Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 23:31

 

Ce court article de notre ami Bernard Gensane (URL de son blog http://bernard-gensane.over-blog.com/) dit tout sur la manière dont on traite les rejetés de la société. Ce sont des choses que nous ne voyons pas, parce que nous refusons d’appréhender la réalité, ou pire, parce que nous sommes indifférents. Comme Orwell qui écrivait : « J’aimerais comprendre ce qui se passe réellement dans l’âme des plongeurs et des chômeurs de l’Embankment. Car j’ai conscience d’avoir tout au plus soulevé un coin du voile dont se couvre la misère. »

 

L’indifférence est la cause de notre aveuglement. Nous savons que ce qui se passe autour de nous est intolérable et nous détournons le regard, tandis que les « autorités » font tout pour que nous restions aveugles en oubliant d’être tout simplement humains.

 

Pierre Verhas

 

 


C'est ainsi qu'on les appelle : des excroissances anti SDF, des machins bidules ronds carrés pointus (rien à voir avec les seins de Sophie Marceau) pour empêcher les clochards de se reposer dehors, puisqu'ils n'ont pas de dedans. Dans les années trente, en Angleterre – Orwell a écrit un livre magnifique sur le sujet ([1]) –, le règlement des asiles anti clochards stipulait qu'un pauvre hère n'avait pas le droit de passer deux nuits consécutives dans le même lieu. La distance entre deux asiles était calculée de manière à ce que les clochards devaient marcher toute la journée pour aller d'un abri à un autre (en gros 25 km). Alors ils marchaient. Ils ne faisaient rien d'autre que marcher. 80 ans plus tard, nous sommes dans la même logique anti clochards, donc antihumaine.




dèche01

 

Ces excroissances urbaines anti-SDF se multiplient partout en France, et repoussent les démunis vers des zones encore plus inhospitalières.

 

 

 

dèche02


Cette violence ordonnée, indifférente aux souffrances d’autrui est LA réponse

silencieuse et hypocrite à la plus forte.

 

 

dèche03



Ces initiatives (collectives, privées, publiques), ne participent qu’à la dégradation des relations humaines, et au triomphe de l’individualisme.


 



[1] George Orwell, Dans la dèche à Paris et à Londres, 10/18 n° 3263

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires