Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:01
Un objet stellaire d'apparence cométaire découvert en janvier s'est révélé être le résultat de la collision de deux astéroïdes, un phénomène rarissime.

Le 6 janvier 2010, un télescope détectait ce qui semblait être une comète. L'instrument est dédié au projet Linear (pour Lincoln Near-Earth Asteroid Research), visant à repérer le plus rapidement possible les astéroïdes susceptibles de s'approcher de la Terre. Les instruments du réseau Linear photographient chaque zone céleste cinq fois par nuit pour y repérer le déplacement des astéroïdes par rapport aux étoiles fixes et en calculer la trajectoire. L'opération, menée depuis 1996, a déjà permis de détecter plus de 250.000 objets mobiles, principalement des astéroïdes et quelques comètes.

L'objet repéré en janvier présentait une apparence cométaire avec une longue queue rectiligne et se voyait attribuer le doux nom de P/2010 A2, une dénomination généralement réservée aux astres chevelus. Pourtant certaines singularités, en particulier des filaments en forme de X à l'arrière de ce qui semblait être un noyau cométaire, laissaient les astronomes perplexes. D'autre part aucun gaz habituellement présent dans une queue de comète n'était détectable.

Un zoom sur P/2010 A2 montre que son aspect diffère de celui d'une comète. Un objet de 140 mètres de diamètre est accompagné d'un nuage de débris. Crédit Nasa / Esa / D. Jewitt

Fausse comète mais vraie collision

Les scientifiques ont donc utilisé le télescope spatial Hubble pour y voir plus clair. Les images prises par cet instrument ont confirmé une hypothèse qui avait été avancée avec prudence : la queue cométaire observée est en fait le résultat de la collision de deux corps qui croisaient entre Mars et Jupiter, à 140 millions de kilomètres de nous, dans ce qu'on appelle la ceinture d'astéroïdes. Cette ceinture contient plusieurs centaines de milliers d'objets dont la taille varie du grain de sable jusqu'à des astres de quelques centaines de kilomètres de diamètre. Sorte de relique des origines du Système solaire, cette région subit des effets de résonance orbitale avec Jupiter qui ont empêché la formation d'une planète par accrétion de tous ces astéroïdes.

La rencontre des deux astéroïdes s'est traduite par un choc frontal à la vitesse de 5 kilomètres par seconde, qui a laissé un objet d'environ 140 mètres de diamètre, suivi d'une traînée de poussières et de graviers arrachés lors de l'impact. L'astéroïde chauffard a quant à lui été retrouvé dans les parages de la traînée sur des images réalisées avec le Gran Tecan, le télescope géant des Îles Canaries. C'est la première fois que les astronomes observent la collision entre deux astéroïdes.

Ceci n'est pas une comète, mais le résultat de la collision entre deux astéroïdes. Crédit Nasa / Esa / D. Jewitt
Ceci n'est pas une comète, mais le résultat de la collision entre deux astéroïdes. Crédit Nasa / Esa / D. Jewitt

Cordialement
Jean
===========================================================
Cercle Astronomique de Bruxelles (CAB) http://www.astro-cab.be/
Occultations of stars by the Moon (Apex) http://www.astrosurf.com/apex-occult
European Asteroïdal Occultation Network (EAON) http://www.astrosurf.com/eaon/
Popular Astronomy http://home.versateladsl.be/apexoccult/
Jean Schwaenen apexoccult@base.be
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je n'ai pas peur de la mort, j'ai trop aimé les étoiles pour avoir peur de la nuit.
J'aimerais  simplement ne pas être là quand ça se produira.
Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 16:34

 

La loi sur la réforme de l’assurance santé à peine adoptée à la Chambre américaine, qu’il faudra la revoter pour deux ridicules vices de procédure découverts par les conservateurs républicains. Aussi, elle risque de passer définitivement à la trappe car les lobbies des assurances et de l’industrie pharmaceutique feront entre temps pression sur les députés démocrates hésitants qui ont émis un vote positif.


obama03.jpg

Un contretemps voulu (?) dans la réforme de
santé de Barack Obama ?
 


Sarkozy attrape une raclée aux élections régionales françaises, il procède à un mini remaniement où il est quand même obligé de se séparer d’un de ses principaux ministres, le ministre du travail Xavier Darcos, parce qu’il a été ratiboisé dans sa région, pour le remplacer par un ultralibéral : Eric Woerth, à la veille de négociations sociales importantes. En suite, l’omniprésident fait une déclaration publique où il annonce qu’il ne changera pas de cap.


sarkozy_sceptique.jpg

Nicolas Sarkozy obstiné mais sceptique...
 

Il y a quelques années, Dominique de Villepin, ancien Premier ministre de Chirac, proposait le contrat de première embauche (CPE) qui aurait eu pour résultat de précariser les jeunes diplômés universitaires dès leur départ dans la vie professionnelle. Cela déclencha une révolte de la communauté universitaire qui dura près d’un mois. Alors que plusieurs voix, même à droite, réclamaient que ce projet soit revu, le ministre « poète » s’obstina au point que Chirac dut intervenir pour « siffler la fin de la récréation » en rangeant le projet au placard.


villepin.jpg

Dominique Galouzeau de Villepin
a payé cher son obstiuation dans l'affaire du CPE.
Il semble qu'il n'a toujours pas compris ! 

 

En Belgique, le ministre des Finances qui vient de d’auto congratuler de ses dix années de présence catastrophiques à la tête de ce département, maintient envers et contre tout le cadeau fiscal fait aux entreprises, dénommé « intérêts notionnels ». Alors que la gauche demande que le bénéfice des intérêts notionnels soit accordé aux entreprises qui garantissent un certain niveau de créations d’emplois, Reynders répond avec dédain : « Les intérêts notionnels n’ont rien à voir avec l’emploi ». La gauche belge de gouvernement affaiblie depuis longtemps, passe à l’ordre du jour…


reynders-sarkozy.jpg

Reynders n'a pas encore la taille pour dépasser
Sarkozy

 

De même, au niveau de l’Union européenne. La fameuse directive Bolkestein « libéralisant les services », autrement dit, légalisant le travail en noir, malgré un franc rejet, est repassée sous un autre nom et est définitivement ratifiée par les Parlements nationaux. Tout comme le traité constitutionnel qui fut rejeté suite aux référendums organisés par deux Etats fondateurs, la France et les Pays-Bas, et qui est revenu en force avec le traité de Lisbonne. D’ailleurs, les institutions européennes sont coutumières des procédures anti-démocratiques. Lors de la ratification du traité de Maastricht, le Danemark qui avait voté non par Référendum, fut contraint de recommencer le vote. De même, l’Irlande a dû procéder de la même manière avec le traité de Lisbonne.


Drapeaux_Europe.jpg

L'Union européenne n'est-elle qu'un alignement de 
drapeaux figés devant la "pensée unique" ?

 

Ces dénis de démocratie successifs deviennent inquiétants. La volonté populaire qui est soumise au conditionnement quotidien de la « pensée unique » par les médias est littéralement écrasée. Les votes sont détournés de leurs objets. On pousse à l’abstention massive. D’autre part, les contre pouvoirs sont muselés. La presse écrite est entre les mains des grands groupes financiers, la télévision est sous le contrôle absolu des intérêts politiques et économiques qui se trouvent au pouvoir et qui entendent y rester.

 

De même, avec la crise grecque, où l’Union européenne cherche à imposer la seule politique néo-libérale de dégraissage de l’Etat, les révoltes qui en résultent risquent d’être le prétexte à installer « provisoirement » un « pouvoir fort ». C’est du moins ce que craignent de plus en plus d’observateurs.


Nous aurons l’occasion d’évoquer la question de la Grèce et même du Portugal (et, qui sait de bien d'autres pays de la "zone Euro") dans notre prochain billet. En effet, le modèle actuel d’Union européenne vient de montrer ses limites et il sera indispensable revoir de fond en comble la « copie Europe ».

 

En attendant, cette obstination qui ne tient pas compte de la volonté des peuples prouve que nous nous orientons vers un « déficit » démocratique. On veut appliquer une politique bien définie, même si ses termes ont été critiqués par bon nombre, même si son efficacité est loin d’être prouvée, et surtout, même si elle a une capacité majeure de nuisances.

 

La vraie question se trouve dans l’alternative. Aucune force politique n’est à même d’en proposer une et c’est là où le bât blesse, c’est cela qui permet à la droite dure de poursuivre son chemin sans prendre en compte l’hostilité de plus en plus grande de l’opinion publique.

Et surtout, n'oublions pas que l'obstination est l'ennemie de la volonté.

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 17:58

 « Nous ne sommes pas à la première fin du monde à Haïti ». Ainsi s’exprime le poète haïtien James Noël. Il est né en 1978 à Hinche, ville située dans les hauts plateaux du pays à la frontière avec Saint-Domingue et habite aujourd’hui Port-au-Prince. Il raconte : « L'année 2004 c'était hier, date marquant le bicentenaire de la république d'Haïti, mais la fête n'a pas eu lieu. Allez savoir pourquoi ? Une bonne occasion pour réveiller les fantômes parlants et pour ouvrir la boîte de Pandore. Une bonne occasion aussi pour la presse occidentale d'en finir avec les clichés, de cesser d'être des ruminants d'un bricolage d'histoire, monté de toutes pièces, raconté pour elle et par elle-même.

noel.jpg

Le poète haïtien James Noël


Lors de cette fameuse année 2004, le monde a retenu de nous l'image négative d'un peuple de barbares s'entredéchirant deux cents ans après une révolution. Lors de cette même année, une tempête surnommée Jeanne la tueuse a fait plus de trois mille morts dans la cité des Gonaïves. Le monde entier a dû retourner les projecteurs sur le pays. Des centaines de millions de dollars  ont été promis. Des dizaines de millions ont été volatilisés avant même d'arriver dans la ville inondée. La presse internationale avait une folle compassion pour nous, mais le coup de théâtre s'est produit avec le Tsunami, qui nous a volé le rôle de triste vedette sur la scène internationale. Et Haïti s'est remis de plus belle à hurler sans témoins, à pleurer dans sa solitude.


C'était hier encore, en 2008, on s'en souvient, quatre tempêtes, phénomène rares dans la littérature météorologique haïtienne, ont frappé coup sur coup le pays. Les journalistes de l'univers s'excitaient pour nous une fois de plus, mais la crise économique mondiale nous a pris par derrière. Dans cet univers en banqueroute, il était devenu presqu'impudique de crier au-secours.


Maintenant voici qu'arrive un séisme de magnitude 7.3, ce qui ne rentre pas du tout dans les habitudes du sol haïtien. Ce tremblement de notre tiers d'île qui a provoqué un tressaillement mondial est un test brutal pour nous les Haïtiens et un grand cri d'alerte pour le monde. Au plus fort de ces manifestations de solidarité planétaire, Haïti sera-t-elle encore blackboulée par une autre catastrophe qui pourrait survenir dans n'importe quel coin du globe, replaçant le pays derrières ses barreaux familiers et l'oubli coutumier ? »

haiti03.jpg

La misère absolue


Alors que les Etats-Unis profitent du chaos consécutif au tremblement de terre pour envahir et occuper Haïti, comme ils le firent de 1915 à 1934, la presse internationale présente la misère qui frappe ses habitants comme une fatalité due à un séisme majeur. Or, il n’y a ni fatalité, ni hasard. Depuis le XIXe siècle, lorsque les esclaves durent indemniser leurs maîtres, jusqu’aux oukases du FMI, la pauvreté est le fruit de l’exploitation.

 

L’une des plus grandes opérations d’aide de l’histoire risque fort de ressembler à celle de l’après tsunami de 2004 sauf si un modèle de reconstruction radicalement différent est adopté. Souvenons-nous : l’élan de solidarité venu d’Europe et des Etats-Unis, a surtout permis de reconstruire les zones détruites dans le plus grand intérêt des multinationales : centres de vacances en lieu et place des villages de pêcheurs détruits, avec, comme conséquence, des déplacements de population, rétablissement du tourisme sexuel en Thaïlande, etc. Bref, on a aidé les multinationales et non les populations sinistrées.

 

En effet, il est à craindre que l’aide prenne la même forme que celle qui a accompagné le tsunami qui a frappé, fin décembre 2004, plusieurs pays d’Asie (Sri Lanka, Indonésie, Inde, Bangladesh) ou encore l’après-cyclone Jeanne en Haïti en 2004. Les promesses n’ont pas été tenues et une grande partie des fonds ont servi à enrichir des compagnies étrangères ou les élites locales. Ces « généreux dons » proviennent pour la majorité des créanciers du pays.


haiti10.jpg

Les secours manquent de tout. Le FMI s'en fout. 


Haïti a été partiellement détruit par un séisme de magnitude 7. Chacun y va de sa larme et les médias, en nous abreuvant d’images apocalyptiques, relayent les annonces d’aides financières que les généreux Etats vont apporter. On entend qu’il faut reconstruire Haïti, ce pays où la pauvreté et « la malédiction » s’abattent.

 

La dette : le véritable fléau

 

Or, il n’y a pas de « malédiction ». Cette pauvreté a des causes bien déterminées et qui, bien entendu, est mise en évidence lors du séisme. Cependant, en dehors de surfer sur l’émotion, aucun média ne se penche sérieusement sur la situation abominable de ce pays.


Haïti est traditionnellement dénigré et souvent dépeint comme un pays violent, pauvre et répressif dans le meilleur des cas. Peu de commentaires rappellent l’indépendance acquise de haute lutte en 1804 contre les armées françaises de Napoléon. Plutôt que de souligner la démarche humaine et le combat pour les Droits de l’Homme, la sauvagerie et la violence seront les caractéristiques assimilées aux Haïtiens. Edouardo Galeano parle de la « malédiction blanche » : « A la frontière où finit la République dominicaine et commence Haïti, une grande affiche donne un avertissement : El mal paso - Le mauvais passage. De l’autre côté, c’est l’enfer noir. Sang et faim, misère, pestes. » Eric Toussaint, le président du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-monde (CADTM) explique : « Il est indispensable de revenir sur la lutte d’émancipation menée par le peuple haïtien, car en représailles à cette double révolution, à la fois anti-esclavagiste et anticoloniale, le pays a hérité de « la rançon française de l’Indépendance » correspondant à 150 millions de francs or (soit le budget annuel de la France de l’époque). En 1825, la France décide que « Les habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue verseront à la caisse fédérale des dépôts et consignations de France, en cinq termes égaux, d’année en année, le premier échéant au 31 décembre 1825, la somme de cent cinquante millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité. » Cela équivaut à environ 21 milliards de dollars d’aujourd’hui. Dès le départ, Haïti doit payer le prix fort, la dette sera l’instrument néocolonial pour entretenir l’accès aux multiples ressources naturelles de ce pays.


Le paiement de cette rançon est donc l’élément fondateur de l’Etat haïtien et a débouché sur la constitution d’une dette odieuse. En termes juridiques, cela signifie qu’elle a été contractée par un régime despotique et utilisée contre les intérêts des populations. La France puis les Etats-Unis, dont la zone d’influence s’élargit à Haïti, occupée par les marines états-uniens dès 1915, en sont pleinement responsables. Alors qu’il aurait été possible de faire face aux douloureuses responsabilités du passé en 2004, le rapport de la Commission Régis Debray préfère écarter l’idée d’une restitution de cette somme en prétextant qu’elle n’est pas « fondée juridiquement » et que cela ouvrirait la « boîte de Pandore ». Les requêtes du gouvernement haïtien en place sont rejetées par la France : pas de réparations qui tiennent. La France ne reconnaît pas non plus son rôle dans l’ignoble cadeau qu’elle fît au dictateur « Baby Doc » Duvalier en exil en lui offrant le statut de réfugié politique et donc l’immunité. »

Jean-Claude_Duvalier-1020.jpg


Jean-Claude Duvalier dit "Baby doc",
l'inventeur des sinistres "tontons macoutes"


Ajoutons que la restitution de cette somme par la France aurait posé des problèmes financiers sérieux et ouvert la porte à des revendications d’indemnités de la part des pays autrefois colonisés.


La solution n’est pas dans la réparation du passé mais dans la construction de l’avenir. Indemniser les erreurs, punir les crimes du passé, ne fait que perpétuer les rancœurs et empêche l’instauration de relations normales entre partenaires égaux. Il y a là une contradiction dans le raisonnement du CADTM : on annule la dette du Tiers-monde, mais on paie celle de l’Occident contractée il y a bien des générations. Non, on fait un trait sur le passé en annulant les dettes en totalité et en repartant sur de nouvelles bases.

Lisons la suite du raisonnement d’Eric Toussaint : « Entre 1957 et 1986, la dette extérieure a été multipliée par 17,5. Au moment de la fuite de Duvalier, cela représentait 750 millions de dollars. Ensuite elle monte, avec le jeu des intérêts et des pénalités, à plus de 1 884 millions de dollars. Cet endettement, loin de servir à la population qui s’est appauvrie, était destiné à enrichir le régime mis en place : il constitue donc également une dette odieuse. Une enquête récente a démontré que la fortune personnelle de la famille Duvalier (bien à l’abri sur les comptes des banques occidentales) représentait 900 millions de dollars, soit une somme plus élevée que la dette totale du pays au moment de la fuite de « Baby Doc ». Un procès est en cours devant la justice suisse pour la restitution à l’Etat haïtien des avoirs et des biens mal acquis de la dictature Duvalier. Ces avoirs sont pour l’instant gelés par la banque suisse UBS qui avance des conditions intolérables quant à la restitution de ces fonds . Jean-Bertrand Aristide, élu dans l’enthousiasme populaire puis accusé de corruption avant d’être rétabli au pouvoir comme marionnette de Washington [en 1999 par Clinton] et finalement d’en être chassé par l’armée états-unienne, n’est malheureusement pas innocent en ce qui concerne l’endettement et les détournements de fonds. Par ailleurs, selon la Banque mondiale, entre 1995 et 2001, le service de la dette, à savoir le capital et les intérêts remboursés, a atteint la somme considérable de 321 millions de dollars.

Toute l’aide financière annoncée actuellement suite au tremblement de terre est déjà perdue dans le remboursement de la dette ! »

Jean-Bertrand_Aristide.jpg


Jean-Bertrand Aristide : une marionnette ?

Donc, il est clair que l’argent de l’aide à la reconstruction doit être redistribué après annulation de la dette (sinon, il reviendra dans les coffres des banques !) et sur des bases fixées par un accord politique clair avec la participation des Haïtiens et des pays voisins comme Cuba, le Venezuela, Saint Domingue. Là aussi, il faut mettre un terme aux exclusives des Etats-Unis à l’égard de plusieurs pays latino-américains.


Le rôle des Etats-Unis


Tout le monde a été surpris par la rapidité et l’ampleur de l’aide des USA après la catastrophe du 11 janvier.


Avec le « déferlement » des militaires US à Haïti, qui prévoit 20 000 hommes sur terre et dans les navires ancrés à proximité, un officiel US a indiqué que Washington prépare une occupation de longue durée de la nation caribéenne pauvre et dévastée par le tremblement de terre.

 

« Nous sommes ici à long terme, ce n’est pas quelque chose qui va se résoudre rapidement et facilement, » a déclaré l’Ambassadeur Alejandro Wolff, le représentant permanent des US aux Nations-Unies à propos d’Haïti, suite à une réunion sur l’aide à la nation sinistrée. En plus des Etats-Unis, des représentants du Brésil, du Canada, de France, d’Haïti et d’Uruguay ont participé aux discussions. Le Canada et la France sont les principaux donateurs à  Haïti, et le Brésil et l’Uruguay ont chacun plus de mille hommes sur place dans le cadre de la mission de paix des Nations Unies qui a constitué la principale force d’occupation avant le tremblement de terre.


haiti08.jpg

Les US Marines débarquent devant les ruines
du palais présidentiel haïtien : symbole d'une longue occupation ?

 

Dans une déclaration précédente aux Nations Unies, Wolff a dénoncé les gouvernements du Nicaragua, de Bolivie et du Venezuela pour avoir accusé Washington d’exploiter la tragédie d’Haïti pour imposer une occupation militaire du pays.

 

D’ailleurs, le gouvernement haïtien, du moins ce qu’il en reste, approuve cette présence US. « Il est clair que les Américains sont ici à notre demande et qu'ils ne sont ici que pour nous assister dans nos besoins humanitaires ou sécuritaires dans le cadre par exemple de transport de fonds », a déclaré le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, interrogé à Port-au-Prince par RTL Radio.
« Tout le monde s'est entendu pour dire que l'aide des différentes armées dans un cadre contrôlé, concerté et dans le cadre d'un dialogue est la bienvenue en Haïti », a-t-il ajouté.


« Haïti n'est pas sous tutelle », a affirmé de son côté le président René Préval dans une interview au quotidien français Libération. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton « est venue cette semaine et m'a demandé si j'étais d'accord pour que les militaires américains (...) puissent venir aider. Je lui ai dit oui. C'est dans ce cadre que cela s'est fait », a-t-il déclaré. Les Etats-Unis ont prévu d'envoyer 4.000 soldats supplémentaires en Haïti, pour porter à 15.000 leurs effectifs participant aux opérations de secours aux victimes du séisme du 12 janvier.
 

Revenons sur les déclarations de Wolff. Il a accuse les trois gouvernements d’Amérique Latine de vouloir « politiser le sujet avec des affirmations tendancieuses et non fondées » et d’avoir « ridiculement supposé une conspiration et une occupation». Si ce n’est pas une occupation, c’est en tout cas bien imité !

 

Cependant, sur place, la colère et les protestations commencent contre la militarisation par les US de la réponse à une catastrophe dont le bilan estimé se monte à 200 000 morts, sans compter 250 000 blessés et des millions de sans-abris.

 

Les équipes d’aide humanitaire et médicale ont accusé les militaires US – qui ont pris unilatéralement le contrôle de l’aéroport international et des équipements portuaires – d’avoir pour premières priorités le déploiement des troupes US et l’évacuation de leurs ressortissants. L’acheminement du matériel médical vital et des équipements ont été relégués au second plan. Les agences de secours médical ont déploré que des dizaines de milliers de personnes meurent de leurs blessures dues au tremblement de terre par manque de fournitures médicales et médicaments.

 

Le clivage classique resurgit : la Bolivie, le Venezuela, le Nicaragua, sans compter Cuba, constituent les pays hostiles (on n’utilise plus la formule « bushienne » de « forces du mal »… les temps changent). D’autre part, il est clair que les Etatsuniens sont venus pour rester. Quelle en est la raison profonde ?

 

Une autre preuve d’une occupation militaire américaine est l’opposition des autorités US à accueillir d’éventuels réfugiés haïtiens. L’administration Obama a pris des mesures extraordinaires pour empêcher les Haïtiens désespérés d’entrer aux Etats-Unis. L’effort pour empêcher les Haïtiens d’entrer au pays — incluant les blessés qui recherchent un traitement médical — illustre que la priorité de l’intervention menée par les Etats-Unis n’est pas de sauver es vies, mais d’établir un contrôle militaire sur la population.

haiti05.jpg


Les Américano - haïtiens peuvent être évacués
vers les USA. Pas les Haïtiens !


Cinq navires de la garde côtière américaine ont rejoint des navires de la marine américaine déployés sur les côtes haïtiennes — pas pour livrer de la nourriture, de l’eau ou des médicaments aux malades et aux mourants, mais pour arrêter les Haïtiens qui pourraient tenter de s’échapper. Le commandant de la garde côtière, Chris O’Neil, a dit au New York Times que tous ceux qui tentent de fuir Haïti seraient capturés et retournés, mais que, jusqu’à maintenant, son unité n’a pas été témoin d’une tentative. « Rien, zéro, a dit O’Neil, et pas d’indice qui nous montre que quelqu’un est en train de faire des préparations pour faire une telle tentative. »


Les responsables américains ont dit qu’il y a peu de chance que les Haïtiens quittent les Etats-Unis, mais « ils s’inquiètent que dans les prochaines semaines, les conditions de vie qui iront en se dégradant en Haïti pourraient encourager un exode. » Le fait que les responsables américains planifient des « conditions qui iront en se dégradant » en Haïti lors des « prochaines semaines » — au-delà de la situation désespérée qui règne là-bas maintenant — est une preuve que Washington n’a pas l’intention de rendre les secours disponibles au plus grand nombre, encore moins de rebâtir Haïti.


L’administration Obama élabore aussi des plans pour incarcérer les Haïtiens qui pourraient risquer le dangereux voyage en mer jusqu’aux Etats-Unis, qui, à chaque année, coûte la vie de centaines de personnes. Des responsables ont dit au Times qu’ils « ébauchent des plans pour ramasser tout bateau qui transporte des immigrants illégaux et les envoyer à Guantanamo Bay » — la célèbre base militaire américaine à Cuba. Le département de la sécurité intérieure a annoncé qu’il allait vider des espaces dans sa prison de déportés du sud de la Floride, le Krome Service Processing Center, au cas où un flot d’Haïtiens arriverait.

 

Le chaos


En attendant, la situation est catastrophique et le chaos est en train de s’installer, sans doute pour une longue durée, tant qu’il n’y a pas une coordination des secours et de l’aide.


La recherche pour des survivants dans les décombres des immeubles qui se sont écroulés n’a sauvé qu’une centaine de personnes selon les chiffres de l’ONU. Les équipes (dont l’équipe belge Bfast) sont parties trop tôt sous la pression des autorités US.


Malgré le fait que des experts affirment que des victimes sont toujours en vie sous les ruines des villes d’Haïti, l’armée américaine a dit qu’il était de mettre un terme aux opérations de recherche et de sauvetage. « Nous nous attendons à passer très bientôt de la phase de recherche à une phase de reconstruction », a dit le général de la marine Daniel Allyn, l’adjoint au commandant des forces américaines en Haïti.


Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l’ONU basée à Rome, seulement 250.000 rations alimentaires quotidiennes auraient été distribuées à ce jour, la moitié de ce nombre par l’armée américaine. Le PAM a réussi a distribué environ 50.000 rations en un jour, soit la moitié du nombre requis. Les Etats-Unis ont commencé mardi à parachuter de la nourriture et de l’eau. La première semaine de la crise, le Pentagone a refusé de considérer cette méthode de distribution en disant que cela finirait en émeutes.


Des journalistes ont rapporté des scènes d’horreur et de peur à Port-au-Prince. Des dizaines de milliers de Haïtiens quittent la capitale pour la campagne, soit à pied, soit en s’entassant dans des autobus et des bateaux. Des camions servant habituellement à la collecte des ordures viennent déposés des centaines de corps dans des fosses communes.

haiti06.jpg


Scène de pillage à Port-au-Prince

A cause du manque d’antibiotiques et d’autres médicaments, beaucoup d’amputations sont réalisées d’une façon sommaire, souvent sans morphine ou autre antidouleur, dont on manque partout. Des docteurs et des infirmières au comble du désespoir continuent à demander des anesthésiants, des scalpels et des scies pour amputer les membres écrasés, selon Associated Press. Un représentant de Médecins sans frontières a dit que les chirurgiens de son hôpital de première ligne à Cité Soleil ont été forcés d’acheter une scie au marché local pour pouvoir réaliser des amputations après qu’un autre de ses avions s’est vu refuser la permission par l’armée américaine d’atterrir à Port-au-Prince.


« C’était l’amputation ou la mort », a dit à NBC le Dr Nancy Snyderman, travaillant pour l’aide humanitaire. « Il y a beaucoup d’infections secondaires. C’est la principale cause de mort actuellement. »


« Dans un pays où il est si difficile de survivre en temps normal, cela devient presque impossible pour un amputé. Cela soulève immédiatement la question de ce qui viendra ensuite », a déclaré Snyderman. « On ne trouve pas de prothèses dans ce pays qui sera bientôt un pays d’orphelins et d’amputés. »
« J’ai vu des bébés dont le crâne était fendu comme un melon d’eau », a-t-elle continué. « Les médecins ne pouvaient rien faire que de leur bander la tête, les couvrir et les laisser mourir. »


Au-delà de ces horreurs, on se pose la question : où est l’aide américaine ? Pourquoi tout cela est-il aussi inefficace ?


Cela n’empêche pas de voir débarquer toute une série de gens qu’on n’a pas l’habitude de voir participer à des opérations de sauvetage. Ainsi, que font de nombreux « employés » de la firme « Blackwater » qui envoie des mercenaires en Irak ?

Dans une interview au quotidien suisse « Le Courrier », l’ancien ministre des affaires étrangères d’Haïti, Philippe Joseph Antonio, militant de gauche, exprime sa crainte de voir Haïti perdre sa souveraineté sous prétexte de la catastrophe.


«
 Je suis radicalement contre la présence étrangère en Haïti. Mais, de fait, il y a longtemps que nous sommes déjà sous tutelle! La dernière en date est celle de l'ONU et, à travers elle, d'autres puissances comme les Etats-Unis ou la France. Mais je pose la question: dans quelle situation serions-nous si, aujourd'hui, les Etats-Unis ne prenaient pas la situation en mains? La mobilisation internationale nous rend un immense service. Je le dis d'autant plus librement que, naguère, j'ai été interdit de séjour aux Etats-Unis! Où en serons-nous dans un an? Serons-nous capable de gérer la reconstruction? Pour cela, il faudrait qu'un processus électoral ouvert se mette en place et qu'on exorcise nos vieux démons. Déjà les querelles entre BCBG ressurgissent. Le peuple lui s'en fiche, il demande des bouteilles d'eau!

Longtemps oublié, Haïti peut-il profiter de l'émotion suscitée par le tremblement de terre pour se relever plus fort?

haiti07.jpg

Combien de temps pensera-t-on encore à ces
dizaines de milliers de sinistrés ?


C'est l'enjeu principal! Selon un premier état des lieux, au moins 50% de Port-au-Prince est détruit. Tout le sud est dévasté! On parle de 10 milliards de dollars sur cinq ans pour reconstruire Haïti, soit 2 milliards par an. En fait, ce n'est pas tant que ça: cela représente deux fois moins que les bénéfices d'une entreprise comme France Telecom! Il faut placer les choses dans leur contexte: le gouvernement d'Aristide avait un budget moindre que celui d'une telle société. Personnellement, je ne crois pas à un pays ressuscité en deux-trois ans. Il faudra au moins dix ans pour reconstruire les villes. »


Renoncer à la souveraineté ?


La question se pose et les Haïtiens se la posent. Il leur sera impossible de procéder à la reconstruction avec leurs propres moyens. Ils auront besoin d’une aide extérieure massive. Ici se pose la question de la souveraineté : qui coordonnera cette aide, qui la contrôlera ? Où se trouve le pouvoir de décision en la matière ?
Ce renoncement se fera, s’il y a lieu, au profit des Etats-Unis. Mais quels sont leurs intérêts en l’espèce ?

D’après Jean Lavalasse, photographe et documentariste :
 

« Les intérêts des Américains de faire main basse sur Haïti sont nombreux. D’une part, la main d’œuvre est très bon marché en Haïti et l’île n’est située qu’à 30 minutes de la Floride, y faire transiter des cargaisons serait rapide depuis ce nouveau Taïwan.

Ensuite, il y a Cité Soleil, cette zone est convoitée par les Etats-Unis en accord avec la grande bourgeoisie commerçante d’Haïti, pour la convertir en un grand port : un port franc et une zone industrielle.

haiti11.gif


Adossée à la République dominicaine et proche de
Cuba, Ha¨ti est un lieu stratégique.


Puis, c’est le moment idéal pour se servir du territoire comme base arrière pour contrôler et contrecarrer Cuba puisqu’Obama a promis de libérer Guantanamo. Depuis Cité Soleil et au dessus de Gonave, il y a une vue appréciable sur Cuba.

Et enfin, le sous-sol haïtien est bourré de pétrole. Apparemment les gisements vénézuéliens prendraient leur source sous l’île. Port-au-Prince est assis sur un gigantesque puits de pétrole qui ne pouvait être jusque là exploité. En effet, depuis les années 50, Jean Dumarsais Estimé, le président de l’époque, avait déplacé la capitale anciennement située à Marchand-Dessalines vers l’actuel Port-au-Prince. Cette transition ne permettait pas d’exploiter le pétrole mais Mère Nature aidant, aujourd’hui tout est possible. De plus, le séisme a provoqué un exode rural volontaire des habitants de Port-au-Prince, laissant le champ libre à la destruction des ruines de la capitale et pourquoi pas le forage des sols… Dans d’autres circonstances, s’ils avaient demandé aux habitants de partir vers les campagnes cela aurait été considéré comme un génocide. La catastrophe apparait comme une aubaine pour les impérialistes car elle permet de déplacer à nouveau la capitale. Tout n’est qu’enjeux géopolitiques et économiques. »


Cette idée de l’exploitation géopolitique et pétrolière d’Haïti est reprise dans toute la presse du Tiers-monde. Ainsi, Katia Sabet, journaliste au journal francophone égyptien « Le progrès égyptien » rapporte des idées similaires. Non seulement, les Américains ne reconstruiront pas Port-au-Prince et encourageront ainsi un exode rural, pour pouvoir exploiter les éventuels gisements pétroliers à Port-au-Prince, mais le FMI a accordé un prêt de 100 millions de dollars assorti des conditions habituelles comme la non augmentation des salaires et l’augmentation du prix de l’électricité. On est loin des rêves d’annulation de la dette d’Haïti.


Le pétrole et le pouvoir des multinationales a bien plus de poids que la vie et la misère pour des centaines de milliers d’Haïtiens. Qui a dit que l’histoire n’était pas un éternel recommencement ?

 

 

 

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 18:32
 
Il y a presque 30 ans, deux chercheurs montraient que les noyaux des planètes géantes comme Neptune et Uranus pouvaient contenir des quantités colossales de diamants sous forme solide. Des expériences montrent aujourd’hui qu'on peut imaginer des océans de diamant liquide parcourus d'icebergs...

Neptune.jpg

Neptune photographiée par Voyager 2

Lorsque les Beatles chantaient Lucy in the Sky with Diamonds, ils ne savaient probablement pas qu’il existait effectivement des nanodiamants flottant dans les espaces interstellaires et que l’on retrouve même dans certaines météorites.

beatles.jpg

Les Beatles ont chanté les diamants de
l'Univers sans le savoir.

En 1981, Marvin ross a été un des premiers à proposer qu'à l’intérieur des planètes
géantes que sont Neptune et Uranus de véritables cœurs en diamant devaient pouvoir se former sous l’action des pressions énormes agissant sur les composés carbonés détectés dans leurs atmosphères.


L’idée avait été reprise et poussée plus loin dans les romans d’Arthur Clarke faisant suite à 2001 : L’odyssée de l’espace. Après le contact de David Bowman avec le monolithe noir laissé il y a des millions d’années par une race d’extraterrestres au voisinage de Jupiter, l'esprit de l’astronaute avait été téléchargé dans un réseau de flux de lumière intégré à la structure en écume d’un espace-temps à plus de 4 dimensions. Ainsi dématérialisé, le nouveau Bowman se promenait à sa guise dans l'espace et découvrait en effet qu’un cœur en diamant occupait l’intérieur de la planète géante.

bowman 2001

Dans 2001, l'astronaute Bowman entraîné
vers le diamant.


L’idée qu’un astre puisse avoir un cœur en diamant n’est pas une spéculation de théoricien débridé. On savait par exemple depuis longtemps que le cœur d’une naine blanche composé de carbone devait finir par se cristalliser avec le temps et le refroidissement de l’étoile. Or, en 2004, un groupe d’astrophysiciens étudiant les pulsations d’une naine blanche située à environ 50 années-lumière dans la constellation du centaure, BPM 37093, annonçait que les méthodes de l’astérosismologie conduisaient à admettre qu’une fraction importante de la naine blanche avait bel et bien cristallisée sous forme de diamant.


Aujourd’hui, un groupe de chercheurs du Lawrence Livermore National Laboratory a publié dans Nature les résultats d’études portant sur le point de fusion du carbone à hautes pressions.


D’ordinaire, une phase liquide du diamant n’est pas observée en laboratoire car celui-ci se transforme alors en graphite avant que ne débute la fusion. Toutefois, en exerçant des pressions de l’ordre de 40 millions d’atmosphère à l’aide de faisceaux laser, il est possible d’obtenir une transition de phase partant du diamant solide plutôt que du graphite.


A leur surprise, une fois du liquide obtenu et alors que la pression baissait pour atteindre 11 millions d’atmosphères et que la température baissait aussi pour atteindre les 50.000 K, les chercheurs ont observé que non seulement des fragments de diamant solide réapparaissaient mais qu’ils flottaient, tels des icebergs à la surface du liquide.

Neptune et Uranus sont composées d’environ 10% de carbone et des conditions similaires aux précédentes doivent exister à grandes profondeurs dans ces planètes. Ils pourraient donc s'y trouver d’énormes icebergs en diamant flottant sur du carbone liquide.


Source Futura-Sciences
Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 14:41

L’homme d’Etat gaulliste, Philippe Séguin, qui vient de disparaître, a dû avoir une amère satisfaction avant de quitter ce monde. Dix-huit années après son adoption, l’ensemble du monde politique et financier européen reconnaît qu’on a fait fausse route avec le traité de Maastricht.


philippe séguin

La satisfaction d'avoir raison trop tôt
 

Ce qui se passe en Grèce marque sans doute le début de la fin de l’Euro, du moins l’Euro tel qu’il est aujourd’hui. Ce pays qu’on a toujours laissé quelque peu en marge de l’Union européenne car il a une politique fort peu atlantiste et est de religion chrétienne orthodoxe, connaît depuis décembre 2009 une crise sans précédent. De l’aveu même de son vice ministre des Finances, M. Philippos Sahinidis, la dette de la Grèce est évaluée à 300 milliards d'euros, ce qui est le plus haut niveau dans l'histoire moderne de la Grèce. Même chose pour le déficit budgétaire qui est le plus élevé depuis 16 ans. Dans le projet de budget de l'Etat pour 2010 voté au Parlement fin décembre, la dette publique s'élève pour 2009 à 272,3 milliards d'euros soit 113,4% du Produit intérieur brut (PIB), et ce projet prévoit pour 2010 une dette de 294,950 milliards (120,8% du PIB).

acropole_1262821463.jpg

La démocratie athénienne surmontera-t-elle cette crise ?

Le Premier ministre socialiste Papandréou a déclaré à qui voulait l’entendre qu’il allait lutter sans relâche contre la corruption et la fraude fiscale. On peut douter de la réalité de ces intentions lorsqu’on voit les énormes difficultés que rencontrent des Etats bien mieux équipés comme la Belgique ou la France dans la lutte contre la grande fraude fiscale.


George_Papandreou_-junior-.jpg

George Papandreou junior 
aura-t-il l'autorité nécessaire ?


Si la situation économique interne de la Grèce est alarmante, sa situation budgétaire est mauvaise, certes, mais pas insurmontable. L’Italie, par exemple, a une dette plus élevée. La France ne se trouve non plus dans une meilleure situation. Ce sont les agences de notation qui ont déclenché la panique. Ces agences sont au nombre de deux et avaient déjà joué un rôle néfaste lors de ce qu’on a appelé la « crise financière ».

 

Les agences Standard and Poor's et Fitch, ont tour à tour ont mis sous surveillance la note de crédit à long terme et abaissé la note de dette à long terme. L'abaissement mardi de la note de dette à long terme de la Grèce, de A- à BBB+, par Fitch est "important car il s'agit de la première dégradation dans la zone euro", a estimé un rapport de Goldman Sachs. Cette évolution négative vient s'ajouter à la mise sous surveillance, lundi, de la note senior ("A-") concernant les titres des banques grecques garantis par le gouvernement, par l'agence Standard and Poor's.

 

Cette agence avait déjà baissé en janvier dernier la note de dette à long terme de la Grèce de "A" à "A-". Après avoir ouvert mardi en légère baisse, la Bourse d'Athènes (Athex) chutait de 6,04 % à la clôture après l'annonce de Fitch. La note de Fitch "reflète le manque de crédibilité que la Grèce a malheureusement accumulé ces dernières années ainsi que la situation économique extrêmement difficile", a déclaré le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, à l'issue d'un entretien avec le gouverneur de la Banque de Grèce, Georges Provopoulos. Les notations des deux agences "ne tiennent pas compte des initiatives prises par le gouvernement et que l'eurogroupe a qualifié de pas dans la bonne direction ", a ajouté le ministre. Soumise à de fortes pressions depuis la crise de Dubaï, la Grèce se trouve dans le collimateur en raison surtout de l'explosion du déficit public, prévu à 12,7% du PIB, et de la dette à 113% du PIB pour la fin de l'année et à 120% en 2010. "L'annonce de S&P était attendue (...) la Grèce se trouve dans un carcan asphyxiant" et le gouvernement doit procéder "à des réformes structurelles et à des mesures de lutte contre l'évasion fiscale", a indiqué l'analyste Manos Hatzidakis de la société de courtage Pigasos.

 

On constate que ces agences de notation interfèrent dans la décision politique, puisqu’elles commentent des mesures prises par le gouvernement grec et fixent les nouvelles orientations à prendre, c’est-à-dire bien entendu des orientations néolibérales : réduction des dépenses publiques, des dépenses sociales, privatisations, etc. De plus, la lutte contre l’évasion fiscale ne sera qu’un vain mot si la Grèce ne bénéficie pas de la solidarité des autres Etats membres de l’Union européenne.

Cette dramatique situation a montré que la conception de la monnaie unique instaurée par le traité de Maastricht
, à savoir l’utopie d’une monnaie unique non accompagnée de la construction d’un Etat correspondant était inadéquate. Tous savaient que l’Europe n’était pas une « zone monétaire optimale ». Les avantages considérables de la monnaie unique (réduction des coûts de transaction et des risques de change notamment) n’ont pas dans le cas européen entrainé la construction d’une véritable zone monétaire homogène permettant de contenir des chocs asymétriques entre pays. C’est que les disparités structurelles : degré d’ouverture extérieure, spécialisations, régime des prix et des salaires, régimes démographiques etc. ne se sont guère estompées avec le temps. Ce qui signifiait le maintien de dispersions de croissance, de dispersions de revenus par tête, de dispersion de taux d’inflation etc. Tous phénomènes, qui au fond existent aussi dans cet immense territoire américain équipé d’une monnaie unique (le dollar) mais qui est contenu par un appareil fédéral de transferts fiscaux, sans équivalent en Europe. Les zones déprimées par un choc, peuvent aux USA, bénéficier de transferts en provenance de zones en expansion, ce qui est quasi impossible au sein de la zone euro. L’Euro, à l’instar des voies ferrées pour le transport, ou les lignes pour l’acheminement de l’électricité, constituait un réseau universel permettant des rendements croissants. Mais la comparaison s’arrête vite, car si les réseaux ferrés et électriques assuraient la redistribution, par des politiques tarifaires notamment, et produisaient de l’universel au sein d’un espace national, l’euro en est bien incapable. Si donc la zone sud de l’Europe connait un déséquilibre de ses échanges avec la zone nord, il n’est d’autre recours que la dépression profonde, et l’impossibilité de construire un universel européen, avec les sentiments d’appartenance qui peuvent lui correspondre.

 

En définitive, l’Euro tel qu’il a été conçu, sert de monnaie d’échange dans une vaste zone de libre échange comme le souhaitaient les Anglo-saxons qui se sont bien abstenus d’y adhérer. Il ne pouvait en aucun cas être l’instrument d’une politique économique commune que l’on empêche volontairement en maintenant les disparités au sein de l’Union, et en faisant à la fois du dumping social comme le voulait la fameuse directive Bolkestein sur les services. Celle-ci a été remplacée par la directive McCreevy qui a été adoptée par le Parlement européen en novembre 2006.


euros.jpg

Simple monnaie d'échange !
 

Il faut ajouter que l’Union européenne ne s’est pas dotée des instruments pour porter secours à un Etat membre en difficulté. Les articles 123 à 125 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne interdisent même expressément que l’Union ou un Etat membre aide un Etat de l’Eurozone en difficulté, alors que cela est possible pour les pays de l’UE non-membres de la zone euro. Lors de la négociation du traité de Maastricht, en 1991, il a paru évident qu’il fallait responsabiliser les Etats, faute d’une politique économique et budgétaire unique : la certitude d’être sauvés aurait pu encourager les Etats les plus pauvres à faire du déficit. Cela étant, les Etats membres de la zone euro savaient, dès janvier 1999, que cette règle ne s’appliquerait pas : une fois la monnaie unique lancée, chacun aurait plus à perdre dans l’éclatement de la zone euro qu’en volant au secours d’un partenaire défaillant. Cela dit, à ce jour,  aucune mesure n’a encore été prise par l’Union pour permettre à la Grèce d’en sortir.

 

L’affaire grecque devrait servir de leçon à l’Europe. Il faut sortir de la non-politique, du laissez passer, de « la main invisible ». La seule Union possible est une union des politiques économiques et sociales.

 

On pourrait se demander pourquoi ce sont justement les pays de la zone euro qui souffrent le plus de la crise ? Depuis la mise en place de la monnaie unique, les pays concernés s’en sortent sur tous les plans moins bien que les autres : croissance économique, chômage, dette, pouvoir d’achat ? Aujourd’hui, 5 pays européens sont dans une tourmente financière sans précédent, et ces pays appartiennent à la zone euro : la Grèce bien sûr, mais aussi le Portugal, l’Italie, l’Espagne et l’Irlande. Les Anglais, toujours aussi courtois, appellent ce groupe de pays les « PIGS »…

Il ne s’agit pas d’ailleurs d’un effet du hasard : l’euro agit comme une contrainte en empêchant ces pays de jouer sur la variable monétaire pour s’en sortir et respirer un peu. L’euro fort les asphyxie et la monnaie ne pouvant plus jouer son rôle d’ajustement naturel en période de crise, c’est le taux de chômage qui assume cette fonction.

Face à ce constat, les dirigeants européens et la Commission de Bruxelles préfèrent se voiler la face. Comme toutes les idéologies désavouées par les faits, l’idéologie néolibérale incarnée par ses dirigeants fait le choix de l’accélération.


van-rompuy01.jpg

Le Premier européen partisan d'un gouvernement
économique européen
 

La seule solution est de remettre tout à zéro : revoir le traité de Maastricht de manière démocratique, instaurer un gouvernement économique européen – Van Rompuy, lui-même, l’a récemment souhaité – ayant une réelle politique monétaire, instaurer un vrai mécanisme de solidarité entre Etats membres sans toucher à leur souveraineté et non plus la politique de la « carotte et du bâton » qui fait la part belle aux plus forts – l’Allemagne et le Royaume Uni – et circonscrire le rôle de la Banque Centrale européenne à celui d’un Institut d’émission comme toutes les banques centrales dans le monde.

 

Le politique doit reprendre le dessus si l’on veut faire face aux prochains krachs qui ressemblent à s’y méprendre aux répliques d’un séisme majeur.

 

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:36
Hubble est au mieux de sa forme, comme en témoigne le cliché dévoilé lors du congrès de la Société américaine d’astronomie (AAS), qui se tient cette semaine à Washington (E-U). Une vision d’une large portion du ciel de l’hémisphère sud, retraçant plus de douze milliards d’années de l’histoire de l’univers, a été obtenue grâce à la nouvelle caméra WFC3 (Wide Field Camera 3) installée à l’automne dernier sur l’observatoire spatial.

Les plus anciennes galaxies visibles sur ce cliché se sont formées entre 600 et 800 millions d’années après le Big Bang, ce sont les plus anciennes observées. C’est dans l’infrarouge que des galaxies éloignées de 12 à 13 milliards d’années lumière peuvent être 
détectées. Ceci fait d'Hubble une puissante "machine à remonter le temps" qui permet aux astronomes de voir des galaxies comme elles étaient il y a 13 milliards d'années, juste 600 millions à 800 millions d'années après le Big Bang. Des données qui sont indispensables pour comprendre l'Univers tel que nous l'observons actuellement.

La lumière orange permet d’observer des galaxies massives âgées de 8 à 10 milliards d’années, tandis que dans l’ultraviolet –à l’autre extrémité du spectre- apparaissent les jeunes étoiles situées dans des galaxies «pouponnières».

Cette mosaïque a été obtenue à partir des images prises en septembre et octobre 2009 par WCF3 et en 2004 par l’ACS (Advanced Camera for Surveys), deux instruments phares du télescope Hubble.

Sciences-et-Avenir
07/01/10

Crédit de la photo: NASA, ESA, R. Windhorst, S. Cohen, M. Mechtley, and M. Rutkowski (Arizona State University, Tempe), R. O'Connell (University of Virginia), P. McCarthy (Carnegie Observatories), N. Hathi (University of California, Riverside), R. Ryan (University of California, Davis), H. Yan (Ohio State University), and A. Koekemoer (Space Telescope Science Institute.

Cordialement
Jean
===========================================================
Cercle Astronomique de Bruxelles (CAB) http://www.astro-cab.be/
Occultations of stars by the Moon (Apex) http://www.astrosurf.com/apex-occult
European Asteroïdal Occultation Network (EAON) http://www.astrosurf.com/eaon/
Popular Astronomy http://home.versateladsl.be/apexoccult/
Jean Schwaenen apexoccult@base.be
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 11:10

 

Le résultat de la votation suisse sur les minarets a été un électrochoc salutaire : elle a réveillé une opinion endormie sur un débat qui s’enlisait : la cohabitation de l’Europe et de l’Islam.

 

Des dogmes s’opposent depuis trois décennies dans ce débat sans conclusions. D’un côté, le dogme d’un « Occident assiégé » face à un Islam intolérant ayant pour objet de détruire nos valeurs menacées. De l’autre, le dogme du Musulman persécuté, haï, interdit d’exercer librement son culte et de pratiquer ses lois. Comme tous les dogmes, ceux-ci sont dictés par la peur et par la haine.

 

La votation suisse voulue par un parti populiste est le fruit de ces deux sentiments. Faut-il pour autant rejeter toute forme de référendum ? Certains, parmi ceux qui hurlent à l’imposture face aux résultats de la votation helvète, revendiquaient en d’autres temps le référendum d’initiative populaire. Cette attitude dénote de la malhonnêteté intellectuelle polluant ce débat. La démocratie directe ou représentative ne se partage pas et il faut avoir le courage d’aborder toutes les questions, surtout les plus délicates.


minarets01-copie-2
 

Le référendum suisse : un électrochoc ?

L’enjeu est le suivant : parviendra-t-on à vivre « ensemble » entre deux communautés de cultures différentes que l’histoire a souvent opposées ? Il n’y a que deux possibilités, après avoir chassé les a priori de part et d’autres : l’intégration ou la société multiculturelle.

 

Les a priori ? Le dogme de « l’Occident assiégé ». Franklin D. Roosevelt dit dans son discours de prise de fonction du 4 mars 1933 : « La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même. » Or, il semble qu’il y a toujours eu besoin de peur pour motiver les décisions les plus importantes. Peurs fictives pour la plupart et lorsqu’une crainte était fondée, on ne s’en soucia guère. Ainsi, la Seconde guerre mondiale avec son cortège de tragédies eût pu être évitée. Ici, cependant, il s’agissait d’une peur à l’égard d’une partie de l’Occident lui-même. On craignait d’ailleurs plus le communisme que le fascisme dans les milieux décideurs de l’époque. Sans doute est-ce une explication.

 

Après la chute du nazisme, une autre peur, déjà existante, domina : celle du communisme représenté par l’Union Soviétique qui aurait constitué une menace majeure pour l’Europe de l’Ouest qui venait d’être libérée. Or, les démocraties populaires portaient leur perte en elles-mêmes. Economie inefficace, sous-investissements, moyens ruineux consacrés à la défense servant avant tout de police interne de « l’empire », course effrénée aux armements imposée par la diplomatie dite de la terreur, autrement dit par l’adversaire capitaliste, les Etats-Unis d’Amérique. La chute de cet « empire » était dès lors inéluctable.  Et ce fut de l’intérieur que l’effondrement se produisit.

 

Nul, après près d’un demi-siècle de « guerre froide », n’osa déduire l’évidence : cette peur était injustifiée.

 

La crainte du communisme, désormais sans objet, fit place à une autre peur : celle de l’Islam. À nouveau la forteresse assiégée. À nouveau la logique binaire : l’Occident face à l’Orient. Cette appréhension est due à plusieurs facteurs : le conflit du Proche Orient qui s’éternise, l’immigration arabo musulmane, l’instabilité des principales zones d’approvisionnement énergétique des pays industrialisés. Elle a une apparence : la déferlante de l’Islam radical.

 

Cette peur a connu son paroxysme le 11 septembre 2001. L’hypermédiatisation de cette tragédie et son exploitation idéologique servirent à justifier deux guerres coûteuses, sans objectifs clairs, sans fin et sans vainqueurs. Ce ne sont plus des guerres idéologiques comme le furent celles de Corée et du Vietnam, mais des conflits marqués par « l’affirmation identitaire des puissances, qui s’appuient sur des civilisations millénaires. Il ne s’agit plus de la guerre froide d’antan. En effet, les puissances qui s’affrontent ne se fondent plus sur des systèmes idéologiques antagonistes, mais sur leur héritage historique, leur culture, voire leur religion, même si les intérêts économiques ne sont jamais très loin. » ([1])


11sep005.jpg

Le 11 septembre : une crainte excessive ? 


On est donc en plein « choc des civilisations ». Cet ouvrage de Samuel Huntington, professeur à l’Université de Harvard, membre du parti démocrate, récemment décédé, dont le titre exact The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order est plus explicite. Ce livre servit de base idéologique aux néoconservateurs américains (
[2]). Il part d’une erreur historique fondamentale dénoncée par Henry Laurens et consorts dans leur ouvrage « L’Europe et l’Islam » ([3]) selon
laquelle, il n’y aurait pas eu de contacts entre les différentes « civilisations » avant l’époque moderne. Dès lors, les « civilisations » se seraient développées chacune de leur côté et c’est la « civilisation » occidentale qui se serait avérée la meilleure de toutes. Aujourd’hui, celle-ci est en lutte avec les "civilisations" islamiques et chinoises pour conclure : « L’avenir des Etats-Unis et celui de l’Occident dépendent de la foi renouvelée des Américains en faveur de la civilisation occidentale. Cela nécessite de faire taire les appels au multiculturalisme à l’intérieur de leurs frontières. Sur le plan international, cela suppose de rejeter les tentatives illusoires d’assimilation des Etats-Unis à l’Asie. Quels que soient les liens économiques qu’entretiennent les sociétés asiatique et américaine. Le fossé culturel majeur qui les sépare excluent qu’elles se rejoignent. » ([4])  L’Asie ici est comprise ici dans son ensemble continental de l’Asie mineure à l’Extrême orient. Laurens, Tolan et Veinstein répondent : « S’agit-il de deux civilisations rivales, comme l’affirme Huntington, fondées sur des idéologies universalistes, concurrentes dans leurs ambitions expansionnistes, qui se heurtent en brandissant les bannières de la croisade et du jihad ? Ou plutôt, comme le soutient l’historien Richard Bulliet, de deux branches d’une même civilisation « islamo-chrétienne », dont les racines s’enfoncent profondément dans un héritage religieux, culturel et intellectuel commun : la civilisation méditerranéenne et proche-orientale antique, la révélation biblique, la science et la philosophie grecque et hellénistiques ? Cet héritage commun se serait renforcé, pendant quinze siècles, grâce aux échanges ininterrompus de denrées, de personnes, d’idées. »

 

Sans ces échanges, ce qu’on appelle la « civilisation occidentale » aurait mis bien du temps à décoller, voire même aurait-elle existé ? Il est convenu que Copernic, le chanoine polonais, par sa découverte de l’héliocentrisme, déclencha le processus du progrès scientifique à l’origine de la société occidentale moderne. Pourtant, il doit tout à l’astronomie arabe. « L’astronomie moderne a une dette essentielle envers les Arabes. Pierre Simon de Laplace, grand astronome français du début du XIXe siècle, écrit au livre V, chapitre IV de l’exposition du système du monde : « C’est principalement aux Arabes que l’Europe moderne doit les premiers rayons de la lumière, qui ont dissipé les ténèbres dont elle a été enveloppée pendant plus de douze siècles. Ils nous ont transmis avec gloire, le dépôt des connaissances qu’ils avaient reçues des Grecs disciples eux-mêmes des Egyptiens. » En Islam, comme en Occident, la physique était celle d’Aristote. Averroès dont le nom arabe est Ibn Rushd (1128-1198), grand juriste à Cordoue, fait remarquer les erreurs dans les excentriques et les épicycles de Ptolémée. Il écrit : « L’astronomie actuelle n’offre aucune vérité et concorde seulement avec les calculs théoriques, pas avec ce qui existe réellement. » » ([5]) Copernic s’inspira de la pensée d’Averroès et par après des travaux de l’école de Maragha, école et observatoire fondés dans la localité portant ce nom dans le Nord de l’Iran actuel par le petit-fils de Gengis Khan. Sans cette pensée et ces travaux, Copernic n’aurait jamais abouti à sa théorie de l’héliocentrisme.


chemin08.jpg
Sans les Arabes, Copernic n'aurait rien
découvert.
 


En outre, aujourd’hui, on a établi les frontières des « civilisations ». Ce fut d’abord « l’axe du mal » cher à Bush junior. Aujourd’hui, l’Occident, c’est en gros les Etats-Unis, l’Europe occidentale à laquelle on accrocha l’Europe centrale, Israël, le Japon, la Nouvelle Zélande, l’Australie. On a maintenu l’OTAN comme entité de défense de cet ensemble. La Russie devient à nouveau, dans l’esprit des responsables occidentaux, une puissance hostile. Le Maghreb, principal réservoir de main d’œuvre d’Europe occidentale, est considéré comme dangereux et est placé sous surveillance. A cela, il faut bien sûr ajouter le Moyen Orient qui concentre à la fois les principales réserves d’hydrocarbure et les pires forces du mal représentées par Al Qaïda et l’Iran. Le reste du monde - l’Inde, l’Amérique latine, l’Asie du Sud Est - fait l’objet d’une vigilance méfiante.

 

Ainsi au face à face Est Ouest s’est substitué l’affrontement de l’Occident contre quasi le reste du monde. C’est devenu le prêt à penser d’intellectuels médiatisés en France comme BHL. Tout cela est irrationnel : aucune base historique, économique, politique, philosophique ne justifie pareille division du monde. C’est le refus d’un monde diversifié, multipolaire, complexe, donc riche en cultures au profit d’un seul modèle culturel occidental. Remarquons au passage que les intellectuels anglo-saxons sont bien plus prudents que leurs homologues français sur cette question.


BHL.jpg
 

Peut-on faire confiance en ce
donneur de leçons ?


Comment veut-on, dans un tel contexte, qu’il y ait une réelle entente entre les populations d’origines diverses en Europe ?

 

Il ne faut pas s’en cacher. Toute la problématique vient de l’immigration arabo musulmane. Celle-ci a commencé dans les années soixante, années de haute conjoncture où on manquait de main d’œuvre. A l’époque, il n’y avait pas de politique d’immigration et tout s’est fait dans la confusion, ce qui a entraîné la « ghettoïsation » soit dans les villes, soit dans les banlieues. Alors que cette immigration était légale au départ, elle est devenue clandestine et les crises économiques et sociales des deux décennies 1980-2000 n’ont fait qu’accentuer ce phénomène, sans compter que trois générations ont fait souche sans réellement s’intégrer. Dès lors, par la prolétarisation, la marginalisation, ajoutées à une hostilité à l’égard de leur culture et de leur religion, les populations immigrées se sont isolées. Aussi, les relations avec les autochtones devinrent de plus en plus difficiles et un affrontement majeur n’est pas à exclure.

 

Cette situation généra des préjugés au sein de la population arabo musulmane immigrée en Europe ([6]). Ils sont nés pour la plupart de frustrations. La première d’entre elles est bien sûr la « ghettoïsation ». Rien n’a été fait sur le plan de l’urbanisme pour favoriser l’intégration. Sur le plan social, les immigrés arabo musulmans ont été les premières victimes de la crise, au point que dans ce qu’on appelle pudiquement « les quartiers », on atteint des taux de chômage de l’ordre de 40 %. Quant aux jeunes « issus de l’immigration » (autre euphémisme), ce ne sont que les « petits boulots » qui s’offrent à eux. Le taux de scolarité et d’alphabétisation est bien en deçà des valeurs décentes que l’on pourrait attendre d’une société qui se prétend moderne, ouverte et démocratique.

 

Aussi, les conséquences en sont inéluctables. Pauvreté, trafic de drogue, constitution de bandes, zones de non droit, ou plutôt zones où seules les règles des bandes sont en vigueur.  Il serait plus juste de dire zones de non Etat. Les « émeutes » qui secouent régulièrement les « quartiers » n’en sont qu’un épiphénomène. Sur le plan personnel, les jeunes beurs sont désocialisés. Leurs parents, eux-mêmes précarisés, ne peuvent rien faire. Ils subissent  souvent sans broncher cette situation intenable. Sur le plan spirituel, ils sont à la merci de ce qu’Henri Goldman appelle « les imams de garage ». Et puis, ils font peur car leur comportement et leurs actes sont violents. C’est évidemment cette violence interne et la peur suscitée par le 11 septembre qui alimentent le sentiment de rejet de l’Islam. Celui-ci est tenu comme responsable de ces malheurs. Or, cette « phobie » ne résiste pas – comme toutes les « phobies » - à l’analyse.

 

De là, vient aussi le sentiment de persécution d’une grande partie de la communauté musulmane. S’ajoute à cela une situation internationale qui n’est guère favorable à une entente dominée par le conflit israélo – palestinien. La meilleure manière de comprendre « l’Autre » est d’essayer de se mettre à sa place. Depuis 2000, depuis la « promenade » d’Ariel Sharon sur l’esplanade du Temple (ou des mosquées), les Palestiniens n’ont  cessé de subir les pires humiliations au nom de la sécurité d’Israël. On fait en cette occurrence la propagande du deux poids, deux mesures : les actes terroristes palestiniens justifient une forte politique répressive, les bombardements de Gaza sont une « juste » réponse aux tirs de missiles du Hamas, la construction du mur assure la sécurité d’Israël, la sécurité – encore elle- justifie la politique de colonisation de la Cisjordanie.


gaza-woman.jpg
 

Gaza : cette "justice" ne résoud rien !

Dans ce raisonnement répété à l’envi, le point de vue du voisin n’est jamais pris en compte. La Palestinien n’existe pas et surtout ne doit pas exister. Cela provoque évidemment une réaction : Israël doit disparaître. Israël est considéré comme une verrue dans dar al Islam. Le véritable drame des deux parties est que « l’Autre » n’existe pas.

 

Alors, que faire ?

 

L’intégration, considérée dans les années 1980 – 2000 comme la meilleure manière de cohabiter entre communautés d’origines diverses, a échoué. En réalité, il n’y eut aucun effort sérieux pour y aboutir. Aussi, dès la fin des années 1980, on a vu en Europe occidentale se multiplier le phénomène du voile islamique.  Ce signe a heurté et provoqua une controverse complexe qui n’est toujours pas close. Le voile choqua car il heurta plusieurs sensibilités. Pour beaucoup de femmes occidentales, le voile est un signe de soumission des femmes. Le sens religieux qui lui est donné est considéré comme prosélyte et provocateur. Il est considéré comme portant atteinte à la neutralité de la chose publique dans les écoles et les administrations. On a voulu interdire, les politiques n’ont pas pris leurs responsabilités, on a fait en France une loi d’interdiction du port du voile dans les écoles, loi dont on n’a fait aucune évaluation, la Belgique tergiverse : le Nord est plus sévère que le Sud. Là aussi, c’est la confusion.


voile01.jpg
 

L'interdiction n'est pas une réponse.

Cette absence de décision est responsable de l’agitation déclenchée par les factions les plus extrémistes de part et d’autre. C’est ce qui s’est passé entre autres à l’Athénée d’Anvers. Tant que l’on laissera pratiquer la stratégie de la tension, il n’y aura pas de solution et l’on court à l’affrontement majeur. Et aussi, tant qu’on parlera en termes d’interdiction et de rejet, aucun arrangement n’est possible. D’autant plus que dans la communauté musulmane, est née l’impression loin d’être fausse d’un rejet de l’Islam. On peut se poser la question : y aurait-il un tel débat s’il avait été question de la kippa ou de la croix chrétienne ?

 

Echec de l’intégration, confusion dans la question du port du voile, arguments religieux qui supplantent le politique qui n’en a pas, violences récurrentes, situation sociale intolérable. Où est l’issue ?

 

Deux politiques sont possibles : l’intégration ou le multiculturalisme. La tendance actuelle s’oriente vers la seconde. Le gouvernement a décidé de tenir des assises de l’interculturalité, à l’initiative de la CDH Joëlle Milquet. Les enjeux sont donc le droit à la différence et les accommodements raisonnables, autrement dit deux manières d’assurer une société multiculturelle. Les laïques brillent par leur absence.


L’idéal d’une société multiculturelle se heurte à une franche hostilité de la part d’une partie non négligeable de l’opinion publique. Elle apparaît comme un renoncement à sa propre culture, comme une acceptation de la domination de « l’Autre », comme la destruction de soi. Le plus bel exemple de refus du multiculturalisme est le journaliste français Eric Zemmour, d’origine Berbère. Voici ce qu’il écrivait dans le Figaro Magazine du 20 octobre 2009 : « À l’UMP comme au PS, on vante les mérites de la “diversité”. Ce concept sémantique est le fils du “droit à la différence” des années 80, et le frère idéologique des “accommodements raisonnables” qui, venus du Canada en passant par le traité européen de Lisbonne, nous contraignent à conclure des “compromis” avec la culture des migrants. L’antithèse de notre bonne vieille assimilation qui imposa la culture française, sa langue, son histoire, son mode de vie, aux vagues passées d’immigrants. » Il y a donc là un net refus d’une société multiculturelle qui implique le « droit à la différence » et la pratique de « l’accommodement raisonnable ». Ce « faiseur d’opinions » tient à tout prix au principe de l’assimilation. L’approche multiculturelle rencontre donc une hostilité même au sein des élites. En réalité, on refuse que « l’Autre » reste autre. Il doit renoncer à sa culture.

zemmour.jpg

Eric Zemmour : le provocateur

Dans son blog, le 23 novembre 2009, l’intellectuel bruxellois Henri Goldman écrit : « Mais revenons sur ce « droit à la différence », qui est brandi par les uns comme un étendard et par les autres comme un épouvantail. Pour les premiers, ceux qui s’y opposent sont effectivement des assimilateurs à la Zemmour , pour qui chaque personne qui migre doit se préparer à changer d’ancêtres. Pour les seconds, le droit à la différence servirait d’alibi au développement séparé en menaçant de balkanisation l’espace commun du « vivre ensemble », notre société se trouvant alors réduite à une mosaïque de petites chapelles ethniques ou religieuses juxtaposées.


Et pourtant, il est absurde d’opposer le « droit à la différence » au « droit à la ressemblance ». Ces deux droits sont les facettes indissociables du seul droit qui compte en l’occurrence, le seul qui puise sa légitimité dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme : le droit à la dignité. »


Jacques_attali.jpg

Jacques Attali : contre l'assimilation
des... Juifs


Il y a aussi un paradoxe. Certains intellectuels partisans de l’assimilation comme Jacques Attali, y sont opposés lorsqu’il s’agit du peuple auquel ils appartiennent. Attali considère que l’assimilation des Juifs constituerait pour eux un danger mortel. On assiste en France à une mascarade sinistre : le débat sur l’identité nationale. Des propos d’une telle incongruité sont tenus, notamment par des ministres du gouvernement de Sarkozy que l’affaire prend une tournure grotesque.  La palme revient à la secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano : « On ne fait pas le procès d'un jeune musulman. Sa situation, moi je la respecte. Ce que je veux, c'est qu'il se sente Français lorsqu'il est Français. Ce que je veux, c'est qu'il aime la France quand il vit dans ce pays, c'est qu'il trouve un travail, et qu'il ne parle pas le verlan. C'est qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers
» Ces propos dénotent une mentalité nauséabonde qui rappelle le pétainisme. Le jeune musulman doit devenir Français, point barre. Il est vrai que Sarkozy, au début de son mandat, avait lancé le signal : « La France, on l’aime ou on la quitte. »


morano.jpg

La secrétaire d'Etat Nadine Morano multiplie
les déclarations pétainistes.


Cependant, ce débat sur l’identité nationale fait sortir certaines vérités. Voici ce que rapporte, sous la plume de Marie Lemonnier, le journal en ligne Nouvelobs.com : « Sortis peut-être pour la première fois de leur réserve coutumière, des musulmans français témoignent tout au long de ce dossier. Et brossent un portrait souvent inattendu de la réalité de l'islam de France. Combien sont-ils d'abord ? 4 à 6 millions, selon les estimations. Parmi eux, seuls un tiers se déclarent "croyants et musulmans", d'après un sondage Ifop d'août 2009. Et parmi ces croyants, seulement 23% fréquenteraient les mosquées qui font tant fantasmer. Seules 8% des femmes de moins de 35 ans disent porter souvent le voile. En revanche, la pratique du ramadan est plébiscité : 70% des musulmans français s'y conformeraient. Pour la majorité des Français nés dans des familles musulmanes, l'islam est moins un fait religieux que sociologique.


Ces données indiquent que l'islam français est tout sauf cet ovni social qui fait trembler le Château et menacerait de briser les tables laïques républicaines. Depuis 179 ans qu'elle est la deuxième confession de France, la religion musulmane n'a jamais composé une entité monolithique. "Ce manque d'organisation va d'ailleurs totalement à l'encontre du fantasme de domination, remarque le sociologue Ahmed Boubeker. Et si les communautés ne sont pas structurées, c'est justement parce qu'elles n'existent pas. Le plus terrible, c'est qu'on est en train de reprocher aux plus intégrés de ne pas l'être !" »


Il est donc clair que l’Islam en Europe ne représente pas le danger que la logique du « choc des civilisations » prétend qu'il soit. Certes, il ne faut pas négliger les minorités extrémistes comme les salafistes issus du Wahhabisme saoudien. Le même Nouvelobs.com
rapporte : « Objet de toutes les inquiétudes actuelles, le salafisme est une importation du wahhabisme saoudien qui visait à renforcer le pouvoir de l'Arabie saoudite dans le monde. Ce même pays où Nicolas Sarkozy est allé vanter les mérites de la religion en 2008... Il prospère auprès de jeunes gens de 18 à 35 ans convertis pour un bon quart d'entre eux. Ainsi, 12.000 Français salafistes contrôleraient une cinquantaine de mosquées. C'est par ses adeptes que "l'affaire de la burqa" a éclaté. » Ce n’est pas parce que cette menace est réelle qu’elle doit freiner le processus de cohabitation entre communautés différentes. Il faut raison garder en l’espèce et ne pas croire qu’il existe des réseaux organisés fonctionnant ou « dormant » dans une frange marginalisée de la société.


Une autre solution est envisagée : l’accommodement raisonnable. De quoi s’agit-il ?
Nés aux USA et utilisés au départ comme moyen de lutte contre les discriminations à l’embauche sur la base du handicap, les accommodements raisonnables consistent en des ajustements, des modifications à l'environnement ou à l'organisation du travail, mais raisonnables, c'est-à-dire n'engendrant pas de surcoûts démesurés pour l'employeur. Ils visent à permettre à des personnes moins valides ayant les qualifications requises de postuler ou d'occuper des emplois au même titre que des personnes valides ainsi qu'à leur garantir des droits et privilèges identiques


Le principe de ces mesures est de reconnaître que les êtres humains, dans leur grande diversité, ne sont pas tous égaux, comme le laisserait supposer le principe d'égalité formelle au cœur de nos systèmes législatifs. Bien au contraire, ils sont tous différents - sans que cela n'implique un jugement de valeur. En conséquence, si l'on décide de ne plus postuler une prétendue égalité de départ, mais que l'on veuille atteindre une véritable égalité "en substance" à l'arrivée, il faut admettre que des situations différentes requièrent des solutions différenciées. L'égalité n'est donc plus considérée comme la norme absolue de départ, mais comme un objectif à atteindre en mettant en place une batterie de mesures adéquates dont font partie les accommodements raisonnables. Quelques exemples : programmer des heures de non mixité dans les piscines, donner de la viande hallal dans les cantines scolaires pour les élèves musulmans, accepter le principe de congés religieux, etc. A première vue, ces mesures ne devraient pas poser de problèmes puisqu’elles ne gênent pas la vie en société et elles n’engendrent pas de discrimination, mais elles déclenchent un tollé aussi bien dans les milieux laïques que dans les groupes d’extrême droite, au point qu’il existe des associations prétendument laïques sont clairement fascisantes.

Quant aux accommodements visant à lutter contre les discriminations ethniques ou religieuses, on en trouve déjà trace dans le Civil Rights Act américain de 1964 à l'endroit des minorités religieuses. La législation européenne, quant à elle, ne mentionne pas explicitement la nécessité d'adopter de telles mesures pour remédier à ce type de discriminations. C’est au Québec que les accommodements raisonnables ont été mis en place pour la première fois. Ils ont fait assez rapidement l’objet de critiques virulentes de la part d’une large partie de l’opinion publique québécoise. « Ce qui vient de se passer au Québec donne l’impression d’un face-à-face entre deux formations minoritaires dont chacune demande à l’autre de l’accommoder. Les membres de la majorité ethnoculturelle craignent d’être submergés par des minorités elles-mêmes fragiles et inquiètes de leur avenir. La conjonction de ces deux inquiétudes n’est évidemment pas de nature à favoriser l’intégration dans l’égalité et la réciprocité. Nous pouvons en conclure que les Québécois d’ascendance canadienne-française ne sont pas encore bien à l’aise avec le cumul de leurs deux statuts (majoritaires au Québec, minoritaires au Canada et en Amérique).


Toutefois, il convient aussi de rappeler que plusieurs pays d’Occident connaissent aujourd’hui des malaises qui ressemblent à ceux qui ont été exprimés à l’occasion du débat sur les accommodements. Quand on compare la situation au Québec avec celle de plusieurs pays européens, on s’aperçoit que plusieurs craintes qui peuvent être justifiées ailleurs ne le sont pas nécessairement ici. » Ce constat est dressé par MM. Bouchard et Taylor qui ont été désignés comme les maîtres d’œuvre de la politique d’accommodements raisonnables dans la Belle Province.


Ce principe est très mal perçu dans les pays concernés. Caroline Fourest pose la question dans son dernier ouvrage (
[7]) : « Jadis, on se préoccupait de maintenir une certaine cohésion sociale. Aujourd’hui on s’inquiète davantage des tensions traversant le vivre-ensemble. Ce déplacement a son importance. Il indique qu’après des années de débat plutôt centrés sur les inégalités et les questions sociales, nous sommes davantage préoccupés par les interactions culturelles et religieuses. »

caroline_fourest.jpg

Caroline Fourest : une laïcité radicale


Beaucoup de laïques refusent de comprendre que dans les sociétés arabo musulmanes, la religion occupe une toute autre place que dans la société européenne occidentale. Là se trouve la difficulté du débat : on n’arrive pas à se mettre à la place de l’autre. On craint l’émergence d’une société théocratique par une trop grande tolérance à l’égard de l’Islam. C’est la raison du rejet par beaucoup de laïques des accommodements raisonnables. Ils craignent que la religion supplante les règles de la société civile, que le principe de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ou plutôt l’introduction du spirituel dans la sphère privée, soit bafoué. D’ailleurs, Caroline Fourest exprime cette crainte : « Comment maintenir un minimum de valeurs communes tout en répondant à l’inflation de dérogations formulées au nom de la culture et du religieux ? »


Cela confirme une fois de plus  que deux conceptions s’opposent : l’une considérant que la diversité est un des premiers droits de l’homme, l’autre estimant que les principes édictés en 1948 sont universels et immuables. Goldman conclut : « 
Droit à la ressemblance : personne ne peut être exclu de ce qui fonde notre commune humanité et qui se traduit par les droits et devoirs s’imposant à tous, chacun participant à égalité à la construction de la cité commune et au bénéfice de ses bienfaits. Droit à la différence : personne ne peut être obligé de renoncer à une part intime de son identité personnelle, laquelle n’est que partiellement un choix puisqu’on ne choisit ni ses parents ni sa famille ni sa langue maternelle ni l’ensemble des déterminations culturelles et anthropologiques à travers lesquelles on s’est constitué, de la petite enfance à l’âge adulte, comme une personne humaine particulière.


 
Il y a pourtant, si j’ose dire, une différence entre ces deux facettes : ce qui fonde le droit à la ressemblance, c’est-à-dire notre commune humanité, est invariant. Tandis que les différences culturelles sont en évolution permanente. Elles peuvent se modifier, s’amplifier, s’estomper, voire disparaître. Cette disparition est peut-être regrettable du point de vue du patrimoine culturel de l’humanité qui perdrait un peu de sa « biodiversité ». Mais si l’acculturation se produit sans contrainte ni pression, il n’y a rien à y redire. L’histoire de l’immigration montre même que l’affirmation des différences diminue très naturellement quand l’intégration dans la société – par l’emploi, l’école, le logement et la juste reconnaissance des mérites de chacun – progresse. C’est l’explication principale de la prolifération des foulards islamiques dans les rues : quand, malgré tous les efforts faits, on se sent relégué en marge de la société par la persistance de discriminations massives et de ségrégations qui ne s’avouent pas, la réaction passe souvent par l’affirmation d’une identité qui ne doit rien à la société d’accueil. »


Enfin, il ne faut pas oublier une autre peur qui envahit les esprits : la démographie galopante des allochtones finirait par nous absorber. Un aspect peu connu a été mis en évidence par Youssef Courbage et Emmanuel Todd : la faible fécondité dans le Moyen Orient. Dans un ouvrage qui n’eut pas le retentissement mérité (
[8]), les deux auteurs démontrent que nous sommes loin d’un insupportable différentiel démographique entre Dar al Islam
([9]) et l’Europe. Encore une peur non fondée ! Ils écrivent : « Quelques années après les hésitations de Descartes et de Pascal, la pratique religieuse s’effondre parmi les paysans du Bassin parisien, puis la fécondité. Spéculer sur l’émergence d’un Maghreb ou d’un Iran laïcisé n’est donc pas faire preuve d’une si grande audace prospective. »

 

Lors d’un débat télévisé, le ministre français Eric Besson, l’apprenti sorcier qui a lancé le faux débat sur « l’identité nationale », défendait le principe du « CV anonyme ». On encourage donc l’anonymat des demandeurs d’emplois allochtones dans les entreprises, tout en voulant interdire l’anonymat de la burqa dans la rue. Le ridicule et l’odieux forment un beau couple.


Eric-Besson.jpg
 

Eric Besson : le ministre apprenti-sorcier

Bon sang, quand apprendra-t-on enfin à vivre ensemble ?

 

La cohésion sociale voulue par Caroline Fourest implique justement de pouvoir vivre ensemble entre personnes et groupes d’origines diverses. Les laïques feraient bien d’en tenir compte.


Et puis, au delà de l’effort de compréhension entre cultures différentes, de religion, la question est avant tout sociale. Ce ne sont pas des mesures législatives d’interdictions destinées à rassurer une opinion publique, volontairement placée dans l’inquiétude, qui résoudront le problème. Au contraire, elles ne feront que l’accroître. L’effort doit être fait dans le développement social des « quartiers », le logement, la scolarisation, la politique de l’emploi. Cela nécessite de très gros moyens, mais ils sont sans doute aussi urgents que ceux qu’on a débloqués aussi aisément pour sauver les banques. Après tout, la société vaut bien une banque.



[1]  BULARD Martine, DION Jack, L’Occident malade de l’Occident, Paris, Fayard, 2009.

[2] HUNTINGTON Samuel, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997.

[3] LAURENS Henry, TOLAN John, VEINSTEIN Gilles, L’Europe et l’Islam Quinze siècles d’histoire, Paris, Odile Jacob, 2009.

[4] HUNTINGTON Samuel, Op. Cit., pp. 339-340.

[5] VERHAS Pierre, Copernic et la révolution copernicienne, Ciel et Terre, Vol. 125, n° 2, mars-avril 2009.

[6] L’expression « arabo musulmane » n’est pas tout à fait exacte. Il y a des Arabes non musulmans et il y a des musulmans qui ne sont pas Arabes. Par exemple : les Turcs qui forment une partie importante de l’immigration musulmane en Europe.

[7] FOUREST Caroline, La dernière utopie – menaces sur l’universalisme, Paris, Grasset, 2009.

[8] COURBAGE Youssef, TODD Emmanuel, Le rendez-vous de civilisations, Paris, Le Seuil, 2007.

[9] Littéralement, la « maison de l’Islam ». Désigne les territoires de religion musulmane.

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 14:04
 


VISTA, est le nouveau télescope infrarouge qui vient d’entrer en service à l’observatoire Paranal de l’ESO.
 C’est le plus grand télescope au monde dédié à la cartographie de l’Univers. Son miroir de 4,1 m,
son large champ et ses détecteurs très sensibles lui permettront de dévoiler un « visage » totalement
nouveau du ciel austral. De
nouvelles images spectaculaires de la nébuleuse de la Flamme, du centre de
 notre Galaxie, la Voie Lactée et de l’amas de galaxies du Fourneau témoignent de l’excellent
de son fonctionnement.

VISTA est le dernier télescope installé à l’Observatoire Paranal de l’ESO dans le désert d’Atacama au
nord du Chili. Il est situé sur le sommet voisin de celui du très grand télescope de l’ESO (le VLT) et
bénéficie des mêmes conditions exceptionnelles d’observation. Le miroir principal de VISTA a un
diamètre de 4,1 mètres et est le miroir le plus fortement courbé de cette taille et de cette qualité jamais
réalisé – ses écarts par rapport à une surface parfaite sont inférieurs à quelques millièmes de l
’épaisseur d’un cheveu humain. Sa construction et son polissage ont représenté de formidables défis.

Au cœur de VISTA se trouve une caméra de 3 tonnes contenant 16 détecteurs spéciaux,
sensibles au rayonnement infrarouge et représentant au total 67 millions de pixels. Le fait de pouvoir
observer à des longueurs d’onde plus grandes que celles visibles par l’œil humain permet à VISTA
d’étudier des objets qui sont autrement impossible à voir en lumière visible car trop froids, dissimulés
derrière des nuages de poussière ou tellement éloignés que leur lumière a été décalée au-delà du visible
du fait de l’expansion de l’Univers. Pour éviter d’être submergée par le faible rayonnement infrarouge
venant de l’espace, la caméra doit être refroidie à – 200 degrés Celsius et est dotée de la plus grande
fenêtre d’observation dans l’infrarouge jamais réalisée. Elle a été conçue et réalisée par un consortium
composé du Rutherford Appleton Laboratory, du UK ATC et de l’University of Durham au Royaume Uni.

VISTA qui dispose d’un grand champ peut à la fois détecter les faibles sources de lumière et couvrir
rapidement de larges pans de ciel. Chaque image de VISTA capture une zone du ciel couvrant environ dix
fois la surface de la pleine Lune. Il sera capable de détecter et de cataloguer des objets sur l’ensemble
du ciel austral avec une sensibilité quarante fois supérieure à celle obtenue avec les plus récents sondages
du ciel en infrarouge, tel que le très performant Two Micron All-Sky Survey. Ce bond en avant de la
puissance d’observation – comparable à l’écart de sensibilité entre l’œil nu et la première lunette de
Galilée – révélera un grand nombre d’objets et permettra la création d’inventaires bien plus complets
d’objets rares et exotiques du ciel austral.

VISTA va consacrer quasiment tout son temps à cartographier le ciel austral de manière méthodique.
Durant ses cinq premières années, le télescope est engagé sur six grands relevés du ciel de première
importance, avec des objectifs scientifiques différents. Un de ces grands sondages va couvrir l’ensemble
du ciel austral et les autres seront dédiés à l’étude très détaillée de plus petites régions. Les grands
relevés de VISTA vont nous aider à comprendre la nature, la distribution et l’origine de catégories d’étoiles
et de galaxies connues, à cartographier en trois dimensions la structure de notre Galaxie et des
Nuages de Magellan voisins et nous aidera également à déterminer la relation entre la structure de l’Univers
et les mystérieuses énergie noire et matière noire.

 

La nébuleuse de la Flamme

Le telescope infrarouge

 

La nébuleuse de la Flamme vue par VISTA

 

Le télescope infrarouge VISTA

Crédits ESO / VISTA Science team

 



Note



VISTA a été conçu et réalisé par un consortium de 18 universités du Royaume Uni dirigé par la Queen Mary University of London et est devenu une partie de la contribution du Royaume Uni dans le cadre de son
accession à l’ESO. Le design et la construction du télescope ont été pilotés par le Conseil des équipements scientifiques et technologiques du Centre de la technologie pour l’astronomie du Royaume Uni (Science and Technology Facilities Council's UK Astronomy Technology Centre (STFC, UK ATC)). L’acceptation
provisoire de VISTA a été officiellement accordée par l’ESO au cours d’une cérémonie organisée au siège
social de l’ESO à Garching, en Allemagne.


Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 20:39
Une importante étude réalisée avec le très grand télescope (le VLT) de l’ESO ne fait qu’accentuer encore plus un mystère de longue date dans l’étude des étoiles semblables au Soleil. Les peu courantes - et inexpliquées - variations de luminosité, au long de l’année, d’environ un tiers de toutes les étoiles de cette catégorie dans les dernières phases de leur vie se retrouvent donc sans explication. Au cours des dernières décennies, les astronomes ont proposés de nombreux scénarios possibles, mais une nouvelle et très poussée campagne d’observation les contredit tous et ne fait qu’approfondir le mystère. La recherche d’une interprétation valable est donc ouverte...


La vie des étoiles semblables au Soleil

"Les astronomes sont plongés dans l’obscurité et, pour une fois, nous n’aimons pas ça" déclare Christine Nicholls de l’Observatoire du Mont Stromlo en Australie, auteur principal de l’article présentant cette étude. "Nous avons réalisé la série d’observations la plus complète à ce jour pour étudier ce type d’étoiles semblables au Soleil et les données obtenues montrent clairement que toutes les explications possibles de leur comportement insolite s’écroulent."

Le mystère étudié par cette équipe date des années 30 et concerne environ un tiers des étoiles semblables au Soleil dans la Voie Lactée et dans les autres galaxies. Toutes les étoiles ayant une masse similaire à celle de notre Soleil deviennent, vers la fin de leur vie, rouges, froides et extrêmement grandes, juste avant de "prendre leur retraite" sous la forme d’une naine blanche. Aussi connues sous le nom de géantes rouges, ces vieilles étoiles montrent de très fortes variations périodiques de leur luminosité sur des périodes pouvant aller jusqu’à deux ans.

"On pense que de telles variations sont causées par ce que l’on appelle des pulsations stellaires," précise Christine Nicholls, "en gros, une étoile géante gonfle et rétrécit, sa luminosité devenant plus forte puis plus faible, de manière cyclique et régulière. Toutefois, un tiers des ces étoiles révèle une variation périodique additionnelle de luminosité inexpliquée, même sur de plus longues périodes pouvant aller jusqu’à cinq ans."

Afin de découvrir l’origine de ce comportement secondaire, les astronomes ont observé, pendant deux ans et demi, 58 étoiles de notre voisin galactique, le Grand Nuage de Magellan. Ils ont obtenu des spectres en utilisant le spectrographe de haute résolution FLAMES/GIRAFFE, installé sur le très grand télescope de l’ESO et les ont combinés avec des images prises par d’autres télescopes [1], réunissant une impressionnante base de données sur les propriétés de ces étoiles variables.

Les importantes bases de données comme celle obtenue par Christine Nicholls et ses collègues apportent souvent des indications sur la manière de résoudre un puzzle cosmique en limitant le nombre pléthorique d’explications possibles proposées par les théoriciens. Dans ce cas pourtant, les observations sont incompatibles avec tous les modèles conçus précédemment et réouvrent ainsi une question qui avait été profondément débattue. Grâce à cette étude, les astronomes sont maintenant conscients de leur propre "ignorance" - un véritable moteur du processus de quête de connaissance, tel que le philosophe grec Socrate est supposé avoir pensé.

"Cette nouvelle collecte de données montre que les pulsations sont une explication extrêmement différente de ces variations additionnelles" précise Peter Wood, le responsable de l’équipe. "Un autre mécanisme possible, pouvant produire des variations de luminosité d’une étoiles, serait que l’étoile elle-même se transforme en système binaire. Pourtant, nos observations sont également totalement incompatibles avec cette hypothèse."

Grâce à des analyses plus récentes, cette équipe a découvert que quelle que soit la cause de ces variations inexpliquées, elle provoque également les éjections de masse, en blocs ou sous la forme de disques en expansion, des géantes rouges. "Nous avons besoin d’un Sherlock Holmes pour résoudre ce très frustrant mystère" conclue Christine Nicholls.

Note

(1) Les mesures précises de luminosité ont été faites avec la collaboration des programmes MACHO et OGLE, respectivement avec des télescopes en Australie et au Chili. Les observations du programme OGLE ont été réalisées en même temps que les observations faites avec le VLT.

Source: © ESO
Illustration: ESO/S. Steinhöfel

Cordialement
Jean
===========================================================
Cercle Astronomique de Bruxelles (CAB) http://www.astro-cab.be/
Occultations of stars by the Moon (Apex) http://www.astrosurf.com/apex-occult
European Asteroïdal Occultation Network (EAON) http://www.astrosurf.com/eaon/
Popular Astronomy http://home.versateladsl.be/apexoccult/
Jean Schwaenen apexoccult@base.be
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 23:20

 

Jacques Attali a trouvé une belle image lorsqu’il comparait le système financier mondial à un avion sans cockpit et bien sûr sans pilotes. Cependant, ce n’est pas tout à fait cela. Le cockpit existe et l’équipage aussi. Mais c’est un équipage ivre. Début 2008, les premiers signaux d’alarme se sont déclenchés dans le cockpit (crise alimentaire, hausse vertigineuse des prix du pétrole), l’équipage, tout à son festin, n’y prêta guère attention. Octobre 2008, alerte rouge dans le cockpit, l’équipage lève les bras au ciel : il ne peut rien faire d’autre que prier que l’aéronef traverse le maelström sans trop de casses. Le vœu fut exaucé, mais les signaux d’alarme clignotaient toujours. Rien n’avait été résolu, mais de jolies hôtesses apportèrent la suite du festin aux pilotes à peine remis de leurs émotions. Tout était redevenu comme avant. Le G 20, très vite surnommé « G vain » avait beau montrer un doigt sévère vers l’équipage, peu importe pourvu que le festin soit toujours aussi délicieux et copieux.

