Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:48

On le sentait. Depuis quelques mois, il y avait une certitude : il allait se passer quelque-chose. Quoi ? Quand ? Où ? Comment ? Nul ne pouvait répondre. Et puis…

 

En décembre, juste avant les fêtes, paraît un petit bouquin de 29 pages vendu dans toutes les librairies francophones au prix de 3 €. Son titre : « Indignez-vous ! », son auteur, un vénérable personnage âgé de 93 ans inconnu du grand public, du nom de Stéphane Hessel, ancien résistant, rescapé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 et Ambassadeur de France. Son allure, son sourire permanent, bon et sans illusion, son parcours exceptionnel et inflexible  évoquent les célèbres mots qui concluent les « Mémoires de guerre » du général de Gaulle, dont il fut d’ailleurs un combattant : « Vieil homme, recru d’épreuves, détaché des entreprises, sentant venir le froid éternel, mais jamais las de guetter dans l’ombre la lueur de l’espérance ! »

 

stephane-hessel2.jpg

 

Stéphane Hessel : un regard lucide

sur le monde

 

Pourquoi cet ouvrage ? Pour rappeler l’essentiel : appeler à la Résistance dont le carburant est l’indignation. L’indignation face aux inégalités, face aux injustices, face aux traitements inhumains, face à la destruction de la planète, face à la dictature, celles des marchés, comme celle des tyrans. Et comme à l’époque de la Résistance, il faut agir en réseau. Et des réseaux, il y en a et rien n’empêche d’en créer. Hessel dit aux jeunes : « Regardez autour de vous, vous y trouverez des thèmes qui justifient votre indignation – le traitement faits aux immigrés, aux sans-papiers, aux Roms. Vous y trouverez des situations concrètes qui vous amènent à donner cours à une action citoyenne forte. Cherchez et vous trouverez ! »

 

Hessel, bon produit éditorial ? Champion du « boboïsme » ? Peu importe. L’essentiel n’est pas le « coup » médiatique – quelle imbécillité de croire qu’il a besoin de cela, à son âge – mais l’effet de son appel. Ah ! Le percentile – cette classe de un pour cent de la population qui détient la majorité des richesses – n’apprécie guère ! Et c’est tant mieux ! Comme le dit Régis Debray dans le « Nouvel Observateur » du 24 février : « (…) il s’agit du succès d’un homme plus que d’un texte. Dans la soft corruption ambiante, quand la droite de Neuilly et la gauche de Marrakech – dont on se demande bien ce qui les départage – battent l’estrade en toute impudeur, la simple droiture d’un modeste entêté qui a toujours mis sa vie, et son existence physique, en accord avec ses idées, rafraîchit l’atmosphère. »

 

Bien sûr, Stéphane Hessel est antisémite, péché suprême, car il a osé écrire : « Que des Juifs puissent perpétrer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable. Hélas, l’histoire donne peu d’exemples de peuples qui tirent les leçons de leur propre histoire. » Le lobby sioniste ne tolère aucune critique, il condamne ses contradicteurs sans appel. Pourtant, ces gens n’ont tiré aucune leçon de l’œuvre de leurs pères qui projetaient de bâtir un Etat juste. Ils l’ont polluée.

 

Est-ce une coïncidence ? Là où on ne l’attend, l’indignation éclate.

 

Fin décembre, pendant les fêtes, éclatent des troubles en Tunisie. Le suicide par le feu de Mohammed Bouazizi, jeune marchand ambulant, exprimant ainsi son indignation face à l’arbitraire d’un pouvoir affameur, soulève un peuple entier qui chasse son tyran en trois semaines et qui se bat toujours pour un réel changement.

 

revolution_arabe.jpg

 

En Egypte, en Libye, en Tunisie et bientôt dans l'ensemble

du monde arabe, le peuple chasse ses tyrans : Quelle leçon !

 

Fin janvier, bien après les fêtes, le peuple se soulève dans l’antique Egypte, témoin de tant de civilisations et de conquêtes, et renverse son tyran en deux décades.

 

Mi février, le peuple se soulève en Libye. Un tyran assassine son peuple. Tout se terminera dans le sang en quelques jours.

 

L’ensemble du monde arabe s’embrase. Et le feu se propagera ailleurs. Sur les décombres des schémas concoctés dans les meilleurs intérêts du percentile, un monde nouveau se bâtit, dont on ne sait s’il sera pire ou meilleur. Le choc des civilisations n’a pas eu lieu. Le séisme de l’histoire, oui.

 

L’indignation est donc partout ! Elle s’exprime avec force et parfois violence. Cependant, une nouvelle classe porteuse d’un projet répondant aux aspirations populaires n’est pas encore née. Le percentile est ébranlé, mais il est loin de sombrer.

 

traders-at-canary-wharf-415x275.jpg

 

Le percentile est ébranlé, mais il est loin de sombrer.

 

Un livre. De plus en plus de peuples s’indignent. C’est l’effet domino tant redouté par le percentile. On parle de mouvements en Grèce, en Chine, en Afrique centrale et – pourquoi pas ? – bientôt en Europe et aux Etats-Unis. Est-ce une révolution ? Laissons aux idéologues le soin de trancher. La réalité est le réveil d’une partie de la société oubliée, méprisée, voire même rejetée : le peuple. Il n’a plus confiance en ses « élites » autoproclamées. Il veut décider lui-même. Il veut la liberté et le pouvoir après avoir chassé les tyrans. Il lui faudra maîtriser le percentile. Ce sera difficile. Ce sera périlleux. Le risque d’un retour en arrière est énorme. Le devoir de chacun est d’aider le peuple à le juguler. Justice, liberté, égalité, voilà sa volonté. Et ces mots écrits voici bientôt trois siècles par un révolutionnaire injustement méconnu, Thomas Paine, ont toute leur actualité : « Punissons, en répandant des lumières, plutôt qu'en exerçant des vengeances. Commençons cette ère nouvelle en déployant de la grandeur, de la générosité ; et ne songeons plus qu'à maintenir l'union et à gagner les cœurs, pour assurer nos succès. »

 

Pierre Verhas

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires