Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 19:45

On ignore quel sera le sort judiciaire de DSK. Cela n’a d’ailleurs aucune importance puisque son sort politique, lui, est scellé.

 

Que l’on prenne cette affaire sous tous les angles, elle démontre la déliquescence des élites occidentales. Si la culpabilité de Dominique Strauss Kahn est prouvée, on peut avoir un frisson : comment un homme mentalement dérangé a pu assurer des responsabilités aussi importantes que la direction générale du FMI ? S’il avait été élu Président de la République, il aurait disposé du bouton « rouge » de l’arme nucléaire, et, pire, il aurait été à la merci de ses faiblesses que ses adversaires n’auraient pas manqué d’exploiter.

 

 DSK_menotte.jpg

« La vue d'un membre de l'establishment traité comme un criminel ordinaire doit être aussi rare que la photo de la Reine d'Angleterre en bikini » (New York Times)

 

Si, par contre, il s’agit d’une erreur ou d’un coup monté, l’affaire est tout aussi grave car, sans preuves, la Justice américaine aurait poursuivi et déshonoré un innocent, la presse se serait jetée sans discernement sur une histoire bidon. On aurait alors affaire à une Justice sans scrupule et inapte ou à des adversaires usant des moyens les plus abjects pour abattre une personne qu’on n’arrive pas à vaincre de manière ordinaire. Mais en cette hypothèse, DSK est aussi victime de sa faiblesse.

 

Peu importe, en définitive. L’affaire Strauss-Kahn sert de révélateur à un sérieux problème.

 

Il s’appelle déliquescence. Le dictionnaire de l’Académie française définit ce nom commun du genre féminin, comme suit : «  1. CHIM. Propriété qu'ont certains corps solides de se transformer en solution saturée par absorption de l'humidité de l'air ; l'état qui en résulte. Du sel qui tombe en déliquescence. 2. Fig. Affaiblissement insensible et progressif ; corruption, décomposition due à l'excès de la recherche et du mauvais goût, à la mollesse et à l'immoralité. Une société, un régime politique, un art en déliquescence. »

 

Eh bien, c'est l’état dans lequel se trouvent les élites politiques, financières et médiatiques qui dirigent aujourd’hui nos sociétés résulte d’une curieuse chimie où se mélangent les « affaires » et l’incapacité à répondre aux défis du temps. Il ne s’écoule pas un jour sans qu’un politicien, un financier, un industriel, un haut fonctionnaire, un « décideur » ne soit inculpé pour corruption, détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et autres délits émaillant le Code pénal. Cette élite composée souvent de larbins promus pour des raisons d’intérêt et, parfois, de personnalités de premier plan, comme l’est Strauss-Kahn, a son propre code social et se considère au-dessus du droit commun. Elle est narcissique, arrogante et repliée sur elle-même.

 

 dsk_sarko.jpg

DSK et Sarko : la caste en déliquescence

 

Cette élite a un problème. Elle ne fait du bien qu’à elle-même. Elle méprise le peuple et, en réalité, à force de ne vouloir aucun partage, elle fait du mal à tous ceux qui ne sont pas du « sérail ». Mais, pire, elle montre son incapacité depuis longtemps. Ainsi, la question énergétique dont une réponse adéquate est indispensable à l’avenir de notre civilisation, posée depuis une quarantaine d’années, n’a toujours guère de réponse satisfaisante. Les conflits qu’elle déclenche, souvent sans discernement, se transforment en d’interminables enlisements coûteux en vie humaines et en moyens. Elle casse tout ce qui a été conquis. Elle détruit la laïcité, elle démantèle la Sécurité sociale et les services publics, elle met les institutions à son seul service. En d’autres termes, tous les mécanismes collectifs sont soit démolis, soit mis à sa botte par les privatisations.  L’individualisme qu’elle prône comme valeur suprême, ne sert qu’à atomiser une société qu’elle peut ainsi mieux soumettre.

 

 

londres_manifs_inside2.jpg

 

A force de mépriser le peuple, il se retourne contre la caste (ici manif à Londres contre l'austérité, le 26 mars 2011)

 

 

Elle inverse les valeurs. Ce qui est moral pour elle, est amoral pour les autres et réciproquement. Ainsi, les médias que cette élite contrôle, n’ont de cesse de pleurer sur le sort de DSK et se fichent comme d’une pomme du terrible traumatisme qu’il a causé à la femme de chambre. Ils en oublient leurs «principes de base». Par exemple, Jack Lang qui a osé dire : «Il n'y a pas mort d'homme !" Affirmer cela pour un viol (ou une tentative de viol) contre une jeune femme immigrée et pauvre est révélateur de la profondeur de leurs «grands principes». Grattez le vernis...

 

Le comble du comble vient, cela va sans dire, de notre « ami » BHL. C’est un morceau d’anthologie de l’esprit de caste. « Cette Justice américaine est d’une tartufferie qui saute au visage ». Tiens, on a entendu, dans une autre vie,  notre grand philosophe qualifier d’antisémite tout qui était anti-américain.   « DSK n’est pas tout le monde, il n’est pas n’importe quel quidam » c’est-à-dire qu’il faut sans doute le traiter comme un VIP et la « valetaille » est bonne pour être jetée dans la fosse. Curieuse conception de l’égalité ! « Il [DSK] est traité comme très peu d’hommes dans l’histoire des démocraties modernes. ». Comme dit la sagesse populaire, toute exagération est insignifiante… Jean Daniel, chantre de l’Occident, se demande, quant à lui, si les Etats-Unis et l’Europe ne sont pas deux civilisations différentes ! Un nouveau « choc des civilisations » en quelque sorte…

 

 bhl-17-mai-DSK.jpg

BHL, le bouffon de la caste, ne rend pas service à DSK.

 

Finie la belle démocratie américaine, fini l’Occident. La caste a été touchée au cœur. Elle éructe. Elle insulte. Elle jette tout ce qu’elle a adoré. Elle rejette ce qu’elle prétend être ses propres valeurs. Elle est encore moins crédible.

 

Cela est l’indice le plus probant de la déliquescence. La caste est incapable de prendre ses responsabilités. Et comme elle détient tous les leviers du pouvoir, il y a un risque majeur d’aventure. Il ne suffit pas de lui intimer de « dégager » à l’instar des révolutionnaires arabes, il faut encore pouvoir la remplacer par un système vraiment juste. Et comme elle a fait le vide autour d’elle…

 

 

Pierre Verhas

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

PHILCO 23/05/2011 14:26


C’est vrai que j’ai été un peu loin de vos propos en parlant de société totalitaire. Pensée unique ? Les medias présentant des théories alternatives ne manquent pas, et pas que sur internet. De
grandes voix internationales comme Noam Chomski ou Naomi Klein sur le plan international, les verts, le Monde diplomatique en politique, Arte, France Culture, certaines émissions de France Inter
(La bas si J y suis de Mermet ), Stephane Guillon viré de France Inter mais opérant sur Canal + en France sont des exemples . Il n y a aucune censure objective dans nos sociétés qui sont plus
libres que jamais . Il est remarquable que le mouvement de la Puerta del sol n’ait pas été arrêté par la force alors que la loi sur les élections en donnait la possibilité a la police et que les
manifestants avaient annoncé qu’ils se replieraient dès que la police le demanderait.
Pour ce qui est de la technologie, elle renforce l’impression de déliquescence par ce que vous en dites, une détermination des preuves beaucoup plus objective. Auparavant, cela eût été la parole de
DSK contre celle de sa présumée victime. Celle-ci, enfoncée par les procédés des avocats puissants de la défense, aurait eu beaucoup de mal à imposer sa vérité et DSK n aurait peut-être jamais
connu la prison. Je pense que la police l’a appréhendé dans l’avion que parce qu’elle s’était assurée qu’il existait des preuves relevées par des moyens techniques performants compte tenu du temps
imparti pour se faire. Les moyens d’information individuels rendent beaucoup plus difficiles d’étouffer certaines affaires. Celles-ci sont donc révélées ce qui ne pouvait pas être le cas il y a
quelques années. Voyez comment nous connaissons les abominations qui ont été faites par l armée américaine en Irak, par exemple. Jamais cela n avait été révélé aussi vite, en temps quasiment réel
auparavant. My Lai au Viet Nam révélé par Life avait été une exception alors que tant d’autres s étaient produits. Si une guerre similaire se produisait aujourd’hui, vous auriez beaucoup plus
d’informations sur ces massacres sans que les militaires qui en seraient les auteurs soient pires que leurs prédécesseurs, malgré l’impression que cela nous donnerait. C’est en cela que la
technologie est un facteur, non pas de déliquescence en soi, mais de révélation d’une déliquescence dont je ne suis pas sûr qu’elle soit pire maintenant qu’auparavant.
Ensuite, pour juger du degré de moralité de nos élites, encore faudrait-il avoir des périodes de référence de comparaison. Est-ce que les élites de la 3ème république étaient moins corrompues que
nos élites actuelles ? Celles de la 4ème ? La période gaullienne ? Giscardienne ? Mitterrandienne ?
Sur le plan fonctionnel, il est vrai que le pouvoir financier a provoqué une crise, avec les aspects que vous décrivez, structurelle et durable. Il est vrai aussi que les politiques ont le plus
grand mal à y opposer les remèdes qui devraient commencer par un retour de l’Etat (supra national ou entité équivalente politiquement sur le plan international) dans le contrôle de la finance par
des mesures de régulation beaucoup plus strictes. Mais je crois le problème dépassant celui de la qualité particulière des élites relevant plutôt d une évolution du monde qui leur a échappée. Elle
leur a échappé, peut-être par incompétence de leur part (auquel cas les élites du monde entier seraient à mettre dans le même sac, hormis peut-être les chinois mais pour combien de temps ?), mais
surtout par une logique d’évolution autonome de ce monde pour laquelle les instruments a leur disposition sont obsolètes (l’Etat, les lois nationales, les décisions économiques et financières). Ces
instruments sont rendus obsolètes par cette fameuse mondialisation poussée par les intérêts du capitalisme financier et industriel (poussant a une extension d’une Europe économique avant de la
consolider politiquement par exemple) qui a fini par vider de toute autorité les instruments politiques nationaux. Ainsi, pour la première fois dans l histoire, nous nous trouvons face des
problèmes pour la résolution desquels les solutions dépassent largement le cadre de l’Etat national, seul cadre dans lequel il est permis aux élites politiques d’être réellement influentes.
« Les révolutions arabes, la Puerta del Sol sont l'indice du rejet radical de ces élites »
Pour ceux de la Puerta del sol, malheureusement, même s’ils chassaient les élites de droite ou de gauche qui ont amené l’Espagne dans cette impasse, par qui les remplaceraient-elles ? Même si des
gens parfaitement incorruptibles arrivaient au pouvoir, de quels moyens disposeraient-ils pour peser sur le sort de ce pays, ou d’autres dans la même situation de crise ?
Les révolutions arabes, pour l’instant, n’ont qu’un souci : mettre en place un cadre démocratique national. Or, on ne sait que trop que ce cadre est dépassé et que l on n a rien a proposer comme
alternative…
Je ne cherche pas a défendre ces élites en tant que telles. Je voudrais être sûr qu’elles ne soient pas un faux problème (responsabilisation d’un problème dont elles n’ont pas les moyens de la
solution) dans un vrai débat de société, que l’on se trompe de cible.

DC’est vrai que j’ai été un peu loin de vos propos en parlant de société totalitaire. Pensée unique ? Les medias présentant des théories alternatives ne manquent pas, et pas que sur internet. De
grandes voix internationales comme Noam Chomski ou Naomi Klein sur le plan international, les verts, le Monde diplomatique en politique, Arte, France Culture, certaines émissions de France Inter
(La bas si J y suis de Mermet ), Stephane Guillon viré de France Inter mais opérant sur Canal + en France sont des exemples . Il n y a aucune censure objective dans nos sociétés qui sont plus
libres que jamais . Il est remarquable que le mouvement de la Puerta del sol n’ait pas été arrêté par la force alors que la loi sur les élections en donnait la possibilité a la police et que les
manifestants avaient annoncé qu’ils se replieraient dès que la police le demanderait.
Pour ce qui est de la technologie, elle renforce l’impression de déliquescence par ce que vous en dites, une détermination des preuves beaucoup plus objective. Auparavant, cela eût été la parole de
DSK contre celle de sa présumée victime. Celle-ci, enfoncée par les procédés des avocats puissants de la défense, aurait eu beaucoup de mal à imposer sa vérité et DSK n aurait peut-être jamais
connu la prison. Je pense que la police l’a appréhendé dans l’avion que parce qu’elle s’était assurée qu’il existait des preuves relevées par des moyens techniques performants compte tenu du temps
imparti pour se faire. Les moyens d’information individuels rendent beaucoup plus difficiles d’étouffer certaines affaires. Celles-ci sont donc révélées ce qui ne pouvait pas être le cas il y a
quelques années. Voyez comment nous connaissons les abominations qui ont été faites par l armée américaine en Irak, par exemple. Jamais cela n avait été révélé aussi vite, en temps quasiment réel
auparavant. My Lai au Viet Nam révélé par Life avait été une exception alors que tant d’autres s étaient produits. Si une guerre similaire se produisait aujourd’hui, vous auriez beaucoup plus
d’informations sur ces massacres sans que les militaires qui en seraient les auteurs soient pires que leurs prédécesseurs, malgré l’impression que cela nous donnerait. C’est en cela que la
technologie est un facteur, non pas de déliquescence en soi, mais de révélation d’une déliquescence dont je ne suis pas sûr qu’elle soit pire maintenant qu’auparavant.
Ensuite, pour juger du degré de moralité de nos élites, encore faudrait-il avoir des périodes de référence de comparaison. Est-ce que les élites de la 3ème république étaient moins corrompues que
nos élites actuelles ? Celles de la 4ème ? La période gaullienne ? Giscardienne ? Mitterrandienne ?
Sur le plan fonctionnel, il est vrai que le pouvoir financier a provoqué une crise, avec les aspects que vous décrivez, structurelle et durable. Il est vrai aussi que les politiques ont le plus
grand mal à y opposer les remèdes qui devraient commencer par un retour de l’Etat (supra national ou entité équivalente politiquement sur le plan international) dans le contrôle de la finance par
des mesures de régulation beaucoup plus strictes. Mais je crois le problème dépassant celui de la qualité particulière des élites relevant plutôt d une évolution du monde qui leur a échappée. Elle
leur a échappé, peut-être par incompétence de leur part (auquel cas les élites du monde entier seraient à mettre dans le même sac, hormis peut-être les chinois mais pour combien de temps ?), mais
surtout par une logique d’évolution autonome de ce monde pour laquelle les instruments a leur disposition sont obsolètes (l’Etat, les lois nationales, les décisions économiques et financières). Ces
instruments sont rendus obsolètes par cette fameuse mondialisation poussée par les intérêts du capitalisme financier et industriel (poussant a une extension d’une Europe économique avant de la
consolider politiquement par exemple) qui a fini par vider de toute autorité les instruments politiques nationaux. Ainsi, pour la première fois dans l histoire, nous nous trouvons face des
problèmes pour la résolution desquels les solutions dépassent largement le cadre de l’Etat national, seul cadre dans lequel il est permis aux élites politiques d’être réellement influentes.
« Les révolutions arabes, la Puerta del Sol sont l'indice du


pierre verhas 23/05/2011 18:31



Trois choses : la moralité des élites est bien sûr relative et je n'émets pas de jugement sur le plan moral qui est un etrrain mouvant où il est impossible d'argumenter. Par contre, toute autre
chose est un crime ou un délit. DSK, s'il est reconnu coupable, l'est d'un crime. Son éventuel successeur, Christine Lagarde fait l'objet de demandes de poursuites pour abus de pouvoir. C'est là
le problème de l'élite acteulle. Elle croit pouvoir user impunément de pratiques illégales. Cela a ses limites et c'est ce qu'il vient de se passer dans le monde arabe et qui se poursuit en
Europe via l'Espagne. On ne peut imposer l'appauvrissement par des campagnes médiatiques du genre "On a vécu au-dessus de nos moyens", "les salaires sont trop élevés", "il faut travailler plus
pour gagner plus", etc. et de l'autre côté, s'enrichir indécemment et pratiquer le banditisme dans les entreprises (Renault, France Telecom)


Deuxièmement, Naomi Klein, Noam Chomsky, oui. Cependant, leur audience est trop limitée. Certes - et c'est heureux - il reste des espaces de libertés d'expression, mais il y a une énorme pression
médiatique vers la pensée unique.


Endin, c'est vrai. Par quoi, remplacer ces élites ? Chaque révolution a connu sa période de vide et puis, si elle réussit, elle parvient à le combler en construisant quelque-chose de plus
adéquat. C'est un risque. Mais l'histoire n'est qu'une succession de risques.



Pierre Verhas 23/05/2011 11:44


Je n'ai jamais écrit que nous sommes dans une société totalitaire, bien qu'on puisse parler de "pensée unique", pseudo-idéologie largement répandue par les médias.

Je ne crois pas que la technologie a quelque-chose à voir dans ce débat. La technologie permet, en matière judiciaire, une meilleure détermination des preuves, c'est tout. Et elle multiplie les
sources d'informations, ce qui est un facteur de la déliquescence des élites, puisque l'usage de la technologie est devenu à la portée de tous. En voulant faire des individus de simples
consommateurs en leur distribuant des jouets high tech, cela s'est retourné contre les élites, car les contestataires ont compris que l'on pouvait utiliser tout cela en réseaux. C'est d'ailleurs
exactement ce que prône Stéphane Hessel dans "Engagez-vous".

La déliquescence des élites que vous contestez, est à la fois morale et fonctionnelle.

Morale. Les membres de ces élites autoproclamées couvrent systématiquement les errements de leurs "amis", car ils estiment ainsi se protéger. Ce fut le même réflexe avec DSK, mais cela n'a pas eu
l'effet escompté : l'opinion n'admet plus la violence sexuelle. DSK, en cela, même s'il s'en sort, est complètement démonétisé et les élites écornées.

Cependant, en agissant ainsi, les élites perdent toute autorité morale sur les masses. Le réflexe de caste est le plus dangereux pour ceux qui en usent.

Fonctionnelle. Les élites ne remplissent plus leur rôle. Pour la première fois depuis la seconde moitié du XIXe siècle, la génération suivante aura une vie plus difficile que la précédente. Cela à
cause de l'enrichissement sans causes des élites. Elles ne contribuent plus à la production de richesses par le transfert des industries vers des pays à bas salaire, pratiquant un quasi-esclavage.
Elles bloquent toute initiative tendant vers le progrès. Elles s'emparent de l'Etat pour mieux le détruire. Elles provoquent, par la culture médiatique, l'atomisation de la société et rejettent
toute forme de solidarité qu'elles remplacent par du caritatif lui aussi médiatisé. Et surtout, elles sont incapables de résoudre les problèmes essentiels de nos sociétés.

Ainsi, elles perdent tout crédit.

Les révolutions arabes, la Puerta del Sol sont l'indice du rejet radical de ces élites. En définitive, la lamentable affaire DSK n'est qu'un accélérateur. Et c'est tant mieux.


PHILCO 23/05/2011 10:17


Etes-vous sûr que les éléments sur lesquels vous fondez la deliquescence de nos élites, le fait quelles puissent être traduites devant la justice ne prouvent-t-ils pas le contraire de votre thèse?
La "déliquescence" dont vous parlez ne serait-elle pas plutôt une spécificité de certains hommes appartenant à cette elite énivrés par leur pouvoir? Elles sont maintenant de plus en plus facilement
dénonçables par les moyens techniques de surveillance ou d'investigation (ADN) qui permettent de poursuivre avec succès les auteurs de ces turpitudes ce qui eût été quasiment impossible auparavant.
Je ne suis donc pas sûr que ce que permettent ces capacités de dénonciation et d'investigation accrues soient des preuves de la déliquescence de notre modernité. Elles permettraient plutôt la
confirmation que ces élites ne sont que des hommes maintenant démythifiés en rien meilleurs que l'homme "ordinaire". Jack Lang, BHL ou Kahn ne sont pas non plus représentatifs de cette élite au
point de réduire celle-ci aux positions de ces derniers. Je suis parfaitement d'accord avec vous que le spectacle médiatique offert est lamentable. Ce n'est que la réaction de solidarité d'une
caste autour de la chute (au sens religieux) de l'un des leurs en oubliant ce qu ils représentent. Mais n'oubliez pas qu'ils ont été dénoncés sur ces mêmes medias qui leur a permis de s'exprimer
par d'autres politiques. Nous sommes loin dune société totalitaire et cette affaire prouverait même qu'elle est plus ouverte que jamais. Le jeu politique n'est ni pire ni meilleur qu'auparavant.
Ses rouages sont plus exposés qu'ils ne l'étaient jusqu'à aujourd'hui grâce aux avancées technologiques. Cela vaut pour contourner les censures dans les pays totalitaires grâce à internet et aux
images prises avec des GSM comme pour confondre des conduites délictueuses avec autre chose (preuve ADN) que de l'intime conviction qui elle peut être manipulée par d'habiles avocats que peuvent se
payer les puissants. En un mot, les avancees technologiques reduisent certaines inégalités devant les justices diverses du monde.