Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 17:45

 

 

Dans sa critique du dernier ouvrage de Régis Debray, « Lettre ouverte à un ami israélien », la journaliste de Marianne, Elisabeth Lévy qui défend bec et ongle le point de vue israélien écrit quelque-chose de juste : « La victime n’a pas toujours raison ». Juste, mais susceptible d’interprétation : est-ce parce qu’elle n’a pas raison que la victime est devenue victime ? Mais elle reconnaît que les Palestiniens sont victimes.

 

Objectifs ambigus

 

 

La flottille humanitaire était destinée à approvisionner Gaza en équipements divers afin de soulager une population ruinée, ayant subi un des pires bombardements depuis la guerre du Vietnam, au bord de la famine, soumise à un blocus cruel et cynique. Cependant, il y avait une ambiguïté dans cette campagne humanitaire. Il est clair qu’elle cachait un objectif politique qui aurait pu être mieux affirmé : la levée du blocus contre Gaza et non une opération de propagande vouée à l’échec. D’ailleurs, la députée européenne socialiste belge, Véronique De Keyser, connue pour son soutien objectif au pepuple palestinien, n’a pas participé à cette opération. Elle se trouve tout simplement à Gaza pour aider les Gazaouis. C'est un signe qui ne trompe pas.

 

flottille_palestine06.jpg

 

Une flottille aux objectifs humanitaires évidents, mais

aussi de propagande

 

Si cette initiative n’avait pas été de pure propagande, cela aurait renforcé la cause défendue et cela n’aurait pas ouvert la porte à l’intervention inadmissible de l’armée israélienne. Cette affaire ne valait pas des morts et des blessés. Le commando israélien s’est livré à un crime. C’est incontestable. Et il serait normal que les responsables israéliens de ce crime soient poursuivis et traduits devant un Tribunal Pénal international.

Mais le gouvernement israélien sachant qu’il va se trouver au banc des accusés sur le plan international, peaufine déjà sa défense. Ainsi, l’ambassadeur d’Israël au Danemark, Arthur Avnon, a déclaré : « Avant que la flottille ne pénètre dans les eaux israéliennes, des rumeurs couraient que les organisateurs (de cette action) avaient des relations avec le réseau terroriste Al-Qaida". "Les personnes à bord n'étaient pas si innocentes (...) et je ne peux m'imaginer qu'un autre pays aurait réagi différemment", a déclaré le diplomate israélien, dont les propos sont cités sur le site du groupe public de radio-télévision dr.dk. "Il y avait des armes à bord, nous ne pouvions donc pas naturellement laisser ces bateaux briser le blocus", a-t-il ajouté. "Nous avions estimé qu'il y avait des ennemis à bord. Nous n'avions pas d'autre choix (que d'engager cet assaut)". » Ainsi, Al Qaida a bon dos ! C’est un coup de Ben Laden. Ben voyons !

 

flottille_palestine04.jpg

 

Une attaque tout simplement criminelle

 

La propagande ou la novlangue d’Orwell

 

 Donc, tout de suite, la propagande des deux côtés s’y est mise. Le Hamas a repris du poil de la bête alors qu’il était démonétisé sur le plan international et spécialement dans le monde arabe. Cette opération est tout bénéfice pour lui.

 

« La machine de propagande israélienne a atteint de nouveaux sommets dans son hystérie désespérée. Elle a distribué des menus des restaurants de Gaza, accompagnés de fausses informations [afin de montrer que les Gazaouis ne manquent de rien]. Elle s’est couverte de ridicule en se lançant dans une bataille futile dans le secteur des relations publiques, une bataille qu’il aurait mieux valu ne pas déclencher. Ils veulent maintenir le siège inefficace, illégal et immoral de Gaza et ne pas laisser la “flottille de la paix” aborder sur la côte ? Il n’y a rien à expliquer, certainement pas à une communauté internationale qui n’est pas prête à avaler ce brouet fait de justifications, de mensonges et de tactiques dilatoires. Il n’y a plus qu’en Israël que les gens acceptent ces marchandises avariées. Rappelant ces rituels antiques qui précédaient les batailles, le chœur a clamé son enthousiasme sans se poser de question. Des soldats en uniformes blancs se sont préparés en notre nom. »

 

flottille_palestine02.jpg

 

Les passagers de la flottille revêtus de leurs gilets

de sauvetage : d'évidence, de redoutables terroristes !

 

Cela, c’est bien un Palestinien qui l’a écrit ! Direz-vous. Non, ces propos émanent de la plume d’un des plus prestigieux journalistes d’Israël, Gidéon Levy, dans le grand quotidien israélien Haaretz, journal équivalent au « Monde » à Tel Aviv. (cité par l’édition électronique du « Courrier international »)

 

Il poursuit son analyse : « Des porte-parole ont fourni des explications fallacieuses en notre nom. Toute cette scène grotesque se déroule à nos dépens. Et presque aucun d’entre nous n’est venu perturber le spectacle. Le chœur a entonné des chants de tromperie et de mensonges. Nous en sommes tous, nous qui affirmons qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza. Nous faisons tous partie de ce chœur qui prétend que l’occupation de Gaza est terminée, et que la flottille représente une agression violente contre la souveraineté israélienne — le béton va servir à bâtir des bunkers et le convoi est financé par les Frères Musulmans turcs. Mais, le siège israélien de Gaza va faire tomber le Hamas et libérer Gilad Shalit. Yossi Levy, porte-parole du ministère des Affaires Etrangères, un des plus risibles parmi les propagandistes, s’est surpassé en déclarant sans sourciller que le convoi d’aide à destination de Gaza constituait une violation du droit international. Mais bien sûr. C’est exactement ça. Ce n’est pas le siège qui est illégal, c’est la flottille.

 

 

flottille_palestine05.jpg

Qui viole le droit international ?

 

 L’opération de propagande a cherché à nous vendre, à nous et au reste du monde, l’idée que l’occupation de Gaza est finie, mais que de toute façon, Israël dispose de l’autorité juridique pour interdire toute aide humanitaire. Tout cela n’est qu’un tas de mensonges. Une voix, et une seule, est venue un peu gâcher la fête : un rapport d’Amnesty International sur la situation à Gaza. Quatre habitants sur cinq y ont besoin d’une assistance humanitaire. Des centaines attendent de bénéficier de traitement médicaux, et 28 sont déjà morts. Et ce en dépit de briefings de l’armée israélienne sur l’absence de siège et la présence d’une aide, mais qui s’en soucie ? Quant aux préparatifs de l’opération, ils ne sont pas sans rappeler une farce particulièrement désopilante : le débat ministériel enflammé; le déploiement de l’unité Masada, commando du service carcéral spécialisé dans la pénétration des cellules de prison ; des commandos de marine appuyés par l’équipe de lutte antiterroriste de la police et l’unité cynégétique Oketz de l’armée ; la mise en place d’un site de détention spécial dans le port d’Ashdod ; et le bouclier électronique censé interdire la diffusion de toute information sur la saisie du navire et sur l’arrestation de tous ceux qui se trouvent à bord. »

 

Où mène la stratégie de la tension.

 

Comme toute opération de propagande, elle use de la « novlangue » d’Orwell. Elle donne un sens contraire aux mots et donc déforme la réalité. Malheureusement pour ses promoteurs, c’est loupé. L’opinion publique est quais unanimement indignée devant cette lâche attaque. Certes, ce ne sont que vociférations et tout rentrera bientôt dans « l’ordre », mais il y aura quand-même une conséquence : le seul partenaire musulman d’Israël au Proche Orient, la Turquie, dont des ressortissants sont parmi les principaux organisateurs de la flottille, va sans doute changer sa politique de neutralité positive à l’égard d’Israël. Cela aura des conséquences pour l’Etat hébreu, sur le fragile équilibre au Proche Orient et sans doute en Europe, l’Europe qui devra une fois pour toutes renoncer à son attentisme dans l’horrible conflit israélo-palestinien. Voilà où mène la stratégie de la tension.



Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires