Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:51

Vaclav Havel : pas si « démocrate » qu’on le dit !

 

On pleure dans les chaumières de « l’Occident » la disparition de Vaclav Havel que l’on présente comme un champion de la liberté et de la démocratie dans les pays de l’Est. Il fut, bien entendu, un « Européen convaincu » et un partisan acharné de l’économie libérale.

 

 

 vaclav_havel.jpg

Vaclav Havel : néo-libéral et "Européen convaincu"

 

S’il fut incontestablement un dissident ferme et courageux à l’époque de la reprise en main de la Tchécoslovaquie par l’URSS, Vaclav Havel était un partisan acharné de l’ultralibéralisme. Il disait que tant que tout n’avait été privatisé, l’on n’était pas débarrassé du communisme… L’ancien président de la Tchécoslovaquie affichait un mépris total de la démocratie où il y décelait « le culte de l’objectivité et de la moyenne statistique » et  fustigeait cette idée que l’on puisse réaliser des efforts sociaux rationnels et collectifs pour résoudre la crise environnementale.

 

Havel alliait un réel fanatisme néolibéral à une très forte dévotion religieuse : il appelait de ses vœux l’émergence d’une nouvelle race de dirigeants politiques qui s’appuieraient moins sur « une pensée rationnelle, cognitive », démontreraient « de l’humilité face à l’ordre mystérieux de l’Être » et « croiraient en leur propre subjectivité comme principal lien les unissant à la subjectivité du monde ».

 

 

Comme président de la république tchécoslovaque, puis tchèque, il a demandé un effort afin de sauver la famille chrétienne dans la nation chrétienne tchèque. Se présentant comme un homme de paix, et tout en prétendant qu’il ne vendrait jamais d’armes à des régimes oppressifs, il a vendu des armes aux Philippines et au régime fasciste en Thaïlande. En juin 1994, le Général Pinochet a été signalé en train d’acheter des armes en plein cœur de la République tchèque – sans qu’Havel ne nie les faits.

 

Comme bien des dirigeants ultralibéraux, Havel fit suspendre le parlement pour  gouverner par décret, afin de mieux faire passer ses « réformes » libérales. Cette même année, il a ratifié une loi qui a fait de la défense du communisme un acte de trahison passible d’une peine de huit années d’emprisonnement.

 

Enfin, Vaclav Havel fit voter une loi criminalisant la diffusion de la haine nationale, religieuse et de classe. En effet, les critiques des grands intérêts financiers étaient désormais illégales, assimilées de façon injustifiable avec la bigoterie religieuse ou ethnique. Le gouvernement d’Havel a mis en garde les syndicats contre toute implication en politique.

 

Alors, Vaclav Havel, un champion de la démocratie ? Il convient de mettre plus que des nuances…

 

D'après un article paru sur le site "Grand Soir.info"

 

La guerre Horeca / IKEA

 

Tous les moyens sont bons pour garder son petit monopole. Le secteur Horeca n’est pas content sur la multinationale suédoise de commerce de meubles IKEA aux pratiques sociales quelque peu outrancières, parce qu’il y a dans chaque magasin, un restaurant pratiquant des prix bien moins élevés que les maisons de bouche classiques.

 

Pour protester contre cette pratique jugée déloyale, les délégués de l’Horeca ont « invité » des SDF de Bruxelles à un repas chez IKEA à Zaventem.

 

 

Ikea.jpg 

La multinationale suédoise IKEA défie le secteur Horeca qui répond par l'exploitation de précarisés !

 

Le CPAS de Bruxelles s’est indigné à juste titre de cette exploitation éhontée de gens démunis à des fins de « guerre » commerciale. Dans l’esprit de cette corporation, les « pauvres » sont un instrument à exploiter à des fins qui leur échappent. L’humain est réduit à un objet commercial… Il paraît que c’est le progrès !

 

Il est temps que le secteur de la restauration connaisse un véritable contrôle des prix dans un but social évident et afin de combattre le corporatisme qui revient en force.

 

Mais, chut ! Ne le dites pas à la Commission européenne : ce serait un sacrilège à l’égard de « la concurrence libre et non faussée »…

 

Bpost : 5000 emplois en moins grâce à la Commission européenne

 

Nous vivons l’ère de la « libéralisation », oui tout le monde sait cela ! Sauf  Bpost, où la Commission rappelle à l’ordre le gouvernement belge parce que la distribution des journaux, effectuée par les vestiges de l’ancienne Poste – service public, n’est pas soumise à la sacro-sainte concurrence. Résultat : 5000 emplois menacés. Merci l’Europe !

 

La Commission va même plus loin : toute subvention à un service public pourrait être assimilée à « une aide d’Etat illégale ». Si vous ne le saviez pas encore, la très néolibérale institution européenne a décidé d’éradiquer les services publics.

 

Si nous voulons une réelle union des peuples européens, ce n’est pas cette Europe là !

 

 berlaymont.jpg

Occupy Berlaymont, le siège de la Commission européenne, cela vous dit ?

 

Tiens, une petite idée à creuser : « Occupy » Berlaymont. Qu’en pensez-vous ?

 

Combat syndical : attention au découragement !

 

Le 2 décembre, grande manifestation des organisations syndicales à Bruxelles, le 22 décembre, grève nationale (essentiellement du secteur public…), ce furent incontestablement deux journées de grande mobilisation avec comme perspective une grève générale le 30 janvier 2012.

 

Cela n’a pas empêché le gouvernement « papillon » de faire passer en force le premier volet de son plan d’austérité, sans pratiquement aucune concertation avec les partenaires sociaux.

 

 

 

 greve_111222.jpg

Grève du 22 décembre 2011 : les travailleurs sont mobilisés !

Pour combien de temps ?

 

 

En dépit de la mobilisation, c’est un échec : le mouvement syndical n’a pas réussi à créer le rapport de force. Il faut trouver une autre stratégie. Les manifs « promenades » et les grèves de 24 heures ne suffisent pas.

 

S’il n’y a pas une réelle négociation entre le gouvernement et les partenaires sociaux dans les prochaines semaines, donnant des résultats concrets, le découragement risque de s’installer chez les travailleurs et les allocataires sociaux. Et alors, il sera très difficile de les mobiliser.

 

Ce serait la porte ouverte à l’aventure.

 

 

Petite phrase

 

découverte dans le « Monde » du 29 décembre, dans un reportage sur Vukovar aujourd’hui après la guerre dite d’ex-Yougoslavie : les propos d’une jeune femme.

 

« Quand j’étais petite, je ne savais même pas que j’étais croate. Puis le temps de la haine et de la mort est venu. Aujourd’hui, on offre à nos enfants l’indifférence. ».

 

Remplacez le mot « croate » par n’importe quelle sous-nationalité revendiquant son « autonomie » et vous aurez la triste réalité de l’Europe d’aujourd’hui…

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires