Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 20:01

 

 

 

Cachez ce voile que je ne saurais voir ! Mais le revoilou ! A peine l’accalmie dans la tempête du Coronavirus se présente, voici l’ouragan du voile islamique qui vient tout bousculer ! Un tribunal du travail qui donne tort à la STIB – l’équivalent de la RATP à Bruxelles – parce qu’elle a refusé d’embaucher une femme refusant de retirer son foulard et la contestation de la nomination par le gouvernement belge d’une commissaire de gouvernement destinée à contrôler un organisme public chargé de préserver l’égalité hommes-femmes. Ces deux affaires par ailleurs politiquement liées risquent de provoquer une crise politique majeure.

 

 

 

La plupart des jeunes femmes musulmanes portent le hidjab qui est devenu une sorte d'uniforme.

La plupart des jeunes femmes musulmanes portent le hidjab qui est devenu une sorte d'uniforme.

 

 

 

Les faits. Le tribunal francophone du travail de Bruxelles a prononcé le 3 mai 2021 un jugement en référé condamnant la STIB pour son refus d’engager une candidate musulmane portant le foulard à un poste de responsabilité dans le domaine social. Les faits se sont déroulés entre 2015 et 2016 – la Justice est d’une rapidité exemplaire ! – et concernent une femme qui a été refusée à un poste de cadre moyen sous prétexte qu’elle refusait d’ôter son foulard au travail. Elle prétendait en outre le porter par conviction religieuse. C’est donc interdit par la STIB. Curieux pour une société qui autorise des salles de prières dans ses dépôts !

 

À la lecture des considérants et des motifs du jugement, le tribunal déclare légitime et conforme à la Constitution les objectifs de neutralité dans ses lieux de travail, mais « Pour autant, la mise en œuvre concrète de ces objectifs qui se traduit par une interdiction générale et indifférenciée du port de tout signe convictionnel n’est pas proportionnée… » Le tribunal estime que la neutralité « se rapporte surtout à l’absence de parti pris fondé soit sur une conviction philosophique ou religieuse particulière, soit sur une conviction politique déterminée. » Autrement dit, il distingue une « neutralité inclusive ou neutralité d’agir » qui impose aux agents des services publics de traiter les usagers de façon égale et non discriminatoire et une « neutralité exclusive » ou « neutralité d’apparence ». Celle-ci impose aux agents non seulement la neutralité d’agir, mais aussi d’épargner aux usagers « la crainte de faire l’objet d’une discrimination en raison de la partialité supposée de l’agent. ». Autrement dit, un citoyen non musulman pourrait craindre être défavorisé par un agent affichant ses convictions religieuses, par le port du voile, par exemple.

 

Qu’est-ce que la « neutralité » ?

 

D’ailleurs, comme le relève l’auditorat du travail (c’est-à-dire le Parquet spécialisé en législation du travail qui a été consulté par le tribunal) : « le principe constitutionnel de neutralité n’a jamais été interprété comme prohibant indistinctement pour tous les travailleurs relevant de près ou de loin du secteur public toute manifestation d’une conviction religieuse, philosophique ou politique. » Il faudrait dès lors interdire les signes convictionnels dans l’ensemble du secteur public, ce qui n’est pas le cas en réalité. Enfin, se référant à la jurisprudence européenne, le port des signes convictionnels peut être seulement interdit à tout agent en contact direct avec le public.

 

En clair, le tribunal du travail a cherché l’apaisement en interprétant le principe de neutralité avec une certaine souplesse. C’est exactement le contraire qui s’est produit ! Le jugement du 3 mai a déclenché un tollé ! Il s’est produit une cassure dans les majorités politiques aussi bien à Bruxelles qu’au niveau fédéral. La droite se déchaîne et les milieux laïques expriment leur indignation. Le comité de gestion de la STIB composé de représentants des partis politiques a refusé de faire appel à une faible majorité. La patate chaude est renvoyée au gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale qui est lui aussi divisé sur la question. Bien entendu, l’ineffable président du Mouvement Réformateur (MR), le très droitier Georges-Louis Bouchez (dit GLouB) est déchaîné. La gauche est divisée. Le PS comme Ecolo n’arrivent pas à adopter une position claire. Certes, le PS tente de faire adopter une position de compromis, mais ce n’est pas de gaité de cœur ! Et les écologistes de leur côté sont plus ouverts à une liberté du port du voile. Sa co-présidente Rajae Maouane est allée jusqu’à comparer le combat pour le voile à celui pour la dépénalisation de l’avortement !

 

 

 

Le fantasque et très droitier président du MR dit GLouB ne pouvait s'empêcher de jeter de l'huile sur le feu dans l'affaire du voile.

Le fantasque et très droitier président du MR dit GLouB ne pouvait s'empêcher de jeter de l'huile sur le feu dans l'affaire du voile.

 

 

 

À cette affaire, comme si cela ne suffisait pas, s’ajoute une autre : la nomination par la secrétaire d’Etat Groen – écolos flamands – à l’Egalité des chances, d’Ihsane Haouach comme commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’égalité hommes-femmes. Aucun problème de compétence – elle est diplômée de la Business School Solvay ULB 2008 – ni de profil, sauf un : elle est… voilée ! Pis : elle est connue pour militer pour la liberté du port du voile et est très active à Molenbeek. Certains la disent proche ou manipulée par les Frères musulmans ! Une fois de plus, ces assertions émises par des militants de droite ne sont pas prouvées. L’affaire a pris une telle ampleur que le Premier ministre Alexander De Croo (libéral flamand) a dû intervenir à la Chambre pour confirmer la nomination de Madame Haouach et calmer le jeu. Rien à faire ! Son « allié » du Sud du pays, GLouB, ne cesse de fustiger cette nomination au nom de la neutralité ! Mais, en l’occurrence, semble-t-il, chien aboie, caravane passe !

 

 

 

Ihsane Haouach brillante universitaire qui suscite cependant la méfiance.

Ihsane Haouach brillante universitaire qui suscite cependant la méfiance.

 

 

 

La guerre du foulard est déclarée.

 

Cependant, les réactions ne viennent pas que d’un politicien fantasque. Le professeur d’histoire des religions Jean-Philippe Schreiber dont je suis proche a posté sur Facebook une critique sévère des propos de Rajae Maouane :

 

« Affirmer que « défendre le droit de porter le foulard ou défendre le droit à l’avortement rejoint un combat commun en faveur des minorités » constitue en effet une déclaration proprement indigne ~ tout autant pour les femmes qui ont dû subir une interruption volontaire de grossesse que pour les femmes qui, parmi celles qui portent le voile, le font sous la contrainte d’une injonction masculine, ou a contrario subissent une stigmatisation masculine parce qu’elles refusent de le porter. Assimiler à un même combat pour l’émancipation ce qui est vertement prohibé par le conservatisme religieux (l’IVG) et ce qui est activement promu par ce même conservatisme religieux (le foulard), constitue un pied de nez indécent à la cause des droits humains et à l’esprit démocratique ~ ainsi qu’une insulte aux femmes qui dans de nombreux pays n’ont que le foulard pour pleurer le fait de n’avoir pas le choix de leurs grossesses. »

 

 

 

Rajae Maouane, co-présidente d'Ecolo a une curieuse position sur les droits de la femme.

Rajae Maouane, co-présidente d'Ecolo a une curieuse position sur les droits de la femme.

 

 

 

L’assimilation des deux combats – le voile et l’IVG – est en effet absurde ! Cependant, limiter le port du foulard au seul conservatisme religieux est réducteur. La question du port du voile est bien plus complexe et en faire uniquement un signe de domination de la femme et de prosélytisme religieux est justement tomber dans le piège ! Nous verrons pourquoi.

 

En ce qui concerne le procès STIB, dans sa carte blanche au « Soir », Jean-Philippe Schreiber critique les termes du jugement :

 

« Ce qui me préoccupe réside plutôt dans les trois motifs suivants : d’abord, qu’on ne peut raisonnablement fonder une politique sur une ordonnance de justice à ce point contestable juridiquement, et qu’il est un moment où il revient au législateur de prendre ses responsabilités et trancher. On ne peut ainsi laisser évoluer une question tellement sensible sur base d’une décision de justice qui prend la liberté de traiter implicitement la plus grande entreprise bruxelloise de raciste et l’attaque de manière infondée, sans égard pour les arrêts émanant de la Cour constitutionnelle, du Conseil d’État ou de la jurisprudence européenne... Ensuite, il en va de la vulnérabilité démocratique. »

 

 

 

Jean-Philippe Schreiber, professeur d'histoire des religions à l'ULB et directeur de l'Institut d'histoire des religions et de la laïcité se trompe, cette fois-ci.

Jean-Philippe Schreiber, professeur d'histoire des religions à l'ULB et directeur de l'Institut d'histoire des religions et de la laïcité se trompe, cette fois-ci.

 

 

 

Désolé, mais Jean-Philippe Schreiber se laisse emporter : le jugement ne traite pas la STIB de raciste et il se fonde aussi bien sur la jurisprudence belge que sur celles de l’Union européenne et de la Cour européenne des Droits de l’Homme ! D’ailleurs, plusieurs éminents juristes ont répliqué à la carte blanche du professeur Schreiber.

 

Et voilà le piège !

 

Le voilà le piège ! Dès qu’il est question du voile, les passions se déchaînent au plus grand profit des fanatiques religieux et de l’extrême-droite raciste. Pour exemple : le député CDH (chrétien humaniste) Georges Dallemagne a été fustigé par plusieurs dirigeants de son propre parti pour ses propos sur le voile. Il a déclaré à la RTBF : « Si le voile n’était que la revendication d’une affirmation ou d’une religion, il ne poserait pas de problèmeÀ travers le voile, il y a aussi une revendication politique, radicale, qui ne veut pas de notre modèle de société, ne veut pas de nos valeurs et les combat. »

 

 

 

Le député Georges Dallemagne, ancien de MSF, grand humaniste, est attaqué pour sa position nuancée sur le voile !

Le député Georges Dallemagne, ancien de MSF, grand humaniste, est attaqué pour sa position nuancée sur le voile !

 

 

 

Ces propos sont nuancés et émanent d’un homme d’expérience et d’un humaniste. M. Dallemagne est un ancien de MSF et depuis qu’il est un représentant politique, il n’hésite pas à parcourir le monde pour apporter une aide efficace aux populations victimes des meurtriers conflits qui ensanglantent la planète. Malgré cela, au sein de son parti, ce sont deux politiciens ne cachant pas leur attirance plus ou moins sincère à ce qu’on appelle le communautarisme, l’ancienne présidente du CDH Joëlle Milquet et l’ancien échevin de Molenbeek Ahmed El Khannouss qui souhaitent « recadrer » le député Dallemagne. Rappelons que Madame Milquet, ancienne ministre de l’Intérieur, organisa il y a onze ans des Assises de l’interculturalité où les projets communautaristes ont été largement évoqués sinon prônés.

 

 

Joëlle Milquet, ancienne présidente du CDH, ancienne ministre de l'Intérieur a toujours montré une position communautariste et ne tolère pas les propos de son collègue Georges Dallemagne.

Joëlle Milquet, ancienne présidente du CDH, ancienne ministre de l'Intérieur a toujours montré une position communautariste et ne tolère pas les propos de son collègue Georges Dallemagne.

 

 

 

Le président du CDH, Maxime Prévot a calmé le jeu. Cependant, la plaie est ouverte. Au PS, il n’y a pas de positionnement clair sur la question, tout simplement parce que ce parti est divisé entre son courant laïque et la tendance communautariste qui se renforce surtout à Bruxelles. Ce manque de courage politique est plus que préjudiciable. Quant à Ecolo, il est dominé manifestement par le communautarisme, tout en n’osant l’affirmer ouvertement. Il y a des raisons profondes à cela que nous exposerons dans un prochain post.

 

En définitive, que représente le voile ?

 

Posons-nous la question. En dehors des clivages, qu’est-ce que le voile et quels sont les enjeux ? La définition de Georges Dallemagne semble être la meilleure et la plus nuancée. Il peut être le symbole de l’affirmation d’une religion, ou être l’étendard d’une revendication politique radicale.

Ne soyons pas naïfs ! A la lecture du jugement du 3 mai 2021 condamnant la STIB, il apparaît clairement que la plaignante, qu’on dénomme M.T., d’après une des firmes sous-traitantes chargées du recrutement pour la STIB, « … M.T. est dotée d’une forte personnalité, reflétant un certain manque de souplesse et de flexibilité, qui ne cadre pas avec l’esprit d’équipe nécessaire pour la fonction… ». D’autre part, le militantisme d’Ihsane Haouach en faveur du port du voile peut être considéré comme contradictoire avec les objectifs de l’Institut pour l’égalité hommes-femmes !

Dans une autre carte blanche au journal « Le Soir », le professeur honoraire à la Business school Solvay de l’ULB – encore elle – Michel Allé publie une lettre ouverte à Rajae Maouane où il évoque le cas d’une jeune et brillante étudiante prénommée Leila issue d’une famille musulmane et qui ne portait pas le voile à l’Université.

« Le jour de la remise des diplômes, j’étais content de proclamer son nom parmi les meilleures. Leila arrosa sa réussite avec du champagne comme ses camarades de promotion. Sa famille avait, comme beaucoup d’autres, tenu à l’accompagner. Leila me dit que son père voulait me remercier : ce qu’il fit, avec, à ses côtés, son épouse voilée qui ne dit mot. Ses deux frères, eux, se tenaient trois pas en arrière.

 

La fête se poursuivit sur les pelouses de l’avenue Roosevelt jusqu’à ce que Leila me demande de pouvoir me parler entre quatre yeux. Les larmes aux yeux elle m’expliqua que, malgré l’amour qu’elle portait à ses parents, elle ne les supportait plus. Elle me raconta le voile enlevé chaque matin dans le tram entre Schaerbeek et Ixelles, et remis chaque soir dans le tram entre Ixelles et Schaerbeek. Ce voile qui, dit-elle en riant un instant, devait, pour ses frères, la protéger du regard des « mécréants ». Elle m’expliqua qu’elle quittait Bruxelles dès le lendemain, ayant trouvé son premier job à Paris, car, voulant s’émanciper, elle ne se voyait pas rester ici. Je lui souhaitai bonne chance… et nos quatre yeux étaient pleins de larmes. »

 

Où est la haine dans ces émouvants propos ? Où est l’égalité hommes-femmes en cette occurrence ? En quoi la définition de Dallemagne est discriminatoire ? En voilà la démonstration !

Que ce soit de la part des milieux laïques ou des obédiences modérées de toutes sortes, il faut analyser cette question du voile dans toute sa complexité. Posons-nous la question : le port du voile résulte de plusieurs facteurs, le premier étant la religion, le second la tradition, le troisième la contrainte imposée par le patriarcat des sociétés arabo-musulmanes et enfin, le militantisme radical. Ses quatre facteurs ne se conjuguent pas ensemble. Ainsi, qui n’a vu dans les transports en commun des jeunes-filles voilées jouer avec leur smartphone, draguer, rire de tout et de n’importe quoi ? Sont-elles de redoutables « islamistes » ? Les femmes âgées portent plutôt un foulard et personne ne trouve rien à redire. Mais, il est indéniable que plusieurs femmes sont contraintes par les maris les « jeunes frères » à porter le voile afin de les préserver de toute « tentation » et de ne pas provoquer ! Comment donc détecter ?

 

Et maintenant ? Décider !

 

Remontons le temps pour conclure. Lors de la grande vague d’immigration des années 1970-1990, on ne s’est guère préoccupé du sort des immigrés et de leurs familles désormais installées dans les pays européens. On a laissé se développer des ghettos. On a parlé d’intégration, mais aucun effort sérieux ne fut accompli pour « intégrer ». Un politicien libéral de droite, Jacques Ducarme, aujourd’hui décédé eut le courage d’affirmer : « L’intégration est un échec ! » Il avait raison. Certes, il y eut de brillants exemples de réussite – surtout de jeunes femmes, comme nous l’avons évoqué plus haut. Mais cette volonté stupide d’imposer à ces gens notre modèle de vie et notre culture fut aussi stupide que criminel. Il fallait faire l’effort de leur procurer des logements décents, des écoles de qualité, de leur permettre de développer leur propre culture avec leur participation, sans décider pour eux. Ainsi, faire comprendre à nos décideurs qu’une société « multiculturelle » n’est pas le melting pot à l’américaine ou le communautarisme, mais la cohabitation harmonieuse entre plusieurs cultures sur un même territoire. Cependant, si on veut que cela soit un jour réalité, il est plus que temps d’agir en donnant tous les moyens nécessaires. Bref, que des responsables décident enfin !

Le voile, en définitive, n’est qu’un aspect du problème. Nous nous braquons sur un détail. C’est donner ainsi des armes à nos adversaires fanatiques de l’islamisme téléguidé par l’Iran et les monarchies pétrolières et à nos adversaires fanatiques de l’extrême-droite qui conquièrent de plus en plus de position en cette Europe déliquescente et affaiblie, parce qu’ils pratiquent la stratégie de la tension à laquelle nous n’osons pas répondre.

Réveillons-nous !

Pierre Verhas

Partager cet article
Repost0

commentaires