Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pierre verhas
  • : Blog consacré à l'actualité dans les domaines de la politique et de l'astronomie, vus au sens large. Ce blog n'est pas neutre : il se positionne à gauche, de philosophie laïque et donnant la primauté à l'expérience sur la spéculation. Ce blog est ouvert au débat, à l'exception des invectives, des attaques personnelles et des insultes qui seront systématiquement rejetées afin de permettre à chacun(e) de débattre en toute liberté et dans la sérénité qui n'exclut en rien la passion.
  • Contact

Recherche

29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 10:56

Robert Falony qui est un militant socialiste de toujours, qui fut journaliste au « Peuple », à « la Wallonie », au « Matin », au « Journal du Mardi », à l’éphémère hebdomadaire « l’Eglantine » et auteur de nombreuses chroniques. Il vient de publier un livre où il analyse un siècle d’histoire à travers l’impérialisme. Il n’écrit pas comme Lénine qu’il s’agit du stade suprême du capitalisme (1) mais il pense qu’il est fondamentalement lié au capitalisme dans sa course folle vers de plus en plus de profit.

 

Son ouvrage comprend trois parties : la première intitulée « 1914 : le naufrage de l’Europe et du Socialisme part des origines de la Première guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’une analyse critique de l’histoire d’un siècle. La seconde « Dans les tourmentes de l’impossible neutralité » passe en détail cinquante épisodes qui ont marqué l’histoire de la Belgique dans le monde et du socialisme en ce pays. Le troisième volet « III et maintenant ? » tire les conclusions. Le livre s’achève par un lexique « iconoclaste à l’usage d’économistes atterrés ».

 

Nous faisons ici une longue recension la première partie, parce qu’elle tire en 189 pages les leçons sur chaque épisode important de l’histoire mouvementée de 1914 à 2014 et de l’évolution chaotique du socialisme et de la gauche. Et ces 189 pages sont déjà un résumé ! Ce qui rend leur lecture aisée et passionnante. Il est nécessaire en effet que le lecteur puisse s’imprégner de ce texte qui est un ouvrage de référence pour tout qui s’intéresse à l’histoire de la gauche et à l’histoire en général et qui souhaite tirer les leçons des transformations profondes que nous vivons.

 

Pierre Verhas

(Les intertitres sont d’Uranopole)

 

 

Robert n’analyse pas les contradictions du capitalisme, mais celles de la social-démocratie. Avant la Révolution russe, les partis socialistes s’appelaient « sociaux démocrates » comme en Allemagne et en Russie. En Belgique, le nom était Parti Ouvrier Belge. Le qualificatif « socialiste » était rarement utilisé sauf pour la IIe Internationale.

 

Le naufrage de la IIe Internationale

 

Cette IIe Internationale qui s’effondra avec l’assassinat de Jaurès étant incapable d’assurer la volonté de paix de la classe ouvrière mondiale contre les impérialismes et les nationalismes exacerbés en ce début d’été 1914.

 

Et pour Falony, c’est l’effondrement de cette IIe Internationale en août 1914 qui marqua la fin de l’Europe et la fin du Socialisme. « Un siècle plus tard, ce naufrage de l’Internationale nous interpelle toujours autant. La question de fond reste si importante que la gauche socialiste d’esprit critique doit lui apporter une réponse de fond, une réponse actuelle. » La problématique fut l’incompréhension de la puissance du fait national.

 

Une opposition à la guerre se dessina dès fin 1914 au sein du SPD en Allemagne grâce à l’action courageuse « guerre à la guerre » de Karl Liebknecht et de Rosa Luxembourg. Les socialistes des pays neutres comme les Suisses et aussi les Italiens qui n’étaient pas encore engagés dans la guerre tentèrent de réunir le Bureau de la défunte Internationale Socialiste qui s’était réfugié en Hollande et dont le secrétaire était le Belge Camille Huysmans qui ne donna aucune suite. Au terme d’hésitations et de tergiversations diverses, à l’initiative des Suisses et des Italiens et avec les bolchéviks russes, une conférence se tint à Zimmerwald en Suisse. Elle sonna le réveil de l’internationalisme. Une autre conférence eut lieu en avril 1916 à Kienthal.

 

Il était convenu de jeter les bases d’un nouvel internationalisme, mais il surgit une division entre les « pacifistes » et une minorité dirigée par Lénine qui veut tirer parti de la « guerre impérialiste » pour déclencher la révolution prolétarienne.

 

L’horreur de la guerre et Rosa Luxemburg

 

La guerre s’enlise dans l’horreur. En Russie, tous les éléments sont réunis pour déclencher la Révolution. Pour Robert Falony, la deuxième Révolution russe est « une conséquence de la guerre et de la défaite, elle aurait été impossible sans ce désastre. » Et il conclut : « Donc : assumons la Révolution d’Octobre en tant qu’instant de l’histoire. Un instant unique qui ne s’est reproduit nulle part et que des générations ont proposé abusivement comme modèle universel. »

 

Et c’est la social-démocratie au pouvoir dans une Allemagne exsangue avec à sa tête le droitier Noske qui est en collusion avec l’aristocratie et les militaristes allemands. Il fait appel aux corps francs contre les spartakistes. « Rosa Luxembourg est hostile à un coup de force minoritaire, mais elle refuse de se séparer du mouvement de masse : ainsi est né dans la douleur et la confusion le parti communiste. »

 

Après les combats de Berlin, la révolution est vaincue. Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht sont assassinés par les militaristes le 15 janvier 1919. Robert Falony analyse ensuite les polémiques qui opposèrent Lénine à Rosa Luxembourg pour laquelle il ne cache pas son admiration. En effet, Rosa Luxembourg est opposée à un parti dirigé par des révolutionnaires professionnels et après la révolution russe, elle refuse de séparer le pouvoir révolutionnaire de la démocratie. Débat qui ne concerne pas seulement les partis communistes mais l’ensemble des partis sociaux-démocrates en Europe. Elle n’aura pas connu Kronstadt. Mais elle l’avait prédit. C’est ainsi que la 4e Internationale (trotskiste) parle des « erreurs de Rosa Luxembourg ».

 

Rosa Luxemburg : pour Robert Falony, une référence du socialisme

Rosa Luxemburg : pour Robert Falony, une référence du socialisme

 

Ensuite, pour répondre aux staliniens et à ceux qui confondent dictature du prolétariat avec bureaucratie, Robert Falony réplique : « De même qu’en démocratie bourgeoise la classe possédante exerce dans le domaine économique et financier une dictature de fait, de même la « dictature du prolétariat » pourrait être simplement le contrôle par le plus grand nombre des moyens de production, de distribution et d’échange, c’est-à-dire la démocratie économique sans préjudice de la démocratie formelle. »

 

L’entre deux guerres

 

Ensuite, l’auteur brosse le tableau de ce que nous appelons aujourd’hui l’entre deux guerres : la scission de l’Internationale, la naissance du fascisme, la crise de 1929, les aberrations du stalinisme avec les procès de Moscou, la mort de la république de Weimar avec la prise de pouvoir de Hitler, la France des années trente.

 

En ce qui concerne le courant pacifiste qui était assez puissant à gauche dans les années trente, Robert Falony écrit : « … nombreux sont aussi les pacifistes, justement horrifiés par l’abominable guerre de 14-18 – « Plus jamais ça ! » – qui s’engagent aussi sur une fausse voie : ils ne comprennent pas la vraie nature du régime nazi, que l’Allemagne de 1936 n’est plus celle de 1914. Il n’y a plus de front antimilitariste possible au plan international si toute capacité d’en former un a été abolie. » Cette gauche là n’a pas contribué à sauver la paix !

 

Arrive la décennie 1930-1940, les « années trente ». Tout d’abord, la grande dépression de 1929 amena des gouvernements de droite en Belgique à appliquer une politique déflationniste. Des troubles graves éclatèrent en 1932 et le Parti Ouvrier Belge dans l’opposition adopta au Congrès de Noël 1933 le « Plan du Travail » d’Henri de Man. Ce plan qui comportait des éléments dirigistes eut un large succès populaire. En mars 1935, le P.O.B. rentra au gouvernement Van Zeeland avec de Man et Spaak. Il dévalua le franc de 28 % : « L’attachement de la plupart des dirigeants à l’étalon-or, cette « relique barbare », s’effaçait devant la dure nécessité ». Les élections de mai 1936 amenèrent le succès de l’extrême-droite avec les rexistes et les nationalistes flamands du VNV. En juin 1936, il y eut une vague de grèves qui  en parallèle avec la situation française, aboutit à des accords sociaux similaires. « La justice sociale est en marche » titrait Le Peuple.

 

Robert Falony se penche en quelques lignes sur le cas du leader socialiste bruxellois Paul- Henri Spaak qui devint Premier ministre et ministre des Affaires étrangères en mai 1938 (2). Il se fit « le héraut d’une politique étrangère dite « neutraliste », adossée sur le roi Léopold III. C’était là une position que le précédent d’août 1914 rendait totalement illusoire. N’y avait-il que cela ? » En réalité, c’était la position des classes dominantes qui souhaitaient composer avec la « nouvelle Allemagne ».

 

Paul-Henri Spaak (à gauche) avec Paul van Zeeland en 1937. Spaak avait un art consommé de l'opportunisme et du reniement.

Paul-Henri Spaak (à gauche) avec Paul van Zeeland en 1937. Spaak avait un art consommé de l'opportunisme et du reniement.

 

1936, ce fut aussi la guerre d’Espagne. « La guerre civile en Espagne a commencé bien avant juillet 1936 ! ». La lutte des classes y était intense et la monarchie renversée en 1931 donna naissance à une seconde République faible et haïe par la bourgeoisie, l’église et l’aristocratie. La gauche était divisée. Il y avait lutte entre les anarchistes et les socialistes et les socialistes eux-mêmes étaient divisés. Les élections de 1936 qui amenèrent le Front populaire mirent les anarchistes de côté. « Ce qui a été dit (…) de l’Italie de 1920-1922 est encore plus vrai pour l’Espagne d’alors : un mouvement révolutionnaire divisé et qui tourne en rond est perdu. »

 

Cela annonça le coup d’Etat de Franco du 18 juillet 1936. La guerre civile s’acheva avec la chute de la République en 1939. La guerre d’Espagne avait été le banc d’essai de la Seconde guerre mondiale.

 

Dès lors, la voie était tracée pour Hitler. Après avoir absorbé l’Autriche, il y eut Munich en 1938. La Bohème et la Moravie tombent entre les mains de l’Allemagne et la proie suivante fut la Pologne. Pendant ce temps-là, le militarisme japonais dès 1927, imposa une politique d’expansion territoriale, mit la main sur la Mandchourie en 1931. Shanghai fut bombardé en 1937 et les Japonais envahirent la Chine.

 

La guerre à nouveau

 

Vint ensuite en 1939, le Pacte germano-soviétique. Robert Falony estime qu’il s’agit d’un pacte de non-agression. Il écrit : « … si Staline pouvait tirer une conclusion de l’affaire de Munich, c’est bien que la pusillanimité de Londres et de Paris rendait improbable une alliance sérieuse avec lui face à la montée du nazisme. » S’il n’y avait eu la Pologne comme état tampon, la classe dirigeante franco-britannique n’aurait pas vu d’un mauvais œil une attaque de l’Allemagne contre la Russie soviétique.

 

Ce pacte jeta le trouble sur les partis communistes occidentaux, Moscou prétextant qu’il lui faisait gagner du temps et de l’espace. Argument dramatiquement démenti par l’attaque allemande du 22 juin 1941 qui surprit Staline. Et l’Armée rouge n’était pas prête à encaisser ce choc.

 

Signature du Pacte germano-soviétique, fruit de la pusallinimité occidentale et de la duplicité de Staline : de gauche à droite au premier rang : Von Ribbentrop, Staline, Molotov

Signature du Pacte germano-soviétique, fruit de la pusallinimité occidentale et de la duplicité de Staline : de gauche à droite au premier rang : Von Ribbentrop, Staline, Molotov

 

La débâcle de 1940, la résistance héroïque des Britanniques, la guerre en mer, la neutralité de l’Amérique et enfin, l’entrée de l’Amérique en guerre suite à l’incroyable attaque de Pearl Harbour. « Il y a un mystère Pearl Harbour » pour Robert Falony, tout comme lors du 11 septembre 2001.

 

Lorsqu’à Casablanca en janvier 1943, Roosevelt et Churchill exigèrent la reddition inconditionnelle de l’Allemagne, ce fut une « formulation de type nationaliste » selon Robert Falony. Cela n’a pas facilité les complots contre Hitler. « C’est la liquidation du régime nazi qu’il fallait exiger explicitement, la restauration de la démocratie et des libertés publiques en Allemagne. »

 

De même, le débarquement des forces alliées en 1944 et les sacrifices consentis ont « motivé pour des générations un devoir de reconnaissance éternelle envers les Etats-Unis. Oui, mais (…) ces hommes sont tombés « pour notre liberté » et pour les intérêts de l’empire américain. Ils sont tombés parce que Hitler, pur produit de la crise de 1929, n’a pas été arrêté à temps. Et nous devons au moins nous souvenir des millions de soldats russes tués en affrontant la Wehrmacht, victimes, eux, des « erreurs » de Staline. »

 

Le triomphe de la barbarie

 

La fin de la guerre amène à une réflexion fondamentale sur le triomphe de la barbarie comme l’écrit Falony. L’inventaire des atrocités est terrible, mais l’auteur insiste sur le fait que si ces tueries touchèrent l’Europe de l’Ouest, elles furent bien pires en Pologne, en Russie ou dans les Balkans. Et il y a bien sûr l’horreur des camps de concentration. Robert Falony ajoute : « … il y a dans le génocide subi par les Juifs quelque-chose d’unique dans l’histoire : pas seulement par le nombre de victimes (…) mais surtout parce que l’organisation scientifique de ce génocide a été le fait d’un Etat moderne, d’une nation industrialisée et cultivée, l’Allemagne. » La Turquie du génocide Arménien de 1915 n’était pas un Etat moderne, mais les deux génocides eurent lieu pendant une guerre.

 

Vue du camp d'Auschwitz-Birkenau, symbole de la barbarie (photographie Pierre Verhas)

Vue du camp d'Auschwitz-Birkenau, symbole de la barbarie (photographie Pierre Verhas)

 

Et Falony réfute la théorie comme quoi « Tout a été perçu comme s’il y avait une distance infranchissable entre les violences de la « Nuit de cristal », du racisme ordinaire, et les fours crématoires. Or, cette distance n’existait pas. Lorsqu’on s’engage dans la voie de la discrimination ethnique, le chemin risque d’être sans bornes. Le pogrome est l’ancêtre du four crématoire. »

 

« Après Auschwitz et Dresde, la barbarie avait encore une dernière cime à atteindre : Hiroshima et Nagasaki. » La bombe atomique a profondément changé la stratégie et les rapports de forces entre grandes puissances. Robert Falony se penche d’abord sur les origines du projet « Manhattan » d’élaboration de la bombe avec, notamment, l’exploitation de l’Uranium du Congo belge.

 

Les deux blocs et la guerre froide

 

La fin de la guerre engendra l’ONU et ce que l’auteur appelle le « Conseil d’insécurité ». Robert Falony pense que la faiblesse innée de cette organisation est due à deux principes contradictoires dans sa Charte : d’une part, une aspiration démocratique universelle et d’autre part, le respect de la souveraineté des Etats. L’Assemblée générale sert de tribune et le Conseil de sécurité est une « caverne de brigands », champ clos des rivalités impérialistes.

 

Cela n’a pas empêché la guerre froide. Tout d’abord, une rupture idéologique entre l’Est et l’Ouest. Les partis communistes occidentaux ont été chassés des gouvernements en 1946 et en 1947, ce qui provoqua une nouvelle division de la gauche. On en était revenu aux années vingt ! Il y eut la frénésie Maccarthyste aux USA et aussi de nombreux foyers de tensions, mais sans guerre, dès 1948. En 1949, c’est la fondation de l’OTAN. Cette nouvelle alliance clairement au service des intérêts américains fut ressentie par Moscou comme une tentative d’encerclement qui répliqua par le Pacte de Varsovie.

 

Une vraie guerre éclata en Corée en juin 1950 suite à l’invasion de la Corée du Sud sans doute avalisée par Staline. Les Américains réagirent sous le drapeau de l’ONU avec la participation d’armées alliées dont un bataillon belge. Cela aboutit à un statu quo entre les deux Corées. En attendant, les Soviétiques avaient mis au point leur propre bombe nucléaire. L’équilibre de la terreur était atteint.

 

La bombe d'Hiroshima engendra l'ère de l'équilibre de la terreur.

La bombe d'Hiroshima engendra l'ère de l'équilibre de la terreur.

 

Suit le réarmement allemand, l’échec de la CED (Communauté européenne de défense), l’entrée de l’Allemagne de l’Ouest dans l’OTAN. Tout cela s’achève par la crise des missiles de Cuba en 1962 et qui fut la dernière de cette intensité.

 

La décolonisation : une dramatique occasion manquée

 

Entre temps, la décolonisation débuta dès 1948 par la partition des Indes britanniques. Les guerres d’Indochine et d’Algérie avec notamment le gouvernement socialiste de Guy Mollet qui intensifia la guerre. « Il reste une figure des moins glorieuses de la social-démocratie d’après-guerre » (3). La guerre d’Algérie emporta la Quatrième république. Il n’empêche que la gauche française et la gauche belge se sont engagées à fond pour l’indépendance de l’Algérie. Néanmoins, la leçon à tirer est : « lorsqu’un peuple est acculé à la violence, celle-ci finit par régir les rapports entre colonisés et colonisateurs, mais entre colonisés eux-mêmes. » Et on va retrouver « cette culture de la violence » en Asie et en Asie du Sud-Est.

 

Falony se penche bien entendu sur la décolonisation du Congo. « La crise congolaise de 1960-1961, quant à elle, devait beaucoup à l’impréparation de l’immense colonie belge à son indépendance. La bourgeoisie belge somnolente face à l’évolution du monde et totalement surprise par l’émeute de Léopoldville de janvier 1959, fut acculée à concéder une indépendance nominale dont la date fut fixée au 30 juin 1960. » La Société générale et l’Union minière jouèrent sur les divisions au sein de la population congolaise et le seul homme politique qui avait une vision politique d’un Congo unitaire, Patrice Lumumba, fut assassiné dans des conditions atroces au Katanga. Sa liquidation fut préparée à Bruxelles et à Washington.

 

La sécession du Katanga fut quand-même vaincue et le principe des frontières intangibles en Afrique fut définitivement fixé, ce qui n’empêcha pas les guerres et les conflits internes.

 

Deux camps et les « trente glorieuses »

 

Mais le monde est lui aussi figé en deux camps. Cependant pas pour longtemps. Dans le « camp socialiste », il y eut l’affaire de Yougoslavie et plus tard, le schisme sino-soviétique. Et une troisième force survint : les non-alignés à la conférence de Bandoeng en 1955. Mais le neutralisme n’eut guère de succès. En Europe, une partie de la gauche, qui rejetait l’atlantisme ne fut pas tentée par le non-alignement, à l’exception d’une partie des travaillistes anglais.

 

En Belgique, la gauche critique à l’égard de l’atlantisme ne se rallia pas au non-alignement. Elle était plus préoccupée par les risques causés par l’arme nucléaire et la course aux armements. C’est ainsi qu’elle organisa les Marches antiatomiques dans les années 1960 et en 1981 le grand mouvement contre les Euromissiles.

 

Sur le plan économique et social, ce furent les « trente glorieuses » avec un pétrole bon marché, une industrie connaissant un développement technologique inégalé, la consommation encouragée par le crédit. Cela aveugla le mouvement ouvrier européen – à l’exception de l’aile gauche syndicale – qui ne vit que le partage d’un gâteau qui ne cessait de croître. Mais le système monétaire commençait à donner des signes de déséquilibre et en 1973, la guerre israélo-arabe provoqua le quadruplement du prix du pétrole. Une récession généralisée eut lieu en 1974 – 1975, accompagnée d’une inflation sans égale depuis la fin de la guerre.

 

Cette période eut l’avantage d’ouvrir les yeux surtout après la décision de Nixon de sortir le dollar du système de Bretton Woods en 1971. S’en suivit une crise monétaire qui n’est toujours pas terminée. En 1980, Reagan et Thatcher lancent la dérégulation néolibérale. Tout cela aboutit à la crise financière de 2008 dont nous subissons les conséquences, sans doute pour longtemps encore.

 

De grands organismes comme le FMI, la Banque mondiale instaurent un « néo-colonialisme subtil » dans le Tiers-monde.

 

Les pâles « lueurs révolutionnaires »

 

Mais des « lueurs révolutionnaires » s’allumèrent un peu partout. Robert Falony analyse les différents mouvements révolutionnaires de la fin des années 1960 et de la décennie 1970. En 1974, la révolution des œillets renverse le régime de Caetano, successeur de Salazar, mais généra une social-démocratie droitière. Mai 68 en France fut aussi un échec « hormis dans le domaine des mœurs ». Le parti communiste et la CGT encadrèrent la classe ouvrière sans aucune intention révolutionnaire. Dans l’autre bloc, le printemps de Prague en Tchécoslovaquie fut écrasé par Brejnev « parce que cette tentative n’avait plus rien à voir avec un « modèle » conforme aux intérêts de la bureaucratie dirigeante. » Ensuite, dans les années septante, de petites fractions de la gauche sombrent dans le terrorisme. Robert Falony fustige cet aventurisme sanglant et suicidaire. Sur l’autre continent, le mouvement hippie issu de la révolte des étudiants de Berkeley contre la guerre du Vietnam aboutit à l’impasse, parce qu’il est impossible de s’évader de la société réelle (4).

La révolution des oeillets enterra ses espoirs dans une social-démocratie molle et incapable de répondre aux aspirations du peuple Portugais.

La révolution des oeillets enterra ses espoirs dans une social-démocratie molle et incapable de répondre aux aspirations du peuple Portugais.

 

Le capitalisme fou

 

L’Union Soviétique s’effondre. Gorbatchev a échoué dans son entreprise de réforme et son successeur Eltsine amène l’ancienne Nomenklatura au capitalisme. Elle devient l’oligarchie en pillant ce qu’il reste de la Russie. La Chine de son côté choisit la voie de l’économie de marché et la bureaucratie chinoise a dépassé la soviétique en corruption et opulence.

 

L’Europe de son côté ne parvient pas à se construire. C’est le triomphe de la non-Europe. Il est impossible d’élaborer une Europe sociale. L’Unice (le patronat européen) s’oppose farouchement à un système européen de conventions collectives pour améliorer la situation des pays à bas salaires. Même la démocratie est en déclin en Europe avec la France et son régime de monarchie élective et l’Italie avec son pouvoir fragile et souvent corrompu.

 

Pendant ce temps là, le capitalisme devient fou. L’école de Chicago impose ses dogmes dans tout le monde occidental. Les faillites se multiplient et atteignent leur paroxysme avec la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008. Robert Falony attire l’attention sur la montée en puissance de l’économie souterraine et mafieuse.

 

Le déclin de la social-démocratie

 

Quant à la social-démocratie, la chute de l’empire soviétique la laissa seule avec elle-même. Elle a raté l’occasion de marquer l’histoire, bien qu’elle ait fait partie, voire dirigé la plupart des gouvernements de l’Union européenne. Robert Falony fait ce constat amer : « A défaut de faire barrage à la vague néo-libérale, de mettre en cause la libre circulation des capitaux, ces partis auraient pu au moins donner une impulsion nouvelle à la construction nouvelle, dans un sens fédéraliste. Il n’en fut rien, ils en restèrent à la primauté du « fait national ». Et que dire d’une Internationale socialiste qui accueillait en son sein quelques dictateurs hors d’Europe, comme le Tunisien Ben Ali ? » Aujourd’hui, les partis sociaux-démocrates n’ont pratiquement plus de militants, ils ont des technocrates. Elle ne pense plus, elle ne réagit plus. « Même la crise financière de 2008 l’a laissée relativement impavide. »

 

On n’est plus au temps de Karl Marx.

 

Le tableau est certes noir. On ne peut guère être optimiste, mais Robert Falony, fort de son expérience, de son immense culture et de son bon sens ne jette pas pour autant l’éponge. Il est convaincu que le capitalisme est arrivé à un point où il ne peut plus résoudre ses contradictions. Selon lui, les économistes alternatifs, comme les « économistes atterrés », doivent franchir un pas supplémentaire : se tourner vers une économie dirigée.

 

L’économie au service de l’homme, en quelque sorte.

 

Pierre Verhas

Robert Falony : 1914 – 2014 la véritable histoire du siècle en Belgique et dans le monde, un ouvrage de référence

Robert Falony 1914-2014 La véritable histoire du siècle en Belgique et dans le monde

Editions Jourdan, Paris, 2014 (www.editionsjourdan.fr)

ISBN : 978-2-87466-360-4

Prix (France) : 18,90 Euros

 

Notes

 

(1) Il y eut deux éditions de l’ouvrage de Lénine intitulé : « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme », l’une parue en 1913 et l’autre après la seconde révolution russe fin 1917. Il est intéressant d’en analyser les différences !

 

(2) Paul-Henri Spaak représente le type même de l’homme politique social-démocrate occidental qui pratiqua la collaboration de classe en s’alignant sur la droite libérale et sur l’atlantisme le plus dur, alors qu’il avait été auparavant neutraliste et même partisan du « socialisme national » de Henri de Man. À la fin de sa vie, il a trahi son engagement au Parti socialiste en rejoignant son adversaire politique de l’époque, le FDF, parti francophone bruxellois qui fut fondé en opposition aux lois dites linguistiques de 1963 dont le même Spaak fut un des promoteurs comme Vice-Premier ministre du gouvernement Lefèvre-Spaak. Le PS à Bruxelles ne s’est jamais totalement remis de cette trahison.

 

(3) On compare souvent François Hollande à Guy Mollet qui ont pas mal de points communs. Une politique belliciste à l’extérieur et une politique libérale à l’intérieur.

 

(4) Ajoutons qu’une partie de ce mouvement dont une des leaders fut Ayn Rand prôna la pensée « libertarienne » : un capitalisme sans règles, une sexualité libre, le commerce libre de la drogue, bref la liberté totale économique et de mœurs. C’est un des courants du néolibéralisme actuel. De même, certains leaders « soixante-huitards » français sont passés du maoïsme ou du trotskisme, ou encore du situationnisme au néolibéralisme le plus pur et dur. D’une démarche totalitaire à l’autre, en somme.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 17:02

Nos voisins britanniques sont connus pour leur sens très spécifique de l’humour. Cette fois-ci, ils se sont surpassés. Ils ont monté une opération de piratage des transmissions informatiques des institutions européennes à Bruxelles et de milliers de personnes privées via l’opérateur Belgacom qu’ils ont nommé « Operation socialist ». Il est en effet bien connu, dans l’esprit des conservateurs de Londres, que la Commission européenne est infestée d’épouvantables « socialistes » !

 

C’est le journal américain en ligne « The Intercept » proche d’Edward Snowden qui a révélé cette gigantesque entreprise de hacking.

 

My name is GCHQ.

 

Durant l’été 2012, les techniciens de Belgacom, l’opérateur belge de télécommunication, qui est le fournisseur d’accès des institutions européennes à Bruxelles, ont détecté des anomalies dans les communications de leur client. Au départ, on pensa à des problèmes techniques, mais un an après, en juillet 2013, les experts de la compagnie furent convaincus qu’il s’agissait en réalité d’une vaste opération de piratage informatique. Le système informatique était infesté par des logiciels hostiles que les informaticiens appellent « malware » qui étaient camouflés en de simples logiciels de Microsoft. Le coup était admirablement monté par des professionnels de haut niveau disposant de moyens considérables.

 

Le quartier général des services secrets britanniques à Londres (Reuter)

Le quartier général des services secrets britanniques à Londres (Reuter)

 

Mais qui étaient ces « malveillants » et pourquoi agissaient-ils ainsi ?

 

C’est ici qu’intervient Edward Snowden. (Voir Uranopole : http://uranopole.over-blog.com/article-la-fin-de-la-vie-privee-vous-ne-saviez-pas-118950062.html et http://uranopole.over-blog.com/2014/07/l-etat-de-surveillance.html)

 

Dans l’ensemble des informations que le lanceur d’alerte a fournies, Edward Snowden a révélé que le service de renseignement britannique GCHQ (General Communication Headquarter) a procédé à une « cyber attaque » contre Belgacom dont l’objectif était de mieux connaître ses infrastructures de télécommunication comme principal fournisseur des institutions européennes. C’est l’hebdomadaire allemand « Der Spiegel » qui a publié ces révélations le 20 septembre 2013.

 

Il y est dit que l'opération a sans doute commencé en 2010 via la filiale de Belgacom BICS (Belgacom International Carrier Services) qui est associée par une « joint-venture » entre Swisscom et MTN en Afrique du Sud. Celle-ci était espionnée par les Britanniques.

 

Suite à cela, Belgacom a ordonné une enquête interne après les récentes révélations sur l'espionnage par la fameuse NSA américaine et a d’abord conclu à une attaque de cette provenance, mais n’en avait pas la preuve formelle de son origine. La société a ensuite averti le Parquet et même le Premier ministre d’alors, Elio di Rupo, qui a dénoncé une «violation de l'intégrité de l'entreprise publique. »

 

Par après, les spécialistes de Belgacom ont pu déterminer l’origine de l’attaque : la Grande Bretagne, Etat membre de l’Union européenne ! Le système mis au point par le GCHQ était très subtil. L’attaque ciblait les ordinateurs de trois cadres supérieurs de BICS qui avaient accès aux parties sensibles du système de transmission de la compagnie belge et par cette voie, pouvaient pénétrer dans les réseaux de ses clients européens comme la Commission, le Conseil et le Parlement.

 

Le GCHQ aurait continué à sonder les domaines auxquels les cadres visés avaient accès. Il tenta même de procéder à des attaques sur les utilisateurs de smartphones, sans doute de hauts fonctionnaires européens. Voilà en gros l’opération « socialist ». Et incontestablement, elle fut une « réussite ».

 

Tous n’en sont pas morts, mais tous étaient « ciblés ».

 

The Intercept a tenté d’en savoir plus en partenariat avec le journal hollandais NRC Handelsblad et le quotidien belge en langue néerlandaise De Standaard.

 

De cette nouvelle investigation, on peut conclure, selon le Standaard du 13 décembre 2014 que l’attaque sur Belgacom par le service britannique était bien plus importante qu’on ne pensait. Le GCHQ, via le piratage des réseaux des trois cadres visés et la filiale BICS, a travaillé depuis 2011. Ainsi, les communications de nombreux clients individuels de Belgacom ont été interceptées pendant deux ans et demi, ainsi que l’OTAN et les institutions de l’Union européenne, sans compter les clients de centaines de fournisseurs d’accès internationaux.

 

Le siège de Belgacom à Bruxelles. Un très mauvais coup pour une entreprise publique semi-privatisée qui n'a pas su se protéger.

Le siège de Belgacom à Bruxelles. Un très mauvais coup pour une entreprise publique semi-privatisée qui n'a pas su se protéger.

 

Une opération d’une envergure inégalée

 

La vie privée de milliers d’utilisateurs de téléphones mobiles a été violée. Bien que Belgacom dément que ses clients aient été espionnés, mais le GCHQ est à même d’intercepter les communications de pratiquement tous les possesseurs de mobiles en Europe, au Moyen Orient et en Afrique.

 

Les documents auxquels les journalistes ont réussi à avoir accès datent de juin 2011 et ont été utilisés lors d’une réunion des services secrets de la Colombie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie, du Canada et des Etats-Unis – en association donc avec le fameux « Five Eye » (il s’agit de l’association des services secrets de cinq pays : les USA, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Grande Bretagne) déjà évoqué sur Uranopole – sont consacrés à l’attaque sur BICS, la filiale de Belgacom.

 

Le premier document décrit en détail la manière dont les services britanniques ont choisi les trois cibles membres du personnel de BICS avec la collaboration des services secrets canadiens. Deux de ces trois « cibles » sont de nationalité belge.

 

Le deuxième document décrit les motifs de l’attaque : accès aux codes de sécurité utilisés par BICS. Ainsi, les espions ont accès à pratiquement tous les réseaux internationaux et par la suite, locaux de télécommunication. De la sorte, ils peuvent surveiller ou pirater les utilisateurs de smartphones en n’importe quel endroit du monde.

 

Le troisième document révélé par Der Spiegel comme nous l’avons vu confirme le contenu des deux premiers textes.

 

L’enquête judiciaire est toujours en cours en Belgique via le Parquet du Procureur fédéral qui mène une investigation criminelle sur cette attaque contre Belgacom, mais on n’en sait pas plus pour le moment.

 

Une attaque d’une ampleur exceptionnelle

 

Pourtant, Edward Snowden a déclaré à The Intercept que ces révélations sont sans précédents et constituent la première preuve d’une cyber-attaque par un gouvernement sur des infrastructures essentielles de télécommunications.

 

« Le hack Belgacom est la première preuve étayée qu’un Etat membre de l’UE se livre à une cyber-attaque sur un autre Etat membre. C’est un exemple à couper le souffle au vu de l’ampleur de ce piratage effectué par un Etat ! »

 

Edward Snowden a bouleversé le monde par ses révélations et analyses.

Edward Snowden a bouleversé le monde par ses révélations et analyses.

 

Officiellement, Belgacom, sans doute sur instruction du gouvernement et aussi pour préserver une réputation déjà écornée par d’autres affaires qui n’ont rien à voir avec ceci, a minimisé l’ampleur de cette attaque. Cependant les documents secrets montrent que le GCHQ a eu accès, via les ordinateurs piratés de trois employés de l’opérateur belge, aux flux cryptés et non cryptés des communications privées gérés par cette entreprise publique.

