Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 16:16

 

 

 

Sophia (Zosha) Poznanska, polonaise, juive, militante communiste, née le 8 juin 1906 fut d’abord membre du Hashomer Hatzaïr, « jeunesses travaillistes », mouvement progressiste sioniste à la fois juif, socialiste, sioniste, internationaliste, pratiquant le scoutisme. En 1925, Sophia émigre en Palestine avec un groupe du Hashomer Hatzaïr. Elle rejoint son frère Olek au kibboutz Mahanyaim près de Hadera, petite ville côtière de Palestine située entre Tel Aviv et Haifa.

 

C’est son histoire que nous raconte ici Anne Vanesse, psychologue, échevine (maire adjointe) honoraire de la commune bruxelloise de Saint-Gilles déjà autrice de Rosa Luxemburg et les socialistes belges (voir Uranopole : https://uranopole.over-blog.com/2019/01/il-y-a-cent-ans-rosa-la-rouge-la-plus-grande-figure-du-socialisme-a-ete-assassinee.html ), Rosa Luxemburg, passions, amours, origines et Figures hongroises, en hommage à des psychologues hongrois. Pour Sophia Poznanska, Anne s’est inspirée de sa seule biographe, Yehudit Kafri, dont elle publie de larges extraits. L’objectif de l’autrice est de narrer l’histoire de la rencontre de Sophia avec les dirigeants communistes palestiniens qui la conduiront pour finir à l’Orchestre Rouge où elle travailla et surtout milita pendant l’occupation nazie. Sur cet épisode, elle se basa essentiellement sur le livre de Gilles Perrault paru en 1967 intitulé « l’Orchestre rouge ».

 

 

 

Portrait dessiné de Sophia Poznanska d'après une photographie

Portrait dessiné de Sophia Poznanska d'après une photographie

 

 

 

Anne Vanesse, en bonne psychologue, décrit la jeunesse tourmentée de Sophia ou Zosha. La Première guerre mondiale où l’armée allemande envahit la Pologne dès le 1er août 1914, les risques de pillage de l’appartement familial, la fuite. Son premier amour, Fishek. Son adhésion au Hashomer Hatzaïr où se pratiquait une morale stricte par laquelle toute relation sexuelle était interdite. En 1924, Sophia se prépare à la « matura », l’examen de fin d’études secondaires, mais avec ses camarades, elle n’était pas intéressée par les matières classiques comme l’histoire polonaise, les mathématiques, les langues étrangères, car elle n’avait pas l’intention d’aller à l’université. Elle voulait avoir une formation pratique agricole pour aller travailler dans un kibboutz en Palestine et ainsi rejoindre son frère Olek. Elle se retrouva sur le terrain de camping du kibboutz à Afula, localité située bien plus au Nord entre Jénine et Nazareth. Afula était à l’origine un village arabe du nom de Al-Fuleh qui comptait plus de 500 Arabes dont la plupart ont été expulsés. Ses débuts furent très durs. Sophia devait casser des cailloux pour en faire du gravier afin de construire une route.

 

 

 

Anne Vanesse : psychologue, militante, autrice

Anne Vanesse : psychologue, militante, autrice

 

 

 

La déception du sionisme

 

Sophia fut très vite déçue par le sionisme qu’elle avait imaginé comme un mouvement socialiste de libération et d’émancipation entre les ouvriers juifs et les ouvriers arabes. La réalité qu’elle rencontra était tout autre. Elle s’en ouvrit à son frère Olek dans une discussion rapportée par Yehudit Kafri qui marqua son destin.

 

« Les Arabes sont des gens tout comme nous ! »

Le vent fort transportait jusqu’à eux de la fumée imprégnée de l’odeur du bois d’olivier brûlant dans de lointains fours taboun, des aboiements de chiens, des voix de gens.

« Il y a des Arabes ici », répétait-elle. « De quel droit les avons-nous chassés de leurs terres et de leurs villages pour résoudre notre problème ? »

« Vous exagérez. Pas partout. Ils n’ont pas été chassés partout, Zocha. » rétorquait Olek. « Il y avait et il y a suffisamment de terres désertes et incultes ici, de marécages, de moustiques, d’épines, de scorpions et de serpents. Pas partout… »

Cheveux bouclés, au regard intelligent et inquiet qu’il avait dans les yeux, elle détourna les yeux et continua avec entêtement.

« Parlons d’Afula. Nous sommes ici, n’est-ce pas ? »

« Oui » dit-il mal à l’aise sachant ce qui allait se passer.

« Donc, ils ont acheté les 1 600 hectares de la vallée juste avant ton arrivée ici. »

« Oui »

« Et il y avait un village ici. Afula. Il n’était pas si petit. Il comptait 530 habitants. Des fermiers locataires, qui arrivaient à peine à vivre de cette terre, mais ils en vivaient ! Alors, qu’en est-il d’eux ? L’argent a été versé au propriétaire Sursuk, pas à eux. Ils leur ont donné une misérable compensation et ils ont été chassés. Il y a un mot pour cela, Olek : Dépossession ! C’est pour déposséder les Arabes que nous sommes venus en Eretz Israël ? C’est ça que ça veut dire « construire et être construit » ? » »

« Je suis opposé à la dépossession, et tu le sais, Zocha. Tu prends quelque-chose qui est si compliqué et complexe comme, peut-être, deux justices de poids égal, et tu les transformes en une simple question de soit-soit. Soit, eux ils ont raison, soit c’est nous. »

« C’est eux ou nous, Olek. C’est vraiment ce que c’est. »

Plus loin dans la conversation, Zocha pose la question.

« A quoi sert le progrès que nous apportons, si nous ne l’apportons à ceux qui ont été dépossédés, aux Arabes d’Afula ? Nous leur avons pris leur village, la maison dans laquelle ils vivaient depuis des générations. »

Et enfin,

« Nous faisons une terrible erreur, Olek. Ils vont se venger de nous… »

Et puis, à un moment, Olek évoque à la suite de la question de Zocha sur l’origine du droit des Juifs sur cette terre.

« D’il deux mille, trois mille, ou quatre mille ans, d’abord. Et deuxièmement, de la déclaration Balfour. Et encore, plus que ces deux-là, c’est l’absence d’alternative. Parce que l’Europe est finie pour nous ! C’est fini, tu comprends ! »

 

Les extraits de cette conversation datant de 1925 résument l’implacable et interminable conflit, ainsi que le dilemme des Juifs sionistes qui déchire cette région depuis un siècle. Et puis, ces propos tenus il y a si longtemps sont encore aujourd’hui d’une brûlante actualité en ces temps où les Israéliens occupent Jérusalem Est, la Cisjordanie et le Golan depuis 1967.

 

La fin d’un cycle

 

Sophia – Zocha Poznanska est arrivée à la fin du cycle. C’est alors qu’elle rencontre Leiba (nom hébreu de Léopold) Trepper qui lui propose de rentrer dans son mouvement « Ihoud ». Elle a quitté Afula pour Tel Aviv. Et là, elle a entendu d’autre propos » de la part de Leiba qui ne cache pas son adhésion au marxisme : « Votre sionisme est une illusion de la bourgeoisie. C’est ainsi qu’ils essaient d’amener des gens ici pour faire le travail. La bourgeoisie veut faire des affaires ici ! »

 

Ensuite, Anne Vanesse décrit le paysage politique juif de gauche en Palestine. On peut dire qu’il est similaire à celui de l’Europe des années 1920. Il y eut scission entre la social-démocratie et les marxistes partisans de la Révolution d’Octobre. Le principal parti était le Poalei Tzion (les Ouvriers de Sion) fondé en 1906 par Ytshak Ben Tsvi et David Ben Gourion. A l’origine, ce parti était marxiste, puis au fur et à mesure de l’immigration juive en Palestine, il s’orienta vers le réformisme grâce à l’évolution de l’émigration juive. En effet, les juifs russes se montraient plus révolutionnaires que ceux en provenance d’Europe ou des Etats-Unis.

 

D’autre part, en 1918/19, les Bolchéviks entreprirent une virulente campagne contre le sionisme assimilé à une idéologie réactionnaire. Un parti communiste palestinien est fondé, mais peine à recruter. Les Juifs se trouvent en Palestine par sionisme, tandis que les Arabes restent attachés à leur structure féodale, religieuse et familiale. Ce n’est qu’en 1924, lors du deuxième congrès de ce parti, qu’une nouvelle équipe en prend la direction. Léopold Trepper en est un élément moteur. Cependant, les communistes étaient traqués par la police britannique et le Komintern se méfiait d’eux, car ils ne poussaient pas assez à l’arabisation de ses structures et enfin, les autres partis sionistes leur étaient hostiles. Dès lors, la situation du PCP était très délicate.

 

Or, l’objectif suprême du PCP était de provoquer le départ des Anglais. Son deuxième objectif était évidemment la défense des ouvriers arabes comme juif. Les différentes péripéties du Parti communiste palestinien sont exposées dans le livre et sont marquées par l’évolution de l’antisionisme stalinien qui entrava grandement son action. Le PCP a joué un rôle déterminant dans la formation et le développement des pays voisins – Syrie, Liban, Egypte – ce qui fut remarqué par le Komintern.

 

Quant à Sophia, son adhésion au marxisme et son action au sein du PCP eurent pour effet de l’émanciper, elle qu’on appelait parfois « l’enfant béquille ». Et d’émancipée, elle devint émancipatrice. Elle se lia avec un nouvel ami Smul Cynamon qui était militant au PCP. En 1929, ils s’installèrent à Paris et rejoignirent le PCF. Leur logement dans le Quartier latin était proche de celui de Léopold Trepper. Il existait en Grande Bretagne comme en France des réseaux de renseignements soviétiques. Sophia, pour des raisons de sécurité, car ils étaient tous les deux surveillés, s’installa à Bruxelles. Sophia se spécialisa en chiffrement – on dirait aujourd’hui cryptage – et comme couverture, elle travailla à Bruxelles dans une usine qui fabriquait des masques à gaz. Le réseau monté par Strepper fut le plus important du GRU (la direction de l’espionnage soviétique) et couvrit toute l’Europe.

 

 

 

Léopold Trepper en Palestine

Léopold Trepper en Palestine

 

 

 

Cependant, il y eut une trahison et Trepper demanda à Sophia de revenir à Paris. En 1938, Trepper reçut l’ordre de Moscou de créer un réseau d’espionnage soviétique couvrant toute l’Europe occidentale. C’est ce réseau qui fut connu plus tard sous le nom d’Orchestre rouge. Début 1939, Sophia fut envoyée à Moscou pour y subir une formation d’encodeuse.

 

Lorsqu’éclata la Seconde guerre mondiale, le réseau envoyait des informations sur la situation en zone occupée. Sophia fut une nouvelle fois appelée à Paris. C’est elle qui a transmis à Moscou les informations concernant l’opération Barbarossa, l’attaque allemande contre l’Union Soviétique. On sait que Staline n’en a tenu aucun compte ! En juillet 1941, Sophia est envoyée à Bruxelles. Moscou exigeait que le « centre » de Bruxelles émette cinq heures par nuit ! C’était extrêmement dangereux, car cinq heures d’émission laissent tout loisir aux services allemands de détection de repérer l’émetteur. Selon le journaliste français Gilles Perrault qui a publié l’histoire de l’Orchestre Rouge, ces opérateurs ont été sacrifiés.

 

Ils ne m’auront pas vivante !

 

Les Allemands se rendirent très vite compte de l’efficacité du réseau de Trepper. L’Abwehr, le service de renseignement de la Wehrmacht mit très vite sur pied un Sonderkommando « Rote Kapelle » ou Orchestre rouge. En effet, dans le jargon des services de renseignement, l’émetteur était un « piano », les messages en Morse des « partitions », etc. L’Orchestre rouge opérait depuis la France et la Belgique, mais aussi depuis Berlin en plein cœur de la machine de guerre nazie. A la suite de l’imprudence d’agents de l’Orchestre Rouge, des « erreurs » de Moscou, de dénonciations, la plupart de ses membres furent arrêtés, torturés, fusillés ou déportés.

 

Sophia Poznanska et ses camarades furent arrêtés par la Gestapo dans la nuit du 12 au 13 décembre 1941 dans une maison de la rue des Atrébates à Etterbeek. Ils furent transférés à la prison de Saint-Gilles et torturés. Les nazis s’acharnèrent particulièrement sur Sophia, car elle était la seule à connaître les codes. Elle ne parla pas. A une de ses codétenues, Sophia parvint à dire : « Ils ne m’auront pas vivante ! ». Elle tint le coup des mois sous les tortures atroces. Le 28 septembre 1942, elle s’est pendue dans sa cellule. Ils ne l’ont pas eue vivante !

 

Mais tout cela ne fut pas vain. Le chef de l’Abwehr, l’amiral Canaris estima que l’Orchestre rouge a provoqué la mort de 200 000 hommes de la Wehrmacht !

 

Quant à Léopold Trepper, il parvint à éviter tous les pièges de l’ennemi. Il fut même arrêté quelques temps mais parvint à négocier avec les Allemands et fut libéré. Il les avait roulés ! Après la guerre, Staline fit envoyer son avion personnel afin de recevoir Trepper et d’autres militants communistes à Moscou. En guise de récompense, ils furent envoyés dans des camps. Trepper y a croupi pendant dix ans, victime avec d’autres des purges staliniennes. Il est vrai aussi qu’être Juif et internationaliste n’était pas particulièrement apprécié par le « petit père des peuples » …

 

Sophia a traversé l’histoire.

 

Anne Vanesse nous raconte en détail l’histoire et la structure de l’Orchestre rouge, nous parle des compagnons et compagnes de combat de Sophia Poznanska. Elle termine par un entretien avec Gilles Perrault. Ce dernier lui envoya une lettre le 25 octobre 2021 après la lecture de son livre où il écrit entre autres : « …c’est bien ce que vous faites magnifiquement avec Sophia Poznanska sœur de combat de ces militantes héroïques que furent Vera Ackermann et Käte Voelkner. D’une plume énergique et infiniment sensible, vous dressez le portrait d’une femme d’une humanité profonde, avec ses amours, ses souffrances, ses phases difficiles mais capable de s’infliger à elle-même le sacrifice suprême pour la cause à laquelle elle croit de toute sa foi militante. » Ajoutons un témoignage de Michel Warschawski qui retrouva la tombe de Léopold Trepper et de sa compagne au cimetière juif de Jérusalem.

 

Le livre d’Anne Vanesse est exceptionnel en ce sens qu’il traverse l’histoire avec celle d’une femme exceptionnelle.

 

On ne pourrait être complet sans évoquer la préface de Geert Cool qui décrit le contexte politique de cette histoire unique.

 

N’oublions pas la leçon à tirer de cette terrible histoire. Sophia Poznanska et Léopold Trepper furent les combattants d’une cause à laquelle ils s’étaient engagés jusqu’au fond d’eux-mêmes jusqu’à ce que l’une fut victime du nazisme et l’autre du stalinisme, mais apportèrent tous deux une contribution essentielle à la victoire sur la bête immonde qui est en train de renaître, mais c’est une autre histoire qui nous concerne tout particulièrement.

 

 

 

Pierre Verhas

De la Palestine à l’Orchestre Rouge

 

 

 

Anne Vanesse

Sophia Poznanska 

Du Parti Communiste Palestinien à l'Orchestre Rouge

Préface de Geert Cool Bruxelles, éditions Cimarron, 2021

ISBN 978-2-931138-00-7

On peut se procurer ce livre pour 12 € à payer au compte BE10 8508 3098 0204

Les bénéfices du livre seront versés intégralement à la Consultation pédopsychiatrique de Beitjala, Bethlehem, Palestine, mission conduite par la mission conduite par la Maison de la Famille Willy Peers.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires