Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 15:22

 

 

 

S’il y a une personne avec qui je diverge, c’est bien Nadia Geerts.

 

Nadia Geerts, enseignante, militante féministe, républicaine, laïque et aussi farouche opposante au port du foulard dans les écoles, est incontestablement une femme courageuse ne concédant rien à ses principes, mais qui exprime souvent des prises de position excessives qui, à mon sens, risquent d’aboutir au résultat inverse à celui recherché.

 

Par exemple, en ce qui concerne le voile, je considère que militer pour son interdiction en milieu scolaire secondaire ou supérieur risque de mener à un système discriminatoire qui jette de l’eau au moulin des pires ennemis de la liberté de conscience. La laïcité s’accommode mal d’interdits ! En outre, c’est inefficace : cette controverse dure depuis trente deux années et n’a jusqu’à présent mené à rien.

 

Très bien ! Mais aujourd’hui, le temps n’est plus au débat !

 

Nadia Geerts est menacée ! Et c’est intolérable !

 

 

 

Nadia Geerts, militante féministe et laïque fait l'objet de graves menaces.

Nadia Geerts, militante féministe et laïque fait l'objet de graves menaces.

 

 

 

Que s’est-il passé ? Dans un post sur Facebook, elle a proclamé « Je suis Samuel Paty ! ». Samuel Paty, ce professeur des écoles français décapité à Conflans Sainte Honorine parce qu’il a montré une des fameuses caricatures de « Charlie Hebdo » lors d’un cours consacré à la liberté d’expression ( voir Uranopole : http://uranopole.over-blog.com/2020/10/imaginez-vous-un-prof-decapite.html ). J’avais constaté : « Deux mondes s’affrontent et dès aujourd’hui en un lieu qui devrait être un havre de paix : l’école. Dès le départ, l’affaire de cette simple leçon dans un collège de la banlieue parisienne a pris des proportions gigantesques dont d’ailleurs les islamistes sont coutumiers. »

 

Les réactions au poste de Nadia Geerts furent aussi odieuses que dangereuses. Voici ce qu’elle écrit sur son blog :

 

« Il y a trois mois et quelques jours, j’étais encore un prof heureux. Des cours qui me passionnaient, des collègues sympas, des étudiants avec qui le contact était vraiment bon, un cadre de travail verdoyant (hors covid…). Bref, tout allait bien, ou du moins je pouvais le croire.

Aujourd’hui, je ne vois plus comment continuer, tout simplement. L’affaire Paty, puis la décision de WBE [Wallonie-Bruxelles Enseignement – le pouvoir organisateur] d’autoriser les signes convictionnels en Haute École, ont suscité un flot d’insultes, d’attaques et d’accusations graves à mon encontre qui me mènent à cette conclusion aussi simple que douloureuse : pour beaucoup, mon départ sera un soulagement. »

 

Oui, Nadia Geerts a peur ! Et elle a raison ! Il y a trop d’exemples tragiques. « Charlie Hebdo » en janvier 2015, un intellectuel de droite, Boris Redeker, qui avait publié en 2006 une tribune dans « Le Figaro » contre les menaces des islamistes, qui vit désormais sous protection policière, le dernier, Samuel Paty en 2020. Molenbeek, un prof suspendu puis réhabilité, suite aux pressions. Cela n’arrête pas !

 

De beaux esprits diront : Facebook, ce ne sont que des paroles. Il n’y a pas de quoi en faire un plat ! Parmi eux, d’autres proclameront : Nadia Geerts l’a « un peu » cherché ! Oui : elle s’est opposée, à mon avis à tort, à l’autorisation du port du voile dans les établissements d’enseignement supérieur. Serait-ce interdit ? Dans son blog, elle observe que son syndicat ne bouge pas d’un pouce. Elle a eu une réunion avec WBE qui s’est achevée en eau de boudin par une décision qui n’en est pas une. Et puis, elle explique dans le même blog :

 

« Tout cela contribue à expliquer ce qui fait que depuis l’annonce de la décision de WBE d’autoriser le voile dès la rentrée prochaine, je subis une véritable salve d’attaques. Ce ne sont plus trois, mais des dizaines d’individus, généralement anonymes, certains se prétendant anciens étudiants ayant eu à « subir » mes enseignements, qui m’expriment leur haine, leur dégoût, leur mépris. L’idée selon laquelle je ne devrais pas être autorisée à enseigner domine très largement dans ces messages fleuris, émanant parfois d’individus qui travaillent à présent dans des écoles de WBE et qui sont donc mes « collègues », soumis aux mêmes règles que moi... J’y suis aussi traitée de « sale lesbienne », et l’un de mes agresseurs d’il y a trois mois, dont le réseau social est fort de six mille abonnés, réitère à présent en m’invitant à « aller me faire foutre ».

 

Rappelons-nous avec Samuel Paty, cela a aussi commencé par des menaces verbales et cela s’est terminé comme on sait !

 

Aussi, il n’y a pas à tergiverser ! Il faut sauver le soldat – le hussard de la République, en fait ! – Nadia Geerts !

 

Mais où êtes-vous les syndicalistes ; où êtes-vous, les responsables de l’enseignement, où êtes-vous les politiques : Ahmed Laaouej, François De Smet, Georges-Louis Bouchez si prompt à combattre le port du voile, Paul Magnette, Raoul Hedebouw, Eliane Tillieux, Valérie Glatigny, Caroline Désir, Pierre-Yves Jéholet, Rudi Vervoort et bien d’autres bien silencieux ; où êtes-vous les membres du corps académique : Didier Viviers, Annemie Schaus, Vincent Blondel ? Et la Ligue des Droits Humains, la Ligue de l’enseignement, les sociétés de libre pensée, où êtes-vous ?

 

Nadia Geerts est bien seule et c’est insupportable !

 

Voulons-nous sauver ce qui peut encore l’être, porter un coup dur à l’intolérance ? C’est le moment où jamais !

 

Un seul mot d’ordre : Mobilisons-nous et vite ! Aux armes Citoyens !

 

 

Pierre Verhas

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bernard Gensane 28/01/2021 08:38

Les islamistes ont gagné car le combat de cette courageuse enseignante est mené depuis leur point de vue. C'est elle qui est anormale, pas eux. Rappelons-nous Sartre : “ La vérité est du côté de celui qui souffre ”.

Christian GEORGES 26/01/2021 12:21

Merci, Pierre, pour cette prise de position.
Non, Nadia n'est pas seule. Mais elle se bat, seule.
Vox clamanti in deserto : je crains, en effet, que ton appel à la mobilisation reste sans écho de la part des "responsables politiques" que tu cites.

Jean Bricmont 25/01/2021 17:28

Cher Pierre,

J’ai aussi reçu des menaces de mort et subi plusieurs interdits professionnels (pour ne pas parler de la totale impossibilité de parler publiquement de politique).

De plus, quand on envoie une lettre signée par des personnalités célèbres aux journaux français pour dénoncer au moins un de ces interdits, aucun ne la publie.

C’est vrai que ma vie n’est pas réellement en danger mais je doute qu’il n’y aie aucun soutien à NG. Il n’y a qu’à voir les réactions hystériques suite à certains chahuts de Mme Fourest.

Je ne m’en plains pas-je constate. Les attaques des faibles sont toujours plus violemment dénoncées que celles des forts.

Bien cordialement

JB

pierre verhas 26/01/2021 11:29

Cher Jean,

Vous serez surpris. Les choses ont bien changé. La peur s’est installée et Nadia Geerts se retrouve bien seule, contrairement à ce que vous pensez. Il est vrai qu’elle s’est fait pas mal d’ennemis, mais ce n’est pas là le problème.

Personne n’a levé le petit doigt pour la défendre ou même assurer sa protection. Je l’observe dans les milieux que je fréquente. En paroles, on s’indigne, mais sur le terrain, on se tait. Il y a deux peurs : une peur physique – on ne sait jamais, si on dit un mot plus haut que l’autre en public – et une peur que je qualifierais de sociale : celle de se faire traiter de raciste, d’islamophobe ou d’antisémite.

Le « politiquement correct » tue la liberté d’expression et des mouvements comme Me too ou Black Lives Matter qui, comme par hasard, sont issus de Californie, y contribuent largement. Régis Debray a écrit récemment : le pouvoir se trouve à la Silicon Valley. Le mélange entre la pensée libertarienne, le conformisme anti-différence (genres, cultures, nations, races) et l’indulgence envers tout ce qui est assimilé aux persécutés, ou sélectionné comme tel, associé aux technologies de communication commence à donner ses résultats : une société de zombies destinée à consommer sans discernement au plus grand profit des entreprises transnationales.

Voilà où on en est. Vous le savez d’ailleurs fort bien. Et le cas de Nadia Geerts ne vient que s’ajouter à d’autres et ceux qui comptent ne bougeront pas. On parie ?.Mais, s’il lui arrive quelque-chose, vous pouvez être certain qu’ils grossiront le cortège des pleureuses.

Cordialement,

Pierre Verhas