 

Mais, voilà, le scénario recommence, à peine un an après la chaude alerte d’octobre 2008. Un bout de désert montre de sérieux signes d’affaiblissements. Dubaï est au bord de la faillite ! C'est pourquoi, on pourrait intituler cet épisode le "krach 2" comme le remake d'un feuilleton TV.

 

Dubaï, cet émirat constitué d’un bout de désert où il n’y a rien, même pas de pétrole, fait partie des Emirats arabes unis. Les Émirats arabes unis  sont un État fédéral regroupant sept émirats mitoyens, Abou Dabi, Ajman, Charjah, Dubaï, Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn, situés entre le golfe Persique et le golfe d'Oman. Les Émirats arabes unis sont l'un des plus importants producteurs et exportateurs de pétrole et sont membres de l’OPEP. Les principales réserves gazières et pétrolières se trouvent dans l'émirat d'Abou Dabi, par ailleurs capitale politique du pays tandis que l'émirat de Dubaï, capitale économique du pays, est avant tout un paradis fiscal et un lieu de spéculation foncière effrénée et de tourisme de luxe. Les Émirats Arabes Unis sont situés dans le sud-ouest de l’Asie, dans la péninsule arabique, entre le golfe Persique et le golfe d'Oman, sur les rives du Golfe d’Oman et du Golfe Persique, entre Oman et l’Arabie Saoudite. Une enclave omanaise (Madha) se situe dans les montagnes à l'est du pays, formant le détroit d'Ormuz, face à l'Iran. Dès lors, ces Emirats sont un lieu éminemment stratégique et « sensible » au vu de la manne pétrolière et de leur situation géographique.



Vue par satellite de la côte des Pirates
où se trouvent les Emirats arabes unis :
Lieu hautement stratégique !

Au début des années 1960, un premier puits de pétrole fut découvert à Abou Dabi, ce qui permit le développement rapide de l’émirat, sous la conduite de Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, qui fit construire des écoles, des hôpitaux, des logements et des routes. Dubaï fut également gagné par cet élan de développement économique, aidé par les recettes des exportations pétrolières. Les différents émirats commencèrent à se rapprocher et à prendre leur indépendance vis-à-vis des Anglais, notamment en formant un conseil qui leur permit de décider par eux-mêmes des enjeux politiques. À la tête de ce conseil se trouvait Adi Bitar, le conseiller de Cheikh Rashid bin Saeed Al Maktoum. Enfin, en 1968, les britanniques se retirèrent de la région et mirent fin aux « États de la Trêve », qui étaient composés aussi des états du Bahrein et du Qatar. Les 9 états tentèrent de former une union, mais n’y parvinrent pas. Bahreïn et Qatar déclarèrent leur indépendance en 1971. La même année, six autres émirats accédèrent aussi à l'indépendance formant les Émirats arabes unis. Ils seront rejoints en 1972 par Ras el Khaïmah.



Les premiers dirigeants de Dubaï


Dubaï est donc non producteur de pétrole et ne possède pas de ressources naturelles comme des minerais contrairement aux autres Emirats. Il ne vit que de transactions financières liées aux pétrodollars et au tourisme de luxe. C’est évidemment à la fois sa force et son point faible.

                                                             

                                                               
                                                             Trois exemples de la folie immobilière        Dubaïote : la tour Burj Dubaï, l'hôtel Atlantis et l'île en forme de palmier



Cette masse considérable d’argent entraîna des projets immobiliers pharaoniques reposant sur de la main d’œuvre étrangère, essentiellement des Pakistanais, qui vivent dans des conditions proches de l’esclavage. (Tiens ? Où sont les diverses LDH et autres BHL pour dénoncer cette abomination ?) Le projet le plus fou est  « Burj Dubaï », la tour de tous les superlatifs, disent ses promoteurs. 818 mètres, 22 millions d’heures de travail, 162 étages. La tour la plus haute du monde. Jusqu’au dernier moment, les autorités ont caché la hauteur définitive de la tour, histoire d’éviter qu’un bridé trop ambitieux lance son projet à un mètre de plus. Et comme, c’est bien connu, Dubaï regorge d’eau, on a construit une fontaine de 152 mètres, l’équivalent d’une tour de 50 étages, histoire de compléter la piste de ski toute proche qu’on descend en 22 secondes. Il y a aussi cet hôtel dingue, le plus cher du monde, qui vient d’être inauguré. Et puis, il y a ces îles artificielles pour milliardaires appelées les « Dubaï World » dont la plus grande est en forme de palmier s’avançant dans le Golfe. De nombreuses vedettes du show business ont investi à Dubaï et risque d’avoir un réveil douloureux. Voici quelques noms qui sont révélateurs :
David Beckham (footballeur, icône de la mode internationale) Michael Owen (footballeur), David James (gardien), Joe Cole (footballeur), Andy Cole (footballeur à la retraite), Kieron Dyer (footballeur), Brad Pitt et Angelina Jolie (acteurs), Naomi Campbell (modèle), Denzel Washington (acteur). Et last but not least Cécilia Attias ex-épouse Sarkozy a décidé de quitter Dubaï, où elle vit depuis un an, pour s'installer à New York. Mais Richard Attias, qu'elle a épousé le 23 mars 2008, ne va pas l'accompagner. L'homme d'affaires s'occupe de la politique événementielle de la riche monarchie pétrolière.



Carla ex-Sarkozy a retiré à temps ses
billes de Dubaï


Quant aux banques, la Emirates Bank Association dénombre les institutions suivantes comme étant les plus importantes banques à capitaux étrangers dans les Émirats arabes unis: HSBC 17 milliards de dollars, Standard Chartered 7,8 milliards $, Barclays 3,6 milliards $, RBS 2,2 milliards $, Citi 1,9 milliard $, BNP Paribas 1,7 milliard $, Lloyds 1,6 milliard $. Si on voit ces chiffres, ces engagements bancaires, par rapport au total des engagements, ne sont pas si énormes, mais représentent tout de même des montants comparables aux budgets d’Etats moyens. Il n’y a pas que les banques. 13 milliards d'euros engagés par des banques européennes, Sony, EADS et Daimler exposés...

Selon le Crédit suisse, l'engagement des banques européennes à Dubaï s'élèverait à 13 milliards d'euros. Sur quoi ont-elles misé ? Sur du sable et des immigrés pakistanais, indiens et indonésien (Dubaï est le premier pourvoyeur de devises étrangères du pays) amenés dans le pays pour ériger des tours vides à la gloire du pognon extorqué à leurs voisins dans le plus grand respect des règles éthiques de la finance islamique. Encore un pseudo rempart contre la crise qui s'est effondré.


Et ce n'est pas la dernière cloison qui tombera. Avec tous ses profits tirés de la spéculation immobilière et financière, Dubaï s'était constitué un portefeuille d'actions : Sony, EADS, Daimler... Si l'émirat devait se séparer de ces actions (seules réelles ressources dont il dispose), ce sont ces entreprises qui trinqueraient et, après elles, leurs employés. Sans parler de la crise de confiance envers les pays du Golfe qui s'en suivrait. Après l'effondrement de la bulle, voici le circuit par lequel une nouvelle crise pourrait se propager. Par exemple, la compagnie aérienne « Emirates » de Dubaï qui est la principale compagnie aérienne des Emirats devra fusionner avec celle d’Abou Dhabi et probablement celle de Qatar. Quand on sait que 45 % du carnet de commandes d’Airbus (pour l’A 350 et l’A 380) dépend de cette région, il y a de quoi s’inquiéter pour EADS et l’avenir de l’aéronautique européenne.



Un Airbus A 380 de la compagnie "Emirate".
Une alerte pour l'aéronautique européenne ?

Si Dubaï ne vivait que des pétrodollars, tout cela serait encore plus ou moins viable, mais non, les requins de la finance sont arrivés et ont accordé des crédits complètement fous sans aucune vérification de solvabilité et de rentabilité des projets immobiliers. C’est ainsi que les promoteurs des îles artificielles se trouvent dans l’incapacité de rembourser les souscripteurs de leurs obligations dont l’échéance est fixée au 14 décembre 2009. C’est cela le krach de Dubaï : cet Etat ne dispose d’aucun fonds propres, il ne vit que sur une fantastique « bulle » et les experts le savaient.


Depuis le 25 novembre et l'annonce du moratoire du remboursement de la dette de deux sociétés phares, Dubai World et Nakheel, le rêve dubaïrote s'est transformé en cauchemar pour la City. La Financial Services Authority, la tutelle des marchés financiers de Grande Bretagne, a demandé d'urgence aux banques sous sa supervision l'ampleur de leurs financements du boom immobilier dubaïrote. Les grandes banques, Standard Chartered et HSBC, ainsi que la Royal Bank of Scotland ont massivement prêté aux promoteurs immobiliers pour faire sortir de terre les gratte-ciel comme des champignons après la pluie.


La seule solution consiste à demander l’aide du puissant voisin, principal émirat des Emirats arabes unis, Abou Dhabi.  Pilier de la fédération des Emirats arabes unis, Abou Dhabi, troisième producteur mondial de pétrole (et qui concentre 90 % de la production de la fédération), avait déjà été mis à contribution au début de l'année. Il était intervenu massivement (en souscrivant 10 milliards sur les 20 milliards d'obligations en bons du Trésor émis par l'émirat) à un moment où le baril de pétrole stagnait aux alentours de 50 dollars. On verra si Abou Dhabi procédera au sauvetage pour la date fatidique du 14 décembre alors que le baril vaut aujourd’hui près de 80 dollars.


Abou Dhabi ne peut se permettre la faillite de Dubaï. Cependant, les autorités fédérales des Emirats, à savoir Abou Dhabi, ont  fait savoir que leur aide sera assortie de conditions drastiques. Autrement dit, Dubaï devra faire le ménage, et sans doute sacrifier ses projets les plus dispendieux. Atténuée artificiellement entre le 26 et le 29 novembre par la coïncidence de l'Aïd el-Kébir et de Thanksgiving, l'onde de choc de Dubaï se fera longtemps ressentir, dissipant une série d'illusions et provoquant à terme un nouvel accroissement du chômage dans les pays occidentaux et un sort funeste pour les esclaves Pakistanais et Bangladeshis qui œuvrent à la richesse indécente de Dubaï.


Pourtant, Dubaï ne naquit pas de la folie ultralibérale. Premier micro-Etat engagé par nécessité dans l'après-pétrole, Dubaï avait su se montrer précurseur à la fin du XXe siècle en imaginant la mondialisation à venir dont l'émirat, à la jonction de l'Asie, de l'Afrique, du Moyen-Orient et, au-delà, de l'Occident serait l'un des carrefours. Cette vision, Cheikh Rachid, le père de l'actuel souverain, l'avait concrétisée avec la création du gigantesque complexe portuaire de Jebel Ali et de sa zone franche, et en créant la compagnie aérienne Emirates. Ce postulat a été vérifié. Les zones franches ont été multipliées, l'émirat s'est également mis à produire de l'aluminium, mais la folie immobilière de Cheikh Mohammed entraîné par la vague spéculative et attiré par l’argent facile, les « golden boys » de la finance internationale et aussi… la mafia russe, a ébranlé ce modèle.



Al Makhtoum, un cheik plus attiré par la manne
financière que par l'intérêt de son pays


Le financier belge Georges Ugeux dont les analyses font autorité écrit sur son blog (http://finance.blog.lemonde.fr)  : « Les négociations commencent à tous les niveaux : entre les deux Emirs, tout d’abord, avec une certitude. L’autonomie dont bénéficiaient les sept émirats va être remplacée par une intégration politique et financière indispensable. Abu Dhabi ne paiera pas toutes les dettes de Dubaï, et certainement pas l’endettement privé. La partie se joue maintenant entre Dubaï et ses créanciers : il faut restructurer la dette. Mais la manière brutale dont l’arrêt du service de la dette de Dubaï World a été décidé ne répond à aucun critère international de renégociation et crée un ressentiment qui fera de ces négociations un exercice difficile. Le chairman de Dubaï World n’a pas interrompu son pèlerinage à la Mecque.


Tout cela nous rappelle qu’il ne suffit pas de savoir. Il faut encore avoir le courage d’agir face à cette connaissance. Mais l’essentiel est de ne surtout pas tomber tout seul. Il y aura beaucoup de victimes de ces extravagances en Europe, aux Etats-Unis et en Asie. Une cure de sobriété ne fera pas de tort aux familles des Emirs dont les comportements ressemblent furieusement à ceux des traders.


Il faudra encore quelques semaines pour y voir plus clair. Mais avec $ 2,5 milliards de crédits à Dubaï World, la Royal Bank of Scotland, maintenant nationalisée, n’est qu’un exemple des effets internationaux de cette crise annoncée depuis longtemps. »


La crise est loin d’être terminée et les responsables continuent de plus belle. Leur comportement détruit l’économie mondiale et entraîne un cortège de misère qui pourrait se transformer en trainée de sang. On se pose une question : quelle sera la prochaine « bulle » ?

Repost 0
Published by pierre verhas
commenter cet article