’il était interdit de remettre en question sous peine des pires tortures et du bûcher.

 

 Claude_Gueant.png

Claude Guéant joue un jeu dangereux en

relançant le fameux "choc des civilisations".

 

 

Et voilà aujourd’hui un ministre français qui relance le débat sur le « choc » des civilisations, débat qu’on croyait clos. Non – campagne électorale et peur de l’extrême-droite obligent – il est préférable de raviver les tensions. Ce ministre a dit deux choses : toutes les civilisations ne se valent pas et il a fustigé le « relativisme » de la gauche. Toutes les civilisations ne sont pas égales ? C’est vrai et faux, car il n’est pas tenu compte d’une dimension : le temps. Au Moyen-âge – on vient de le voir – la civilisation « occidentale » n’était rien à côté de la civilisation « arabe ». Aujourd’hui, les « Occidentaux » ont pris le dessus après avoir pillé les autres, sans compter en avoir mené des millions en esclavage. Autrement dit, les civilisations évoluent et c’est dans ce contexte que l’on peut éventuellement juger de leur valeur propre. Et là, on est forcé de dire que grosso modo elles se valent.

 

 

 serge_letchimy.png

Le député PS Serge Letchimy a remis Guéant à sa place !

 

 

De plus, – et c’est essentiel – la question de la civilisation ne se définit pas par la seule performance. Elle se définit aussi par son caractère universel et les valeurs qui la gouvernent. En effet, si on établit une hiérarchie des civilisations, c’est en réalité le principe d’égalité qui est visé. C’est un projet qui va de l’extrême-droite au néo conservatisme. Il est fondé sur le refus de l’égalité avec à sa place la construction de hiérarchies entre citoyens, entre peuples, entre nations, entre cultures, entre races. Et pour se justifier, on use du mot « relativisme » contre son adversaire. Le relativisme est le principal reproche que l’Eglise faisait à ses ennemis. Le relativisme, par définition, est l’antithèse de l’absolutisme, car le relativisme admet les différences sans pour autant les hiérarchiser. Ainsi, en va-t-il de l’antiracisme, de l’universalisme : contrairement aux dires de certains intellectuels, ce ne sont pas des absolus. Ces concepts peuvent se conjuguer de manière différente dans l’espace et dans le temps. Ou alors, on retombe dans la dogmatique et c’est le cercle vicieux. Si aux prêches dogmatiques des religieux, on oppose une dogmatique soi-disant laïque et pseudo universaliste, on est loin d’avoir atteint l’objectif déclaré  de libération !

 

C’est ce qu’il s’est passé mardi 7 février à l’ULB (Université Libre de Bruxelles). Un débat était organisé sur le thème de l’extrême-droite avec la journaliste et essayiste française Caroline Fourest. Ce débat dégénéra en un chahut monstre où s’affrontèrent un groupe d’Arabo-musulmans contestataires (et non d'islamistes intégristes, comme on l'a  évoqué) à la tête duquel se trouvait un certain Soulhal Chichah, assistant à l’ULB, et Caroline Fourest, les autorités académiques représentées par Hervé Hasquin, ancien président de l’ULB et actuel secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique et le philosophe Guy Haarscher servant en vain de tampons. Ajoutons que, et c’est inadmissible, peu avant cette mémorable soirée, des appels à la lapidation de Caroline Fourest ont circulé sur les « réseaux sociaux ».  

 

 

 Souhail-Chichah-.jpg

Souhail Chichah : une des multiples facettes du fanatisme

 

Un débat est-il possible entre Caroline Fourest et les intégristes ? Non, parce que c’est précisément le choc de deux dogmatiques. On connaît l’intégrisme qui veut substituer le prescrit religieux à la loi civile, imposer les principes édictés par une lecture interprétative du Coran en lieu et place des piliers de la société occidentale que sont les Droits de l’homme et les règles démocratiques. En outre, tous les intégrismes religieux – pas seulement le musulman – veulent supprimer la séparation des Eglises et de l’Etat afin d’assurer leur domination. Bref, ce sont des révolutionnaires en quelque sorte puisqu’ils veulent fonder leur société sur les ruines de la nôtre.