 

Belgacom, pour « nettoyer » son réseau et parer ce genre d’attaques a investi plusieurs millions d’Euros. Cependant, selon The Intercept, qui a pu avoir des contacts avec des sources proches de l’enquête, les logiciels malveillants (les « malware ») parviennent à se préserver du « nettoyage », un peu comme des bactéries capables d’éviter les attaques d’antibiotiques !

 

Le Parlement européen s’en inquiète.

 

Le Parlement européen s’était déjà penché sur les révélations de Snowden et sa Commission des Libertés fondamentales a publié un rapport (http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/content/20140310BKG38512/html/QA-on-Parliament%27s-inquiry-into-mass-surveillance-of-EU-citizens).

 

Les députés européens se sont inquiétés des possibilités d’espionnage électronique dans le cadre des négociations sur le TTIP (Traité de libre échange transatlantique). Ils ont averti : l’éventuelle ratification de ce traité pourrait être compromise « tant que les activités de surveillance de masse de couverture et l'interception des communications dans les institutions européennes et les représentations diplomatiques ne sont pas entièrement cessé. »

 

En plus, ils estiment qu’il convient de refuser tout consentement à l'accord TTIP à moins qu'il ne respecte pleinement les droits fondamentaux de l'UE et que la question de la protection des données devrait être exclue des négociations commerciales. Ils demandent également la suppression immédiate des principes de confidentialité dits « Safe Harbour » qui concerne les entreprises non-UE qui ne préservent pas suffisamment le transfert des données personnelles des citoyens des Etats membres de l’Union.

 

Enfin, ils insistent pour que le programme de surveillance du financement ( TFTP ) traitant du terrorisme soit également être suspendu jusqu'à ce que les allégations selon lesquelles les autorités américaines ont accès aux données des citoyens européens en dehors de l'accord soient clarifiées.

 

La députée néerlandaise Sophie In’t Veld déjà évoquée sur Uranopole et qui est très active dans le domaine de la laïcité et des droits fondamentaux qui a présidé la Commission d’enquête sur les révélations de Snowden a estimé que le gouvernement britannique pourrait faire l’objet de graves sanctions suite à l’espionnage Belgacom. « Indemniser Belgacom est le moins qu’il puisse faire, mais je suis plus soucieuse de voir juger le gouvernement britannique pour avoir violé les droits fondamentaux et pour les atteintes qu’il a portées à nos systèmes démocratiques. »

 

Sophie In't Veld, la députée néerlandaise qui n'a pas froid aux yeux

Sophie In't Veld, la députée néerlandaise qui n'a pas froid aux yeux

 

La question des « alliés » et le TTIP

 

La Grande Bretagne et la Belgique sont des alliés historiques. C’est grâce au Royaume Uni que la Belgique est indépendante depuis 1830. Ces deux pays payèrent ensemble un lourd tribut aux deux guerres mondiales. Depuis toujours, Belgique et Angleterre entretiennent des relations privilégiées.

 

Certes, les relations diplomatiques ne sont pas des affaires de « bisounours », mais ici, l’ampleur de cette « operation socialist » est inégalée. Jamais deux alliés n’ont été confrontés à un tel scandale. En plus, un Etat-membre d’une Union supranationale à laquelle il a adhéré par Traité, se permet de la trahir sans vergogne. Pour en arriver là, l’enjeu doit être considérable.

 

L’enjeu, sans doute, et le Parlement européen semble l’avoir détecté, c’est le TTIP ou le TAFTA. Ce traité, s’il est adopté, concerne des intérêts considérables et surtout constitue un atout majeur pour permettre aux entreprises transnationales d’asseoir leur pouvoir au détriment d’ailleurs des citoyens européens.

 

Est-ce pour cela que les Britanniques ont mis au point leur système d’espionnage électronique ? On sait que le GCHQ coopère étroitement avec les services américains, dont la NSA. Or, il y a une curieuse coïncidence de dates. The Intercept écrit : « Entre 2009 et 2011, le GCHQ a travaillé avec ses alliés pour développer de nouveaux outils et de technologies sophistiquées qu'il pourrait utiliser pour scanner les réseaux mondiaux afin de détecter leurs faiblesses afin de les pénétrer. Selon des documents top-secret du GCHQ, l'agence a voulu adopter de nouvelles méthodes d’attaques en partie pour lutter contre l’utilisation du cryptage des données. » Le cryptage est utilisé pour la transmission de données confidentielles par la plupart des grandes entreprises et des administrations publiques. D’autre part, il est établi que le système de piratage du GCHQ est au point depuis mars 2011.

 

Or, si les négociations sur le TTIP ont officiellement commencé en juillet 2013, des groupes de travail multipartites les ont préparées depuis 2011.

 

Certes, ce n’est pas établi et sans doute ce ne le sera donc jamais. Mais si un Etat viole avec tant de vergogne les règles élémentaires des relations avec ses partenaires les plus proches, il doit avoir un sérieux motif pour courir un tel risque.

 

C’est un fait nouveau et inquiétant dans les relations internationales : avec ces systèmes d’espionnage électronique, les accords entre Etats sont violés allégrement pour servir des intérêts multinationaux en contradiction avec lesdits accords. Cela signifie que toute convention devient un chiffon de papier.

 

C’est un fait nouveau et inquiétant pour nos démocraties dont les règles fondamentales peuvent être balayées par des opérations de ce genre.

 

L’opération « socialist » aura montré que nul n’est protégé, que les systèmes de connections qu’on nous impose dans notre vie quotidienne, dans nos domaines les plus intimes servent en réalité à détruire nos libertés pour le compte des intérêts d’une hyperbourgeoisie insatiable.

 

Sans doute, est-ce la raison pour laquelle les « grands » médias si avides de scandales de bas étages sont particulièrement silencieux en cette affaire.

 

Cependant, à terme, « operation socialist » pourrait être « a bridge too far ».

 

Pierre Verhas

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 14:53

Notre ami Bernard Gensane a publié sur son blog un très intéressant article sur l’inquiétante évolution de la question du maintien de l’ordre et des droits démocratiques en Union européenne. Il décrit les conséquences du Traité de Velsen ratifié en septembre 2012 et qui constitue une force de gendarmerie européenne (EuroGenFor) peu connue en Belgique parce qu’elle n’a pas (encore ?) adhéré à ce Traité.

 

S’agit-il d’une opération de coordination des forces de l’ordre dans l’Union européenne ou bien de la constitution d’un corps destiné à renforcer la machine répressive qui sévit dans certains pays comme la Grèce ou comme l’Espagne ?

 

Récemment, un ami me faisait remarquer à Bruxelles : « Depuis le gouvernement Michel, n’as-tu pas observé que l’on voit bien plus de voitures de police dans les rues ? ». En effet. Et c’est un leurre pour l’opinion publique. Cette présence policière rassure et adoucit quelque peu le sentiment d’insécurité qui règne dans les villes et les campagnes. Mais ne serait-elle pas là surtout pour réprimer tout mouvement spontané qui pourrait se déclencher suite aux chocs de la politique d’austérité qui jette les gens dans la misère comme cela va se produire le 1er janvier prochain avec l’exclusion massive de milliers de chômeurs.

 

Un incident est significatif. Les violents heurts qui ont suivi la grande manifestation syndicale du 6 novembre n’ont pas jusqu’à présent été expliqués. Plusieurs témoins ont fait part de la présence de militants d’extrême-droite dans le cortège et qui s’étaient attaqués à des allochtones. D’autres ont affirmé que ces éléments se trouvaient mêlés aux bagarres qui ont suivi la dislocation du cortège dans le quartier de la Porte de Hal, plusieurs centaines de mètres au-delà du lieu de la dislocation. On a reproché du laxisme au bourgmestre socialiste, Yvan Mayeur, mais les enquêtes qui ont suivi n’ont pas confirmé cette accusation. Par contre, plus rien sur les perturbateurs fascistes.

 

Les "casseurs" qui ont sévi à la fin de la grande manifestation syndicale du 6 novembre à Bruwelles pourraient bien être des éléments d'extrême-droite.

Les "casseurs" qui ont sévi à la fin de la grande manifestation syndicale du 6 novembre à Bruwelles pourraient bien être des éléments d'extrême-droite.

 

Les réactions quasi hystériques suite aux incidents mineurs de la grève générale du 15 décembre et notamment l’affaire « Raymonde » (Raymonde, une syndicaliste qui a un peu pété les plombs en voulant faire fermer une boutique de vêtements) ainsi que les projets d’encadrer le droit de grève et d’introduire la notion de « liberté du travail », cherche à casser les grèves en alliant la pression patronale à la répression des mouvements de grève.

 

Entretient-on volontairement la tension ? Les éléments les plus durs du gouvernement de droite de Charles Michel ne cherchent-ils pas l’affrontement ? Il est encore trop tôt pour le dire.

 

L’autre aspect est le renforcement manifeste de l’appareil répressif. Là aussi, il faut être vigilant. Dès son installation au pouvoir, Jan Jambon a laissé entendre qu’il souhaitait que l’armée vienne en renfort des forces de police pour assurer le maintien de l’ordre. Et en plus de l’armée, des milices privées sont les bienvenues pour épauler, voire remplacer la police dans des tâches répressives. Plus récemment, l’Office des étrangers dont le ministre de tutelle est le NV-A néo-nazi Théo Francken souhaite publiquement pouvoir effectuer des contrôles dans des habitations occupées par des immigrés sans autorisation d’un juge. Le viol du domicile privé serait ainsi soumis à l’arbitraire de l’administration !

 

Ces dérives ne sont pas propres à la Belgique. Elles sont encouragées par les dirigeants de l’Union européenne. Une force européenne de police s’installe peu à peu. C’est ce que nous montre Bernard Gensane.

 

Nous le verrons dans un prochain article. Nous sommes en train de franchir une étape nouvelle dans la destruction de l’Etat social au profit de la société ultralibérale. Le projet de loi Macron en France en est un exemple. Les négociations sur le TTIP (ou TAFTA) mieux connu sous le nom de Traité de libre échange transatlantique vont profondément bouleverser notre société démocratique si elles aboutissent.

 

La mise en place de cette véritable contre-révolution ne se fera pas sans heurts – voyez les mouvements sociaux en Belgique – et nécessitera donc pour ce faire l’appui d’un outil répressif efficace. C’est cela qui se prépare au niveau européen.

 

Pierre Verhas

 

L'insigne du nouveau corps répressif européen EuroGendFor

L'insigne du nouveau corps répressif européen EuroGendFor

 

Ne soyons pas alarmistes mais lucides.

 

Récemment, les États-Unis, le Canada et l’Ukraine, ont voté contre une résolution de l’ONU condamnant la glorification du nazisme. Les membres de l’Union européenne se sont abstenus.

 

La passivité de l’Union européenne face aux nazis, aux cryptos nazis et aux sympathisants nazis quand ils tiennent le haut du pavé ne doit pas surprendre. Un tropisme d’extrême droite s’est installé sur un vieux continent dont on aurait pu penser qu’il était vacciné contre la barbarie fasciste. Parmi les signes qui ne trompent pas, la création d’une force d’intervention militarisée de 3 000 hommes destinée à réprimer brutalement toute contestation populaire ne laisse pas d’inquiéter dans un ensemble qui compte des dizaines de millions de chômeurs et de pauvres.

 

Le rapport de forces mondial est malheureusement très clair. En mai 2013, la banque JPMorgan Chase – qui, comme Warren Buffet, sait qui a gagné la guerre des classes – pouvait se permettre de demander l’abrogation des constitutions démocratiques établies en Europe après 1945. La banque enjoignait l’Europe d’éradiquer les droits sociaux, les droits des travailleurs, leur liberté d’expression en particulier. La « mondialisation libérale », c’est aussi cela. Supprimer l’expression démocratique pour que les grandes banques, les fonds d’investissements puissent spéculer et engranger. L’austérité n’est pas une fatalité ou une douloureuse nécessité mais une arme pour faire taire les oppositions à l’hyperbourgeoisie.

 

Pour que l’ordre règne, pour que le capitalisme puisse mener sa guerre en paix, l’Union européenne s’est donc dotée d’une force d’intervention militarisée de 3 000 hommes, une gendarmerie européenne plus connue sous le nom de EuroGendFor. Elle est basée en Italie, à Vicence. Sa langue de travail est la langue des Parties mais, dans les faits, le Wall Street English.

 

On ne pourra pas éternellement jouer à faire revoter les peuples qui ont mal voté ou à contourner des référendums par des voies législatives honteuses. La démocratie formelle étant régulièrement bafouée, les expressions populaires seront de plus en plus radicales, violentes, désespérées. D’où la nécessité de prévoir des moyens de répressions coordonnés, européens quoi !

 

En 1935, Georgi Dimitrov définissait le fascisme comme la dictature terroriste ouverte de la frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie impérialiste monopoliste. Il distinguait le fascisme de la dictature réactionnaire classique, l’élément discriminant étant le modernisme et le caractère de masse. On verra plus tard Franco désarchaïser l’économie espagnole avec les technocrates de l’Opus Dei, et surtout Pinochet être le premier expérimentateur des idées de Hayek et de Friedman. En tout état de cause, pour la bourgeoisie, le fascisme est le moyen le plus sûr de spolier les travailleurs, ce que mes concitoyens héninois finiront peut-être par comprendre.

 

Selon ses statuts, l’EuroGendFor, seule ou conjointement avec d’autres forces répressives, doit être capable d’effectuer toutes les missions de police durant toutes les phases d’une opération de gestion de crise. L’EuroGendFor peut être subordonnée à des autorités civiles ou militaires. Il est fait appel à elle pour des missions de sécurité et d’ordre public ; pour surveiller, conseiller, encadrer et superviser les polices locales dans leur travail quotidien ; pour surveiller l’espace public, régler la circulation, contrôler les frontières et effectuer des missions générales de renseignement ; pour effectuer des enquêtes criminelles, notamment découvrir des délits, retrouver les délinquants et les livrer aux autorités judiciaires compétentes ; pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics.

 

On observera que la coopération entre forces de l'ordre se construit bien plus vite au sein de l'Union européenne que l'harmonisation fiscale, par exemple.

On observera que la coopération entre forces de l'ordre se construit bien plus vite au sein de l'Union européenne que l'harmonisation fiscale, par exemple.

 

Comme le jour viendra sûrement où les Grecs en auront assez de s’entendre dire par les Allemands qu’ils prennent trop de vacances, où les Français seront lassés d’entendre ces mêmes Allemands critiquer leurs services publics « pléthoriques » ou d’entendre les Britanniques leur reprocher leur code du travail trop rigide, une saine colère risque d’exploser. D’où la nécessité de déployer cette force européenne, pensée par l’ancienne ministre de la Défense Alliot-Marie après les batailles de rue dans les « quartiers » en 2005.

 

L’EuroGendFor cumule les fonctions de police, police judiciaire, gendarmerie (armée) et services secrets. Dans son langage, réprimer des révoltes se dit garantir la « sécurité en territoires de crise européens ». Plus cette police européenne sera nombreuse et compétente moins les États auront à utiliser leurs propres forces de répression.

 

C’est le Traité de Velsen (septembre 2012) qui règle les interventions d’EuroGendFor. Un « conseil de guerre », sous forme de comité interministériel composé des ministres de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’UE participants, décide de la stratégie d’intervention. La troupe peut être mise en marche soit sur demande, soit après décision de l’UE.

 

« EuroGendFor » est une troupe policière paramilitaire et des services secrets. Ne peuvent rejoindre EuroGendFor que les États disposant d'une police à statut militaire (la grande majorité des pays européens, donc). Elle unit tous les pouvoirs et moyens militaires, policiers et de services secrets qu’elle peut exercer en collaboration avec des troupes nationales de police et d’armée, après être mandatée par une cellule de crise interministériel dans chaque lieu pour la lutte contre des troubles, contre des révoltes et contre de grandes manifestations. Le ministère fédéral de la Défense a salué l’EuroGendFor en ces termes : « Police ou Armée : Une gendarmerie européenne promet la solution. »

 

Une Europe sous les bottes

Une Europe sous les bottes

 

De même que l’armée française affiche des slogans particulièrement creux (« Devenez vous-même », « Pour moi, pour les autres, s’engager »), que l’armée britannique met l’accent sur la formation des esprits (« Mind the gap »), la devise de la gendarmerie européenne est très rassérénante : « Lex Paciferat » (la loi apportera la paix). Cela dit, même si ses soldats doivent respecter le droit en vigueur de l’Etat dans lequel ils interviennent, tous les bâtiments et tous les terrains pris par les troupes sont exterritorialisés et ne sont plus accessibles, y compris pour les autorités nationales. Mais, pour les responsables européens, ne pas devoir utiliser leurs propres forces de répression sera un atout, d’autant qu’on imagine mal les « eurogendarmes » retourner leurs fusils contre leurs supérieurs.

 

La création de cette gendarmerie européenne sans état d’âme peut être replacée dans le contexte plus général du mercenariat. On peut se dire que, quand les Romains ont utilisé de plus en plus de mercenaires, ce fut le commencement de la fin de l’Empire …

 

PS : Les pays membres fondateurs de ce corps furent la France (Gendarmerie nationale), l’Espagne (Guardia Civil), le Portugal (Guarda Nacional Republicana), l’Italie (Carabinieri), les Pays-Bas (La Marechaussee royale – Koninklijke Marechaussee). La Roumanie a rejoint cette force d’intervention (Jandarmeria Romana). Sont partenaires : la Pologne (Gendarmerie militaire – Żandarmeria Wojskowa) et la Lituanie (Viesojo Saugumo Tarnyba). La Turquie a un statut d’observateur (Jandarma).

