Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 21:16

La monarchie belge se voit à nouveau secouée par un livre de « révélations », œuvre d’un journaliste de la chaîne publique francophone belge (RTBF), Frédéric Deborsu.

 

Cet ouvrage est une compilation d’articles de presse et de rumeurs que le journaliste a recoupés par des interviews de témoins dont la plupart ont souhaité, pour des raisons évidentes, garder l’anonymat.

 

 

 Frederic_Deborsu.jpg

Frédéric Deborsu présentant son livre "Question(s) royale" : un fameux coup médiatique qui pourrait lui coûter cher. Drôle de conception de la liberté d'expression en Belgique...

 

 

Cet honnête – sans plus – travail journalistique n’apporte donc aucun élément vraiment neuf, mais il impressionne par la somme de faits qui donnent, c’est le moins qu’on puisse dire, une image écornée de la monarchie belge et surtout du roi Albert II et de son fils aîné prince héritier.

 

Comme il fallait s’y attendre, le livre de Deborsu a provoqué une levée de boucliers. L’intéressé a été mis à l’écart par son courageux employeur, la RTBF, un ancien collaborateur du roi et ancien médiateur fédéral, l’ineffable Pierre Yves Monette, a été jusqu’à clamer que ce livre était une atteinte aux Droits de l’Homme ! Fichtre ! Il est assez piquant de parler de Droits de l’Homme au sujet d’une famille royale qui a entretenu d’excellentes relations avec le Caudillo Franco et avec le général Pinochet… En définitive, le principal reproche fait à Deborsu est une atteinte à la vie privée de la famille royale.

 

 

 pierre_yves_monette.jpg

Pierre-Yves Monette : une drôle de conception des Droits de l'Homme et de la liberté d'expression.

 

 

Il est vrai que parler de l’éventuelle homosexualité du prince Philippe, des frasques du prince Laurent et de leurs parents, l’actuel souverain Albert II et sa femme Paola, peut être considéré comme attentatoire à la vie privée. Cependant – et personne ne le fait remarquer – quand ces gens vivent un moment familial heureux, ils n’hésitent pas à inviter les médias à en faire étalage et ainsi à entretenir leur image de marque. Alors, deux poids deux mesures ? Le roi Albert II, tout comme feu son frère Baudouin Ier, prononcent à chaque fête nationale et à chaque Noël ([1]), un discours – sermon où ils prônent des principes moraux aussi rigoureux que dépassés. Il y a loin de la coupe aux lèvres en l’espèce !

 

 

 albertII_discours.jpg

Albert II prononçant son discours - sermon (ici le 21 juillet 2011) : une morale d'un autre âge.

 

 

En réalité, la monarchie belge est en plein déclin. La conduite peu digne de leur « rang » de certains membres de la famille royale, la faiblesse du roi et de son fils aîné, l’anachronisme évident de cette institution royale ternissent son prestige et affaiblissent son autorité et surtout sa crédibilité.

 

C’est en avril 1990 que le système monarchique belge fut sans doute définitivement ébranlé. En refusant, pour une question de conscience, de promulguer la loi sur la dépénalisation de l’avortement, le roi Baudouin porta un coup fatal à la monarchie constitutionnelle belge. En effet, alors qu’en apparence, le roi se situait au-dessus de la mêlée, il se jeta cette fois dans l’arène sur un  sujet plus que délicat sur les plans politique, éthique et sociologique. Le masque de neutralité  du monarque était tombé. Depuis lors, l’institution royale est en crise.

 

 

 Baudouin.jpg

Baudouin Ier en entrant dans l'arène en 1990 a porté un coup fatal à la monarchie belge.

 

 

En plus, l’attachement du roi, sinon sa dévotion à l’égard de l’Eglise catholique est tel qu’il constitue plus un facteur de division que d’unité. On a coutume de dire que la monarchie est le ciment de la Belgique. La réalité est tout autre. À plusieurs reprises, le roi dans l’histoire du royaume a agi plus conformément aux prescrits ecclésiaux qu’en accord avec le pouvoir politique. D’autre part, alors que le roi ne peut, de par la Constitution, intervenir directement ou indirectement dans les affaires politiques, il le fit à  plusieurs reprises, notamment au Congo et plus tard au Rwanda. On en connaît les terribles conséquences. Si le roi Baudouin ne peut évidemment être tenu pour responsable de la tragédie rwandaise, son évident soutien au parti des Hutus appuyés aussi par l’Eglise catholique, n’a pas contribué à apaiser les tensions.

 

 

 Philippe_Belgique.jpg

Philippe de Belgique n'a ni l'envergure, ni l'autorité pour régner.

 

 

Son successeur, l’actuel roi Albert II, n’a pas l’autorité de feu son frère. Il faut lui reconnaître de grands efforts en la matière, mais il n’est pas à même de remplir le rôle d’arbitre entre les différentes composantes politiques, communautaires et philosophiques belges. Aussi, la vraie question est : à quoi sert la monarchie en Belgique ? Mais, tabou ! Il ne peut être question d’un débat à ce sujet.

 

Il est vrai que la solution est impossible. Une république ? En Belgique, c’est impossible. Une république flamande ? C’est le rêve des nationalistes flamands. Une république wallonne ? Quelques intellectuels marginalisés la souhaitent. Bref, cela relève chez certains plus du wishfull thinking que de la prospective politique.

 

Les monarchies européennes sont en plein déclin. Il suffit de voir la déglingue de la plus importante d’entre elles, la Britannique. Le roi d’Espagne est démonétisé. La reine de Hollande n’a pas de successeur digne de ce nom, tout comme le roi des Belges. Les monarchies scandinaves sont purement protocolaires.

  

  

 Juan_Carlos.jpg

Juan Carlos de Bourbon, roi d'Espagne, est complètement démonétisé.

  

  

  

Alors, que conclure ? Le déclin des monarchies européennes reflète tout simplement celui des Etats-nations au moment où le processus de décision devient de plus en plus supranational. Ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose, bien au contraire.

 

 

Pierre Verhas



[1]Remarquez que le discours royal de vœux de fin d’année est prononcé à la veille de Noël et non à la nouvelle année. C’est donc le roi catholique qui parle au peuple et non le souverain.

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires

M.Pochet et A.Ferauge 10/11/2012 06:21

Monsieur,
Nous ne souhaitons pas la polémique, mais suite à vos affirmations, nous nous devons cependant de vous communiquer ce qui suit.
En effet, nous savons de source sure et directe que :

1. « Le Roi Baudouin n’a strictement rien à voir dans l‘envoi d’un contingent de militaires belges au Rwanda en 1993 et a fortiori avec les tragiques événements de 1994
La seule et unique raison pour laquelle les responsables politiques et militaires belges ont décidé d’envoyer un contingent au sein de la MINUAR c’est pour avoir un bon argument de se désengager de
la mission de l’ONU en Somalie (nous avions déjà eu 5 morts et plusieurs blessés) et d’allouer quasi le même effectif à une autre mission de l’ONU qui, à l’époque, paraissait être la mission qui
devait se solder par une brillante réussite et ne présenter aucun danger
Voilà la raison pour laquelle nous sommes allés au Rwanda »


2. Nous avons reçu cet autre témoignage qui peut vous intéresser

« Celui qui considère J. Habyarimana de "Dictateur sanguinaire" sur quels faits se base-t-il ? Est-il au courant des déclarations de celui-ci pour apaiser la population?
Le 4 février 1991, ce Président a prononcé ce discours"Jamais je ne pourrai tolérer qu'une Rwandaise, qu'un Rwandais soit victime de son ethnie". "La paix est demandée à tout le monde. Je vous prie
toutes et tous d'éviter toute division".
Et voilà ce que disaient de lui les Tutsi âgés de plus de 75 ans que j'ai visité lors de mes vacances au Rwanda en juillet 1993.
A ma question de savoir pour qui ils vont voter : Ils m'ont répondu qu'ils ont connu la période féodale et le régime de Kayibanda. Pour eux "les Tutsi n'ont jamais été aussi bien comme sous le
régime de Habyarimana". A la question de ce qu'ils pensent de la guerre du FPR, ils ont dit "Ces Inkotanyi apportent la mort aux Rwandais".
Il faut que les témoins oculaires de la machinerie de fiction montée pour la manipulation de l'opinion publique au profit des Puissances qui tirent les ficelles de guerres dans la région des Grands
Lacs dénoncent sans relâches ces mensonges.

Peut-on donner les noms de Tutsi qu'il a fait tuer sous son mandat entre 1973 et 1990? Aucun.

- Quant aux propos à l'encontre du Roi Baudouin, ils sont basés sur l’anticléricalisme. Nul,sauf un mal intentionné ne peut le nier.


Cette réaction peut-être documentée dans le même sens que moi par toute personne intéressée par "la Vérité rien que la Vérité" »

Fontaine 29/10/2012 00:10

Félicitations Pierre, à peu de choses près, je suis d'accord et on voit que vous avez pesé le pour et le contre, on le sent. L'Eglise, c'est peut-être quelque chose de plus complexe que sa
hiérarchie. Je ne peux pas être d'accord avec la déliquescence des Etats-Nations (ni réelle, ni souhaitable à mes yeux). La marginalité des intellectuels wallons républicains, oui, peut-être, ce
n'est pas peut-être aussi sûr. Nous ne sommes ni amis, ni ennemis. Je vous serre la main,

José Fontaine

pierre verhas 29/10/2012 00:38



C'est vrai que nous ne sommes pas d'accord sur la déliquescence des Etats-nations. Je persiste et je signe. On le voit dans tous les domaines. Prenons un exemple récent : l'Etat-nation "Belgique"
est impuissant devant les décisions de délocalisations de multinationales.


La seule réponse efficace - et je le dis depuis longtemps - est une réponse supranationale. Il est plus que temps de construire l'Europe fédérale démocratique.