 

 

 souhail_Chichah01.jpg

Hervé Hasquin, Guy Haarscher, Caroline Fourest,

Souhail Chichah : l'impossible débat

 

Caroline Fourest se drape d’une laïcité radicale refusant, au nom de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, de voir se dérouler toute manifestation religieuse ou même spirituelle sur la place publique. Elle s’opposa tout spécialement à l’intellectuel musulman Tarik Ramadan qu’elle décrit comme un agent caché de l’islamisme radical. Le conflit entre ces deux personnalités prit de telles proportions qu’un simple dialogue entre elles, devint impossible. Mais, il est aussi établi que Madame Fourest a, en cette affaire, quelque peu oublié la rigueur intellectuelle indispensable à l’expression critique. De plus, Fourest, au nom de la laïcité et du féminisme, s’est farouchement opposée au port du voile islamique dans les écoles et dans les services publics. D’autre part, elle use d’un double langage. Ainsi, selon Pascal Boniface dans son livre sur les intellectuels médiatiques ([1]), Caroline Fourest a écrit le 2 février 2005, dans une tribune au Wall Street Journal, quotidien de gauche bien connu, que l’incapacité des immigrants arabes à s’intégrer constituait une menace pour les démocraties occidentales, car ils pourraient être tentés de rejoindre les cellules terroristes islamistes. Voici la partie relative à l'immigration : « Mais en Europe, ils [les islamistes] profitent de la liberté d’expression et de la démocratie, ainsi que de l’incapacité des immigrants arabes à s’intégrer. Ils y recrutent à leur aise – offrant à des milliers de musulmans aliénés une nouvelle fierté et une famille politique unie par la croyance en l’Islam radical. » Voici la conclusion de ce texte directement traduite du Wall Street Journal. On y remarque toute l'ambiguïté de son propos : « Telle est à la fois la grandeur et la faiblesse de la démocratie : même ceux qui la détestent savent comment s’en servir à leur avantage. Que leurs méthodes soient terroristes ou simplement « politiques », les islamistes constituent une grave menace pour les démocraties occidentales. Est-il possible de tolérer indéfiniment ce mouvement de guérilla souterraine contre les libertés publiques et individuelles, au nom de ces mêmes libertés ? Par ailleurs, est-il possible de restreindre ces libertés sans abandonner les idéaux qui font la différence entre nous et les ennemis de la démocratie ? La solution est probablement entre les deux. Et elle requiert certainement le maintien d’une extrême vigilance. »

Bien sûr, elle n’a pas osé tenir de tels propos dans les médias européens. Cette attitude est typique des fanatiques.

 

En clair, Madame Fourest a besoin d’une croisade pour exister. Or, la laïcité qui est le principe de séparation du spirituel du temporel s’accommode mal de croisades et d’interdits.

 

Le grotesque incident de l’ULB démontre bien l’impossibilité de débattre et donc d’avancer sur les questions de coexistence entre cultures différentes, donc l’impossibilité d’arriver à une solution. M. Chichah a eu un comportement inadmissible et Mme Fourest récolte ce qu’elle a semé.

 

Intégristes de toutes sortes et fanatiques de tous horizons se nourrissent les uns des autres. Ils constituent deux faces du même monstre : le dogmatisme qui est le meurtrier de l’intelligence et l’assassin indirect de millions d’êtres humains.

 

 

Pierre Verhas

 

 

Nous invitons nos lecteurs à lire sur son blog l’excellent article d’Henri Goldman au sujet de l’incident de l’ULB : http://blogs.politique.eu.org/Debattre-avec-Caroline-F

 

 

 



[1] BONIFACE Pascal, Les intellectuels faussaires, Jean-Claude Gawsewitch, éditeur, Paris, 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires