Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 14:05

Alors que tous les observateurs un peu sérieux plaident pour une réelle politique méditerranéenne de l’Union européenne suite aux révoltes arabes, voici que Mme Ashton ci-devant « ministre des affaires étrangères de l’Union » est allé serrer la pince de Gannouchi, chef du gouvernement de « transition » de Tunis – c’est-à-dire un gouvernement de caciques du régime de Ben Ali – avec dans son escarcelle une aide mirobolante de 17 millions d’Euros qui se monteront à 258 millions en 2013. Quelle générosité ! Quelle cohérence ! Et après cela, on dira que l’Union qui jusqu’ici s’était contentée de prendre acte de la chute des dictatures «amies», incapable d’avoir la moindre initiative, s’est enfin décidé à agir. C’est se moquer du monde et en particulier du monde arabe !

 

Ashton-Gannouchi.jpg

 

Catherine Ashton et Mohammed Gannouchi :

se moquer du monde !

 

On assiste, comme l’a rappelé Cohn Bendit au Parlement européen à un « tsunami démocratique, équivalent à la chute du mur de Berlin. » et le Parlement, la Commission, le Conseil européen restent passifs.  Comme l’écrit Libération « les Etats, surtout les grands, ne veulent pas accorder la moindre autonomie à Lady Ashton, comme s’en est plaint, mardi, José Manuel Durão Barroso, le président de la Commission, devant les eurodéputés. » Gageons que les plaintes de ce dernier sont de pure forme !

 

En réalité, ce dont les dirigeants de l’Union européenne ont peur, c’est d’un flux migratoire massif consécutif aux révoltes des pays du Maghreb. Comme l’écrit toujours Libération : « Seule la peur de la pression migratoire, incarnée par l’arrivée de 5 000 boat people tunisiens sur les côtes italiennes, semble sortir les Européens de leur apathie. Hier, Cecilia Malmström, commissaire aux Affaires intérieures, est venue expliquer aux députés réunis à Strasbourg que l’Union allait mobiliser ses moyens pour aider l’Italie afin d’empêcher les migrants d’arriver en masse en Europe. «En fait, l’absence d’enthousiasme de l’Union face aux révolutions arabes se comprend, car toute sa politique d’immigration s’appuie sur la collaboration des dictatures du sud de la Méditerranée», dénonce l’Allemande Franziska Brantner, eurodéputée verte. Si elles s’effondrent, ce sera une catastrophe pour l’Europe.» C’était en effet la véritable raison du voyage de Catherine Ashton à Tunis : l'UE examine les mesures qu'elle pourrait prendre pour aider l'Italie à faire face au débarquement des immigrants clandestins tunisiens sur son île de Lampedusa, a répondu Bruxelles dimanche.

 

Lampedusa_refugies_tunisiens.jpg

 

A Lampedusa, des milliers de réfugiés tunisiens attendent une solution

de l'Union européenne.  Les échéances électorales sont-elles prioritaires à une crise humanitaire ?

Et puis, n'oublions pas que Sarkozy et Merkel sont proches d'échéances électorales qui détermineront leur avenir politique. Dès lors, une importante vague d'immigration serait particulièrement mal venue. La peur, toujours la peur...

La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères doit évaluer la situation sur le terrain alors que le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini doit faire une visite éclair à Tunis lundi 21 février. Catherine Ashton doit également évaluer l'aide que l'UE peut apporter à la Tunisie pour relancer l'activité économique. Voici le dialogue qu’a eu le ministre tunisien, M. Chelbi, avec Catherine Ashton, tel que le rapporte « Le Monde » : « "Quand la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, l'a dit à notre ministre, celui-ci a pensé qu'il avait mal entendu et a demandé : 'Millions ou milliards ?'", a expliqué M. Chelbi à la presse à l'issue d'une table ronde organisée à Rome avec le ministre des affaires étrangères italien.

"Nous allons immédiatement débloquer 17 millions d'euros pour aider le gouvernement. Mais il y aura 258 millions d'euros de l'UE d'ici à 2013", avait déclaré Mme Ashton lundi pendant sa visite de quelques heures à Tunis.

"L'Europe démontre de cette manière ne pas avoir saisi la portée de l'événement historique qui s'est produit sur la rive sud de la Méditerranée", a ajouté le ministre tunisien, déplorant le fait que l'UE n'ait "pas été à la hauteur des événements" et espérant "une prise de conscience" nouvelle.

L'Union européenne croit sans doute qu'elle résoudra le problème avec une petite obole ! C'est une vraie politique qu'il faut mettre en oeuvre, mais qui en est capable ?

Le mois dernier, le Parlement européen a donné son feu vert pour un accord d’association avec la Libye en échange de la collaboration de Khadafi à la lutte contre l’immigration clandestine.

 

Rappelons qu’aujourd’hui, à Benghazi, foyer de la révolte actuelle contre le sémillant colonel, la police s’est ralliée aux manifestants. Cela commence à sentir le roussi pour la Jamâhîriyya libyenne. Jamâhiriyya signifie grossomodo « ce qui appartient aux masses ». Manifestement, cela n’appartient plus à Mouammar El Kadhafi. Il n’y a que les dirigeants de l’Union européenne pour ne pas s’en apercevoir.

 

Ce serait risible, si tout cela ne risque de coûter très cher aux peuples du Sud et du Nord de la Méditerranée. Et puis quarante morts en Libye et des dizaines à Bahreïn, au Yémen, en Algérie, cela commence à faire beaucoup.

 

Pierre Verhas

Partager cet article

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article

commentaires