 

Bernard Gensane

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 14:08

L’historien belge des religions, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, directeur de recherche au FNRS et directeur du CIERL (Centre Interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité) vient de publier un très intéressant ouvrage aux Editions du Centre d’Action Laïque, Espace de Libertés, intitulé « La Belgique, Etat laïque… ou presque ».

 

 

Jean-Philippe Schreiber sait allier ses convictions avec sa rigueur scientifique.

Jean-Philippe Schreiber sait allier ses convictions avec sa rigueur scientifique.

Je ne me souviens plus qui a récemment dit : « La démocratie, c’est la séparation ». C’est ce que démontre Jean-Philippe Schreiber en se penchant sur les relations tout d’abord de l’Eglise catholique et de l’Etat dès les débuts du Royaume de Belgique en 1830 et ensuite, des Eglises et même de la Laïcité et de l’Etat.

 

L’auteur démontre que la Belgique connaît un véritable régime de séparation du spirituel et du temporel. Une des premières dispositions prises par le Congrès où domine l’opinion catholique, quelques jours à peine après la révolution belge, fut un arrêté du 16 octobre garantissant la liberté de conscience. En effet, ce fut l’évêque de Malines qui revendiqua cette disposition, le régime hollandais ne lui ayant pas accordé la liberté et l’indépendance. Et de là, naquit la séparation en définitive réclamée par la toute puissante église catholique belge.

 

L’ambigüité de l’Eglise catholique

 

Là-dessus, les deux grands courants de la bourgeoisie belge de l’époque, les catholiques et les libéraux, étaient d’accord, mais bien entendu pour des raisons différentes. Aussi, dans un même article, la Constitution accorde la liberté de culte et la liberté d’expression. L’Etat ne pourra donc s’ingérer dans les affaires d’un culte et tous les cultes sont mis sur le même pied d’égalité. Et cela va même plus loin. L’Etat reprend à son compte l’Etat civil qui appartenait au clergé via les paroisses. Il impose même l’obligation du mariage civil précédant le mariage religieux.

 

Ici, cependant, il y a un paradoxe. Le mariage religieux étant une cérémonie privée ne devrait normalement pas rentrer en ligne de compte, le mariage civil étant le seul à officialiser une union, qu’il précède ou non le mariage religieux. En plus, d’après plusieurs historiens, il y a eu un échange – on dit aujourd’hui un « deal » - entre les cléricaux et les tenants de la société civile : le mariage civil contre la liberté de l’enseignement.

 

En définitive, à l’époque, les cléricaux donnaient la priorité à l’indépendance de l’Eglise, c’est pourquoi ils ont accepté ces propositions. Cependant, un acte religieux ne pouvait en aucun cas entraîner un effet juridique. L’Etat est le seul générateur d’actes civils. C’était, à l’époque, un progrès considérable. N’oublions pas que l’Europe était dominée par des monarchies absolues où l’Eglise jouissait de grands pouvoirs.

 

Un autre aspect porte sur le traitement des « ministres du culte » qui est pris en charge par l’Etat, comme c’est toujours le cas aujourd’hui. Et là aussi, il s’agissait grossomodo d’un « deal » pour indemniser le clergé des expropriations qu’il avait subies lors de la Révolution française. Pour Jean-Philippe Schreiber, cet article de la Constitution (art 117/181) sur le traitement des ministres du culte est « séparateur » : c’est au législateur à accorder aux cultes qu’il juge aptes les traitements et d’en fixer le montant, sans intervention du clergé concerné. En outre, dès 1831, ce fut la reconnaissance du pluralisme religieux. Ce qui fut une avancée considérable eu égard à la puissance de l’Eglise catholique en Belgique.

 

Cependant, si ces textes instaurant les libertés fondamentales et la séparation de l’Eglise et de l’Etat furent considérés à l’époque comme les plus démocratiques, ce n’était en définitive que des textes. Tout autre chose est l’application des principes sur le terrain.

 

En réalité, l’Eglise, même si elle en tirait certains avantages, ne pouvait supporter l’esprit et la lettre de cette Constitution proclamant des libertés qu’elle estimait entraver sa mission d’évangélisation. Une encyclique du Pape Grégoire XVI prône l’alliance entre l’Eglise et l’Etat et condamne les libertés belges. Cette condamnation persista jusqu’en 1878. Mais, les catholiques belges étaient pragmatiques et ils voyaient dans la liberté de l’enseignement un formidable moyen pour diffuser le message chrétien. « Les catholiques voyaient en effet dans la liberté de l’enseignement voulue par leurs prédécesseurs au Congrès national un instrument de diffusion du catholicisme et un respect des exigences religieuses par le pouvoir civil. Les libéraux avaient quant à eux la conviction que cette liberté de l’enseignement devait assurer le libre droit des citoyens de fonder des établissements scolaires et dans le même temps l’affranchissement de l’homme, et éviter l’immixtion de l’Eglise dans les écoles de l’Etat – un Etat dont le rôle devait par ailleurs être réduit au minimum. »

 

On le voit ! Sur un même principe constitutionnel s’affrontent deux conceptions totalement opposées. Et c’est toujours le cas de nos jours.

 

L’enseignement est majoritairement confessionnel.

 

En matière d’enseignement, Jean-Philippe Schreiber décrit les différentes interprétations du prescrit constitutionnel en fonction des appartenances politiques et religieuses qui a abouti à ce qu’on a appelé le « concordat scolaire » qui est la loi du libéral Nothomb de 1842 qui se voulait être un compromis, mais qui donne à l’église des pouvoirs sur tout l’enseignement, même public. En réalité, le catholicisme a gagné par le truchement de l’Etat laïque. Schreiber écrit : « La liberté de l’enseignement inscrite dans la Constitution, l’Eglise la voulait en effet pour elle, et pour elle uniquement, afin de rétablir une suprématie que plusieurs années de laïcisation avaient mises en péril. » Cela dit, la Belgique sera au XIXe siècle le seul pays d’Europe à majorité catholique à ne pas signer de concordat avec le Vatican.

 

Ce qu’on appelle aujourd’hui la laïcité a gagné sur le plan politique, mais a perdu sur la question de l’instruction. L’Eglise a réussi, notamment suite à la guerre scolaire de 1879-1884 à installer un réseau scolaire confessionnel très dense au détriment de l’enseignement public. Et le camp laïque s’est divisé après la guerre 14-18, les partis libéral et socialiste se séparant sur les questions économiques et sociales. En plus, le parti socialiste était moins mobilisé sur la question philosophique. L’Eglise en profita pour faire instaurer un système de subvention à l’enseignement libre. Ce système de subventions persista et prit de plus en plus d’ampleur jusque dans les années 1950. Il fut le prélude à la guerre scolaire de 1958.

 

Elle s’est terminée par un compromis qui fut le pacte scolaire de 1959 qui est toujours en vigueur et qui a même été inscrit dans la Constitution en 1988. Mais ce pacte ne mit pas fin au clivage laïque – catholique. Cependant, les choses – avec l’évolution de la société – changèrent : les partis politiques se déconfessionalisèrent, la laïcité elle-même se transforma.

 

La position et la victoire de la laïcité

 

En 1969, fut fondé le Centre d’Action Laïque, le CAL, avec une conception de la laïcité dite philosophique, ou humanisme laïque « qui fit de celle-ci [la laïcité] une option convictionnelle ou une conception de la vie parmi d’autres au sein d’une société structurée autour des piliers idéologiques. » Quant au combat laïque pour l’école, il connut de nouveaux échecs par la « liberté subsidiée », la présence religieuse dans l’enseignement officiel et la faveur accordée à l’école catholique par la majorité des parents.

 

Mais c’est dans les questions dites de société que la laïcité prit un tournant. Ce fut la bataille pour la dépénalisation de l’avortement qui débuta avec l’emprisonnement du Dr Peers en 1973 et aboutit à la loi de 1990 dépénalisant partiellement l’IVG. Sur toutes ces questions, la Belgique s’est fortement laïcisée durant les trente dernières années du XXe siècle. En 1971, il y eut la loi sur la crémation, celle de 1973 abrogeant l’interdiction de la publicité pour les préservatifs, la suppression de l’invocation à la divinité en 1974, le financement de la laïcité en 1981 et sa reconnaissance en 1988, sans oublier la dépénalisation de l’adultère en 1988 et la cohabitation légale en 1998. D’autres dispositions légales très importantes ont été prises sous le gouvernement Verhofstadt de 1999 à 2007, comme la loi sur l’euthanasie, la bioéthique, le mariage homosexuel, l’adoption par des personnes de même sexe.

 

La Belgique est devenue ainsi un des pays les plus progressistes d’Europe « inscrivant l’évolution des mœurs et des mentalités dans son droit. Une Belgique très sécularisée aussi, où la pratique religieuse est en baisse spectaculaire, où l’incroyance est une des plus élevée d’Europe et où un enfant sur deux naît hors mariage. »

 

Une histoire belge !

 

Si la séparation n’est pas inscrite dans la Constitution, on dit souvent que les cultes sont « reconnus » par le législateur. Or, ce n’est pas si simple. Les cultes catholique, protestant et israélite étaient reconnus avant l’indépendance belge. Les trois autres (anglican, islamique, orthodoxe) n’ont pas été reconnus comme tels mais pour leur financement par l’Etat. En 1831, la Constitution ne reconnaissait pas les cultes, elle permettait la rétribution des ministres du culte. Ce n’est qu’en 1988 que l’on a introduit la notion de « cultes reconnus », mais il n’est pas précisé comment les reconnaître ! C’est une histoire Belge !

 

Il n’empêche que selon Jean-Philippe Schreiber, « la Belgique est donc laïque – au sens d’un principe de droit public, organisateur de la séparation de l’Etat avec la tutelle religieuse, de leur indépendance réciproque et de l’impartialité du pouvoir civil – sur pratiquement tous les plans, sauf en matière scolaire. »

 

L’Etat est-il neutre ?

 

Se pose ainsi la question de la neutralité de l’Etat. Pour l’auteur, un Etat démocratique n’est pas neutre. « Il est égalitaire et impartial, en même temps qu’il prône les valeurs démocratiques qui le fondent. » Il prend l’exemple de l’enseignement qui est tenu à transmettre un savoir qui reflète des options bien nettes comme les droits de l’homme, l’antifascisme, la théorie de l’évolution, par exemple. À ce sujet, je ne peux suivre Jean-Philippe Schreiber : l’impartialité de l’Etat peut évoluer. On peut parfaitement imaginer un Etat dominé par les partisans une idéologie contraire aux idéaux des Lumières inscrits dans la Constitution et qui s’en servent pour imposer leur pensée à la société, un peu comme l’Eglise s’est servi pour s’imposer, des principes des libertés constitutionnelles qu’elle combat par ailleurs.

 

L’Etat fait parfois des compromis : ainsi, il y a un accord entre le Maroc et la Belgique qui permet l’inscription dans la rubrique état-civil de la carte d’identité de l’expression « répudiée » pour des femmes marocaines vivant en Belgique mais « jouissant » de cet état au Maroc. La répudiation n’est pas un état civil reconnu et est éthiquement inacceptable dans nos principes.

 

Le financement des cultes et de la laïcité

 

L’argent étant le nerf de la guerre, la question de financement des cultes est fondamentale. Ce ne sont pas les cultes qui sont financés par l’Etat, mais les ministres du culte qui sont rétribués par lui. Ce sont les provinces et les communes qui prennent en charge les lieux du culte et qui épongent les déficits des Fabriques d’église, ce qui représente une charge assez importante. La reconnaissance en 1978 du culte islamique n’a pas encore résolu le problème de son financement, l’Islam n’ayant pas un clergé bien établi comme les autres religions. Dès lors, les imams ne sont pas rétribués au même titre que les officiants des autres cultes.

 

D’autres formes de financement existent via la loi de 1921 sur les associations où pléthore d’ASBL marquées confessionnellement sont subsidiées aussi bien par l’Etat que par les entités fédérées. Enfin, il y a le financement indirect par toute une série d’exonérations fiscales.

 

Face à cette confusion, certains souhaitent supprimer le financement des cultes par la puissance publique. D'autres répliquent : « Ne plus financer les cultes entraînerait la disparition de tout contrôle de l’Etat, sur ceux-ci et leur éventuelle radicalisation… » Au contraire, Jean-Philippe Schreiber revendique clairement une suppression du financement des cultes et de la « laïcité organisée », considérant que cela n'a aucune incidence sur le contrôle exercé par l'Etat, contrôle qui lui est interdit dans les deux cas de figure, en raison du principe constitutionnel de séparation.  De toute façon, la question de l’avenir du financement se pose. L’Union européenne acceptera-t-elle que se poursuive le financement des cultes par l’Etat qui pourrait être considéré comme une « aide d’Etat » ? Ensuite, il y a le nombre de prêtres. Ainsi, en Belgique, il y a 17.000 réguliers qui sont financés uniquement par l’Eglise. « Si l’Eglise catholique parvient à financer ceux-ci sur ses fonds propres, il n’y a pas de doute qu’elle peut en faire autant avec les prêtres séculiers qui sont (…) beaucoup moins nombreux. »

 

On le voit, les ambigüités et les contradictions du système sont innombrables. L’ouvrage les décrit en conclusion. Et, pour moi, il y a une contradiction à propos de la laïcité organisée dont les activités sont reconnues comme un culte et qui reçoit un financement similaire à celui des cultes religieux. C’est une incongruité ! En outre, la laïcité « organisée » ne revendique plus que soit inscrite dans la Constitution, la séparation totale de l’Eglise et de l’Etat, car son financement comme celui des cultes ne serait évidemment plus assuré !

 

Deux autres phénomènes font bouger les choses en la matière. C’est tout d’abord le poids de l’Union européenne qui amène déjà une diversification des cultes et le traité de Lisbonne en instaurant le « dialogue » entre la Commission et les autorités religieuses et « philosophiques » pourrait à terme délaïciser la construction européenne. Déjà, le Vatican veut que soit inscrit dans le préambule au Traité « les racines chrétiennes de l’Europe » et on a vu récemment l’incident de la crèche de Noël que l’association intégriste Civitas a fait bénir dans l’enceinte du Parlement européen à Bruxelles.

 

Le second défi est le poids de plus en plus grand de l’Islam en Europe. Là aussi, la laïcité organisée le prend avant tout comme un adversaire à combattre en insistant sur la question du foulard. Cela a été écrit ici à plusieurs reprises : l’interdiction du foulard n’est pas une bonne stratégie, car la stratégie de la tension apporte toujours la défaite à celui qui en use.

 

La laïcité qui a, comme l’a très bien décrit Jean-Philippe Schreiber, réussi à construire une société belge sécularisée et progressiste dans les domaines éthiques et des libertés individuelles, malgré son échec dans le domaine de l’enseignement, garde toujours son complexe « minoritaire », car elle s’avance non plus comme une force de progrès, mais comme un rempart contre les tenants de l’obscurantisme. Or, c’est en redevenant cette force de progrès qu’elle rallumera son flambeau.

 

Pierre Verhas

Pour vivre heureux, vivons séparés !

Jean-Phlippe Schreiber La Belgique, Etat laïque… ou presque

 

Espace de Libertés,

Editions du Centre d’Action Laïque,

Campus de la Plaine ULB CP 236

Boulevard de la Plaine, 1050 Bruxelles

http://www.laïcité.be

ISBN : 978-2-87504-017-6

Prix : 12 Euros

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:52

Le patronat n’est pas content ! Les grèves tournantes du lundi qui connaîtront leur apothéose lors de la grève générale de ce lundi 15 décembre indisposent les organisations patronales comme la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique équivalente du MEDEF français) et son pendant flamand, le VOKA.

 

Aussi, il réagit. Les médias diffusent les déclarations à la fois « guerrières » et de Calimero du « patron des patrons », Pieter Timmermans : les patrons ne se laisseront pas faire ! Les grèves font perdre aux entreprises (ces temples inviolables du capitalisme qu’il est convenu d’adorer sans restrictions mentales) des millions d’euros, des parts de marché. Bref, elles sont au bord de l’effondrement final. Bon ! C’est de bonne guerre et ce n’est pas nouveau. À chaque mouvement social d’une certaine ampleur, c’est la même rengaine.

 

Ces images prises à l'aube de ce 15 décembre montrent que la grève générale est un succès. (Visibles sur le site de la "Libre Belgique")

Ces images prises à l'aube de ce 15 décembre montrent que la grève générale est un succès. (Visibles sur le site de la "Libre Belgique")

 

Ce qui est nouveau, c’est la tentative de porter atteinte au droit de grève en s’y attaquant par pression politique pour le faire restreindre par la loi et en tentant de le limiter par intervention des forces de l’ordre.

 

Pieter Timmermans le "Gattaz" belge. Aussi agressif et peu amène !

Pieter Timmermans le "Gattaz" belge. Aussi agressif et peu amène !

 

La première étape a échoué : il y a une semaine, 45 PME de la région de Charleroi ont déposé un référé auprès du tribunal de première instance de Charleroi pour empêcher les piquets de grève par la voie de la force publique, si nécessaire. Le juge n’a pas suivi les requérants.

 

L’action suivante consiste à inviter les bourgmestres (les maires) des communes où il y aurait des barrages de grévistes pour faire lever ces barrages afin d’assurer la libre circulation et surtout « la liberté du travail ».

 

La FEB n’a aucun pouvoir sur les autorités communales et, donc, n’a pas à leur donner des instructions. Elle n’est en rien compétente pour intervenir en matière de maintien de l’ordre. En plus, le rôle du bourgmestre consiste à être le chef de la police administrative, ce qui signifie assurer l’ordre public, la tranquillité et la salubrité publiques. Il agit dans le cadre de la loi et n’a aucun compte à rendre à une corporation quelconque. Aussi, bien des premiers magistrats locaux ont donné une fin de non recevoir aux patrons : ils sont en l’espèce seuls maîtres à bord ! Bien sûr, on a vu à la RTBF, la bourgmestre MR de Grez d’Oiceau – commune du très bourgeois Brabant wallon – déclarer qu’elle fera tout pour assurer la libre circulation sur le territoire qu’elle administre.

 

Le principe de proportionnalité est illégal.

 

Par contre, le ministre de l’Intérieur, le NV-A et sympathisant néo-nazi, Jan Jambon, a déclaré que les droits de grève et de travail sont deux droits fondamentaux qui s'entrechoquent pour l'instant. Et d'évoquer un principe de proportionnalité: il faut permettre l'accès au travail tout en respectant la grève.

 

« Pour les actions de ce lundi, je vais, en concertation avec le ministre de l'Emploi, suivre heure par heure si le principe de proportionnalité est bien respecté", a-t-il déclaré. « En cas de nécessité, je vais prendre les mesures qui s'imposent avec la police locale et la police fédérale ».

 

Jan Jambon ne doit pas trop vite crier victoire.

Jan Jambon ne doit pas trop vite crier victoire.

 

Le ministre de l’Emploi, le CD&V Kris Peeters tente au contraire de calmer le jeu et ne suit pas Jambon dans son raisonnement. Ni la Constitution, ni la Loi n’invoquent le soi-disant « principe de proportionnalité ».

 

En effet, ce principe reviendrait à permettre à l’employeur de juger de l’opportunité d’une grève. Ainsi, le patron d’une compagnie d’assurance a déposé plainte au tribunal pour « grève illégale », car le conflit portait sur la délocalisation de 400 travailleurs sur les 3.000 que compte cette société. Il arguait du caractère « disproportionné » de ce mouvement. Le tribunal l’a débouté.

 

En outre, il est inadmissible que la police puisse juger du caractère « proportionnel » d’une grève. Elle n’a pas à intervenir sur le fond d’une affaire. Ce serait contrevenir aux règles de droit et au droit international du travail garanti par l’Organisation Internationale du Travail.

 

Tout cela montre que la volonté de la droite est de limiter le droit de grève et à terme, interdire les grèves.

 

La FEB est sciemment méchante.

 

La FEB en a d’ailleurs ajouté une couche. Elle a publié un communiqué à l’intention de ses membres où elle invoque l’article 406 du Code Pénal qui est consacré à la liberté de circulation. La FEB cite cette disposition à sa manière : « Entraver sciemment la circulation ferroviaire, routière, fluviale et maritime est sanctionné par l’article 406 du Code pénal. Le droit de grève ne fait pas exception à cette règle. L’établissement de piquets de grève pour bloquer les routes constitue dès lors un acte répréhensible. » Or, l’article 406 n’utilise pas l’adverbe « sciemment » mais « méchamment ».

 

L’action des piquets de grève n’est pas « méchante » au sens où l’entend la loi et elle ne dit rien concernant l’aspect volontaire (soit « sciemment » pour la FEB). En plus, le caractère de « méchanceté » doit être établi par le juge.

 

Les "piquets de grève" n'entravent pas la circulation. Ici des militants de la CSC (syndicats chrétiens) tentent de convaincre un de leurs collègues de participer au mouvement.

Les "piquets de grève" n'entravent pas la circulation. Ici des militants de la CSC (syndicats chrétiens) tentent de convaincre un de leurs collègues de participer au mouvement.

 

Comme le précise l’avocat Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l’Homme, la FEB cherche à criminaliser les piquets de grève. L’affaire n’en restera d’ailleurs pas là. La LDH compte déposer plainte pour citation erronée d’une disposition légale.

 

Et on peut dire que c’est sciemment que la FEB se lance dans une campagne dure contre un mouvement social qui, manifestement, la dérange et qu’elle tente par là – vainement – de casser le rapport de forces.

 

Cependant, il y a une collusion manifeste avec le gouvernement. Comme l’écrit l’avocat Jan Buelens : « Que les employeurs s'opposent aux actions de grève et s'expriment à ce sujet est un phénomène répétitif. Cependant, que le gouvernement soutienne les employeurs constitue une étape supplémentaire qui compromet gravement les droits fondamentaux. Il remet en cause les principes de base démocratiques sans sourciller. »

 

Vers un nouvel article 310 ?

 

Et nous laisserons la conclusion au même Jan Buelens, avocat pour Progress Lawyers Network (1) : « Au 19e siècle, il n'y avait pas de droit de grève. Cependant, comme c'était le seul moyen d'obtenir des droits, on faisait tout de même la grève. À cette époque, les grèves n'étaient pas seulement brisées avec violence, mais aussi en engageant toutes sortes de briseurs de grèves. Lorsque le droit de grève a été reconnu après la Seconde Guerre mondiale, on a également interdit l'engagement de briseurs de grève par les employeurs. Aujourd'hui, certains employeurs flirtent avec cette interdiction en faisant appel à des intérimaires. Même si des personnes qui veulent travailler ne souhaitent pas forcément briser la grève, c'est ce qu'elles font objectivement. La grève a pour but de causer des dommages économiques de sorte que les rapports de pouvoir entre les employés et les employeurs ou l'état soient modifiés et qu'il y ait donc une possibilité de se concerter. Si le droit au travail doit être garanti à tout prix pendant une grève et que la grève n'est donc plus efficace, il n'y a plus de droit de grève. Si les activités de l'entreprise continuent, la grève sera inoffensive et l'employeur viendra même jouer aux cartes au piquet de grève ou manger une petite saucisse au barbecue. Dans ce cadre, parler de proportionnalité entre le droit de grève et le droit au travail en les mettant au même niveau, comme le font Jambon et le MR, revient à édicter un droit de grève.

 

Grève des mineurs et des sidérurgistes dans les années 1930 en France. Le droit de grève a été conquis de haute lutte.

Grève des mineurs et des sidérurgistes dans les années 1930 en France. Le droit de grève a été conquis de haute lutte.

 

Les propositions qui veulent reconnaître le droit au travail pendant une grève rappellent en effet l'article 310 du Code pénal supprimé en 1921. Selon la Constitution de 1830, on pouvait se réunir, mais les réunions d'ouvriers « qui se tenaient à proximité des usines et autour des usines et portaient atteinte à la liberté de travail » étaient interdites [par cet article 310].

 

Avec ce simple article, les ouvriers volaient en prison pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Un pays qui commémore la Première Guerre mondiale ferait mieux de s'attarder aux morts tombés pour la suppression de l'article 310. »

 

Pierre Verhas

 

(1) PROGRESS Lawyers Network est un réseau regroupant des bureaux d`avocats progressistes de Bruxelles, Anvers et Gand depuis 2003. Il est composé d’avocats, de juristes, d’étudiants, universitaires et de défenseurs des droits de l`homme en Belgique et à l`étranger. Il intervient dans quatre domaines: le droit social, le droit pénal, le droit des étrangers et le droit familial.

 

Aux cours des dernières années, des avocats de ce groupe ont notamment assuré la défense des travailleurs de la Sabena et celle de nombreux syndicalistes licenciés. PLN a introduit des procédures contre les livraisons d`armes belges au Népal et contre les transports d`armement vers l`Irak. Il a aussi collaboré au dépôt de la proposition de loi de l`organisation Objectif pour les droits égaux des étrangers. Pendant l`été 2003, une plainte a été déposée au nom de 17 victimes de guerre irakiennes contre le général américain Franks.

 

Le site de PLN est : http://www.progresslaw.net/

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 11:18

Manuel Valls s’inspire de Margaret Thatcher : il n’y a pas d’autre politique possible – sous-entendu que la politique néolibérale. Dans une interview à l’Humanité, Susan George, la militante franco-américaine, présidente d’honneur d’ATTAC France, remet les montres à l’heure. « Des politiques existent » affirme-t-elle. Elle a raison.

 

Et cela commence à bouger. En Belgique suite aux mouvements sociaux d’opposition à la politique ultralibérale du gouvernement libéralo-extrême-droite, l’éditorialiste du « Laatste News » (Dernières nouvelles, en français), journal libéral, préconise la taxation des multinationales.

 

Et si cela bouge, on le doit en grande partie à cette grande dame qui s’appelle Susan George.

 

Pierre Verhas

 

Des politiques existent. Techniquement, on sait exactement comment il faut faire. Contrairement à Manuel Valls et à son 
« il n’y a pas d’alternative », digne de Margaret Thatcher, et sans être adepte d’un système à la soviétique où l’État contrôle tout, il existe de très nombreuses alternatives.

 

Après les révélations autour du Luxembourg, toutes les preuves sont sur la table pour montrer le rôle des transnationales. S’il manque à François Hollande 50 milliards d’euros pour boucler son budget, il n’a qu’à les demander aux entreprises qui n’ont pas payé leurs impôts. La France a un déficit ridicule par rapport à tout ce qui a été siphonné depuis des années. Oui, il faudrait d’abord que les citoyens le croient possible et qu’ils exigent de leur gouvernement d’aller dans ce sens.

 

Lux leaks pourrait faire bouger les choses...

 

Le Luxembourg est un bon exemple. Cela doit nous permettre de montrer qu’au lieu d’investir des dizaines de milliards dans des entreprises pour qu’elles donnent des dividendes encore plus importants à leurs actionnaires, il faut faire le même investissement dans la transition énergétique, écologique et les transports. C’est cela qui peut créer des millions d’emplois, réduire les gaz à effet de serre et freiner le nombre d’événements climatiques (inondations, sécheresses, etc.) qui nous coûtent très cher.

 

Ce qui me frappe, c’est la facilité avec laquelle une autre politique pourrait être engagée, et que l’on sait que si on ne mène pas une autre politique, nous allons plonger non seulement dans la récession mais aussi dans la déflation. C’est un piège, un puits. Ce n’est pas en octroyant des milliards aux grandes entreprises comme le fait François Hollande que nous arriverons à créer des emplois. On n’investit pas assez dans les PME-PMI. Tout le monde le sait ! Les solutions sont là.

 

Les gouvernements sont coupables d’avoir signé le TSCG, pacte de stabilité et de gouvernance, d’avoir donné à la Banque centrale européenne un seul rôle de contrôle de la stabilité des prix et non de lutte pour l’emploi. Cette attente de la croissance en Europe avec des politiques comme ça, c’est du Madame Irma avec sa boule de cristal !

 

Rejeter le traité TAFTA.

 

Et s’il y a bien eu une reprise aux États-Unis, 95 % de sa valeur est allée au 
1 % les plus riches. Le plus urgent, c’est donc de rejeter le traité Tafta. La deuxième chose importante, c’est d’engager une transition énergétique et écologique avec des investissements correspondants, et une redistribution. Il faut mettre rapidement en place un système de taxation des capitaux.

 

L’harmonisation fiscale et la mise en place d’un système de taxation qui réduit l’inégalité devenue criante seront un combat long et difficile, mais on peut au moins le commencer avec ce que nous savons sur le système luxembourgeois. 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 15:12

Un événement est passé quasi inaperçu vendredi dernier. Dans l’euphorie de consommation pour les fêtes de Noël un peu partout en Europe avec ouvertures « exceptionnelles » des magasins le dimanche, dans le deuil de la reine Fabiola en Belgique, dans les tergiversations des leaders socialistes français, on a « oublié » que l’agence de notation Standard & Poor’s avait dégradé la note de l’Italie à « BBB », la plus faible de la catégorie « investissements », c’est-à-dire celle des emprunteurs dits « fiables », la suivante étant la cote de la catégorie spéculative. Dès lors, l’Italie pourrait bien devenir un emprunteur à risques, ce qui aurait des conséquences bien plus sérieuses pour la zone Euro, que celles provoquées par la dette grecque en 2011.

 

Oh ! Ce n’est pas bien grave direz-vous. On les connaît ces agences de notation. Plus personne n’y prête attention. Détrompez-vous. Tous les signaux sont au rouge.

 

Tout d’abord, le fameux stress test des banques effectué il y a quelques semaines a donné des résultats catastrophiques. Les banques restent des colosses aux pieds d’argile de plus en plus fragiles avec une insuffisance chronique de fonds propres. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement de droite belge veut vendre Belfius : l'ex banque de dépôt de Dexia n’a pas un sou vaillant ! Aussi, elle ne vaut pas tripette et il sera difficile pour la Belgique de s’en débarrasser.

 

On le voit : quasiment, rien n’a changé depuis 2008. Les banques restent sans fonds propres, elles sont de tailles bien trop importantes et on n’a toujours pas séparé les activités spéculatives des dépôts. Cela ne peut évidemment pas durer.

 

Pourtant, il existe deux obstacles à des mesures sérieuses : l’Allemagne de Merkel et Wall Street.

 

Merkel avec sa « grande coalition » s’obstine dans sa dogmatique « ordolibérale » : pas question de mutualiser les dettes souveraines, donc de la monétariser. La planche à billets est maudite pour les zélateurs de l’ordolibéralisme.

 

Quant aux Américains, si on lit le quotidien financier français en ligne « Le Contrarien », Charles Sannat écrit : « … désormais, l’euro, et en particulier le refus allemand de l’utilisation de la planche à billets, pose un véritable problème économique aux Américains et à la finance anglo-saxonne qui a désespérément besoin de fonds, de beaucoup de fonds pour survivre, et pour être presque viable, l’effort doit être partagé entre toutes les banques centrales. Si le Japon et même la Suisse jouent le jeu de l’impression monétaire à outrance, l’Europe, avec la BCE sous contrôle étroit allemand, joue le service minimum et encore.

 

La seule solution c’est donc de faire exploser l’euro et d’apporter le petit souffle nécessaire à l’effondrement du château de cartes européen. Autre élément, la vague reprise américaine ne tient que grâce à la fuite en avant aussi bien dans la dette de l’État fédéral américain que dans la création monétaire de la FED. Sans création de monnaie c’est la récession mondiale et la déflation qui prendra le dessus comme c’est le cas aujourd’hui en Europe. »

 

Pourquoi à Noël ?

 

« Il y a donc de très fortes chances que la finance anglo-saxonne attaque et massacre l’euro. En Europe, l’une des semaines de congés les plus prisées est bien évidemment celle entre Noël et le jour de l’an. Beaucoup de patrons comme d’intervenants et d’opérateurs sur les marchés sont tout simplement en train de ripailler en famille ou de skier à la montagne, c’est donc un moment de grande vulnérabilité. Si vous voulez prendre des vacances cette année, n’oubliez pas l’option annulation… cela pourrait servir !

 

Pour faire vaciller l’euro, une attaque contre l’Italie serait évidemment une bonne solution car elle nécessiterait moins de cash qu’une attaque contre la France qui n’est pas non plus à exclure, loin de là. »

 

Eh bien ! L’attaque semble être lancée avec la dégradation inattendue mais tout à fait normale de la note italienne par Standard & Poor’s qui intervient alors que rien de notable ne s’est produit qui impliquerait un affaiblissement de la capacité de Rome à rembourser sa dette.

 

Vers une crise d’insolvabilité généralisée

 

Cependant, Sannat ajoute : « Nous devons comprendre que l’analyse de Standard & Poor’s est fondamentalement économiquement parfaitement juste. Ce qui est étrange d’ailleurs, ce n’est pas tant que l’Italie soit dégradée mais le moment choisi pour le faire, sans oublier le fait que c’est l’ensemble des pays occidentaux qui devraient être dégradés tant la dérive des finances publiques, de l’endettement sont patents.

 

Nous allons vers une crise d’insolvabilité généralisée qui ne pourra se régler qu’à travers une immense crise monétaire. C’est une certitude.

 

S&P insiste dans son communiqué sur l’état dramatique de l’Italie. Pas de croissance, et le fait que l’Italie pourrait devenir un emprunteur à risque, euphémisme à peine poli masquant si peu le fait que l’Italie est déjà un emprunteur à risque. Là encore c’est une certitude que l’appel éclusé aux réformes ne peut même plus cacher. Il n’y aura pas de réforme et quand bien même il y aurait des réformes que les conséquences des réformes seraient presque identiques aux conséquences de la faillite. »

 

C’est donc l’impasse ! Et si l’Italie est le maillon faible de la zone Euro pour le moment, d’autres pays comme la France, la Belgique et même l’Allemagne se trouvent dans une situation qui est à peine plus enviable.

 

L’union bancaire : une menace intolérable pour les spéculateurs

 

En plus, les Américains craignent comme la peste le projet européen d’union bancaire : « S’il y avait une véritable union bancaire, politique et fiscale, la BCE pourrait directement décider de la restructuration d’une banque, elle pourrait briser la relation incestueuse entre les États endettés et le système bancaire, qui est la véritable raison de la stagnation économique continue dans la zone euro, et pourrait enfin faire la chasse aux fonds spéculatifs. »

 

Que faire ?

 

Alors, que faire ? Sans doute le scénario imaginé par Charles Sannat ne se déroulera pas comme il le décrit. Mais, son analyse est pertinente. Et l’immobilisme dans lequel l’Europe s’est plongée avec notamment le TSCG (le Traité budgétaire) et la politique monétaire dominante de l’Allemagne qui a comme conséquence de paralyser les économies nationales avec tous les dégâts sociaux collatéraux, ne pourra pas durer. On sent bien qu’il va se passer quelque-chose ! Donc, le crash de Noël est tout à fait plausible. Il y a d’ailleurs un autre indice : la spéculation sur l’or a repris. C’est le signe d’une future instabilité économique et monétaire.

 

Insolvabilité volontaire et unification européenne

 

La solution la plus appropriée a été proposée par Paul Jorion dans son dernier ouvrage d’entretien avec l’économiste libéral, le Belge Bruno Colmant, « Penser l’économie autrement » (Fayard, Paris, 2014). Il est partisan d’un défaut généralisé du paiement des dettes souveraines, autrement dit, d’une insolvabilité volontaire ! Pour quelles raisons ? « Les pays s’épuisent en ce moment dans le service de leur dette. La pente est tout simplement impossible à remonter. »

 

Jorion envisage le scénario suivant : « Cela se ferait inévitablement au cours d’un week-end, quand les marchés financiers sont fermés. Mais cela demanderait une longue préparation. Et, parallèlement à cette décision de défaut généralisé, il faudrait simultanément unifier le système budgétaire et fiscal européen et mutualiser la dette pour en faire une dette européenne unifiée. Les dettes nationales auraient cessé d’exister, il n’y aurait plus qu’une seule dette : la dette globale de la zone euro. »

 

Ajoutons à cela qu’ainsi la zone euro se protégerait des spéculateurs, car s’ils ont les moyens d’injecter de spéculer sur la dette d’un seul Etat, ils sont dans l’incapacité de le faire à un tel niveau supranational. D’autre part, on objecte au défaut le danger de ne plus avoir la confiance des emprunteurs. Or, ceux-ci ne pourraient éviter de prêter à une zone euro unifiée.

 

Mais, on peut douter qu’Angela soit d’accord avec une telle proposition !

 

Pierre Verhas

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 21:39

On ne parle plus d’Edward Snowden. Comme toujours, dans l’actualité, on est occupé par autre chose. C’est une méthode pour ne pas approfondir les faits et les idées.

 

L’hebdomadaire de gauche new-yorkais The Nation a publié dans sa livraison du 28 octobre une interview de Snowden faite à Moscou le 6 octobre dernier. Le site « Mémoire des luttes » l’a traduite et l’a publiée en trois parties. Le site « Le Grand Soir » bien connu de nos lecteurs l’a republié en entier.

 

Dans la première partie, le « lanceur d’alerte » parle de lui-même, ce qui nous permet de mieux le connaître, et aussi de son combat. Il part d’un constat : « Les révélations sur la surveillance de masse ont indiqué que nos droits sont en train d’être redéfinis en secret » Il plaide pour la désobéissance civile comme moyen de résistance (nous aurons l’occasion d’en reparler).

 

Dans la deuxième partie, Snowden évoque la reconquête d’Internet par les citoyens en brisant son monopole.

 

Enfin, en troisième partie, il plaide pour une Magna Charta mondiale des droits numériques. On remarque ainsi que l’ancien employé de la NSA va bien plus loin dans sa démarche que la dénonciation aux risques de sa vie et de sa liberté du système d’espionnage orwellien de la NSA.

 

Il réfléchit à un autre système d’échanges d’informations entre tous. C’est-à-dire à une vraie démocratie : le pouvoir des peuples sur l’information. Et chacun sait que l’information, c’est 75 % du pouvoir.

 

Pierre Verhas

Edward Snowden réfugié à Moscou est toujours traqué par les autorités US qui en font un exilé forcé puisqu'elles lui ont confisqué son passeport.

Edward Snowden réfugié à Moscou est toujours traqué par les autorités US qui en font un exilé forcé puisqu'elles lui ont confisqué son passeport.

« Les révélations sur la surveillance de masse ont indiqué que nos droits sont en train d’être redéfinis en secret » (The Nation)

 

Katrina vanden Heuvel et Stephen F. Cohen 29 octobre 2014 Entretien avec Edward Snowden

 

Le 28 octobre 2014, l’hebdomadaire américain The Nation a publié un grand entretien réalisé avec le lanceur d’alerte Edward Snowden [1].

 

Mémoire des luttes propose une version exclusive de ce document en français. Leur rédaction a enrichi le texte, présenté dans sa quasi-intégralité, de plusieurs notes. L’ensemble est publié en trois parties sur leur site.

 

Lundi 6 octobre 2014, les journalistes Katrina vanden Heuvel et Stephen F. Cohen se sont entretenus à Moscou, pendant près de quatre heures, avec l’ancien consultant des services secrets. Dans cet échange, Edward Snowden évoque sa situation et ses rapports avec les autorités russes. Il rappelle que ce sont les Etats-Unis qui l’empêchent de sortir de son « exil ». L’ancien employé de la CIA et de la NSA (Agence nationale de sécurité) aborde plusieurs sujets centraux : est-il possible de renforcer le contrôle démocratique des actions des gouvernements et des entreprises sur Internet ? Si oui, de quelle manière ? Pourquoi est-il nécessaire de s’engager pour de nouvelles formes de « désobéissance civile » et de se battre pour défendre nos droits fondamentaux ? Faut-il saluer les initiatives des pays qui prônent le renforcement de leur souveraineté digitale ? De quelle manière Internet recompose-t-il les relations sociales et les pratiques politiques au niveau planétaire ? Pourquoi faut-il élaborer une Magna Carta (Grande Charte des libertés) pour Internet ? Quels seraient les contours de nos nouveaux « droits numériques » ?

 

Enfin, Edward Snowden expose pourquoi, selon lui, l’organisation de la production mondiale et la robotisation progressive des économies imposent la mise en place d’un revenu garanti pour tous.

 

PARTIE 1 - De la nécessaire désobéissance civile

 

The Nation : Nous sommes très heureux d’être ici avec vous. Nous venons souvent à Moscou pour notre travail et pour voir de vieux amis, mais, de votre côté, vous n’avez pas choisi de venir vivre en Russie. Arrivez-vous à travailler ici, à sortir et à rencontrer des gens ? Ou vous sentez-vous enfermé et vous ennuyez-vous ?

 

Edward Snowden (ES) : Je suis plutôt casanier, parce que je suis accro à l’ordinateur et je l’ai toujours été. Je ne sors pas ou je ne joue pas au football ou ce genre de choses — ce n’est pas mon truc. Je veux réfléchir, je veux construire, je veux parler, je veux créer. Aussi, depuis que je suis ici, ma vie est entièrement prise par mon travail, ce qui me satisfait pleinement.

 

The Nation : Avez-vous tout ce qu’il faut pour continuer à travailler ?

 

ES : Oui [mais n’oubliez pas que] je suis en exil. Mon gouvernement m’a confisqué mon passeport intentionnellement pour que je reste en exil. S’il voulait réellement me capturer, il me permettrait de voyager en Amérique latine parce que là-bas, la CIA peut opérer impunément. Ce n’est pas ce que voulait mon gouvernement : il a choisi de m’obliger à rester en Russie.

 

The Nation : Nous voyons que vous êtes une personne qui n’accordez pas une grande importance à la vie sociale, mais avez-vous quelques contacts et amis ici à Moscou ?

 

ES : Oui. Disons, assez pour satisfaire mes besoins.

 

The Nation : Si vous voulez juste rencontrer des gens pour discuter avec eux, pouvez-vous le faire ?

 

ES : Oui. Et je sors. On me reconnaît ici ou là. C’est toujours dans les magasins d’informatique. C’est comme une association par la pensée, parce que dans les épiceries, on ne me reconnaît pas. Même avec mes lunettes, j’ai beau ressembler exactement à ma photo, personne ne me reconnaît. Mais, même si je me rase, que je mets un chapeau et ne me ressemble plus du tout, dans les boutiques d’informatique, on me dit : « Snowden ? »

 

The Nation : Est-ce que ces gens se montrent amicaux ? Est-ce que ce sont en général des jeunes ?

 

ES : Oui. Oui.

 

The Nation : Parlons de la question de votre vidéo à la grande conférence de presse de Poutine cette année…

 

ES : Oui ça a été terrible. Ca s’est retourné contre moi ! J’espérais prendre Poutine en train de mentir, comme c’est arrivé avec James Clapper, le directeur de l’Agence nationale de renseignement (lorsqu’il a témoigné devant le Congrès). Aussi, j’ai posé la même question à Poutine sur la surveillance de masse en Russie. Je savais qu’il en fait autant mais il a nié. Si une seule source russe sortait, il serait dans de beaux draps. Et aux États-Unis, ce que j’ai fait en apparaissant à la conférence de presse de Poutine ne valait pas le coup.

 

The Nation : Alors, vous ne vous sentez pas prisonnier ici ?

 

ES : Non, par exemple, je suis allé à Saint-Pétersbourg — c’est une ville abominable.

 

La télévision est une technologie dépassée...

 

The Nation : Vous regardez la télévision ?

 

ES : Je fais tout sur ordinateur. Pour moi, la télé est une technologie dépassée.

 

The Nation : Vous regardez des chaînes américaines ?

 

ES : Oui, récemment j’ai regardé la série The Wire.

 

The Nation : Alors vous avez toujours des contacts avec les États-Unis via Internet ? Vous vous intéressez à la culture populaire ?

 

ES : [petits rires] Oui, mais je déteste ces questions — je déteste parler de ça, c’est tellement… pour moi, c’est tellement banal.

 

The Nation : Mais ça prouve que vous êtes un Américain qui regarde les séries que nous regardons tous aux Etats-Unis.

 

Le gouvernement utilise des lois en violant la Constitution pour réduire nos libertés.

 

ES : Oui, je regarde tout ça, Game of Thrones et toutes les autres séries. Si je regarde House of Cards ? Pour Boardwalk Empire— c’est une autre période de gouvernement tentaculaire, mais au moins ils ont recours au processus d’amendements ! Dans la vie réelle, l’exécutif, en violant la Constitution, utilise des lois au lieu d’amendements constitutionnels pour réduire nos libertés.

 

The Nation : Comment faites-vous pour vos entretiens par Internet ?

 

ES : J’ai construit mon propre studio. Je ne connais pas les termes techniques pour décrire ça parce que je ne suis pas un professionnel de la vidéo. Mais je suis un technicien. J’ai une caméra, tout le matériel qui permet de transférer ce que je filme sur l’ordinateur. J’ai mis au point une session « live » (séance en direct), et j’en assure la sécurité : j’ai mis un fond d’écran, aussi je peux le supprimer à partir de mon clavier, comme le font les présentateurs de nouvelles, et le remplacer par ce que je veux — et je peux être partout où il faut que je sois.

 

The Nation : Ceci nous conduit à vous demander : comment vos connaissances de « technicien » — comme vous vous qualifiez — ont-elles commencé à affecter votre manière de penser politiquement ?

 

ES : Ce qui m’intéressait lorsque je travaillais au sein des services de renseignement — en étant une personne qui avait un plus large accès que les individus ordinaires à des rapports, qui avait une meilleure compréhension de la situation globale — c’est que, après la seconde guerre mondiale, après la guerre froide, les sociétés sont allées dans deux directions : soit en gros autoritaire, soit [en gros] libérale ou libertarienne. Le modèle de société autoritaire considérait que les droits individuels étaient essentiellement octroyés par les gouvernements et déterminés par les États. L’autre modèle, le nôtre, tendait à penser qu’une grande partie de nos droits étaient des droits fondamentaux et qu’ils ne pouvaient pas être abrogés par les gouvernements, même si cela paraissait nécessaire. Et la question qui se pose, surtout après les attentats du 11 septembre, est de savoir si les sociétés deviennent plus libérales ou plus autoritaires. Nos concurrents — par exemple la Chine, qui est un pays profondément autoritaire —, deviennent-ils plus autoritaires ou plus libéraux avec le temps ? Le centre de gravité s’est-il déplacé à ce point que tous les gouvernements ont plus de pouvoirs et moins de restrictions que jamais auparavant ? Et qu’ils voient leurs pouvoirs renforcés par la technologie comme jamais auparavant ? Comment faire pour préserver nos droits civiques, nos traditions en tant que démocratie libérale, à une époque où le pouvoir du gouvernement s’étend et est de plus en plus difficile à contrôler ? Voulons-nous faire concurrence à la Chine de la même manière qu’elle veut faire concurrence à l’Occident ? Je crois que la majorité des Américains répondraient non à cette question.

 

The Nation : Vos révélations ont ouvert un débat et provoqué l’indignation dans le monde politique (…). Comment voyez-vous le système politique, pas seulement aux Etats-Unis ? De façon plus générale, quel système politique serait nécessaire pour réaliser les réformes que réclame l’ampleur de vos révélations ?

 

ES : Il y a des pays où les choses bougent plus. L’Allemagne a lancé une très sérieuse enquête qui révèle tous les jours de nouvelles découvertes. Ils viennent de découvrir une importante violation de la Constitution allemande qui a été cachée au Parlement. Aux Etats-Unis, il n’y a pas eu de grands changements législatifs sur la question de la surveillance, même s’il y a quelques propositions sans grande portée.

 

The Nation : Le dernier article écrit par Jonathan Schell pour The Nation — il est décédé en mars dernier — vous présentait comme un dissident, comme un perturbateur et un défenseur radical de la vie privée. Jonathan posait une question fondamentale : « Que font les Américains quand les canaux officiels dysfonctionnent ou ne répondent plus ? » Le changement exige-t-il qu’il y ait des gens comme vous qui lancent des alertes ?

 

Nous sommes parvenus à la démocratie par l'action directe et c'est inscrit au plus profond de notre Constitution et de nos valeurs.

 

ES : Nous sommes une démocratie représentative. Mais comment sommes-nous arrivés à ce résultat ? Nous y sommes parvenus par l’action directe. Et cela est inscrit au plus profond de notre Constitution et de nos valeurs. Nous avons le droit de nous révolter, de faire la révolution. La révolution ne se fait pas nécessairement toujours par les armes et la lutte armée. Elle a aussi à voir avec les idées révolutionnaires. Elle a à voir avec les principes que nous estimons être représentatifs du type de monde dans lequel nous voulons vivre. Un ordre politique donné peut, à un moment donné, ne plus être capable de représenter ces valeurs, et même travailler contre elles. Je pense que c’est la dynamique à laquelle nous assistons aujourd’hui. Nous sommes face à des partis politiques traditionnels qui répondent de moins en moins aux besoins de la population, c’est pourquoi les gens sont à la recherche de leurs propres valeurs. Si le gouvernement ou les partis n’apportent plus de réponses à nos demandes, alors c’est ce que nous ferons. Ce sera l’action directe ou même la désobéissance civile. De son côté l’État nous dit : « Bien, pour que nous puissions légitimer l’idée de désobéissance civile, alors vous devez suivre par ailleurs ces règles ». Il découpe notre liberté d’expression en « zones contrôlées ». Il nous dit : « Vous ne pouvez la pratiquer qu’à tel moment et que de cette façon, et vous ne pouvez pas interrompre le fonctionnement du gouvernement ». Il restreint l’impact que peut avoir la désobéissance civile. Nous devons nous rappeler que la désobéissance civile doit être une désobéissance si on veut qu’elle ait quelque efficacité. Si nous nous contentons de suivre les règles que nous impose un État lorsque cet État agit à l’encontre de l’intérêt général, nous ne faisons pas vraiment progresser les choses. Nous ne changeons rien.

 

The Nation : Quelle est la dernière fois où la désobéissance civile a engendré un changement ?

 

ES : Occupy Wall Street.

 

The Nation : L’un de nous pourrait ne pas être d’accord. On peut dire qu’Occupy a été une initiative très importante, mais elle est vite retombée.

 

ES : Je suis intimement persuadé qu’Occupy Wall Street s’est retrouvé confronté à ces limites parce que les autorités ont été capables d’imposer à notre imagination une image de ce qu’est la désobéissance civile — une forme de désobéissance qui est tout simplement inefficace. Tous ces gens qui sont descendus dans la rue n’avaient pas de travail, ne touchaient pas de salaire. C’étaient des hommes et des femmes qui étaient déjà victimes des effets de l’inégalité, aussi n’avaient-ils pas grand-chose à perdre. Et alors, ceux qui criaient plus fort, qui étaient davantage perturbateurs et, très souvent, parvenaient plus efficacement à attirer l’attention sur leurs problèmes ont été immédiatement réprimés par les autorités. Ils ont été encerclés par la police, dispersés au gaz lacrymogène, jetés en prison.

 

The Nation : Mais pensez-vous quand même qu’Occupy a eu un impact ?

 

Occupy Wall Street a été réprimé durement. Cela n'a en rien démobilisé.

Occupy Wall Street a été réprimé durement. Cela n'a en rien démobilisé.

ES : Occupy a eu un impact sur la prise de conscience. Il n’a pas réussi, en revanche, à devenir un acteur opérationnel du changement. Mais trop souvent, on oublie que les mouvements politiques et sociaux ne se réalisent pas du jour au lendemain. Ils n’apportent pas tout de suite le changement — il faut d’abord susciter une prise de conscience critique des problèmes et des enjeux. Mais rendre les gens conscients des inégalités a été une chose importante. Tous les ténors de la politique qui évoquent aujourd’hui des élections de 2014 et de 2016 parlent des inégalités.

 

The Nation : Vous avez parlé ailleurs de l’obligation de rendre des comptes. Sommes-nous face à la fin de cette obligation dans notre pays ? Ceux qui ont causé la crise financière sont à nouveau aux commandes. Ceux qui nous ont apporté le désastre de la guerre d’Irak sont les mêmes qui aujourd’hui conseillent Washington et influencent l’opinion publique sur la politique étrangère américaine. Autre illustration : comme vous l’avez souligné, James Clapper ment au Congrès sans même se faire taper sur les doigts.

 

ES : Les révélations sur la surveillance de masse sont absolument fondamentales parce qu’elles ont indiqué que nos droits sont en train d’être redéfinis en secret par des institutions secrètes dont ce n’est pas la vocation. Cela se fait de surcroît sans le consentement du peuple, sans même que la majorité de nos élus soit au courant. Cependant, même si cela est très important, je ne crois pas que ce soit là l’essentiel. Je crois que le point majeur est le fait que le directeur des services de renseignement de la nation ait fait devant le Congrès — et sous serment — une fausse déclaration, ce qui est un crime (contre l’État). Si nous permettons à nos dirigeants officiels de bafouer sciemment et publiquement la loi, nous instaurons une culture de l’impunité. Pour moi, c’est ce point qui sera considéré, au regard de l’histoire, comme la plus grave déception des années de l’administration Obama. Je ne pense pas que ce seront les politiques sociales ou économiques qui produiront le plus cette déception. Ce qui sera en cause, c’est le fait qu’il aura dit : il faut aller de l’avant, ne pas retourner en arrière sur les violations de la loi qui se sont produites sous l’administration Bush. Il y avait un vrai choix à faire lorsqu’il est devenu président. C’était un choix très difficile : soit dire « Nous n’allons pas demander aux hauts responsables politiques de rendre des comptes en leur appliquant les mêmes lois que celles auxquelles sont soumis tous les autres citoyens de ce pays » ou« Nous sommes une nation qui croit en l’État de droit ». Et l’État de droit signifie que c’est à la police de le garantir, mais que nous sommes tous assujettis aux mêmes lois.

 

The Nation : Pensez-vous que ceux qui faisaient partie des commissions chargées des services de renseignement au Congrès [il y a 2 commissions : une au Sénat et une à la Chambre des représentants] en savaient plus que d’autres élus au Sénat ou à la Chambre des représentants ? Qu’ils savaient qu’on leur mentait et qu’ils se sont tus ?

 

ES : Les présidents des commissions le savaient à coup sûr. Ils font partie du « Gang des huit » (Gang of Eight » [2]). Ils sont informés de tout programme d’action secrète et autres opérations de ce genre. Ils savent où tous les cadavres sont enterrés… Ils reçoivent aussi beaucoup plus de fonds pour leurs campagnes électorales que tous les autres candidats de la part des entreprises qui travaillent pour la défense, des firmes du renseignement et des entreprises militaires privées [qui procurent à l’État des services de sécurité armée].

 

Les parties 2 et 3 seront publiées dans la prochaine livraison.

 

[1] Edward Joseph Snowden est né le 21 juin 1983. Cet ancien consultant des services secrets américains a été l’employé de la CIA et de la National Security Agency (NSA) — Agence nationale de sécurité —. Il a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques. A la suite de ses révélations, Edward Snowden est inculpé le 22 juin 2013 par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, de vol et d’utilisation illégale de biens gouvernementaux. Exilé à Hong Kong en juin 2013, puis à Moscou, Edward Snowden a obtenu le 31 juillet 2013 l’asile temporaire en Russie. Le 1er août 2014, il obtient le droit de résidence pour trois ans dans ce pays. (Source : Wikipédia). Sur le sujet, lire Christophe Ventura, « La bataille du cyberespace ».  Voir aussi l'ouvrage de Glenn Greenwald "Nulle part où se cacher" (ed JC Lattès 2014) et Uranopole : "Létat de surveillance".

 

[2] Le gang des huit (Gang of Eight) est un groupe au sein du Congrès de huit responsables qui sont tenus informés des dossiers classés du renseignement par l’exécutif (conformément à l’article 50 §413-1)a de la Constitution). Il comprend : les dirigeants des deux partis au Sénat et à la Chambre des représentants et les présidents et représentants des partis minoritaires des commissions du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants (source : Wikipédia).

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 22:38

Propos d’un Sage : le Docteur Shehadeh

 

Le Docteur Shehadeh, médecin, directeur général de la clinique de la Société arabe de Réhabilitation de Bethléem dont il est question dans le quatrième volet de notre relation « Palestine : un Peuple vivant, un Etat virtuel » a évoqué lors d’une interview effectuée par un groupe de militants du Brabant wallon qui a effectué un voyage en Palestine occupée, l’histoire et la conception de son centre de revalidation et son analyse sur l’évolution de la situation en Palestine. Cet entretien date d’avril 2014 et reste toujours d’actualité.

Le Docteur Edmund Shehadeh, directeur général du BASR, une institution de soin et de réhabilitation dans tous les domaines à laquelle il consacre sa vie.

Le Docteur Edmund Shehadeh, directeur général du BASR, une institution de soin et de réhabilitation dans tous les domaines à laquelle il consacre sa vie.

« Depuis longtemps, je côtoie la souffrance de l’homme. Le handicap est une catastrophe pour la victime mais aussi pour ses proches. Ma philosophie : faire du handicap un moteur pour le développement ! Beaucoup d’associations aidaient les handicapés en Palestine – plus de 80 en 1980, mais aucune ne soignait le handicapé de plus 13 ans, et rien n’était prévu en matière de psychologie et de social. J’ai introduit des paramètres comme l’ergonomie et la psychiatrie. Notre hôpital est devenu un centre national. On y a développé les aires de jeux, qui profitent, c’est important, aux non-handicapés qui viennent aussi s’amuser. De même, on a mis en place des jardins d’enfants, des ludothèques, etc. On a déjà touché plus de 60.000 personnes. »

 

Le Mur ne sert pas à la lutte contre le terrorisme.

 

« Le Mur. Ces 750 km ne sont pas bâtis pour la sécurité des Israéliens contre le terrorisme ; il n’y a qu’à ouvrir la fenêtre ici et voir comment il court le long de l’hôpital, juste pour englober le plus de terres possible. Ce Mur confisque des terres agricoles reluqués depuis 1967 et il permet la purification ethnique des musulmans et des chrétiens en Palestine : ils ne peuvent pas nous expulser, alors ils nous étranglent dans des îlots pour qu’on parte.

Comparaison de deux murs de séparation : celui de Berlin à gauche et celui séparant Israêl de la Palestine. Cela ne nécessite pas de commentaires ! (source Bernard Gensane)

Comparaison de deux murs de séparation : celui de Berlin à gauche et celui séparant Israêl de la Palestine. Cela ne nécessite pas de commentaires ! (source Bernard Gensane)

Pour éviter le besoin d’aller se faire soigner à Jérusalem, ils nous dont dit après 2001 « ouvrez donc une unité de soins intensifs et de chirurgie ». Nous avons du succès car nous nous basons sur la qualité et aussi la dignité, nous traitons l’orthopédie mais aussi la neurochirurgie et l’oto-rhino-laryngologie. Si l’argent des subventions internationales était bien utilisé, les Palestiniens seraient millionnaires ! Il reste hélas ! beaucoup de corruption.

 

La catastrophe de Gaza

 

Gaza. Une vraie catastrophe. Pas une guerre, un massacre. Ca m’a bouleversé ; je n’avais jamais vu l’homme se montrer aussi sauvage. J’ai fait savoir que mon centre était ouvert aux blessés. Ils sont 5.000, dont de nombreux handicapés. On ne m’en a pas envoyé un seul ! Il y en a en Egypte, en Jordanie, en Arabie Saoudite, en Italie (et en Belgique, NDLR), pas chez nous, alors qu’on est palestinien et les meilleurs, c’est l’ONG Handicap International qui le dit. Pourquoi personne n’a-t-il fait pression sur Israël pour ouvrir (le point de passage de) Erez pour faire venir des enfants chez nous ?

 

Edmund Shehadeh a refusé le poste de ministre de la Santé du Hamas !

 

En 2006, le Hamas a voulu me faire ministre de la Santé ! J’ai gagné, en somme, car cela veut dire qu’ils me respectent, malgré ma laïcité ; mais j’ai refusé, je suis un serviteur du peuple. Pourquoi ont-ils gagné les élections ? Pas parce que les Palestiniens seraient contre la paix. Mais Oslo n’a abouti à rien. C’est même la régression : je ne puis plus aller à Jérusalem, à quelques kilomètres d’ici, des terres sont confisquées, des maisons détruites et la police palestinienne est vue comme le serviteur d’Israël. L’Autorité palestinienne, phagocytée par le Fatah, n’a pas travaillé avec la société civile, et elle s’est engluée dans la corruption. Pendant ce temps, le Hamas travaillait dans le social. Et la gauche n’a pas réussi à constituer une alternative crédible. Le Hamas ne veut pas la destruction d’Israël, il accepte les frontières de 1967. Mais le gouvernement Hamas a été boycotté par la communauté internationale. Pourquoi ne fait-elle pas de même, alors, avec ce nouveau gouvernement israélien plus fanatique que nos islamistes ?

 

Ariel Sharon a gagné.

 

Ariel Sharon était le plus intelligent. Il a réussi à embrigader le monde dans sa guerre globale contre le terrorisme. Je suis évidemment pour la non-violence. Tout le monde perd à la guerre. Mais nous sommes encerclés, prisonniers. « Ils » n’évacueront pas les territoires occupés. Nous sommes un marché captif trop profitable. Ils nous vendent même notre propre eau ! L’injustice nourrit le fanatisme. Je dirais d’Israël qu’il agit en Etat terroriste. Du terrorisme organisé. Il faut venir voir et parler de ce qui se passe ici. Ayez le courage de dire la vérité chez vous, ne vous laissez pas impressionner par le chantage israélien sur la Shoah. Parlez aussi aux juifs européens, dites-leur de venir, mobilisez-les ! Il y a trois ans, j’avais invité ici un juif sioniste américain, il a vu ce qui se passait, juste ici à la fenêtre. Soudain, il s’est mis à pleurer : « Ca fait trente ans que je croyais avoir raison, tu m’as ouvert les yeux », m’a-t-il dit.

 

Reconnaître la Palestine, maintenant.

 

Chacun sait qu’un Etat palestinien n’est pas viable dans les circonstances actuelles. Mais les choses bougent. La Suède a reconnu l’Etat palestinien. Suite à différentes pressions, la question est posée maintenant au niveau du Parlement européen. Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël, écrivain et chroniqueur, a accordé une interview au journal français « L’Humanité ».

Elie Barnavi milite pour la reconnaissance de l'Etat palestinien avec 660 autres personnalités israéliennes.

Elie Barnavi milite pour la reconnaissance de l'Etat palestinien avec 660 autres personnalités israéliennes.

Avec 660 autres figures publiques israéliennes, Elie Barnavi a adressé une lettre aux parlementaires européens appelés à se prononcer sur la reconnaissance de l’État palestinien. Il explique : « C’est une démarche indispensable. Bien entendu, je ne crois pas qu’un État palestinien puisse naître des seules résolutions de parlements européens. Mais cette pression politique, morale, exprimerait l’opinion générale du public en Europe, face à des gouvernements timorés, incapables de s’unir sur une position commune, et toujours à la traîne des États-Unis. Nous exerçons ou avons exercé des responsabilités en Israël, nous sommes considérés comme des patriotes… Nous voulons encourager ces parlementaires à adopter une position claire. Sans État palestinien à nos côtés, c’est l’avenir même d’Israël qui est compromis. »

 

Le Parlement belge aussi ?

 

Le Parlement belge à l’initiative de l’ONG CNCD (Centre National pour la Coopération et le Développement) bouge également. Début novembre, une délégation de parlementaires belges s’est rendue en Palestine et en Israël à l’initiative du CNCD. Ils étaient accompagnés notamment par Henri Wajnblum, rédacteur en chef de Points Critiques, qui représentait l’UPJB (Union des Progressistes Juifs de Belgique).

 

Voici la carte blanche collective qu’ils ont publiée sur le site de la RTBF.

 

En notre qualité de parlementaires, nous avons participé début novembre à une mission en Palestine et en Israël organisée par le CNCD-11.11.11. Nous avons pu mesurer toute l’étendue des conséquences de l’occupation et de la colonisation des Territoires palestiniens par Israël. En tant qu’élus et citoyens, cette situation n’a pu que heurter notre conscience, soucieuse du respect des droits de la personne et du droit international. A travers nos visites sur le terrain ou nos échanges avec des interlocuteurs tant palestiniens qu’israéliens, le constat que nous faisons est catégorique et identique pour chacune et chacun d’entre nous. Sans une action rapide et forte de la communauté internationale, la perspective d’une paix entre Palestiniens et Israéliens et la coexistence de leur Etat respectif deviendront bientôt une chimère.

 

Chaque jour qui passe voit le territoire palestinien, appelé à former l’assise d’un Etat viable, se réduire comme peau de chagrin. Le temps joue en faveur d’un gouvernement israélien en quête d’expansion territoriale et passé maître dans l’art du "fait accompli". Nous avons notamment pu constater les effets sur le terrain de la poursuite de la construction du Mur, aujourd’hui long de 720 kilomètres, qui s’enfonce profondément en Palestine pour affecter de manière sévère le quotidien de la population palestinienne. Dès 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) avait jugé ce mur contraire au droit international, au motif qu’il visait à rattacher à Israël les centaines de colonies et risquait dès lors de concrétiser une annexion rampante. La Cour soulignait également l’illégalité de la colonisation menée par Israël. Mais faute d’engagement ferme de la communauté internationale, la construction du Mur et l’entreprise de colonisation se sont poursuivies, sans relâche.

 

Une fois ce constat dressé sur place, se pose à nous la question des moyens à mettre en œuvre pour préserver une chance de paix au Moyen-Orient. Malgré la paralysie du Conseil de sécurité sous l’effet du veto américain, l’Union européenne et ses Etats membres disposent de certaines marges de manœuvre. Celle qui nous semble aujourd’hui primordiale est la reconnaissance de l’Etat palestinien. Depuis le Plan de partage des Nations Unies adopté en 1947, il manque un Etat au Moyen-Orient : l’Etat de Palestine. En 1948, Israël n’a demandé aucune autorisation pour proclamer unilatéralement son indépendance et son admission comme Etat membre des Nations Unies s’est faite rapidement, dès 1949. Pourquoi n’en est-il toujours pas de même pour la Palestine ? L’Etat de Palestine a déjà été reconnu par plus d’une centaine de pays dans le monde, en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Pourquoi les Etats occidentaux refusent-ils pour la plupart de faire de même, alors qu’ils approuvent pourtant le droit du peuple palestinien à l’autodétermination ? L’accomplissement de ce droit ne doit pas dépendre du bon vouloir israélien ou de l’issue d’hypothétiques négociations. Un Etat de Palestine reconnu doit au contraire constituer le point de départ de toutes négociations, qui n’ont vocation à porter que sur les modalités de la fin de l’occupation et sur les arrangements à établir entre les deux Etats souverains, concernant notamment les frontières, Jérusalem, les réfugiés, le partage des ressources naturelles, la sécurité,…

 

La reconnaissance de la Palestine ne constitue certainement pas une solution miracle, mais elle permettrait d’adresser un message d’une portée politique et symbolique forte en faveur de la solution de deux Etats. Federica Mogherini, la nouvelle Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, en visite récemment en Israël et Palestine, semble avoir pris toute la mesure de la situation en exprimant à plusieurs reprises la nécessité de la reconnaissance et de l’établissement d’un Etat palestinien effectif. Au sein de l’UE, la Suède a la première franchi le pas en adoptant un décret de reconnaissance le 30 octobre. Déjà le 13 octobre le Parlement britannique avait adopté une résolution votée à une écrasante majorité pour que son gouvernement prenne une décision identique. Et la question sera bientôt à l’ordre du jour des parlements espagnol et français.

 

Nous estimons qu’il est temps que la Belgique emboîte le pas à la Suède. Une telle décision de reconnaissance bilatérale ne serait que la conséquence logique de la position adoptée par notre pays en faveur de l’accession de la Palestine au statut d’Etat observateur aux Nations Unies en 2012 et de son admission comme Etat membre de l’UNESCO, un an auparavant. Cette reconnaissance ne saurait toutefois être posée comme une fin en soi mais bien comme une étape et un moyen en vue de favoriser d’indispensables négociations. La colonisation israélienne constitue aujourd’hui le principal obstacle à la paix entre Palestiniens et Israéliens. Sans l’adoption de mesures effectives cherchant à obtenir son arrêt et son démantèlement, toute solution durable au conflit demeurera illusoire. En ce sens, nous soutenons et appuyons également les propositions de la campagne " Made in Illegality ", coordonnée par le CNCD-11.11.11, son homologue flamand et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), visant la fin des relations économiques, financières et commerciales entre la Belgique et la colonisation israélienne illégale.

 

La Belgique se grandirait à jouer un rôle précurseur au sein de l’Union européenne en reconnaissant dès maintenant l’Etat de Palestine et apporter ainsi une pierre à l’édifice de la paix entre Palestiniens et Israéliens.

 

Signataires et membres de la délégation qui s’est rendue en Palestine et en Israël

 

Marie Arena, députée européenne, PS, Hervé Doyen, député bruxellois, bourgmestre de Jette, cdH, Zoé Genot, députée bruxelloise, Ecolo, Gwenaëlle Grovonius, députée fédérale, PS, Benoit Hellings, député fédéral, Ecolo, Anne Lambelin, députée wallonne, sénatrice, PS, Hélène Ryckmans, députée wallonne, sénatrice, Ecolo, Tine Soens, députée flamande, Sp.a, Güler Turan, députée flamande, sénatrice, Sp.a, Julien Uyttendaele, député bruxellois, PS, Marco Van Hees, député fédéral, PTB

 

Le sombre avenir de l’Europe

 

Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de gauche, a estimé dimanche 23 novembre que "l'Europe va mourir et peut-être même entrer en guerre à l'intérieur d'elle-même" si elle ne change pas radicalement de politique.

Jean-Luc Mélenchon ne brandit pas le livre rouge de Mao ! Il met en garde sur l'évolution suicidaire de l'Europe.

Jean-Luc Mélenchon ne brandit pas le livre rouge de Mao ! Il met en garde sur l'évolution suicidaire de l'Europe.

Invité de "Tous politiques" France Inter/Le Parisien Aujourd'hui en France, il a lancé : "Notez-le tous dans vos calepins, Mélenchon vous dit: jamais la dette ne sera payée. Ce que je redoute, c'est que l'on finisse avec les méthodes que l'Histoire a montrées en ce type de circonstances: la banqueroute qui est la catastrophe totale, ou bien la guerre, ou bien l'hyper-inflation".

 

"Si nous nous retrouvions dans une situation hors contrôle, c'est-à-dire où les Allemands s'exaspéreraient de vouloir faire payer aux Français leurs retraites et où les Français s'exaspéreraient de céder aux Allemands des choses qui sont demandées sur un ton qu'ils ne tolèrent pas, et bien oui, les tensions naîtraient entre Français et Allemands", a-t-il dit.

Selon Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est en train de se passer en Ukraine est d'une nature comparable à ce qu'on a connu au moment de la première guerre mondiale, c'est-à-dire qu'étant dans la main d'irresponsables, tout d'un coup, de fil en aiguille des coalitions se mettent en mouvement et se frappent les unes avec les autres. Voilà un des mécanismes qui peut conduire à la guerre".

 

"L'Europe va mourir et peut-être même entrer en guerre à l'intérieur d'elle-même si on continue cette politique qui dévaste tous nos pays", a-t-il prévenu. Pour lui, "il faut que la Banque centrale rachète toutes les dettes souveraines de tous les Etats de l'Union européenne. Cela provoquera une inflation d'à peine cinq ou six points, mais qui nous permettra, par cette inflation, de dévaloriser le capital dû et à tous les pays de retrouver de la respiration". En faisant tourner la planche à billets ? "Evidemment. C'est ce que fait la banque nord-américaine. Tourner la planche à billets, c'est une image..."

 

Ce constat est partagé par bon nombre d’analystes lucides.

 

 

Pierre Verhas

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 15:14

Deux gouttes d’eau dans la mer

 

C’est souvent dans l’oppression que quelques-uns éprouvent le besoin de changer les rapports sociaux, de construire quelque-chose de nouveau.

 

Voici deux initiatives parmi bien d’autres qui, si elles sont infimes au regard des enjeux du conflit, amènent l’espoir. L’occupant l’a d’ailleurs bien compris, car il fait tout pour les entraver.

 

Croire en l’homme.

 

La première est un centre de revalidation pour handicapés à Bethléem, la Bethlehem Arab Society for Rehabilitation (BASR) dont le directeur général est le Docteur Edmund Shehadeh qui est un Palestinien chrétien.

 

La Palestine, comme tout pays touché par la guerre, compte beaucoup d’handicapés aussi bien moteur que psychiques. Le centre est ouvert à toute personne quelle que soit sa religion et est constitué en une association sans but lucratif. Tout le monde y est soigné. Chacun paye selon ses moyens et ceux qui en sont incapables sont soignés comme les autres. Le BASR se finance par les dons et les aides qu’il perçoit de pays étrangers, d’associations, de la solidarité, ainsi que la vente d’artisanats palestiniens. Et cela fonctionne !

 

En dépit des évidents sabotages des autorités israéliennes – ainsi des équipements ultramodernes fournis par la Belgique, restent bloqués depuis deux ans au port d’Haïfa pour d’obscures raisons de dédouanement – le centre maintient un bâtiment avec un personnel compétent et dévoué et un équipement ultramoderne. Le docteur Shehadeh nous a dit : « Avant tout, je crois en l’homme ! » et c’est pour cela qu’il se bat.

Le Docteur Edmund Shehadeh, directeur général du BASR, une institution de soin et de réhabilitation dans tous les domaines à laquelle il consacre sa vie.

Le Docteur Edmund Shehadeh, directeur général du BASR, une institution de soin et de réhabilitation dans tous les domaines à laquelle il consacre sa vie.

Le BASR fonctionne sur la base de la méthode holistique, c’est-à-dire en traitant un traumatisme dans sa totalité par la prise en compte de l’ensemble (la situation sociale et familiale du patient, son état général de santé physique et psychologique, etc.). Ainsi, le patient est pris en charge dans un système pluridisciplinaire qui permet la spécialisation dans le traitement de son traumatisme. Le Docteur Shehadeh donne son credo : « Nous pensons que pour que chaque personne puisse vivre pleinement sa vie, nous devons tout faire pour l’aider et l’encourager à exploiter elle-même tout son potentiel. »

 

Il faut tenir compte que la présence d’une personne handicapée est incontestablement un facteur de déstabilisation pour son milieu familial et pour la société. C’est donc non seulement sur le plan médical et hospitalier qu’il faut aborder le problème, mais aussi sur le plan social. La personne handicapée doit être réintégrée dans la société – surtout dans une société éprouvée par un conflit interminable – pour pouvoir revivre le plus normalement possible.

Des formations sont effectuées au sein du BASR dans tous les domaines relatifs à la réhabilitation des handicapés. Ici pour leur redonner le sens de la responsabilité sociale.

Des formations sont effectuées au sein du BASR dans tous les domaines relatifs à la réhabilitation des handicapés. Ici pour leur redonner le sens de la responsabilité sociale.

En dépit du terrible contexte dans lequel vit la Palestine, cette démarche est exemplaire. Certes, cette institution, le BASR, a cinquante années d’expérience. Cinquante années au cours desquelles ses dirigeants et ses équipes ont réussi à franchir tous les obstacles de la guerre, de l’occupation, de l’oppression pour apporter à des milliers d’handicapés de toute la Palestine les soins appropriés dans tous les domaines comprenant la réhabilitation médicale, psychologique, et aussi l’éducation et les loisirs, afin de permettre la meilleure réinsertion possible dans la société.

 

Mais les Israéliens voient cette institution d’un mauvais œil. Ainsi, le blocage de matériel médical fourni par la Belgique et destiné au BASR depuis deux ans à la douane du port de Haïfa.

 

De la musique avant toute chose

 

A Ramallah, capitale administrative et politique de la Palestine où se trouve la tombe de Yasser Arafat, existe dans la Vieille ville, une école de musique. Quelle peut être donc l’utilité d’une telle école dans un pareil contexte, demanderont les esprits chagrins.

Tombe de Yasser Arafat à Ramallah à l'endroit où il a été encerclé par les forces armées israéliennes.

Tombe de Yasser Arafat à Ramallah à l'endroit où il a été encerclé par les forces armées israéliennes.

Un musée a été construit pour entretenir la mémoire de l'action d'Arafat.

Un musée a été construit pour entretenir la mémoire de l'action d'Arafat.

Elle est née dans la tête d’un jeune résistant Palestinien, Ramzi Aburedwan qui est devenu un violoniste. Il a eu la possibilité d’être formé à Angers. Ramzi, enfant, lançait des pierres sur les soldats israéliens. Il raconte qu’un jour, il cala un caillou vers un groupe de soldats. L’un d’eux pointa son arme dans sa direction. Ramzi le défia : « Dépose ton arme et viens me chercher si tu es un homme ! » Piqué au vif, le soldat déposa son fusil et s’avança vers le jeune Palestinien qui redoubla d’ardeur, balançant pierres sur pierres vers les militaires. Ils n’osèrent riposter de peur d’atteindre le soldat désarmé qui s’avançait vers lui !

L'école Al Kamandjati dans la Vieille ville de Ramallah

L'école Al Kamandjati dans la Vieille ville de Ramallah

Ramzi habitait le camp de réfugiés Al Amari à Ramallah. Il fonda l’école appelée Al Kamandjati (le violoniste) qui a pour objet de soutenir l’éducation et la scolarisation des enfants palestiniens en leur permettant d’apprendre et de jouer de la musique. Afin de rendre celle-ci accessible au plus grand nombre, ils vont jouer dans des camps de réfugiés, dans les villages dans toute la Palestine et au Liban.

 

L’intifada culturel

 

Grâce à la solidarité, à l’aide internationale, au partenariat avec d’autres institutions culturelles, à la vente de CD et de DVD, à la recette des concerts que les jeunes musiciens d’Al Kamandjati donnent un peu partout et même en Europe, l’école parvient à assurer son financement et même à donner des bourses d’études.

Ramzi Aburedwan (à l'avant-plan) en concert

Ramzi Aburedwan (à l'avant-plan) en concert

Un des effets les plus pervers de l’occupation israélienne est l’atteinte au patrimoine culturel des Palestiniens. C’est une des manières les plus efficaces d’affaiblir un peuple. C’est donc un acte de résistance d’éduquer les enfants à un des aspects fondamentaux de la culture, la musique. C’est donc l’intifada par la culture. C’est cela le projet de Ramzi Aburedwan.

 

En plus, Al Kamandjati emmène des groupes d’enfants jouer près des check points et même à Jérusalem devant la porte de Damas, une des principales entrées dans la Vieille ville qui est interdite aux Palestiniens. C’est ainsi que la culture devient une arme redoutable.

Ramsi Aburedwan et les élèves d'Al Kamandjati jouant un concert devant la porte de Damas à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem

Ramsi Aburedwan et les élèves d'Al Kamandjati jouant un concert devant la porte de Damas à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem

Les Israéliens l’ont d’ailleurs bien compris : ils mettent des entraves au fonctionnement de cette école, par exemple, en n’accordant pas de visas à des professeurs étrangers invités, ou en ne dédouanant pas des instruments et du matériel de musique nécessaires à l’enseignement et aux concerts.

 

Cela n’empêche pas l’extension de Al Kamandjati. Ainsi, un centre a été ouvert dans le principal camp de réfugiés de la Palestine, dans la vieille ville de Jenine, située au nord de la Cisjordanie, avec entre autres l’appui de la fondation hollandaise du Prince Claus, du Fonds arabe pour les arts et la culture et bien d’autres associations.

 

Cette aventure est loin d’être terminée. Le Peuple palestinien connaît toutes les armes pour se libérer. Et l’une d’elles est incontestablement la musique.

 

Une chanson intitulée « Oh this World ! » évoque la violence que connaissent les enfants palestiniens aussi bien dans leurs écoles qu’à l’extérieur par la chape de plomb de l’occupation. La violence est un des principaux problèmes de la jeunesse palestinienne. Et son origine se trouve dans l’occupation.

 

Ramzi qui lançait des pierres pendant son adolescence, aujourd’hui, a choisi la voie de l’éducation par la musique pour préserver et épanouir la culture du peuple palestinien et aussi user de l’art comme arme de résistance.

 

Cette chanson a été composée par Ivad Staiti et chantée par les élèves d’Al Kamandjati à Jénine.

 

Voici la traduction anglaise de cette chanson entonnée par les enfants qui est à la fois un message de résistance, de paix et d’espoir.

 

When a child of my country speaks

When he laughs, when he cries

 

It means he has a message and he wants

It to be received, this is how a child complains

 

Oh world… I have the right

For the world to hear my words

 

Oh my teacher (male) oh my teacher (female)

We don’t understand ideas with a stick

 

Don’t turn my school into a prison

It’s nice for the school to be a family

 

Oh world… I have the right

For the world to hear my words

 

Al Rosana… Al Rosana

Children speak in songs

 

With violence they can silence our tongues

But our eyes will sing

 

I have the right to carry my dreams

And not be stopped by violence or checkpoint

 

My dream in my bag should not be searched

And my dream should not be tied and disabled

 

Ala Al Daloona… Ala Al Daloona

Children light up the darkness of the world

 

Let us dream and play

Let us keep hiding us in a warm embrace

 

Hala Laha Laya… Hala Laha Laya

Come on, take my hand

 

Don’t leave me alone

The life is difficult for me

 

Oh world… I have the right

For the world to hear my words

 

C’est dans cet état d’esprit que des Palestiniens éclairés forment les jeunes à la fois dans la résistance non violente, dans la liberté et dans l’ouverture sur le monde.

Video de la chanson "On this world" chantée par les élèves d'Al Kamandjati à Jenine

Que conclure ?

 

Voilà donc, tel que j’ai pu le décrire, ce court – trop court – parcours en Palestine merveilleusement organisé par S’Académie, « coaché » de main de maître par Rebecca Lejeune et bénéficiant de l’accueil et de l’hospitalité de tous les Palestiniens et les Israéliens que nous avons eus le privilège de rencontrer.

 

Ce conflit déchirant deux peuples que l’histoire contraint à vivre côte à côte, est devenu le terreau de fanatismes plongeant leurs racines dans d’antiques et incertaines légendes qui ne cherchent qu’à séparer les hommes dans la violence et dans le sang.

 

« Je crois en l’homme » proclame le Docteur Shehadeh. Le conflit oppose-t-il Juifs et Arabes ? Non, il oppose des fanatismes, des intolérances qui se nourrissent l’une et l’autre du sang de leurs victimes.

 

Etre « pro Israélien » ou « anti Israélien », être « pro Palestinien » ou « anti Palestinien » n’ont aucun sens. Le véritable engagement est de combattre pour la Justice, valeur universelle sans tenir compte des identités coupables de combien de meurtres.

 

Il est indéniable – et c’est l’argument utilisé par le lobby sioniste en Europe – que des antisémites européens tirent parti du conflit pour stigmatiser la communauté juive en général. Mais, à y réfléchir, ces gens là font partie du lot des fanatiques et des intolérants qui s’abreuvent de cette guerre.

 

La Justice signifie donner à chaque peuple sa dignité, c’est-à-dire une nation où il pourra disposer de lui-même sans entraves. La Justice implique de donner à chacun un Etat qui lui assure protection, liberté et ouverture sur le monde. La Justice exige que la solidarité s’exerce partout où c’est nécessaire.

 

Pierre Verhas

 

Signalons qu’Al Kamandjati organise un concert à Bruxelles le jeudi 15 janvier 2015.

 

Ramzi Abduredwan, le violoniste qui nous a fait découvrir son école Al Kamandjati à Ramallah, sera à Bruxelles pour un concert !

 

Celui-ci se tiendra le jeudi 15 janvier 2015 à 20h30 à l'espace Senghor (18, av du Maelbeek à Etterbeek).

 

La place en prévente coûte 14€. Et la procédure pour réserver votre place est la suivante :

Paiement par virement bancaire minimum 3 jours ouvrables avant l'événement sur notre compte n° BE22 000-0193659-47 (Communication: votre nom, la date, heure, infos du concert et le nombre de places)

NB : les tickets ne sont pas envoyés pour éviter les imprévus. Le jour du spectacle, votre nom sera repris sur une liste, les places ne sont ni nominatives et ni numérotées.

Partager cet article
Repost0