Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 18:45

Discriminations en Israël entre Juifs !

 

Le ministère israélien de l’Éducation vient d’approuver, il y a quelques jours, la création d’une école « réservée aux Blancs » dans la colonie d’Immanuel, sise dans les territoires palestiniens occupés. Les parents de soixante-quatorze enfants ashkénazes fréquentant cet établissement ont obtenu du ministère de l’Éducation que l’école puisse pratiquer l’apartheid en la « privatisant » !

 

Les origines de cette mesure : la modification de la composition de la population du village d’Immanuel où les sépharades et les juifs d’origine éthiopienne sont de plus en plus nombreux. Cela a entraîné, en 2007, le souhait des parents ashkénazes de l’école Beth-Ya’acov de regrouper leurs enfants dans des classes distinctes et de matérialiser cette différence par des mesures ségrégationnistes extrême : une cour de récréation coupée en deux par un mur pour séparer les enfants Ashkénazes et Sépharades, des entrées séparées pour chaque communauté, des uniformes différents pour reconnaître les uns des autres au premier coup d’œil, et même deux salles des professeurs pour que chez eux non plus les serviettes et les torchons ne se mélangent pas.

 

Les parents sépharades ont réagi. Une plainte a été déposée pour ségrégation. L’affaire est telle qu’elle a abouti à la Cour suprême d’Israël qui a interdit toute action de ségrégation sous peine de prison. Le gouvernement de droite de Netanyahu est coincé dans cette affaire : les parents ashkénazes ont organisé une manifestation de 100.000 personnes. Résultat des courses : il s’est ouvert une école privée pour les enfants ashkénazes (la ségrégation n’est pas interdite dans le secteur privé) et les sépharades sont restés entre eux dans l’école publique.

 

Israël connaît aussi les joies de la privatisation !

 

Les rabbins racistes

 

Trente-neuf rabbins ont signé un jugement religieux, mardi dernier, interdisant aux Juifs d’Israël de vendre ou de louer des propriétés à des non-Juifs. Cette circulaire vise principalement les populations arabes.

 

Le gouvernement a immédiatement réagi à cette déclaration en tous points raciste et antidémocratique. Le jour même de sa promulgation, le 1er ministre Benjamin Netanyahu a condamné cette initiative. « De telles choses ne peuvent pas être dites, ni contre les Juifs ni contre les Arabes. On ne peut déclarer cela dans un pays démocratique, et, particulièrement, dans un pays juif démocratique. L’Etat d’Israël rejette catégoriquement ces appels ».

 

rabbins.jpg

 

Les relations entre le rabbinat et le gouvernement de

Jérusalem sont parfois difficiles.

 

Cette déclaration des rabbins a rapidement pris une dimension nationale. Plusieurs personnes veulent traduire les rabbins concernés en Justice. Une pétition, signée par des intellectuels et des universitaires, exige du procureur général de l’Etat, Yehuda Weinstein, qu’il suspende les rabbins fonctionnaires de l’Etat ayant signé la lettre raciste.

 

L’appel antidémocratique des rabbins ne fait pas non plus unanimité au sein des autorités religieuses. Yosef Shalom Elyashiv, le rabbin dirigeant la communauté orthodoxe non-hassidique, a dénoncé la pétition délictuelle en ces termes : « J’ai dit, il y a quelque temps, qu’il y avait des rabbins qui devraient se voir retirer leur stylo ».

Le grand rabbin harédi (ultrareligieux) Aaron Leib Steinmann, a refusé de signer l’injonction hilkhatique, demandant publiquement où se situait la conscience humaine de ces trente-neuf dignitaires religieux.

 

Jeudi 9 décembre, le Procureur général a annoncé qu’il examinerait les éventuels aspects criminels de la déclaration des rabbins.

 

Ce haut magistrat devrait faire un voyage d’études à la frontière linguistique belge. Sans doute cela l’inspirerait !

 

Les étudiants turcs aussi en révolte

 

Il n’y a pas qu’en Angleterre que les étudiants contestent avec fermeté la politique du gouvernement. En effet, en Turquie, le parti AKP (les « Islamistes modérés ») du Premier ministre Erdogan pratique aussi avec délectation l’austérité ultralibérale en augmentant fortement les frais d’études dans les universités turques.

 

Tout a commencé, samedi 4 février 2010, par la répression d’une manifestation étudiante, à Istanbul, aux abords du Palais de Dolmabahçe, où le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan rencontrait les recteurs des universités turques. Les forces de l’ordre ont en effet dispersé les manifestants sans ménagement, d’une façon qui a choqué la presse présente sur les lieux, l’amenant à estimer que la réponse policière avait été manifestement «disproportionnée». Une étudiante enceinte a notamment perdu l’enfant qu’elle attendait, à l’issue d’un tabassage en règle.

 

Ensuite, c’est la très vénérable Faculté des Sciences Politiques d’Ankara, mieux connue sous le nom de «Mülkiye», qui, le 8 décembre, a été le théâtre d’un chahut mémorable. Les principales victimes en ont été deux parlementaires, venus participer à un séminaire sur la réforme constitutionnelle. Süleyh Batum, le secrétaire général du CHP (le parti Kémaliste laïque considéré comme trop mou dans l’opposition), a été en permanence interrompu par des quolibets et a dû finalement renoncer à poursuivre son intervention jusqu’à son terme. Excédé par le comportement des étudiants, il est même allé jusqu’à le qualifier de «fasciste». Quant à l’autre intervenant, Burhan Kuzu, au demeurant président AKP de la Commission constitutionnelle du Parlement, il a été copieusement arrosé d’œufs, et n’a du son salut qu’au mur de parapluies qu’ont généreusement déployé ses gardes du corps pour le protéger. Encore plus en colère que son collègue du CHP, il s’est écrié : «Honte, c’est une honte pour ce pays. Ils devraient plutôt manger tous ces œufs, peut-être que cela permettrait à leur cerveau de mieux fonctionner.» Cela aurait fait une omelette géante, car plus de 200 œufs ont été lancés !

 

 

Cette contestation étudiante n’a pas pour seul objet de dénoncer les brutalités policières, mais veut surtout attirer l’attention sur les conditions de vie, l’augmentation des droits d’inscription et plus généralement l’inquiétude quant à l’avenir. Enfin, les étudiants exigent d’être représentés au sein des instances responsables de la politique universitaire.

 

Il règne un léger parfum de 68 à Ankara !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires