Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 17:01

Cet article de Bernard Gensane m'a beaucoup ému. En évoquant la plus belle chanson de Pierre Bachelet et l'épopée du charbon, il nous fait réfléchir sur la vraie valeur travail qui n'est pas celle des marchands, mais celle d'hommes et de femmes qui ont parcouru, souvent dans les pires conditions, le chemin de la dignité.

 

 

 

 

http://www.stars-portraits.com/img/portraits/stars/p/pierre-bachelet/pierre-bachelet-1-by-rikou.jpgLorsque cette chanson est apparue sur les ondes au début des années 80, je résidais en Côte d’Ivoire. Parce que je me trouvais loin de mes sources, je ressentis une émotion très profonde à l’écoute de cet hymne si bien réussi. Mais je sus dès la première écoute que Bachelet, dont je n’avais jamais entendu parler, n’était pas ch’ti. Il dit en effet :

 

 

J’avais les terrils

À défaut de montagnes

 

 

en prononçant terril comme barril, alors que les ch’tis prononcent terri, comme outi (et non outil) ou nombri (et non nombril). Je crois que cette prononciation vient de l’ancien picard.

 

 

 

Je n’en eus d’ailleurs que plus d’admiration pour le chanteur et son parolier, pas du tout ch’ti, lui non plus.

 

 

George Orwell a écrit quelque part qu'il aurait donné l'écriture de ses meilleurs livres contre celle d'une chanson toute simple que le peuple reprend dans les pubs ou les fêtes de famille. Ce qu'ont réussi, par exemple, Freddy Mercury avec “ We Are the Champions ”, Paul McCartney avec "Mull of Kintyre", Jean Dréjac avec "Ah, le petit vin blanc", et donc Bachelet (et son parolier Lang) avec ces “ Corons ”, chantés à pleins poumons dans le stade de football de Lens.

 

 

Dans cette chanson j’aime particulièrement ces quatre vers :

 

 

Mon père était "gueule noire" comme l'étaient ses parents

Ma mère avait les cheveux blancs

Ils étaient de la fosse, comme on est d'un pays

Grâce à eux je sais qui je suis

 

 

Cette phrase nous parle de l’identité par le travail, et non de l’identité « nationale » des nationalistes rances créateurs de chômage du style Sarkozy, Guaino, Besson. Sans parler du ch’ti Guéant.

 

 

Depuis, on a vu TF1 fabriquer (comme cette chaîne fabrique du remplissage pour cerveaux vides) un quatuor composé de chanteurs lyriques de talent qui font de la variété. Ils chantent l’hymne de Bachelet. La boucle est bouclée.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

michèle 20/07/2012 14:39

merci pour votre billet !!!! Je suis du pays des corons et oui, Pierre Bachelet dans ces quatre vers a tout dit ! Difficile à faire comprendre qu'on est attaché à un pays défiguré MAIS ou on a vécu
"pour de vrai" les valeurs du travail, de la solidarité et par dessus tout de la dignité.
Je suis toujours attachée par un bout de mon coeur à mon pays des corons...à ses anciens de la mine, braves et chaleureux qui malheureusement ne sont plus si nombreux...